8 févr. 2014

il se lève...



La belle Matineuse

Des portes du matin l’amante de Céphale,
Ses roses épandait dans le milieu des airs,
Et jetait sur les cieux nouvellement ouverts
Ces traits d’or et d’azur, qu’en naissant elle étale,

Quand la Nymphe divine, à mon repos fatale,
Apparut, et brilla de tant d’attraits divers,
Qu’il semblait qu’elle seule éclairait l’univers
Et remplissait de feux la rive orientale.

Le soleil se hâtant pour la gloire des cieux
Vint opposer sa flamme à l’éclat de ses yeux,
Et prit tous les rayons dont l’Olympe se dore.

L’onde, la terre et l’air s’allumaient à l’entour ;
Mais auprès de Philis on le prit pour l’Aurore,
Et l’on crut que Philis était l’astre du jour.

Vincent Voiture


Le silence régnait sur la terre et sur l'onde,
L'air devenait serein et l'Olympe vermeil,
Et l'amoureux Zéphire affranchi du sommeil
Ressuscitait les fleurs d'une haleine féconde.

L'Aurore déployait l'or de sa tresse blonde,
Et semait de rubis le chemin du Soleil ;
Enfin ce dieu venait au plus grand appareil
Qu'il soit jamais venu pour éclairer le monde,

Quand la jeune Philis au visage riant,
Sortant de son palais plus clair que l'Orient,
Fit voir une lumière et plus vive et plus belle.

Sacré flambeau du jour n'en soyez pas jaloux !
Vous parûtes alors aussi peu devant elle
Que les feux de la nuit avaient fait devant vous.

Claude Malleville (1596_1647)


Les jolies aurores

Il y a des aurores si claires et si limpides
Qu’on dirait un tableau qu’un artiste inspiré
Aurait peint en cadeau au monde déchiré
Pour lui dire à quel point notre terre est splendide.

Des bleutés et des mauves entremêlés de roses
Effleurent les sommets de leurs doigts caressants
Et délicatement sur la nature se posent
La recouvrant soudain d’un voile évanescent.

Au loin quelques oiseaux commencent à chanter
Tout doucement d’abord par touches délicates
La nature s’éveille dans un froufrou léger
Comme au printemps venu les gros bourgeons éclatent.

On n’ose pas parler pour prendre la mesure
De cet enchantement qui ne va pas durer
On reste suspendu au vol de la nature
Pour goûter ce moment de pure éternité.

Au loin sur la montagne un léger voile brume
Pare de sa beauté tel un enchantement
Les sommets que domine en maîtresse la lune
Qui à tous petits pas va s’enfuir doucement.


© Marie LC, 31 mars 2006





Hymne au soleil

Je t'adore, Soleil ! ô toi dont la lumière,
Pour bénir chaque front et mûrir chaque miel,
Entrant dans chaque fleur et dans chaque chaumière,
Se divise et demeure entière
Ainsi que l'amour maternel !

Je te chante, et tu peux m'accepter pour ton prêtre,
Toi qui viens dans la cuve où trempe un savon bleu
Et qui choisis, souvent, quand tu veux disparaître,
L'humble vitre d'une fenêtre
Pour lancer ton dernier adieu !

Tu fais tourner les tournesols du presbytère,
Luire le frère d'or que j'ai sur le clocher,
Et quand, par les tilleuls, tu viens avec mystère,
Tu fais bouger des ronds par terre
Si beaux qu'on n'ose plus marcher !

Gloire à toi sur les prés! Gloire à toi dans les vignes !
Sois béni parmi l'herbe et contre les portails !
Dans les yeux des lézards et sur l'aile des cygnes !
Ô toi qui fais les grandes lignes
Et qui fais les petits détails!

C'est toi qui, découpant la sœur jumelle et sombre
Qui se couche et s'allonge au pied de ce qui luit,
De tout ce qui nous charme as su doubler le nombre,

A chaque objet donnant une ombre
Souvent plus charmante que lui !

