6 févr. 2012

village...


"Quand par le dur hiver...

Sonnet

Quand par le dur hiver tristement ramenée
La neige aux longs flocons tombe, et blanchit le toit,
Laissez geindre du temps la face enchifrenée.
Par nos nombreux fagots, rendez-moi l'âtre étroit !

Par le rêveur oisif, la douce après-dinée !
Les pieds sur les chenets, il songe, il rêve, il croit
Au bonheur ! - il ne veut devant sa cheminée
Qu'un voltaire bien doux, pouvant railler le froid !

Il tisonne son feu du bout de sa pincette ;
La flamme s'élargit, comme une étoile jette
L'étincelle que l'oeil dans l'ombre fixe et suit ;

Il lui semble alors voir les astres du soir poindre ;
L'illusion redouble ; heureux ! il pense joindre
A la chaleur du jour le charme de la nuit !"
Jules Verne


Perspective de vie

S'élever un instant au-dessus du temps...
Écouter respirer le feu dans les cheminées...
Ne pas sentir le froid...revenir le coeur en émois....


La frileuse

Le vent d'hiver
frappe à la porte
n'ouvrez pas
que diable l'emporte
le cœur frissonne
crépite le feu
le chat dort frileux
la pendule sonne
l'hiver est un gueux
en manteau de neige
qui mendie les rêves
de vos jours fiévreux


Villages endormis sous la neige magique
Maisons aux volets clos mystères de la vie
Votre âme s'éblouit en instant poétique
comme une fleur s'ouvre offerte à sa mie


Piste blanche
Le long des vignes :
Accès direct
Aux toits du village


Ding ding dong
Les cloches sonnent
au village où toutes les maisons
se tiennent chaud.
Neige craie
Et toits d’ardoise
A demi cachés
Inutile de faire le gros dos !
L’hiver a tout recouvert
Qui a dit que morte saison s’ensuit ?
Sous la neige crépite la vie
Et de blanches fourmis
S’agitent sous les pieds de vigne.
Ne les voyez-vous pas se hâter
En rangs serrés et plonger
Vers ce village où il fait bon hiverner ?
Ils en pleureront bientôt de leur sève remontée
Et dans un joyeux embrouillamini (eux aussi)
Ils croiseront leurs bois de l’année
Un cep, un piquet, un cep, un piquet
Au pas cadencé de l’hiver il faut aller
Rappeler quel vin se prépare en grand secret
Quand vous reposez près de la cheminée.


Troncs d’hiver

Ils s’étaient alignés
Dans un ordre parfait
Pour laisser s’infiltrer la neige
Qui rejoindrait plus bas
La vallée et ses villages
Aux couleurs pâlies
Par le ciel
Seuls les toits
Jusqu’ici
Semblaient résister
À l’appel inéluctable
Du blanc …


Le vieux bonhomme hiver a jeté son manteau
Recouvrant terre et toits de son velours neigeux
Plus un frémissement même dans les ruisseaux
La nature est figée dans un silence pieux.

38 commentaires:

  1. Nous n'avons pas beaucoup de neige pour le moment. Par contre, il fait - 12 ce matin, avec un soleil magnifique. Cette image date de 2010.

    RépondreSupprimer
  2. ..de belles photos déjà en 2010 ...
    les toits tous en harmonie..

    RépondreSupprimer
  3. Magnifique cette photo!
    Et un chemin tout tracé pour faire de la luge...
    Je te souhaite une agréable semaine Fifi

    RépondreSupprimer
  4. Joli, Soultz sous la neige ! Des maisons blotties les unes contre les autres, comme des moutons dans la bergerie, pour se tenir au chaud.
    Image subliminale ? ou bien ne suis-je pas assez réveillée ? : je crois, à l'instant, t'avoir reconnue, pointer ton nez à une fenêtre, puis rentrer aussitôt...
    J'ai dû rêver, parce que, à l'évidence, tu ne peux pas être à la fois dans ta maison et dans les vignes... :)
    Avec ce frrroid, Fifi, mieux vaut rester au chaud.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu viens Odile, on descend la pente avec la luge ! :-) Je fais la courageuse... Pour le moment je reste au chaud mais avec une belle couche de neige, je rassemble mon courage pour aller faire des foootos...:-)

      Supprimer
  5. Jolie composition. Moi aussi je rassemble mon courage pour aller faire des photos. J'ai tenu dix minutes ce matin !
    Et hop, me revoili bien au chaud. :)

    RépondreSupprimer
  6. Le village est dans le ciel au delà du vallon et les toits s'entassent comme des nuages chargés de flocons. Les "pampres" de la vigne raidis de froid se tiennent au garde à vous pour la parade d'un drôle de carnaval....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "drôle de carnaval" comment ça, Cergie ? Tu dis ça parce Odile et moi font des descentes en luge ? :-))

      Supprimer
  7. Bravo Fifi ! Tu as réussi à saisir les vignes dans un paysage de neige... C'est un cliché que j'ai très envie de prendre depuis quelques jours déjà, mais il y a chaque fois quelque chose qui m'en empêche : mauvaise météo, ou pas de voiture pour aller à l'endroit adéquat...
    C'est chouette de profiter de ta photo.
    Très belle journée à toi !

