22 févr. 2013

"je n'aime que les livres..."


"Je n'aime que les livres dont les pages sont imbibées de ciel bleu - de ce bleu qui a fait l'épreuve de la mort. Si mes phrases sourient c'est parce qu'elles sortent du noir. J'ai passé ma vie à lutter contre la persuasive mélancolie. Mon sourire me coûte une fortune. Le bleu du ciel, c'est comme si une pièce d'or tombait de votre poche et qu'en l'écrivant je vous la rendais. Ce bleu en majesté dirait la fin définitive du désespoir et ferait monter les larmes aux yeux. Vous comprenez ?" 
Christian Bobin L'homme-joie


"L'accès au livre, plus que tout, réclame des passeurs : on vient au livre parce que quelqu'un vous y conduit. Et cela durant toute la vie. Combien de fois avons-nous lu, et souvent aimé, un livre parce qu'il nous venait de quelqu'un que nous aimions, en qui nous avions confiance ? Mieux : qui nous avait fait, dans tous les sens, le don de ce livre."
  Danielle Sallenave   Nous, on n'aime pas lire



"Il lui disait : Vois-tu, si nous deux nous pouvions,
L'âme pleine de foi, le coeur plein de rayons,
Ivres de douce extase et de mélancolie,
Rompre les mille noeuds dont la ville nous lie ;
Si nous pouvions quitter ce Paris triste et fou,
Nous fuirions ; nous irions quelque part, n'importe où,
Chercher loin des vains bruits, loin des haines jalouses,
Un coin où nous aurions des arbres, des pelouses ;
Une maison petite avec des fleurs, un peu
De solitude, un peu de silence, un ciel bleu,
La chanson de l'oiseau qui sur le toit se pose,
De l'ombre, et quel besoin avons-nous d'autre chose ?"
Victor Hugo


Le ciel est une page ouverte
Où les nuages légers racontent
Des histoires qui font rêver
Les enfants sages du village

Christine


Je n'aime que le ciel
Qui joue avec mes cils
Bleus

Véronica

37 commentaires:

  1. des bleus..des cieux.. ton ciel est fantastique...

    RépondreSupprimer
  2. Je vous reçois sept sur sept, toi et Bobin !!!!!

    RépondreSupprimer
  3. hopla Gueis!
    Bobin, il fait fort ... dans le fort! Mais ton image le lui rend bien! Un choix de focale judicieux, et pour moi non naturel tant je pense "téléobjectif" et tant je ne sais que rendre des gros plan...donc respect.

    RépondreSupprimer
  4. Je te soupçonne de dormir avec Bobin à ton chevet ;-)
    La coïncidence de ton billet avec l'actualité du jour me bouleverse...
    Dimanche dernier, jour de froid sec avec ciel azur, ma nièce chérie a frôlé la mort de près : un sanglier bourru a traversé sauvagement devant sa voiture et, pour l'éviter, elle est allée droit au fossé. Il a fallu, pour la désincarcérer de là, découper la tôle du toit de la voiture..
    Il s'en est fallu de peu... Je l'ai vue hier, sur son lit d'hôpital, un pansement autour du cou : on vient de lui souder deux cervicales avec une plaque pour protéger la moelle. Sa première réflexion, à mi-voix, avec un sourire à 180º, a été :
    "Tu peux pas savoir ce que ça fait de penser que tu vas mourir, et tout d'un coup de voir au-dessus de toi... un carré de ciel bleu !!!"
    Demain, je ne pourrai la voir que très rapidement, mais je vais lui glisser le mot de Bobin dans une enveloppe et, dès que ce sera possible, je lui ferai un paquet de "l'Homme-Joie", avec un joili foulard de soie bleue, en guise de ruban ;-)
    Bon dimanche, amiga mia !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. PS
      Tu sais, Fifi que, de prime abord, ton titre m'a fait peur :
      "je n'aime que les livres..." (= comme si tu n'aimais "RIEN QUE les livres"... :-)
      Farceuse, va !!!... :D
      PPS
      Bien sûr, tu devines que j'aime é-nor-mé-ment ton image !
      et le blanc des nuages, autant que le bleu du ciel !
      ("ah ! les nuages, les merveilleux nuages"...)

      Supprimer
    2. Odile, je n'ai rien à ajouter à cela ! Embrasse-la tout doucement de ma part !