Je t'adore, Soleil ! Tu mets dans l'air des roses,
Des flammes dans la source, un dieu dans le buisson !
Tu prends un arbre obscur et tu l'apothéoses !
Ô Soleil ! toi sans qui les choses
Ne seraient que ce qu'elles sont !

Edmond Rostand - Chanteclerc






Il se lève
Des laves
Il fait le tour de son coeur ...



Promesses d'aube
chemins croisés du jour.


AU FIL du jour naissant l'astre roi en éveil
émerge peu à peu des flots noirs de la nuit
tel un tison qu'un souffle rallume il luit
les joues de l'aurore prennent un éclat vermeil

la nature à l'entour sort aussi du sommeil
la lumière chasse les ombres qui s'enfuient
s'animent tous les êtres la vie avec ses bruits
un coq lance son chant qui appelle au réveil

l'aube au miroir du ciel se fait une beauté
pour s'unir au matin en grande majesté
et donner au lever du soleil sa splendeur

si le vent pousse au loin sa traîne de nuages
par beau temps à midi comme après un orage
l'arc-en-ciel d'un clair jour montrera ses couleurs 

"N’abrégez pas le matin en vous levant tard ; regardez-le comme une quintessence de la vie. "
 Arthur Schopenhauer
envoyé par Denise


Dans le sous-bois, perce une flamme
La nuit a rendu l'âme
Et tiré sa rêve-errance
Au ciel, douces nuances
Voilà le jour nouveau
C'est sûr, il fera beau!

Claire Fo


Des draps d'or satiné de l'aurore hivernale
émerge un instant un somnolent soleil pâle.
À peine sorti du lit de l'horizon, frileux,
il file se blottir sous l'édredon nuageux.

Tilia



Du néant l'astre surgit
il faut bénir ses magnificences
Avancer droit et vivre

Marine Zoup


"L' aurore ressemble à un regard d' une tendresse infinie..."
Nicole Houde

envoyé par Mathilde


Dieu, c'est un lieu fermé dont l'aurore a la clé 
Victor Hugo


Un rêveur est celui qui ne trouve son chemin qu'au clair de lune et qui, comme punition, aperçoit l'aurore avant les autres hommes.
Oscar Wilde 

envoyé par Simone


Je te salue, âme du monde,
Sacré soleil, astre de feu,
De tous les biens source féconde,
Soleil, image de mon dieu :
C.L de Malfilatre

envoyé par Claude
"Ah ! petit prince, j'ai compris, peu à peu, ainsi, ta petite vie mélancolique. Tu n'avais eu longtemps pour distraction que la douceur des couchers de soleil. J'ai appris ce détail nouveau, le quatrième jour au matin, quand tu m'a dit :
J'aime bien les couchers de soleil. Allons voir un coucher de soleil...
- Mais il faut attendre...
- Attendre quoi ?
- Attendre que le soleil se couche.
Tu as eu J'air très surpris d'abord, et puis tu as ri de toi-même. Et tu m'as dit :
- Je me crois toujours chez moi
En effet. Quand il est midi aux États-Unis, le soleil, tout le monde le sait, se couche sur la France. Il suffirait de pouvoir aller en France en une minute pour assister au coucher de soleil. Malheureusement la France est bien trop éloignée. Mais, sur ta si petite planète, il te suffisait de tirer ta chaise de quelques pas. Et tu regardais le crépuscule chaque fois que tu le désirais...
- Un jour, j'ai vu le soleil se coucher quarante-trois fois !
Et un peu plus tard tu ajoutais
Tu sais... quand on est tellement triste on aime les couchers de soleil...
- Le jour des quarante-trois fois tu étais donc tellement triste ?
Mais le petit prince ne répondit pas."
Antoine de St Exupéry 
qui pense que ce "c'est valable aussi pour un lever de soleil" Elle a raison :-)

 

41 commentaires:

  1. Radieux, IL se lève et nous embrase!
    Un rayonnement qui nous donne, à nous aussi , envie de nous lever
    et de te dire:"bravo"!

