30 août 2012

pépites...



"Nuit sur l'étang

Sur l’étang lisse où s’émiette la lune
En paillettes d’argent, en mille blonds reflets
Le rose nénuphar étale sur l’eau brune
Ses feuilles arrondies que le vent fait s’enfler.

Dans le ciel, solitaire, une étoile tremblote,
La brise ride à peine l’eau ensommeillée
Où courent de longs frissons; balançant sa calotte,
Le nénuphar s’endort, sa fleur entrebâillée.

Sa longue tige ondule, lorsqu’une vague passe
Et tirant sur sa chaîne, comme un navire à l’ancre,
La belle coupe danse et saute, jamais lasse
Eclairant d’un rayon l’eau noire comme l’encre."
Anne-Marie Galichet
envoyé par Denise 


 pépites d'or
sur l'étang endormi
-miroite l'infini

Claudie 


"Tu m'as donné ta boue et j'en ai fait de l'or"
Baudelaire

envoyé par Miss Yves


"La clarté, c'est une juste répartition d'ombre et de lumière."
J.W.von Goethe
envoyé par Béa



30 commentaires:

  1. Ta photo est magnifique Fifi... De l'or sur l'étang! Le reflet de la lune certainement. C'est magique. J'aime énormément ta photo et c'est un moment merveilleux. Merci Fifi.


    "Nuit sur l'étang

    Sur l’étang lisse où s’émiette la lune
    En paillettes d’argent, en mille blonds reflets
    Le rose nénuphar étale sur l’eau brune
    Ses feuilles arrondies que le vent fait s’enfler.

    Dans le ciel, solitaire, une étoile tremblote,
    La brise ride à peine l’eau ensommeillée
    Où courent de longs frissons; balançant sa calotte,
    Le nénuphar s’endort, sa fleur entrebâillée.

    Sa longue tige ondule, lorsqu’une vague passe
    Et tirant sur sa chaîne, comme un navire à l’ancre,
    La belle coupe danse et saute, jamais lasse
    Eclairant d’un rayon l’eau noire comme l’encre."
    Anne-Marie Galichet

    RépondreSupprimer
  2. digne des impressionnistes! bravo!

    RépondreSupprimer
  3. Magnifique, on ne peut que s'émerveiller.
    La réalité doit être bien différente sans les rayons du soleil.

    RépondreSupprimer
  4. C'est bien ce que je dis aujourd'hui, la lune éclaire les nuits.
    Jolie photo, Fifi !

    RépondreSupprimer
  5. C'est le sort des feuilles, vouées à la pourriture, d'alimenter le sol, et c'est aussi leur secret de se faire belles jusqu'au bout.
    Je soupçonne les arbres d'avoir des pièces d'or plein les branches pour amadouer les divinités des ruisseaux, des mares et des rivières et les faire repousser au printemps
    Quant à toi, tu joues l'alchimiste et nous en mets plein les mirettes !

    RépondreSupprimer
  6. PS
    Des feuilles d'aulne ?

    RépondreSupprimer
  7. "Feuilles d'aulne" alors là je ne sais pas. Peut être qu'un ou une spécialiste saura répondre ? Je vais consulter l'ami google :-) Au bord d'un étang cet éclairage inattendu sur les feuilles mortes déjà nombreuses a été un coup de coeur. J'aurais volontiers traîné pour en attraper encore mais les photographes à la traîne...Je n'aime pas faire attendre. En fait, faire de la photo est une activité solitaire. Prendre son temps: une méditation j'ose dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien d'accord, Fifi : le contemplatif et le photographe préfèrent la solitude et le silence. Les jubilâtions-photogrâphiques-devant-les-bôtés-de-la-Nâture sont difficilement conciliables avec le jogging ou même la simple balade en groupe qui nécessitent de suivre, en gros, le rythme du peloton et la conversation. A moins qu'on soit adepte de la marche silencieuse, ce qui rapproche déjà les affinités.
      Etre "à la traîne" dans les promenades à plusieurs, c'est lassant pour les autres qui, même s'ils comprennent ta passion, n'ont pas tellement envie de piétiner ou de rester plantés là à s'extasier ou à t'attendre…
      Tu as beau leur dire "Allez-y, j'vous rattrape", tu t'efforces alors de faire vite et de presser le pas ensuite … ; tu les retrouves souvent quelques virages plus loin, t'attendant patiemment… ; parfois ils te charrient gentiment avec le sourire, parfois sont pas trop contents… Là, du coup, tu te pinces pour tenter de ne plus recommencer, tu redeviens "sociable" (parce que, malgré tout, tu l'es !…)