      Supprimer
    3. Le petit mot d'Odile me touche. Bonne *reconstruction* pour sa nièce, elle en ressortira *grandie* avec des yeux nouveaux.

      Supprimer
  5. Quel endroit magnifique et quel ciel,merci du partage !

    bon w end ;o)

    RépondreSupprimer
  6. Fifi, je craque devant ta superbe photo qui laisse le ciel bleu recouvrir cette douce campagne et les belles chaumières. Ta photo est de toute beauté et j'aime ce ciel immense.
    Beau week-end avec mes bisous :-)

    "Il lui disait : Vois-tu, si nous deux nous pouvions,
    L'âme pleine de foi, le coeur plein de rayons,
    Ivres de douce extase et de mélancolie,
    Rompre les mille noeuds dont la ville nous lie ;
    Si nous pouvions quitter ce Paris triste et fou,
    Nous fuirions ; nous irions quelque part, n'importe où,
    Chercher loin des vains bruits, loin des haines jalouses,
    Un coin où nous aurions des arbres, des pelouses ;
    Une maison petite avec des fleurs, un peu
    De solitude, un peu de silence, un ciel bleu,
    La chanson de l'oiseau qui sur le toit se pose,
    De l'ombre, et quel besoin avons-nous d'autre chose ?"
    Victor Hugo

    RépondreSupprimer
  7. A propos du titre, Odile: bien-sûr j'avais envie de mettre "bleu..." mais la couleur du titre de l'image est définitivement "orange" :-( J'ai bidouillé en vain pendant une heure pour changer l'orange en bleu. Y a bien eu un précédent avec une terre "bleue comme une orange" mais tu aurais sorti ton crayon rouge :-))

    RépondreSupprimer
  8. Magnifique photo, Fifi! et quel beau ciel bleu, enfin ! Ici c'est pareil et ça fait du bien.
    J'aime beaucoup le poème d'Hugo mais si Paris est fou il n'est jamais triste, même sous le ciel gris.
    Il y a aussi des arbres et quand on cherche bien dans les petites ruelles jolies, il y a des fleurs.
    Bon wouik !

    RépondreSupprimer
  9. C'est amusant, comme tu l'as vu ce matin je parle de lecture moi aussi... Retrouver ce que l'on aime, ce qui nous peine aussi dans les livres qui nous sont proposés nous apporte bien des émotions, les livres nous sont essentiels, merci Fifi
    Ton ciel bleu est magnifique, il est certain que voir la vie en bleu nous coûte une fortune comme le dit si joliment Bobin, en tout cas cela nous coûte de gros efforts d'optimisme et en même temps nous réjouit l'âme... Alors vive le bleu du ciel !
    Bisous ma belle

    RépondreSupprimer
  10. Il est très beau ce ciel tout en filaments. Je les préfère souvent aux ciels bleu uni car ils sont pleins de vie et permettent d'y voir toutes sortes de personnages, d'animaux, de dessins... selon notre imagination.
    Sur ton image, il prend toute la place et éclaire le petit village à ses pieds, c'est très beau

    RépondreSupprimer
  11. Luminosité, abandon... et pourtant quelqu'un a les pieds sur terre pour embraser le tout!
    Merveille que ce ciel!
    Je ne connais pas Christian Bobin mais retiens son nom.

    RépondreSupprimer
  12. Une de mes couleurs préférées !

    RépondreSupprimer
  13. Je vais peut-être t'emprunter ta citation pour un billet autour duquel je travaille en ce moment et qui s'appelle : «I've got the blues!» ou encore mieux, j'y renverrai mes lecteurs.

    Quant à t'écrire un petit texte aujourd'hui, devant la superbe prose de Bobin, je n'ose pas et m'incline bien bas devant le maître!

    Bonne fin de semaine

    RépondreSupprimer
  14. Bonsoir Fifi. Ta photo au bleu si intense quoique saupoudré de délicats nuages est très belle. Quant à ton titre, il m'a rappelé une citation lue sur un petit calendrier perpétuel offert par une amie. La citation est de Danielle Sallenave (2009) et est extraite d'un ouvrage dont le titre est l'opposé du tien : " Nous, on n'aime pas lire".
    Cependant voilà ce que dit l'auteur :
    "L'accès au livre, plus que tout, réclame des passeurs : on vient au livre parce que quelqu'un vous y conduit. Et cela durant toute la vie. Combien de fois avons-nous lu, et souvent aimé, un livre parce qu'il nous venait de quelqu'un que nous aimions, en qui nous avions confiance ? Mieux : qui nous avait fait, dans tous les sens, le don de ce livre."
    Bises à toi Fifi et bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Nous on n'aime pas lire" un titre fait pour "attraper" un futur lecteur :-) Merci pour cette belle citation, Sylvie !
      Dans "Comme un roman" Daniel Pennac développe également ce sujet. J'ai beaucoup aimé son livre.