    RépondreSupprimer
  8. Que c'est beau Fifi... Sais-tu que j'ai toujours aimé voir les toits blanchis par la neige. J'imagine ainsi les intérieurs chaleureux, les familles réunies, un bon feu de bois et tout ce qui fait le bonheur de ces hivers froids :-) Ta photo avec la vigne enneigée et les toits est superbe!
    Bisous bien au chaud ;)


    "Quand par le dur hiver...

    Sonnet

    Quand par le dur hiver tristement ramenée
    La neige aux longs flocons tombe, et blanchit le toit,
    Laissez geindre du temps la face enchifrenée.
    Par nos nombreux fagots, rendez-moi l'âtre étroit !

    Par le rêveur oisif, la douce après-dinée !
    Les pieds sur les chenets, il songe, il rêve, il croit
    Au bonheur ! - il ne veut devant sa cheminée
    Qu'un voltaire bien doux, pouvant railler le froid !

    Il tisonne son feu du bout de sa pincette ;
    La flamme s'élargit, comme une étoile jette
    L'étincelle que l'oeil dans l'ombre fixe et suit ;

    Il lui semble alors voir les astres du soir poindre ;
    L'illusion redouble ; heureux ! il pense joindre
    A la chaleur du jour le charme de la nuit !"
    Jules Verne

    RépondreSupprimer
  9. Perspective de vie

    S'élever un instant au-dessus du temps...
    Écouter respirer le feu dans les cheminées...
    Ne pas sentir le froid...revenir le coeur en émois....

    Bonne semaine Fifi et merci pour cette belle photo qui me touche....

    RépondreSupprimer
  10. parfait... et je suis d' accord avec Kenza!

    RépondreSupprimer
  11. La frileuse


    Le vent d'hiver
    frappe à la porte
    n'ouvrez pas
    que diable l'emporte
    le cœur frissonne
    crépite le feu
    le chat dort frileux
    la pendule sonne
    l'hiver est un gueux
    en manteau de neige
    qui mendie les rêves
    de vos jours fiévreux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Figurez-vous, que nous avons un poêle au centre de la maison et c'est un plaisir d'entendre les buches crépiter !
      "L'hiver est un gueux", ne pas lui succomber, garder nos rêves pour nous réchauffer. Merci Amichel!

      Supprimer
  12. Bonjour,Fifi

    Villages endormis sous la neige magique
    Maisons aux volets clos mystères de la vie
    Votre âme s'éblouit en instant poétique
    comme une fleur s'ouvre offerte à sa mie

    Merci beaucoup.
    Pour tout.

    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  13. Quelle perspective ! Le point de vue est impressionnant et j'aime particulièrement la manière dont la couleur des végétaux joue avec celle des toits.

    RépondreSupprimer
  14. Image bien de saison...

    Piste blanche
    Le long des vignes :
    Accès direct
    Aux toits du village !

    Biseeeeeeeeeeees de Christineeeeee

    RépondreSupprimer
  15. Ding ding dong
    Les cloches sonnent
    au village où toutes les maisons
    se tiennent chaud.
    Neige craie
    Et toits d’ardoise
    A demi cachés
    Inutile de faire le gros dos !
    L’hiver a tout recouvert
    Qui a dit que morte saison s’ensuit ?
    Sous la neige crépite la vie
    Et de blanches fourmis
    S’agitent sous les pieds de vigne.
    Ne les voyez-vous pas se hâter
    En rangs serrés et plonger
    Vers ce village où il fait bon hiverner ?
    Ils en pleureront bientôt de leur sève remontée
    Et dans un joyeux embrouillamini (eux aussi)
    Ils croiseront leurs bois de l’année
    Un cep, un piquet, un cep, un piquet
    Au pas cadencé de l’hiver il faut aller
    Rappeler quel vin se prépare en grand secret
    Quand vous reposez près de la cheminée.

