29 nov. 2012

éclairer...



« Nous cheminons au milieu des arbres du bien et du mal - à la recherche de la lumière. »
 Stanislaw Jerzy Lec
envoyé par Béa


Là où tu caches ton rêve Herberth,
Court vite te mettre au vert.
Toi l'allumeur de mots roses,
Laisse là l'humeur morose.
Vois dans la lumière blanche
Mille feux-follets qui dansent,
Brillants capteurs de lune
Pour journée d'infortune...

Le réverbère

Une petite fille qui avait son jardin à elle y avait planté des ampoules électriques dans l'espoir (un bien petit espoir) qu'il y pousserait des fleurs lumineuses ou peut-être, elle ne savait trop sous quelle forme, simplement de la lumière. Comme il n'y poussait rien au bout de plusieurs semaines, elle n'insista pas davantage et finit par oublier la chose. Elle avait grandi d'ailleurs pendant ce temps.
Quinze ans après, alors qu'elle arrivait parfois, avec bien des conditions difficiles, à être encore une petite fille, elle se rendit à son ancien jardin.
D'abord elle n'en reconnut rien. Une rue passait par là. Il y avait des maisons plus loin. Ici tout près, à peine un petit coin de parc. Mais à deux pas d'un vieil orme qu'elle avait bien connu, à la place exacte de son jardin, avait poussé très haut et fleurissait pour la nuit toute proche, un réverbère.
Gilles Vigneault
envoyé par Denise 



l'allumeur de réverbère
éclaire bien des mystères

Rêve
herbe
erre

dans les bois
le cœur se serre
sur l'herbe erre
la biche aux abois
que des chiens en rêve
poursuivent sans trêve

rêve
herbe
erre

dans les bois
le rêve erre à l'aise
et l'herbe l'apaise
les oiseaux des rêves
dans le cœur s'élèvent

rêve
herbe
erre

promenons nous dans les bois
où erre le loup des rêves
quand le jour s'achève
dans les forêts d'autrefois

l'allumeur de réverbère
éclaire bien des mystères
Amichel


Dans le velours et le damas de l’automne
Sourit le réverbère.
Haut perché et gagnant le feuillage
Il éclaire le mystère.
Vertes et rousses sensations
Impressions flamandes
L’automne s’étire au pied des arbres
Sous le réverbère
Qui de sa flamme, blanche mèche
Réveille les drapés, les voilages,
Les branches sans cesse agitées.
Maïté Aliénor

31 commentaires:

  1. C'est un peu l'atmosphère d'un tableau de Magritte, l'empire des lumières.L'étrangeté naît de l'association entre éclairage naturel et artificiel

    RépondreSupprimer
  2. « Nous cheminons au milieu des arbres du bien et du mal - à la recherche de la lumière. »
    de Stanislaw Jerzy Lec

    ...et voilà tu l'as trouvé, avec ta jolie photo pleins de lumières ;)
    Bisous!

    RépondreSupprimer
  3. Pfff !... Y'en a qui ne reculent devant rien : spots et tout le toutim pour la prise de vue en studio, ou encore... - ça, c'est le comble ! - allumeur de réverbère sur commande pour l'extérieur !!!
    Ton image conviendrait à merveille pour illustrer un conte à lire devant la cheminée, à la lueur des flammes et du bougeoir de mère grand :
    "Ce soir-là, entre chien et loup, à l'heure où le soleil commence à disparaître, quand les deux petits arrivèrent à l'entrée de la forêt..." [...]

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! Ah ! Je suis ravie si l'ambiance de conte est présente sur la photo. Tu penses que je me suis précipité quand j'ai vu toute une rangée de réverbères allumés en plein jour. La forêt est effectivement à proximité et c'est une petite route qui conduit à un hôtel restaurant (ça c'est pour le commentaire d'Alain :-))

      Supprimer
    2. Au secours, Fifi ! Ya pas moyen d'augmenter l'éclairage ? --ÔvÔ--
      Tu parles d'une "rangée de réverbères", mais... je n'en vois qu'un...
      et pourtant, j'ai chaussé mes lunettes --ÔvÔ--
      Je ne vois pas, non plus, le "tag" dont parle Thérèse un peu plus bas ? --ÔvÔ--
      et, en plus, je n'arrive pas à deviner de quelle "marque" sont ces grands arbres dignes de figurer dans les contes, avec leurs longues branches qui se balancent --ÔvÔ--

