18 juil. 2011

"auprès de mon arbre..."



Auprès de mon arbre,
Je vivais heureux
J'aurais jamais dû m'éloigner d'mon arbre.
Auprès de mon arbre,
Je vivais heureux
J'aurais jamais dû le quitter des yeux.
Georges Brassens



"L'artiste est un arbre: que le vent le gifle, il chantera bien, et en mesure."
Carlo Emilio Gadda
envoyé par Denise



"Ces arbres m'adopteront peu à peu et pour le mériter , j'apprends ce qu'il faut savoir,
je sais déjà regarder les nuages qui passent, je sais aussi rester en place et je sais presque me taire"
Jules Renard
envoyé par luxiole

____



28 commentaires:

  1. au pied de mon arbre...
    c'est beau!

    RépondreSupprimer
  2. Il ne manque que le couple d'amoureux...

    RépondreSupprimer
  3. Le beau temps serait donc revenu ?
    Une belle invitation à la sieste !

    RépondreSupprimer
  4. AU pied de ton arbre FIFI
    Qu'il fait bon fait bon fait bon!!!!!!!!!!
    AU pied de ton arbre FIFI
    le bonheur est dans ce pré
    BISOU

    RépondreSupprimer
  5. Ta photo est superbe Fifi ;) Elle me fait penser à d'heureux pique-niques en famille dans l'herbe sous un arbre.
    Ta photo est une invitation à s'approcher de ce bel arbre :-) et qui met le coeur en joie.


    "L'artiste est un arbre: que le vent le gifle, il chantera bien, et en mesure."
    Carlo Emilio Gadda

    RépondreSupprimer
  6. FIFI pour te répondre et bien une vraie
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  7. Ya du jus dans la clôture ???

    RépondreSupprimer
  8. Ne pas s'approcher trop près :
    attention aux poignées de châtaignes !!!

    RépondreSupprimer
  9. Odile
    Pas d'jus, Odile, c'est du fil de fer barbelé :-) mais tu l'avais vu ! Tu voulais juste savoir si j'ai mes lunettes sur le bout du nez ? Mais va savoir c'est peut être du fil de fer barbelé électrifié ? :-)

    RépondreSupprimer
  10. pas étonnant d'être heureux sur ce beau tapis vert bien moelleux

    RépondreSupprimer
  11. j'aime les arbres...donc j'aime ta photo. Je suis Idefix gaulois résistant dans les côtes d'Armorique!
    Merci pour la solitidé et l'ombrage de ce noble représentant

    RépondreSupprimer
  12. Ilm y en a de très élégant, des arbres, je remarque cela chaque fois que je prends la route soit pour la ville soit pour aller un peu plus loin au Mans. Le tien ne doit pas avoir la visite de ruminants, il n'a pas la coupe au carré.

    RépondreSupprimer
  13. Tranquille ce bien elegant arbre. Ou es-tu perchee pour prendre sa p'tite bouille?
    Un peu seul au fond du pré? Ou peut-etre est-ce seulement un celibataire endurci qui aime les visiteurs d'un jour.

    RépondreSupprimer
  14. Symbole de vie par excellence. Je ferais bien la sieste sous son ombre dans cette herbe moelleuse. Au moins chez toi, il y a l'air d'y avoir du soleil :)

    RépondreSupprimer
  15. Thérèse
    En haut d'une petite colline, Thérèse, ce qui permet d'avoir pour horizon que le ciel bleu. Je pense qu'il aime sa solitude :-) elle lui permet d'autant plus d'accueillir avec plaisir les quelques rares visiteurs

    RépondreSupprimer
  16. Pour mon cycas, arrosage modéré, il ne faut pas qu'il soit trop sec, ni trop trempé, et un petit peu d'engrais ne lui fait pas de mal.

    RépondreSupprimer
  17. Belle perspective
    avec le ciel juste au bout de la prairie et l'arbre majestueux à l'ombre duquel croquer la vie.

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour Fifi !
    Ton cadrage est génial, jamais je n'aurais osé coupé la tête de l'arbre, mais je reconnais que pour le prendre en entier ... il faut s'éloigner et s'éloigner de son arbre n'est jamais bien amusant !
    Mais j'ai une question : le fil passe t-il devant ou derrière ? je voudrais savoir si l'arbre est en liberté ? ;-)

    RépondreSupprimer
  19. l'autreje
    Attends je vais te prêter les lunettes à Odile ;-))
    En fait, l'arbre n'a que le périmètre de son enclos, il n'est pas vraiment en liberté. Tout comme nous autres, il a ses contraintes. Mais à partir de son cadre, il a tout loisir d'inventer son quotidien: accueillir ou non les oiseaux, faire danser ses branches au gré du vent, se réjouir ou non de l'ombre faite au passant....
    Bisous-liberté, l'autreje !