    ***
    Ta photo est géniale.
    Quand viens-tu me donner un cours?

    RépondreSupprimer
  16. Pas encore taillée la vigne?
    Bonne soirée fifi

    RépondreSupprimer
  17. Un bel angle de PDV mais vertigineux, je plains les vendangeurs

    RépondreSupprimer
  18. Notre visuel au quotidien est tellement différent : j'envie ce croisement de lignes fortes et solides par dessus les vignes, elles me changeraient de la circulation en banlieue parisienne. Heureusement de temps en temps, le train s'arrête...

    RépondreSupprimer
  19. Les vendanges se font en raquettes !

    RépondreSupprimer
  20. Le défilé du carnaval* c'est plus de saison que celui du 14 juillet, non ? Ces pieds de vigne ressemblent à une armée en marche.
    (*Je vais faire des beignets de carnaval, pas toi ?)

    RépondreSupprimer
  21. J'en connais qui me demanderaient un sac poubelle pour faire de la glisse là-dessus.

    RépondreSupprimer
  22. Cette jolie photo et touts ces beaux vers font oublier la froidure de l'hiver.

    RépondreSupprimer
  23. Mais je ne suis même pas passée te voir
    Pourtant cette photo est extra
    on irait même que je suis sur cette route à ta recherche
    Mais la neige me bloque donc je reste encore ici
    ELLE est si belle ta photo FIFI
    L'effet est grandiose je trouve
    ET tu sais
    J’adore regarder les toits des maisons
    BISOU

    RépondreSupprimer
  24. Le chemin est tout tracé pour aller se rechauffer au coin d'un feu apres cette jolie promenade

    RépondreSupprimer
  25. Taille tôt, taille tard, rien ne vaut la taille de mars, dit-on ici dans le gaillacois... Sur ma route, j'ai pris en photo, également, la vigne enneigée...

    RépondreSupprimer
  26. Je ne suis pas viticultrice Lou mais j'aime me promener dans les vignes et y photographier les saisons. Pour le moment je ne bouge pas beaucoup, le froid est paralysant !

    RépondreSupprimer
  27. Quelle superbe photo inspirante, Fifi ! Ce genre de payasage qui nous réconcilierait presque avec l'hiver !

    Troncs d’hiver

    Ils s’étaient alignés
    Dans un ordre parfait
    Pour laisser s’infiltrer la neige
    Qui rejoindrait plus bas
    La vallée et ses villages
    Aux couleurs pâlies
    Par le ciel
    Seuls les toits
    Jusqu’ici
    Semblaient résister
    À l’appel inéluctable
    Du blanc …

    Saravati

    RépondreSupprimer
  28. Toute la vie semble s'être tapie dans le village, j'ai une impression d'intimité en le regardant avec ses toits blottis les uns contre les autres. Sans doute qu'on y fait des crêpes, que l'on est près de la table de la cuisine pour discuter autour d'une table de café où l'on a versé un doigt de mirabelle (c'est ce qu'on fait du moins en Lorraine).
    Pour ce qui est des beignets, ma grand mère en fait des bassines entières, ce qui est le moins lorsqu'on a cinq enfants. Mais tu n'es pas obligée d'en faire autant. Le plus long c'est le passage dans la friteuse.
    Revenir en arrière sur des messages antérieurs est délicieux surtout en cette période où il fait si froid, comme une soirée au coin du feu à se raconter des histoires...

    RépondreSupprimer
  29. Une superbe photo qui a inspiré de bien belles plumes..
    Merci à chacun...pour ce moment magique..:-))
    Bisous givrés d' amitié

    RépondreSupprimer
  30. Génial pour la luge : j'arriiive !
    Un p'tit coup de vin chaud sucré avec de la cannelle et Yououps ! c'est parti… Avec de l'élan,on s'envole par-dessus les toits, comme sur un tapis magique !

    RépondreSupprimer
  31. Le vieux bonhomme hiver a jeté son manteau
    Recouvrant terre et toits de son velours neigeux
    Plus un frémissement même dans les ruisseaux
    La nature est figée dans un silence pieux.

    © Marie LC, 9 février 2012

    RépondreSupprimer
  32. Je ne sens ni le vent, ni le froid
    je vais à pas feutrés
    je laisse sur les toits
    mes rêves saupoudrés
    je ne sens ni le froid, ni le vent
    les ceps chantent pour nous
    dans les courbes du temps
    se dessinent les jours plus doux ...

    Comme c'est beau Fifi ! Des paysages enchanteurs vraiment ... mes vignes ne sont jamais caressées par les flocons quel dommage ;)
    Bisous

    RépondreSupprimer
  33. une jolie photo qui nous fait hésiter entre rester jusqu'au vendanges ou rentrer dans le village

    RépondreSupprimer

Archives du blog