      La lumière est faible, mais juste ce qu'il faut, quand même , pour caresser joliment le tronc de l'arbre au premier plan à droite. Bien sûr, cette réverbération t'a-tapé-à-l'oeil-à-toi-qu'étais-tapie-là, au pied de l'arbre... :-)
      Hou Hou... chouine la vieille chouette --ÔvÔ--
      VUE, Fifi ! T'es VUE !
      --ÔvÔ--

      Supprimer
    3. Là, effectivement y en a qu'un de réverbère, Odile. En fait il y en avait tout le long de la petite route. Je te montrerai un autre jour. Le tag qu'a vu Thérèse est probablement la première citation, celle de Béa mais probablement je n'ai rien compris non plus. Qu'est ce qui peut être tag sur cette photo ? Thérèse pense-t-elle que la lumière du réverbère est factice ? Va falloir lui demander...un autre jour. Quant à la marque des arbres, je ne suis pas plus douée que toi. Ce sont peut être des arbres de conte tout simplement. Par contre la jolie petite réverbération sur le tronc je l'avais vu aussi :-)
      Mais je viens seulement de découvrir ta réponse :-(( Je te tague un gros bisou sur ta joue ♥

      Supprimer
  4. les anciennes lampes à gaz, électrifiés.. plein de charme!

    RépondreSupprimer
  5. C'est assez étrange ce lampadaire en pleine forêt. Dans un conte, il aurait été allumé par des brigands pour attirer les voyageurs et les détrousser.

    RépondreSupprimer
  6. Beau travail avec le tag sur le lampadaire :-)
    La lune la-haut et le lampadaire ici-bas... tout pour une belle lecture au chaud en rentrant de la promenade.

    RépondreSupprimer
  7. Là où tu caches ton rêve Herberth,
    Court vite te mettre au vert.
    Toi l'allumeur de mots roses,
    Laisse là l'humeur morose.
    Vois dans la lumière blanche
    Mille feux-follets qui dansent,
    Brillants capteurs de lune
    Pour journée d'infortune...

    Bonne fin de semaine Fifi

    RépondreSupprimer
  8. Fifi, c'est superbe... je m'extasie devant ta photo et je trouve aussi qu'elle offre l'ambiance d'un joli conte!
    Très, très belle photo ;-)
    Bon week-end, Fifi avec mes bisous!


    Le réverbère

    Une petite fille qui avait son jardin à elle y avait planté des ampoules électriques dans l'espoir (un bien petit espoir) qu'il y pousserait des fleurs lumineuses ou peut-être, elle ne savait trop sous quelle forme, simplement de la lumière. Comme il n'y poussait rien au bout de plusieurs semaines, elle n'insista pas davantage et finit par oublier la chose. Elle avait grandi d'ailleurs pendant ce temps.
    Quinze ans après, alors qu'elle arrivait parfois, avec bien des conditions difficiles, à être encore une petite fille, elle se rendit à son ancien jardin.
    D'abord elle n'en reconnut rien. Une rue passait par là. Il y avait des maisons plus loin. Ici tout près, à peine un petit coin de parc. Mais à deux pas d'un vieil orme qu'elle avait bien connu, à la place exacte de son jardin, avait poussé très haut et fleurissait pour la nuit toute proche, un réverbère.
    Gilles Vigneault

    RépondreSupprimer
  9. l'allumeur de réverbère
    éclaire bien des mystères

    Rêve
    herbe
    erre

    dans les bois
    le cœur se serre
    sur l'herbe erre
    la biche aux abois
    que des chiens en rêve
    poursuivent sans trêve

    rêve
    herbe
    erre

    dans les bois
    le rêve erre à l'aise
    et l'herbe l'apaise
    les oiseaux des rêves
    dans le cœur s'élèvent

    rêve
    herbe
    erre

    promenons nous dans les bois
    où erre le loup des rêves
    quand le jour s'achève
    dans les forêts d'autrefois

    l'allumeur de réverbère
    éclaire bien des mystères

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "rêve herbe erre", trois ingrédients de la vie onirique :-) Que d'errances à travers champs et bois, à bout de souffle avec un méchant aux trousses... Heureusement "l'allumeur de réverbère éclaire bien des mystères"
      Merci Amichel !

      Supprimer
  10. Jolie invitation à la balade, à la nuit tombante !
    Je te souhaite une belle fin de semaine !

    RépondreSupprimer
  11. Ce que j'aime beaucoup dans tes images Fifi c'est qu'elles sont presque toujours très poétiques et très romantiques. Tu as beaucoup de talent.