    RépondreSupprimer
  2. La belle Matineuse

    Des portes du matin l’amante de Céphale,
    Ses roses épandait dans le milieu des airs,
    Et jetait sur les cieux nouvellement ouverts
    Ces traits d’or et d’azur, qu’en naissant elle étale,

    Quand la Nymphe divine, à mon repos fatale,
    Apparut, et brilla de tant d’attraits divers,
    Qu’il semblait qu’elle seule éclairait l’univers
    Et remplissait de feux la rive orientale.

    Le soleil se hâtant pour la gloire des cieux
    Vint opposer sa flamme à l’éclat de ses yeux,
    Et prit tous les rayons dont l’Olympe se dore.

    L’onde, la terre et l’air s’allumaient à l’entour ;
    Mais auprès de Philis on le prit pour l’Aurore,
    Et l’on crut que Philis était l’astre du jour.

    Vincent Voiture

    RépondreSupprimer
  3. Sur le même thème, version de Claude Malleville (1596_1647)

    Le silence régnait sur la terre et sur l'onde,
    L'air devenait serein et l'Olympe vermeil,
    Et l'amoureux Zéphire affranchi du sommeil
    Ressuscitait les fleurs d'une haleine féconde.

    L'Aurore déployait l'or de sa tresse blonde,
    Et semait de rubis le chemin du Soleil ;
    Enfin ce dieu venait au plus grand appareil
    Qu'il soit jamais venu pour éclairer le monde,

    Quand la jeune Philis au visage riant,
    Sortant de son palais plus clair que l'Orient,
    Fit voir une lumière et plus vive et plus belle.

    Sacré flambeau du jour n'en soyez pas jaloux !
    Vous parûtes alors aussi peu devant elle
    Que les feux de la nuit avaient fait devant vous.

    RépondreSupprimer
  4. Ton ciel fait envie!!! En ce moment, par chez moi, c'est toujours du gris et de la pluie!

    RépondreSupprimer
  5. Pour notre plus grand plaisir !!

    Bon week-end !

    RépondreSupprimer
  6. Edmond Rostand - Chanteclerc
    Hymne au soleil

    Je t'adore, Soleil ! ô toi dont la lumière,
    Pour bénir chaque front et mûrir chaque miel,
    Entrant dans chaque fleur et dans chaque chaumière,
    Se divise et demeure entière
    Ainsi que l'amour maternel !

    Je te chante, et tu peux m'accepter pour ton prêtre,
    Toi qui viens dans la cuve où trempe un savon bleu
    Et qui choisis, souvent, quand tu veux disparaître,
    L'humble vitre d'une fenêtre
    Pour lancer ton dernier adieu !

    Tu fais tourner les tournesols du presbytère,
    Luire le frère d'or que j'ai sur le clocher,
    Et quand, par les tilleuls, tu viens avec mystère,
    Tu fais bouger des ronds par terre
    Si beaux qu'on n'ose plus marcher !

    Gloire à toi sur les prés! Gloire à toi dans les vignes !
    Sois béni parmi l'herbe et contre les portails !
    Dans les yeux des lézards et sur l'aile des cygnes !
    Ô toi qui fais les grandes lignes
    Et qui fais les petits détails!

    C'est toi qui, découpant la soeur jumelle et sombre
    Qui se couche et s'allonge au pied de ce qui luit,
    De tout ce qui nous charme as su doubler le nombre,
    A chaque objet donnant une ombre
    Souvent plus charmante que lui !

    Je t'adore, Soleil ! Tu mets dans l'air des roses,
    Des flammes dans la source, un dieu dans le buisson !
    Tu prends un arbre obscur et tu l'apothéoses !
    Ô Soleil ! toi sans qui les choses
    Ne seraient que ce qu'elles sont !

    RépondreSupprimer
  7. Il se lève
    Des laves
    Il fait le tour de son coeur ...

    RépondreSupprimer
  8. Il se lève et tu es là pour faire la photo... ! Merci Fifi !
    J'aurais pour ma part tendance à dire : "Il est levé"... tant ma couette me plaît le matin... ;-)

    RépondreSupprimer
  9. Il existe donc encore des couchers ou levers de soleil chez toi?
    Ici, à part la pluie...
    Promesses d'aube
    chemins croisés du jour.

