19 oct. 2011

reflets...







Parc du Musée Gantner




«En devenant miroir du ciel sans cesse changeant, les plans d'eau impliquent la liberté. 
Rien de plus éphémère que ces reflets"
Erik Orsenna





Se reflètent dans l'eau d'un jour tranquille
les arbres élancés à la verte ramure
où le vent de l'automne murmure
en berçant le silence du miroir immobile

est-ce de la fée verte le fabuleux château
où les nymphes des ondes se promènent
le rêve liquide où Monet nous emmène
le cours où flotte l' Ophélie de Rimbaud ?

Paysages changeants vivantes aquarelles
aux couleurs mouvantes de ciel d'air et d'onde
qui donnent le repos aux humeurs vagabondes
par le charme fragile de douceurs naturelles

on aimerait prendre la barque près du rivage
et se laissant porter par le courant avec lenteur
caressant de la main ses riches profondeurs
oublier ses tourments et les soucis de l' âge
Amichel




c'est pour un reflet
qu'il danse la lumière
et gonfle ses ailes
l'autreje

___

24 commentaires:

  1. Reflets et surtout troncs magnifiques et couloirs d’eau. On pourrait se croire en Grande Brière ou dans le Marais Poitevin.
    Les frontières entre le réel et l’imaginaire sont vite franchies dans un tel cadre. On se sent animiste dans ce décor qui a des airs de la forêt de Mononoke selon Myazaki que tu as su planter pour nous donner l’envie d’y aller en toute saison et surtout s’il pleut ou s’il neige.
    (C’est beau l’est de la France !)

    RépondreSupprimer
  2. Cergie
    je ne connaissais pas "Princesse Mononoke", Cergie. Je suis restée scotchée sur you tube et dailymotion à regarder des extraits.

    Tu as raison, ce parc est magnifique. J'aimerais pouvoir m'y promener plus souvent, par toutes saisons et à toutes heures. J'ai encore quelques images en réserve :-)

    RépondreSupprimer
  3. Mais c'est l'endroit chéri de ton amie Marithé ! On peut s'y promener en barque ?
    Encore un peu tôt pour les couleurs, mais le miroir d'eau est là, vibrant, toute l'année. Tu as bien su pêcher quelques morceaux de ciel au passage. Juste ce qu'il fallait de bleu et de rouge orangé au milieu de tout ce vert. J'aime la courbe du tronc qui se regarde dans l'eau. Le tiers droit mérite à lui seul son cadrage.
    Et l'esprit des lieux", là, prêt à décoller : c'est un héron cendré ?

    RépondreSupprimer
  4. Vérificateur de mots : "filamid" !... ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Fifi, ta photo est magnifique. Je suis fascinée par ces reflets. Un endroit charmant à découvrir. Je te remercie de ce très doux partage qui fait rêver ;) A toutes les saisons, ce lieu doit être magique :-)
    Mes bisous.


    «En devenant miroir du ciel sans cesse changeant, les plans d'eau impliquent la liberté. Rien de plus éphémère que ces reflets.»
    Erik Orsenna

    RépondreSupprimer
  6. Odile
    Mais quelle mémoire, Odile ! Depuis le temps que je rêvais de visiter ce parc ! Et coïncidences, Maïté expose en ce moment ses photos de l'automne dernier de ce parc, expo que nous avons visité cet après-midi :-) Tout ça pour te dire que si tu étais là, nous pourrions y aller ensemble et nous régaler ! Une barque il y a et on peut se promener avec. Je l'afficherai aussi.
    Pour l'esprit des lieux, je pense que ce n'est pas un vrai héron mais une des sculptures-oiseaux que l'on retrouve ça et là dans le parc. Mais il y a des vrais canards que j'ai réussi à attraper.
    Merci au vérificateur qui a beaucoup d'intuition, comme souvent :-)

    RépondreSupprimer
  7. Denise
    Je rêve d'y retourner en hiver mais malheureusement les visites ne sont autorisées qu'au printemps jusqu'à la Toussaint.
    Schmoutzele du soir, Denise !

    RépondreSupprimer
  8. Superbe composition, mais je n'arrive pas à identifier ce bleu au centre de la photo et qui ne se reflète pas.

    RépondreSupprimer
  9. Merci Fifi, j'imagine que Schmoutzele du soir veut dire bisous du soir?
    J'aime bien ce mot! Il est doux.
    Douce bise, Fifi.

    A bientôt.

    RépondreSupprimer
  10. Fabien
    Voir plus haut, ma réponse à Odile.


    Denise
    Tout à fait Denise :-)

    RépondreSupprimer
  11. Waw ! Quel miroir !
    Une image féérique !

    RépondreSupprimer
  12. Si c'était un western, on pourrait dire : "un canoë ! méfie toi Joe, les indiens ne sont pas loin"

    RépondreSupprimer
  13. entre impressionisme et pointillisme, une très très jolie aquarelle

    RépondreSupprimer
  14. Somptueuse photo, Fifi !
    J'aime ce ton vert d'eau, Mais que vois-je dans le milieu, j'ai la berlue ou c'est un héron ?
    La petite photo est très belle aussi.
    Comme dit Cergie, c'est beau l'est du pays !

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour FIFI
    Elle est encore magique cette photo
    La barque me semble bien au repos en ce moment comme moi
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  16. Les arbres doivent s'y sentir aussi bien que les visiteurs dans ce parc aux multiples reflets! On sent l'automne qui pointe son nez.L'oeil s'arrete sur la statue (?) qui fait pendant au bleu du ciel.

    RépondreSupprimer
  17. quel beau tableau impressionniste signé Fifi-Monet

    RépondreSupprimer
  18. Se reflètent dans l'eau d'un jour tranquille
    les arbres élancés à la verte ramure
    où le vent de l'automne murmure
    en berçant le silence du miroir immobile

    est-ce de la fée verte le fabuleux château
    où les nymphes des ondes se promènent
    le rêve liquide où Monet nous emmène 
    le cours où flotte l' Ophélie de Rimbaud ?

    Paysages changeants vivantes aquarelles
    aux couleurs mouvantes de ciel d'air et d'onde
    qui donnent le repos aux humeurs vagabondes
    par le charme fragile de douceurs naturelles

    on aimerait prendre la barque près du rivage
    et se laissant porter par le courant avec lenteur
    caressant de la main ses riches profondeurs
    oublier ses tourments et les soucis de l' âge

    RépondreSupprimer
  19. c'est pour un reflet
    qu'il danse la lumière
    et gonfle ses ailes

    RépondreSupprimer
  20. Amichel
    J'aimerais vous emmener tous en ce lieu. Le regard peut se poser dans n'importe quelle direction, c'est un enchantement !
    Merci pour le compliment, Amichel ! J'ose le savourer :-)

    RépondreSupprimer
  21. Amichel
    Merci pour votre hommage poétique pour ce lieu !

    RépondreSupprimer
  22. A la queue leu leu les canards s'en vont
    tout au long de l'onde apaisée
    et les troncs se fondent dans une composition impressionniste.
    La part du rêve est au rendez-vous
    le regard s'égare et se perle de douceur, chez vous aussi.

    RépondreSupprimer
  23. ça fait du bien, cette verdure. Bel endroit, bien photographié.

    RépondreSupprimer
  24. Des reflets que j'avais ratés et dans lesquels je me plonge avec plaisir...

    RépondreSupprimer

Archives du blog