30 sept. 2009

nostalgie...


Plus personne ne frappe
à ma porte
comme autrefois
seul mon coeur
cogne encore
dans ma potrine
au rythme du tictac
de l'horloge qui bat
tristesse des jours
amère solitude
où sont allés
les rires de jadis
et les éclats joyeux des voix
je n'entends plus
le bruit des pas
devant ma porte
seul miaule encore
de temps en temps
un chat
et le vent par dessus le toit
ah!que m'importe
mes souvenirs tombent en poussière
la seule qui ne m'oublie pas
et qui viendra
quand je ne l'attendrai pas
sans frapper à ma porte
m'emportera
ah!que m'importe
qu'on referme sur moi
la porte

Amichel



_______________________________________________________________________________________

27 commentaires:

  1. Une bien belle porte d'entrée pour arriver sur mon nouvel espace ou j'espère vous lire bientôt !

    RépondreSupprimer
  2. Nostalgie, oui ca c'est cachée dans nos cœur. Une très belle photo laquelle on peut admirer long temps.

    Bissous.

    RépondreSupprimer
  3. cela me rappele ma campagne, c'est trés doucement joli.
    B.

    RépondreSupprimer
  4. avec mon copain, on aime bien regarder les portes, les détails, c'est fou ce que ça parle une porte... Il a ouvert un blog récemment, avec des heurtoirs. ici http://sangos34.canalblog.com/
    si tu veux jeter un coup d'oeil.
    La tienne en tout cas m'interpelle : elle semble toute petite, prise ainsi.

    Bonne fin de semaine.

    RépondreSupprimer
  5. Des marches aux pierres usées , la façades qui se craquelle...
    Vieilles rides sur un visage aimé , familier .
    Ces marques du temps sont comme des bijoux pour un coeur qui s'ouvre...

    RépondreSupprimer
  6. Superbe composition avec de belles couleurs du temps jadis.

    Bonne soirée Fifi.

    RépondreSupprimer
  7. Il n'y a rien à rajouter à ton titre! Superbe!
    Bises
    Domi

    RépondreSupprimer
  8. J'ai comme l'impression que c'est ici que vous avez passé une partie de votre enfance !

    RépondreSupprimer
  9. Gérard
    presque Gérard, presque :-) J'ai grandi en Lorraine, cette porte elle se trouve à Eguisheim, village très touristique du coté de Colmar

    RépondreSupprimer
  10. Elle raconte beaucoup cette porte encadrée d'un rosier pas trop remontant et donc sans doute ancien ; elle raconte une personne soigneuse qui a pris soin de glisser une soucoupe sous le laurier rose pour lui éviter la soif, elle raconte le plaisir d'enjoliver la rue. Oui, sans doute le soir est-il quelqu'un là qui balaie devant sa porte, la rue qui appartient à tout le monde...

    RépondreSupprimer
  11. [Cependant elle n'est pas bin haute cette porte...]

    RépondreSupprimer
  12. Une image de sérénité, ai-je envie de dire...

    RépondreSupprimer
  13. Cergie
    c'est peut être la maison des 7 petits nains ?
    :-)

    RépondreSupprimer
  14. j'aime beaucoup ces tons pastels. bises ma belle

    RépondreSupprimer
  15. de beaux détails, et de belles matières !

    RépondreSupprimer
  16. "Nostalgie"

    Cela ressemble à la porte d'une cave à Vin ;-) Jolie lumière.

    RépondreSupprimer
  17. Henri
    le nez rouge des nains s'explique :o)

    RépondreSupprimer
  18. Un passé bien présent ! une entrée pleine de charme ! Bisous Fifi et bon w.e.

    RépondreSupprimer
  19. Plus personne ne frappe
    à ma porte
    comme autrefois
    seul mon coeur
    cogne encore
    dans ma poirine
    au rythme du tictac
    de l'horloge qui bat
    tristesse des jours
    amère solitude
    où sont allés
    les rires de jadis
    et les éclats joyeux des voix
    je n'entends plus
    le bruit des pas
    devant ma porte
    seul miaule encore
    de temps en temps
    un chat
    et le vent par dessus le toit
    ah!que m'importe
    mes souvenirs tombent en poussière
    la seule qui ne m'oublie pas
    et qui viendra
    quand je ne l'attendrai pas
    sans frapper à ma porte
    m'emportera
    ah!que m'importe
    qu'on referme sur moi
    la porte

    RépondreSupprimer
  20. Amichel
    Certains jours, c'est bien cela qu'on se dit, Amichel ! Mais la nostalgie c'est aussi ce paradis perdu qui existe au fond de nous, qui nous tire en arrière bien-sûr mais qui sait... il est peut être aussi devant ?
    Je me rappelle d'un de vos poèmes chez Véronique, qui m'avait profondément touché : "Entre le ciel et la mer
    Une cicatrice
    Entre l'exil et le royaume
    Une terre à vivre"

    Merci Amichel, pour tout !!!

    RépondreSupprimer
  21. Ne veut pas s'afficher comme il faut, Amichel, je suis parfois incompétente, faut pas m'en vouloir !
    :-)

    RépondreSupprimer
  22. De si belles découvertes à faire sur la toile du dimanche d'Armando...
    J'aime cette porte et les mots qui s'accordent, en douce nostalgie .
    @micalement

    RépondreSupprimer
  23. bonjour ,j'aime les portes ,et l'image traitée ainsi donne encore plus de nostalgie..et j'aime le poème qui va avec ,bonne journée ..

    RépondreSupprimer
  24. J'adore ce genre de photo ...!

    RépondreSupprimer
  25. je vois ton titre, et le rendu de la photo, et je pense la ressentir très très fort. Elle n'a rien qui soit superflu, et il ne lui manque rien, cette photo est auto suffisante, ton regard a isolé tout ce qu'il y avait à exploiter, et l'impact sur le ressenti est maximum.Peut être aussi parce que j'ai grandit dans un lieu où ce genre de "paysage" était partout, ça me ramène au vécu et ressenti de ma jeunesse.

    RépondreSupprimer

Archives du blog