    RépondreSupprimer
  10. AU FIL du jour naissant l'astre roi en éveil
    émerge peu à peu des flots noirs de la nuit
    tel un tison qu'un souffle rallume il luit
    les joues de l'aurore prennent un éclat vermeil

    la nature à l'entour sort aussi du sommeil
    la lumière chasse les ombres qui s'enfuient
    s'animent tous les êtres la vie avec ses bruits
    un coq lance son chant qui appelle au réveil

    l'aube au miroir du ciel se fait une beauté
    pour s'unir au matin en grande majesté
    et donner au lever du soleil sa splendeur

    si le vent pousse au loin sa traîne de nuages
    par beau temps à midi comme après un orage
    l'arc-en-ciel d'un clair jour montrera ses couleurs






    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouvrir les volets sur ce spectacle est une joie. C'était le premier février mais depuis pas mal de grisaille et de pluie.
      Ce qui fait que l'on apprécie d'autant quand le soleil est au rendez-vous :-)
      Merci Amichel !!!

      Supprimer
  11. C'est magnifique, Fifi. Ce ciel s'appelle simplement bonheur! Chez nous aussi, le premier février, nous avons eu un beau lever de jour.
    Je suis admirative.
    Gros bisous de samedi soir :-)


    N’abrégez pas le matin en vous levant tard ; regardez-le comme une quintessence de la vie. »
    de Arthur Schopenhauer

    RépondreSupprimer
  12. Quand le regard se lève jusqu'à ces tons soleil.... c'est merveille... !!
    Merci Fifi pour ces beautés au ciel..
    bisous du samedi.
    Den

    RépondreSupprimer
  13. Dans le sous-bois, perce une flamme
    La nuit a rendu l'âme
    Et tiré sa rêve-errance
    Au ciel, douces nuances
    Voilà le jour nouveau
    C'est sûr, il fera beau!

    Bon dimanche Fifi.

    RépondreSupprimer
  14. Le spectacle est ...au ciel ..juste à le ver la tête

    RépondreSupprimer
  15. Merveilleuses photos qui donnent envie de sauter du lit et respirer à pleins poumons l'air ensoleillé !

    RépondreSupprimer
  16. Des photos resplendissantes !
    L'occasion pour moi de dépoussiérer un de mes vieux quatrains :

    Des draps d'or satiné de l'aurore hivernale
    émerge un instant un somnolent soleil pâle.
    À peine sorti du lit de l'horizon, frileux,
    il file se blottir sous l'édredon nuageux.

    Bises et bon dimanche, Fifi

    RépondreSupprimer
  17. Du néant l'astre surgit
    il faut bénir ses magnificences
    Avancer droit et vivre


    Des images qui font aimer la vie

    RépondreSupprimer
  18. Moi aussi je me lève, mais je n'en fais pas tout un plat !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes moins resplendissants parfois :-)

      Supprimer
    2. Les trois sont superbes, un bonheur de voir ces levers de soleil. Je joins à ce commentaire un petit poème de mon cru, sous copyright donc rien que pour toi.


      Les jolies aurores

      Il y a des aurores si claires et si limpides
      Qu’on dirait un tableau qu’un artiste inspiré
      Aurait peint en cadeau au monde déchiré
      Pour lui dire à quel point notre terre est splendide.

      Des bleutés et des mauves entremêlés de roses
      Effleurent les sommets de leurs doigts caressants
      Et délicatement sur la nature se posent
      La recouvrant soudain d’un voile évanescent.

      Au loin quelques oiseaux commencent à chanter
      Tout doucement d’abord par touches délicates
      La nature s’éveille dans un froufrou léger
      Comme au printemps venu les gros bourgeons éclatent.

      On n’ose pas parler pour prendre la mesure
      De cet enchantement qui ne va pas durer
      On reste suspendu au vol de la nature
      Pour goûter ce moment de pure éternité.

      Au loin sur la montagne un léger voile brume
      Pare de sa beauté tel un enchantement
      Les sommets que domine en maîtresse la lune
      Qui à tous petits pas va s’enfuir doucement.