      Supprimer
  15. Ce paysage est grandiose, le bleu intensifie l'espace, si démesuré que j'en éprouve comme une angoisse..Ou est-ce dû à ces filaments nuageux qui semblent fondre sur le village?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que le village est riquiqui vu l'ampleur du ciel :-) Mais j'ai fait express tu sais. A s'en approcher elle sont de belles tailles les petite maisons.

      Supprimer
  16. Le ciel est une page ouverte
    Où les nuages légers racontent
    Des histoires qui font rêver
    Les enfants sages du village

    Ton image me fait rêver aussi !

    Biseeeeeeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeeeeeee


    RépondreSupprimer
  17. On ne dira jamais assez l'influence du bleu et la justesse des écrits de Bobin.
    Sur ta photo, le ciel comme un éventail( de possibles), un chemin, tous ces gribouillages en forme de brouillons, ces certitudes nuages arrivant en force et l'humaine construction à l'échelle de l'univers: une goutte de terre à l'échelle du Tout.
    Si je comprends Bobin: oui, je le comprends puisqu'il dit tout haut ce que beaucoup de nous ressentons tout bas.
    Bon dimanche, Fifi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime quand tu dis: "Si je comprends Bobin: oui, je le comprends puisqu'il dit tout haut ce que beaucoup de nous ressentons tout bas." C'est je pense, ce qui a fait le succès de Bobin, d'oser dire, ce que nous n'osons pas dire, ce que nous n'arrivons pas à exprimer de façon aussi ajustée et poétique, aussi jubilatoire.

      Supprimer
  18. Quel joli paysage, avec les nuages différents.
    Bon dimanche, Franka

    RépondreSupprimer
  19. Un paysage exceptionnel comme je les aime...
    Bonne journée, enneigée ici en Normandie ;)

    RépondreSupprimer
  20. "Je regarde le bleu du ciel. Il n'y a pas de porte. Ou bien elle est ouverte depuis toujours. Dans ce bleu j'entends parfois un rire, le même que celui des fleurs : impossible de l'entendre sans aussitôt le partager.
    Ce bleu, je le glisse dans ce livre, pour vous."
    Christian Bobin - l'homme-joie (dernières lignes)

    Merci, cher poète !
    Si le ciel n'est pas bleu tous les jours, vous êtes là pour nous aider à filtrer le gris.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ma prochaine image :-) Merci Odile !

      Supprimer
  21. En fait vous n'aimez que les bonnes choses Fifi
    Gérard

    RépondreSupprimer
  22. Ce que j'aime ce sont ces gros nuages blancs au ventre rebondi sur la montagne bleue au loin, ce sont des nuages chargés d'eau arrêtés par l'effet de foehn comme ceux qui passent bas sur les Vosges.
    J'aime bien aussi trouver lorsque je lis des mots de quelqu'un d'autre qui me parlent et qui me rendent plus lisible une photo que j'ai prise.

    RépondreSupprimer
  23. "J'aime bien aussi trouver lorsque je lis des mots de quelqu'un d'autre qui me parlent et qui me rendent plus lisible une photo que j'ai prise." C'est ce que tu fais la plupart du temps, Cergie :-) comme ici, par rapport aux gros nuages blancs qui couronnent la montagne.

    RépondreSupprimer
  24. Un ciel qui donne le vertige et qui nous emmène doucement vers le printemps ;-)

    RépondreSupprimer
  25. Magnifique paysage , j'aime beaucoup ton cadrage

    RépondreSupprimer
  26. Je ne vous envoie pas un poème, mais un petit coin de ciel bleu de Suisse pour compléter votre collection.
    Vous excellez en photos paysages.

    RépondreSupprimer
  27. J'adore ton cadrage qui fait la part belle au ciel...

    RépondreSupprimer
  28. Je n'aime que le ciel
    Qui joue avec mes cils
    Bleus

    RépondreSupprimer

Archives du blog