19 nov. 2019

transparence...fin octobre



et de "beaux restes" en novembre



Le gel n'a pas encore sévit, il reste des boutons de roses, une ou deux écloses et des géraniums qui ne se découragent pas encore...
Probablement que j'aurai une image à vous proposer pour décembre :-)
Je vais venir vous voir "au fil" du temps...doucement.

_____________________________



 En rouge et blanc, j'exilerai ma peur ;
J'irai plus haut que ces montagnes de douleur....
En rouge et Noir
 Jeanne Mas




Transparence

A l’envers :
Le regard impressionniste
Joue et semble pailleter
le géranium en coquelicots d’un jour.
Printemps et automne adoucis
Dans le rêve et la lumière mêlés
Tandis que feuilles en suspension
Flottent dans le paysage granité.

à l’endroit :
Hors du cadre démultiplié
Rouge ardent embouteillé
Sur noir façonné, strié.
La clé en est donnée
Do ré mi pomponnée, mais
Les roses s’envolent
Comme des baisers.

Maïté Ladrat 

 

20 oct. 2019

volutes automnales...




Arceaux et volutes
rouge baie et bouche bée
au goût de l'automne




Superbes guirlandes
de lumignons écarlates
Noël avant l'heure



 L'automne venu
des rameaux de gratte-cul
belle broderie

 

27 sept. 2019

"Il pleut..."



Qu'on me laisse à mes souvenirs
Qu'on me laisse à mes amours mortes
Il est temps de fermer la porte
Il se fait temps d'aller dormir
Je n'étais pas toujours bien mise
J'avais les cheveux dans les yeux
Mais c'est ainsi qu'il m'avait prise
Je crois bien qu'il m'aimait un peu
Il pleut
Sur le jardin, sur le rivage
Et si j'ai de l'eau dans les yeux
C'est qu'il me pleut
Sur le visage

Anne Vanderlove
envoyés par Simone
 




L’âme est une fleur délicate exposée au vent de la destinée.
 Les brises du matin la secouent et les gouttes de rosée lui ploie le cou. 
Comme la fleur prend de la terre son parfum et sa vie, 
l’âme tire de la matière et de ses torts une force et une sagesse. 
Khalil Gibran 
Le sable et l'écume - 1926

envoyée par Thérèse




Des larmes de pluie
dans les doux plis de sa robe
des larmes d'amour
Miss Yves



À Éliane.

Il pleut — c’est merveilleux. Je t’aime.
Nous resterons à la maison :
Rien ne nous plaît plus que nous-mêmes
Par ce temps d’arrière-saison.

Il pleut. Les taxis vont et viennent.
On voit rouler les autobus
Et les remorqueurs sur la Seine
Font un bruit... qu’on ne s’entend plus !

C’est merveilleux : il pleut. J’écoute
La pluie dont le crépitement
Heurte la vitre goutte à goutte...
Et tu me souris tendrement.

Je t’aime. Oh ! ce bruit d’eau qui pleure,
Qui sanglote comme un adieu.
Tu vas me quitter tout à l’heure :
On dirait qu’il pleut dans tes yeux.


FRANCIS CARCO 

envoyé par Colo 


 Pauvre rose givrée de pluie,
Alourdie de pétales posés
A même le sol et si fragile.

On la dirait de sucre
On la dirait de soie,
Chaque goutte qui goutte
Lui ôte un soupçon de vie
Et « La Ronsard » nous émeut ;
Elle nous prend par le bout du cœur.

Maïté Ladrat 


J'ai traversé des murs de chagrin
D'absence et d'indifférence
De brume et de nuages sombres
La pierre était froide et la route détrempée

J'ai planté trois rosiers en attendant le joli mai
J'ai vu un matin la fraiche pâquerette
Entendu chanter le merle réjoui
J'ai rejoint ma cachette de verdure
J'ai souhaité une parole d'amour
Une main chaleureuse
Avant que le ciel ne s'obscurcisse
A nouveau et pour longtemps

J'ai chassé les doutes
Pêché le bonheur
Chanté les dons de la nature
La douceur du partage
J'ai vécu,  attendu
Aimé la vie et ses aspérités
Aimé la vie pour ce qu'elle est...

Marine Dussarrat 



Toute alourdie de pluie, la rose s'est couchée,
Sans bruit elle a posée sa joue sur le muret.
Assoupie elle rêve sur son dur oreiller,
Passons doucement pour ne pas la réveiller.

Tilia 


 Il pleut. J'entends le bruit égal des eaux ;
Le feuillage, humble et que nul vent ne berce,
Se penche et brille en pleurant sous l'averse ;
Le deuil de l'air afflige les oiseaux.

Tout l'horizon n'est qu'un blême rideau ;
La vitre tinte et ruisselle de gouttes ;
Sur le pavé sonore et bleu des routes
Il saute et luit des étincelles d'eau.


René-François Sully Prudhomme 

(1839-1907) "Pluie"

 

8 août 2019

pause estivale...

 


Un bel été à vous tous qui passez par là



 Écouter l'été et prendre le bonheur quand il passe...


Laisser vibrer l'espace
Le temps s'écouler
Miroiter la feuille

Sous un vent de plume
Le silence souligne
Cet instant magique
Qui ne reviendra pas...

Choisir un chemin différent
Aux sauvages odeurs boisées
S'échapper des pistes imposées
Respirer profondément
Ne plus être dans le rang


Divinement l'oiseau le dit
Il suffit de l'écouter


marine D




Pour Tilia

 

Archives du blog