      © Marie LC, 31 mars 2006

      Supprimer
  19. Toutes les formes de nuages semblent s'être donné rendez-vous dans ta première photo... Y a-t-il aussi quelques traces du passage d'avions?

    Bises et bonne semaine

    RépondreSupprimer
  20. Inspiration et créations à la mesure de ta belle photo.
    (J'ai ajouté quelques explications à ton intention sur mon blog melimailart)

    RépondreSupprimer
  21. " L' aurore ressemble à un regard d' une tendresse infinie..."
    Nicole Houde

    RépondreSupprimer
  22. J'aime ces levers colorés ! Belle semaine, Fifi !

    RépondreSupprimer
  23. Comme c'est beau tout ces partages ...
    Un bien bel espace chère d'âme :)

    RépondreSupprimer
  24. Grâce à ta question sur les fanzines d'art postal ,(exemple ci-dessous:)

    http://circulaire132.blogspot.fr/

    j'ai découvert qu'un de mes correspondants avait changé d'adresse!

    RépondreSupprimer
  25. Tout est nouveau sous une telle lumière et tout semble à nouveau possible!
    Bonne semaine Fifi.

    RépondreSupprimer
  26. Et tous les espoirs sont permis :-)

    RépondreSupprimer
  27. Superbes photos !
    J'aime le cercle de lumière dorée caché par les arbres !

    Petit jeu poétique aussi chez moi cette semaine : si vous voulez venir lire...ou même particper, vite, plus qu'un jour !

    RépondreSupprimer

  28. Dieu, c'est un lieu fermé dont l'aurore a la clé... Victor Hugo

    ou alors...

    Un rêveur est celui qui ne trouve son chemin qu'au clair de lune et qui, comme punition, aperçoit l'aurore avant les autres hommes.
    Oscar Wilde

    RépondreSupprimer
  29. FIFI bonsoir j'aime aussi le regarder se lever mais se coucher aussi c'est agréable
    j'adore ces couleurs dorées qui me donne envie de rêver encore un peu plus et me laisser aller aussi
    Les couleurs nous les cherchons le matin dés que nous sommes dehors*
    Un petit signe en couleur et que du bonheur

    BISOU FIFI

    RépondreSupprimer
  30. je te salue, âme du monde,
    Sacré soleil, astre de feu,
    De tous les biens source féconde,
    Soleil, image de mon dieu :
    MALFILATRE.

    Super belles tes photos, Fifi !

    RépondreSupprimer
  31. Un coucher de soleil par dessus les toits à la découpe en contre jour quasi parfaite

    RépondreSupprimer
  32. Coucou Fifi !

    Quelle magie dans cette série en contre jour. Pile poil au rendez-vous pour assister au lever du soleil à travers les branches : Bravo Fifi !!!

    Biseeeeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
  33. Belle apparition progressive d'un beau louis d'or trouant l'obscurité !

    RépondreSupprimer
  34. Une tres belle série. J'aime particulierement la premiere photo, prise de plus loin, qui mele le bleu à cette declinaison céleste.Je fais pas mal de route le matin pour aller travailler et c'est toujours une source d'émerveillement pour moi, partie à la nuit, de voir le jour se lever et l'evolution changeante du ciel le long du parcours sur ma campagne meusienne.

    RépondreSupprimer
  35. Le rideau d'arbres prolonge le lever de l'étoile du jour et en préserve la pudeur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai failli ne pas mettre la première et pourtant elle est importante pour la progression. L'arrivée des textes me fait choisir une autre mise en page :-)

      Supprimer
  36. J'y pense, c'est le Petit Prince qui aimait tirer sa chaise pour regarder le coucher du soleil sur sa planète, aussi souvent qu'il voulait. C'est valable aussi pour un lever de soleil je pense. Il disait que lorsque l'on est triste on aime les couchers de soleil. Une fois il l'avait regardé 43 fois

    http://lepetitprinceexupery.free.fr/chapitre06.htm

    RépondreSupprimer

Archives du blog