    RépondreSupprimer
  20. C'est une belle idée, ça, Fifi, "d'inventer son quotidien : accueillir ou non les oiseaux, faire danser ses branches au gré du vent, se réjouir ou non de l'ombre faite au passant..." C'est très joli et très poétique...
    N'empêche que, dans la pratique, pour lui comme pour moi, sauter à pieds joints cette clôture, ou passer dessous pour se rejoindre, c'est pas gagné !... Sauter par dessus la haie, ça passe, mais là, je ne m'y risquerais pas... :(

    RépondreSupprimer
  21. Odile
    Attends, t'as vu, y a qu'une rangée de fil de fer. On va faire comme quand on était gosses, je soulève le fil de fer tout ce que je peux et tu te glisses en dessous et après tu fais pareil pour moi ! La nappe et la glacière ont déjà glissé de l'autre coté. Reste plus qu'a sortir deux assiettes, des couverts, le pique-nique est prêt !
    Bon, j'ai un peu forcé pour l'arbre, on va dire qu'on fait ce qu'on peut, là où on est. Mais n'empêche, l'espace qui nous est donné peut être utilisé de bien des manières :-)

    RépondreSupprimer
  22. T'es drôlement chouette, Fifi ! et... bien élevée, avec ça : tu me fais passer la première sous les barbelés électrifiés (histoire, mine de rien, de voir comment ça va se passer pour moi, et de tester ce qui t'attend, à suivre !...)
    Alors là, c'est sympa d'avoir préparé le pique-nique, pac'que j'ai une de ces fringales ! Avec la nappe, les assiettes, les couverts et tout le toutim, ça va être d'un chic : un pique-nique grande classe ! M'étonne que t'aies pas emporté le parasol et les relax ! Pour la glacière, c'est un peu encombrant, mais bon, i fallait bien mettre le champagne au frais avec ce soleil écrasant ! J'espère que t'as pas oublié les coupes... :-)
    Tcin-tchin, Fifi ! Santé ! à ce bel été dans la verdure !

    RépondreSupprimer
  23. Odile
    Punaise, c'est moi qui vais tenir le fil la première, au risque de me prendre une "châtaigne" et tu me Soupçonnes, j'te dis pas ! :-)

    Si la glacière te fais trop grandiose, je prends mon panier d'osier, d'ailleurs ça fera plus joli pour la foto ! Faut juste que le taureau à l'autre bout du pré ne nous fasse pas trop d'ennuis !

    Tchin-tchin, Odile en attendant le grand jour !

    RépondreSupprimer
  24. En fait, tu sais, ya pas de problèmes pour tenir le fil à Fifi !... ;-) pour ça, je te fais une confiance totale, et tu me montreras. Je dirais même que, si on se prend des châtaignes, ça fera ça de plus à se mettre sous la dent pour le picnic :))
    D'accord pour le panier d'osier, c'est plusse mieux joli, et, pour parer aux foudres du taureau, une seule consigne : ne pas mettre nos jolies robes rouges à volants ce jour-là, éviter d'être trop "ollé-ollé-m'as-tu-vue" !

    RépondreSupprimer
  25. Si j'ai bien compris: nous autres on est de trop!
    ;-))

    RépondreSupprimer
  26. Thérèse
    Meuhh non, on y va juste nous deux en reconnaissance du terrain, pour mesurer le danger... Après tu suis, y a plein de bonnes choses dans le panier :-)

    RépondreSupprimer
  27. ces arbres m'adopteront peu à peu et pour le mériter , j'apprends ce qu'il faut savoir , je sais déjà regarder les nuages qui passent ,je sais aussi rester en place et je sais presque me taire .
    Jules Renard




    luxiole

    RépondreSupprimer
  28. Merci luxiole !
    Merci pour cette belle citation, qui dit l'essentiel, "rester en place" et "se taire", et puis aussi "regarder" bien-sûr: une belle définition de la contemplation, de ce regard attentif et plein de gratitude devant la beauté sous toutes ses formes.

    RépondreSupprimer

Archives du blog