    RépondreSupprimer
  12. Insolite un réverbère au milieu des bois

    RépondreSupprimer
  13. Jolie photo Fifi ! En lisant l'allumeur de réverbère, ça me rappelle une histoire de mon Papa. Elle serait trop longue à raconter ici, c'est dommage.
    C'est vrai qu'il a l'air bien tout seul dans ce bois ce réverbère.
    Tiens, comme j'ai du temps ce matin, je te la raconte l'histoire :
    Mon Papa travaillait en usine et sur une machine sur laquelle il y avait un allumeur qui mettait la dite machine en route. Apparemment il y avait des problèmes et mon Papa de tracassait toujours beaucoup pour son boulot et il en dormait très mal. Un soir, il prit 7 cachet de Belladénalde. Au milieu de la nuit ma Maman le trouve assis dans le llit en train de fixer sur le mur une lueur venant de la fenêtre. Ma mère lui demande "Qu'est-ce que tu regardes", mon Père "la petite patte". Déjà ;là tu vois Maman se pose des questions : "quelle petite patte ?", mon Père dans un état semi somnambule : "la petite patte de l'allumeur". Ma mère : "Quel allumeur ?" et là, mon Père qui avait beaucoup d'humour lui répond d'un air de se ficher d'elle "Pas l'allumeur de réverbère, bien sûr !" et sur ce il se rendort.
    Le lendemain matin il ne voulut pas croire à cette histoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Claude pour cette tendre histoire !

      Supprimer
  14. Très jolie !!!
    Bon week-end
    Bizzz Laure
    http://ptitesphotosdelolo.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  15. FIFI bonsoir un mal au dos me tient dans mon lit depuis quelques heures
    mais je vais bien
    je regarde cette superbe photo et tu sais la lumière est importante
    UN
    réverbère seul dans les bois j'aime ça FIFI
    BISOu

    RépondreSupprimer
  16. "Nous cheminons au milieu des arbres du bien et du mal - à la recherche de la lumière. »

    Oui , c'est ce que nous faisons instinctivement .
    Ce que je fais régulièrement .
    Mais ...différencier fortement ce semble le bien et ce qui semble le mal
    quand on regarde attentivement , est une façon de voir un peu "primitive " , pour plusieurs raisons .
    Je le sais ...mais je continue à faire comme tout le monde !
    La photo est magnifique !
    Invitation à la promenade et à la réflexion ...

    RépondreSupprimer
  17. Dans le velours et le damas de l’automne
    Sourit le réverbère.
    Haut perché et gagnant le feuillage
    Il éclaire le mystère.
    Vertes et rousses sensations
    Impressions flamandes
    L’automne s’étire au pied des arbres
    Sous le réverbère
    Qui de sa flamme, blanche mèche
    Réveille les drapés, les voilages,
    Les branches sans cesse agitées.

    RépondreSupprimer
  18. As-tu rencontré l'allumeur de réverbères de St Exupéry, Fifi ? Celui-ci est vraiment étonnant isolé ainsi au milieu des grands arbres. Des séquoias peut-être ?
    En tout cas, ta photo est superbe, car chargée de poésie et de magie aussi.
    Bises à toi Fifi et belle journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, l'allumeur de réverbères de St Exupéry, je n'avais plus pensé au Petit Prince et à ses rencontres... Je n'ai pas résolu "la marque" de l'arbre, je pensais à un sapin tout simplement mais c'est vrai qu'ils me font aussi penser aux séquoias ? La question reste ouverte. Je vais retourner sur place et faire d'autres photos. Peut être arriverons nous à résoudre l'énigme :-) Bon dimanche à toi, Sylvie !

      Supprimer
  19. Définition du mot "tag" dans le médiadico d'internet:

    "Graffiti dont les signes personnalisés ressemblent à ceux de l'écriture et permettent à celui qui les dessine de se faire reconnaître."

    Si tu n'as pas changé la photo, j'ai donc confondu "lampadaire" et "tronc d'arbre" surement mon erreur de visiteuse parfois trop pressée dans ses réponses... c'était aussi simple que cela...
    :-)
    Il aurait donc fallut lire:

    beau travail avec le tag sur le tronc d'arbre...

    RépondreSupprimer
  20. Cela m'arrive aussi d'être trop rapide :-) Je n'ai pas changé de photo. Je comprends mieux maintenant. Bon dimanche, Thérèse !

    RépondreSupprimer

Archives du blog