1 oct. 2013

tendre les bras...



« Estimez-vous assez pour désirer d’être aimés non pour ce que vous pensez devoir être, 
 mais uniquement et simplement pour ce que vous êtes. »
Henri Gougaud



Les deux amants

Nos racines enlacées
Un amour bien caché
Vouloir le proclamer
Pouvoir s'arbre-brasser
Pour garder sa joie
On n'a pas le choix
Du bout des doigts
Toucher du bois

Claire Fo


Il tend ses bras noueux
Le grand arbre vénérable
Beauté et force !

Marine D 


"Comme elles tombent bien!
Dans ce trajet si court de la branche à la terre
Comme elles savent mettre une beauté dernière
Et malgré leur terreur de pourrir sur le sol
Veulent que cette chute ait la grâce d'un vol!"
Edmond Rostand

envoyé par Denise







Voici des branches
Voici des feuilles
et de la lumière.
Salut et révérence
à presque toucher terre
L'arbre serti de tous ses ans
compose le tableau.

Maïté Aliénor


Tendre les bras
noueux
Vers nous, vers eux
Dans le vert-Espérance,
Envers et contre tous,
Un grand bol d'air
Pour qui erre.

Les bras noueux
Nous enserrent
Et l'arbre est tendre
Point fier-à -bras.
A bras-le corps
Il capte la lumière
Tendre et tout bas,
Tendre les bras.
Miss Yves



au feuillage
encor vert
le soleil qui rayonne
offre sa parure
d'automne
pour attendre l'hiver
La nature
aime la haute couture
le promeneur ravi
a le cœur qui sourit

Amichel

26 commentaires:

  1. en ce moment, je relis les sept plumes de l'aigle, donc en totale harmonie avec ta citation............et avec cette lumière filtrée par des feuillages..................

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime Henri Gougaud depuis fort longtemps, depuis les années 70 où il contait à France Inter. J'aime sa voix, son accent ensoleillé... sa parole tout simplement. A l'époque de sa parution, je n'avais pas réussi à accrocher aux "sept plumes de l'aigle", faudrait retenter la lecture :-)

      Supprimer

  2. Magnifique !

    Il tend ses bras noueux
    Le grand arbre vénérable
    Beauté et force !

    RépondreSupprimer
  3. ...Magnifique conteur, Henri Gougaud ... Anne me donne envie de lire "les sept plumes de l'aigle" .. je connaissais son auteur, mais pas ce livre... "qui n'est pas un roman, mais qui raconte l'histoire de Luis A.. un homme bien vivant...même s'il tient à rester anonyme"... .je suis allée pianoter sur "google".. et je vais adorer ! merci Anne. Merci Fifi pour cette citation et ta jolie photo de couleur douce, comme l'haut on...
    Bisous à toutes les deux.
    Den

    RépondreSupprimer
  4. au feuillage
    encor vert
    le soleil qui rayonne
    offre sa parure
    d'automne
    pour attendre l'hiver
    La nature
    aime la haute couture
    le promeneur ravi
    a le cœur qui sourit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, vraiment Amichel, "le promeneur ravi a le cœur qui sourit " ! Ces grands et vieux arbres sont magnifiques !
      Merci pour eux et pour nous !

      Supprimer
  5. Toujours très émue par les arbres, tu dois bien réaliser le genre d'émotions que j'ai ressenties en découvrant cette magnifique photo!
    Henri Gougaud, je ne connais que de nom, vue la région où nous habitons, alors je vais me pencher dessus.
    Par contre je recommande le livre extraordinaire de Alain Corbin "La douceur de l'ombre" l'histoire de l'arbre de l'antiquité à nos jours. Une vraie bible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais aller à la recherche du livre d'Alain Corbin, Thérèse et je vais te chercher une vidéo d'Henri Gougaud, il te plaira :-)

      Supprimer
  6. Ces branches qui s'entrecroisent dans cette lumière sont comme de grands bras chaleureux.
    Merveilleuse photo, Fifi.
    Bisous


    "Comme elles tombent bien!
    Dans ce trajet si court de la branche à la terre
    Comme elles savent mettre une beauté dernière
    Et malgré leur terreur de pourrir sur le vol
    Veulent que cette chute ait la grâce d'un vol!"
    Edmond Rostand

    RépondreSupprimer
  7. Voici des branches
    Voici des feuilles
    et de la lumière.
    Salut et révérence
    à presque toucher terre
    L'arbre serti de tous ses ans
    compose le tableau.

    RépondreSupprimer
  8. Tendre les bras
    noueux
    Vers nous, vers eux
    Dans le vert-Espérance,
    Envers et contre tous,
    Un grand bol d'air
    Pour qui erre.

    Les bras noueux
    Nous enserrent
    Et l'arbre est tendre
    Point fier-à -bras.
    A bras-le corps
    Il capte la lumière
    Tendre et tout bas,
    Tendre les bras.







    RépondreSupprimer
  9. coucou....
    C'est bien chouette de passer un peu tard sur ton post
    le plaisir de la vue,
    est si bien complété par les com..
    merci..
    toute belle journée à toi
    bizzz

    RépondreSupprimer
  10. Une jolie lumière. On voit déjà l'automne.

    RépondreSupprimer
  11. Tu as déjà un bon début de couleurs d'automne, tout en douceur. J'aime ce mélange vert jaune.

    RépondreSupprimer
  12. Les deux amants

    Nos racines enlacées
    Un amour bien caché
    Vouloir le proclamer
    Pouvoir s'arbre-brasser
    Pour garder sa joie
    On n'a pas le choix
    Du bout des doigts
    Toucher du bois

    Becsbecsbecs!!!!

    RépondreSupprimer
  13. Magnifiques photos, Fifi, inspiratrices de tant de jolis mots.
    Une préférence pour la première, je la trouve somptueuse.

    RépondreSupprimer
  14. Magnifique photo ! J'aime beaucoup les arbres. Ils m'inspirent !

    RépondreSupprimer
  15. Parmi la splendide vêture d'or et d'émeraude de cet arbre, il me semble reconnaître les feuilles d'un tilleul.
    Rien de tel que l'ombrage d'un tilleul pour faire une bonne sieste, surtout lorsqu'il est en fleurs !

    Le poème de Claire Fo semble évoquer la légende de Philémon et Baucis, ces vieux époux unis par les dieux pour l'éternité sous forme d'un chêne et d'un tilleul entrelacés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'y avais pas pensé. Merci Tilia pour ce joli rappel !

      Supprimer
  16. Petit bonjour FIFI je repasse plus tard bisou

    RépondreSupprimer
  17. L'arbre de la première photo est magnifique...superbes dégradés de couleurs dans son feuillage!

    RépondreSupprimer
  18. La 1ère photo est très belle. Inévitablement, le regard se pose sur ce panaché de vert et de jaune.
    J'aime aussi la sensibilité et la poésie de votre blog.

    RépondreSupprimer
  19. Heureuse d'être repassée pour la deuxième photo...
    H. Gougaud a retenu mon attention, l'interviewer moins :-) Merci pour le lien.

    RépondreSupprimer
  20. De toute beauté, ces deux photos...!

    RépondreSupprimer

Archives du blog