27 janv. 2016

la vague...



"L'eau est souple parce qu'elle est incompressible. Elle glisse sous l'effort. Chargée d'un côté, elle s'échappe de l'autre. 
C'est ainsi que l'eau se fait l'onde. La vague est sa liberté."
Les travailleurs de la mer




24 commentaires:

  1. Même dans le pire des moments, lorsque l'onde t'emporte vers de funestes destins, tu sens cette énergie autour de toi... Tu réalises alors ton erreur de jugement : ce n'est pas la vague qui te tue, c'est toi-même...
    J'ai du mal à quitter cette photo des yeux. Merci...

    RépondreSupprimer
  2. La vague qui compose avec les bleus toujours changeant libère l' écume éclatante d' énergie qui nous fait rêver ...
    Elle nous donne une leçon de vie ... " toujours revenir pour mieux repartir ...:-)
    Schmutzi ma Fifi

    RépondreSupprimer
  3. "Rien n'apportait autant de sérénité qu'une soirée d'hiver passée seul à bord, avec pour seule compagnie les goélands, le vent et les vagues".
    Björn Larsson

    RépondreSupprimer
  4. Très belle photo, bien nette, pas vague du tout ;-)
    L'éternel ballet des vagues sur une plage, un spectacle dont on ne se lasse pas.
    Elle était là, partout, devant lui, immense, gonflée comme la pente d'une montagne, brillant de sa couleur bleue, profonde, toute proche, avec ses vagues hautes qui avançaient vers lui. « La mer ! La mer ! » pensait Daniel, mais il n'osa rien dire à voix haute. Il restait sans pouvoir bouger, les doigts un peu écartés, et il n'arrivait pas à réaliser qu'il avait dormi à côté d'elle.
    JMG Le Clézio, Celui qui n'avait jamais vu la mer, Gallimard, 1982.

    En dehors de la célèbre estampe de Hokusai, La Grande Vague de Kanagawa, la photo de ta Fifille me fait penser aux fougueux Chevaux de Neptune de Walter Crane.

    Belle fin de journée, Fifi, schmoutzele

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Un spectacle dont on ne se lasse pas", oui ! C'est bien l'élément le plus apaisant qui soit.
      Fascinant spectacle aussi pour cette première rencontre avec elle pour chacun d'entre nous, comme pour le personnage de Le Clézio.
      Merci pour tes liens qui sont toujours une jolie surprise. Je connaissais l'estampe du premier mais pas les Chevaux de Neptune de Walter Crane. Superbe !
      Schmoutzele aussi, Tilia pour un bon début de soirée !

      Supprimer
  5. Superbe photo. En regardant, on dirait que la vague jaillit vers nous. La couleur de l'eau est magnifique et aussi sous l'écume, quelques tons plus clairs. Un grand merci à ta fille, Fifi.
    Bonne fin de journée.

    RépondreSupprimer
  6. la vague peut être douce quand sa mousse m'éclabousse

    RépondreSupprimer
  7. Entre ses doigts
    regarder s'écouler l'eau
    et s'interroger

    C'est une chose que je n'arrive pas à m'expliquer le mouvement de l'eau, sa transparence, sa fluidité, sa vivacité, sa force, je suis longtemps restée à admirer les ruisseaux de montagne en m'extasiant face à ce flux si naturel pourtant !
    Bisous Fifi, ta photo est splendide

    RépondreSupprimer
  8. Victor Hugo qui a tant souffert lorsqu'il a perdu sa fille....
    Je suis en train de lire "la clarinette" de Vassili Alexakis,

    http://www.telerama.fr/livres/la-clarinette,123006.php

    la page que j'ai fermée hier en même temps que mes yeux pour dormir parle de la mer
    Il parle avec son ami l'éditeur Jean-Marc Roberts...

    Page 52 >
    - Qu'est ce qui résiste le mieux à l'oubli ? t'ai-je interrogé
    Tu n'as pas réfléchi longtemps
    - La mer, as-tu dit. On peut oublier les montagnes, les vallées, les forêts, les rivières et aussi les cataractes qui font pourtant tant de bruit, mais pas la mer. Elle renferme tous les mystères et connaît tous les jeux....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas tout à fait d'accord avec ce choix, mais c'est vrai que la mer est un mystère, elle renvoi à l'origine du monde et semble vivante, son mouvement perpétuel quoique toujours surprenant a un effet hypnotique...

      Supprimer
    2. Tout dépend où tu as grandi, quelles images premières se sont imprégnées en toi je pense...Mais comme tu le dis "elle renvoi à l'origine du monde. Il y a probablement un écho en nous dont nous n'avons pas conscience. Et puis tu écris mer en ajoutant un e et tu n'es pas loin de ta propre origine :-)

      Merci pour l'extrait de "La clarinette". J'ai pu en lire un autre, grâce à ton lien.
      Lire avant de dormir est bien la plus douce des habitudes, la plus intime, un retour à soi grâce à la pensée et aux mots d'un autre.

      Supprimer
  9. quelle est belle cette photo !!
    "L'infini roulé blanc ....." A.Rimbaud

    RépondreSupprimer
  10. Très bel effet d'écume !
    En vraie fille de la mer, j'apprécie.

    Ce serait un beau point de départ pour une aquarelle.


    Moi aussi 'Je connaissais l'estampe du premier mais pas les Chevaux de Neptune de Walter Crane." J'e renchéris:Superbe !

    RépondreSupprimer
  11. ... Elle roule et déroule sa beauté infinie.... la mer toujours renouvelée dans sa mystérieuse transparence.....
    Merci Fifi à ta Fifille pour cette photo délicieuse..
    un beau week-end à venir.
    Bisous.
    Den

    RépondreSupprimer
  12. Un splendide tableau !
    Un spectacle dont on ne se lasse pas :-)

    RépondreSupprimer
  13. Boa tarde, o mar e o seu movimento é feito com a liberdade que ninguém consegue controlar, a foto tem a força e a beleza do mar.
    AG

    RépondreSupprimer
  14. Une belle chanson pour une si jolie vague venue de bien loin ...
    https://www.youtube.com/watch?v=11aqkg7ETsM

    RépondreSupprimer
  15. Jolie vague !
    Bons mots de Hugo !
    et jolie chanson by une si belle voix.
    Encore une fois je ne retrouve pas le nom du chanteur qui est peut-être le compositeur de cette chansons.
    Je crois me rappeler qu'il est belge et qu'il a chanté pour l'eurovision une année.
    Bon week-end et bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il s'agit de Goeders connu sous le nom de scène Jean Vallée est un auteur-compositeur-interprète belge. source Wikipédia. Il est décédé en 2014

      Supprimer
  16. Comme il y a la magie du noir et blanc, la mer crée la magie du bleu et blanc, à chaque seconde réinventée.

    RépondreSupprimer
  17. Une vague bleue qui veut m'emporter
    C'est comme un amour qui aurait existé
    C'est comme un soleil là-haut dans le ciel.....


    RépondreSupprimer
  18. Tu connais mon amour des vagues...
    En découvrir une d'ailleurs m'enchante.Celle-ci éclate de toute sa beauté. Il y a un avant et un après la vague toujours recommencée. Il y a ce monde liquide magique. merci de l'avoir saisi.
    Merci aussi pour la citation que je note.

    RépondreSupprimer

Archives du blog