      Chuis sûre qu'à nous deux, on devrait faire une bonne paire pour bien s'entendre sur les Oh! Ah! et les pauses photo à chaque pas... ;-)
      Pourquoi qu't'es si loin ?… Allez, je jette une pièce d'or dans le ruisseau pour qu'on arrive à se rapprocher !… ;-)

      Supprimer
    2. A côté des Oh et des Ah, des "jubilâtions-photogrâphiques-devant-les-bôtés-de-la-Nâture", je crois qu'on rigolerait bien, Odile :-) et tu pourrais faire mon éducation botanique et tout et tout... Va savoir un jour on pourra faire ça: une balade photo ensemble ! Et qu'est ce qu'on va se mettre: des Oh et des Ah pleins plein et plein de clic-clic partout-partout ! :-))

      Supprimer
    3. J'en souris,Fifi (rififi... :D) rien que d'iy penser ! :-)

      Supprimer
  8. des feuilles d'or prêtes à se coller au paysage

    RépondreSupprimer
  9. Tu as de l'or dans les yeux !
    Bravo !

    RépondreSupprimer
  10. Juste un peuit passage sur votre blog, à partir de celui de Veronica. Un seul mot : j'aime. Un vrai regret : ne pas savoir comme vous le faites si bien mettre en relief ce "beau" qui nous enserre. Bravo!

    RépondreSupprimer
  11. Hier c' était les lumières de la lune bleue...tu as su saisir les reflets de cette nuit magique...:-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ciel de pluie nuageux, pas pu faire de photos cette nuit !:-(
      Bisous de bonne soirée, Mathilde !

      Supprimer
  12. Bonjour, Fifi..et petit coucou à Mathilde!

    C'est vraiment superbe!

    pépites d'or
    sur l'étang endormi
    -miroite l'infini

    Beau samedi
    Claudie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était vraiment un "étang endormi".:-)
      Merci Claudie !

      Supprimer
  13. Lumière et mystère...moi aussi, j'aime !
    Et j'aile le haïku de Claudie

    RépondreSupprimer
  14. "Tu m'as donné ta boue et j'en ai fait de l'or"
    Baudelaire

    RépondreSupprimer
  15. J'adore cette photo!!!
    "La clarté, c'est une juste répartition d'ombre et de lumière."J.W.von Goethe
    Bisous
    bea

    RépondreSupprimer
  16. La photo est superbe avec cette eau noire sur laquelle se sont posées des feuilles déjà en fin de vie mais apportant leur lumière à cette ombre.
    Le poème de Anne-Marie Galichet publié par Denise me plait beaucoup

    RépondreSupprimer
  17. Moi aussi j'adore cette photo pleine de lumière et de mystère; tous les mots qui l'accompagnent sont en harmonie ! Un vrai plaisir ;)
    J'arrive de chez Olivier.
    Bonne fin de journée, un dimanche où le soleil daigne se montrer.

    RépondreSupprimer
  18. Preciosa la imagen, me encantan las palabras que la acompañan. Un abrazo.

    RépondreSupprimer
  19. L'or qui s'immisce dans la verdoyance estivale? c'est l'automne qui s'avance, subreptice...

    RépondreSupprimer
  20. Il n'y a pas de la lumière pour toutes les feuilles, les temps sont durs

    RépondreSupprimer
  21. Beautiful photographs, beautiful romantic mood. I am greeting

    RépondreSupprimer
  22. très réussi ce patchwork de feuilles et de reflets

    RépondreSupprimer
  23. Joli rendu entre ombre et lumiere.

    RépondreSupprimer

Archives du blog