1 févr. 2014

filer droit...




La Fileuse
Assise, la fileuse au bleu de la croisée
Où le jardin mélodieux se dodeline ;
Le rouet ancien qui ronfle l'a grisée.

Lasse, ayant bu l'azur, de filer la câline
Chevelure, à ses doigts si faibles évasive,
Elle songe, et sa tête petite s'incline.

Un arbuste et l'air pur font une source vive
Qui, suspendue au jour, délicieuse arrose
De ses pertes de fleurs le jardin de l'oisive.

Une tige, où le vent vagabond se repose,
Courbe le salut vain de sa grâce étoilée,
Dédiant magnifique, au vieux rouet sa rose.

Mais la dormeuse file une laine isolée ;
Mystérieusement l'ombre frêle se tresse
Au fil de ses doigts longs et qui dorment, filée.

Le songe se dévide avec une paresse
Angélique, et sans cesse, aux doux fuseaux crédule,
La chevelure ondule au gré de la caresse...


Derrière tant de fleurs, l'azur se dissimule,
Fileuse de feuillage et de lumière ceinte :
Tout le ciel vert se meurt. Le dernier arbre brûle.

Ta sœur, la grande rose où sourit une sainte,
Parfume ton front vague au vent de son haleine
Innocente, et tu crois languir... Tu es éteinte

Au bleu de la croisée où tu filais la laine.
Paul Valery (1871 - 1945)



L'aile de l'oiseau
File le bon coton
S'en fait plumage
Dispensé au zénith
En longs ramages..


"...Car souvent, quand un jour se lève triste et gris,
Quand on ne voit partout que de sombres images,
Un rayon de soleil glisse entre deux nuages
Qui nous montre là-bas un petit coin d’azur;
Quand l’homme doute et que tout lui paraît obscur,
Il a toujours à l’âme un rayon d’espérance;
Car il reste toujours, même dans la souffrance,
Au plus désespéré, par le temps le plus noir,
Un peu d’azur au ciel, au coeur un peu d’espoir."
Guy de Maupassant


Les nuages dansent
Dans l'azur immense
Laine effilochée
Ou ronde légère
Le ciel a filé...
Sa pelote d'hiver !
La Licorne


Elle file, file, file, file
La route qui va vers toi
Elle file, file, file, file
Cette route-là
Plus elle file, file, file, file
Et plus je suis fou de joie
Car je sais bien d'avance
Qu'au bout de cette route
Tu te jetteras dans mes bras.....

Simone 


Au soleil d'Icare
tracer droit fil un sillage
sur ciel moutonnant

Miss Yves





ou tourner en rond




Un ange plane
puis il plonge dans le bleu
à ta rencontre



De temps en temps
les nuages donnent un répit
aux contempleurs de lune.
Bashô



" File la laine , filent les jours
Carde ma peine et mon amour
Livre d'images des rêves lourds
Ouvre la page à l' éternel retour.."



File la laine par Isabelle Aubret
envoyé par Miss Yves



Le ciel ne raconte jamais la même histoire, les nuages travaillent sans cesse pour nous sortir de l'ennui.
Fanny Salmeron 

envoyé par Denise


"Depuis quelques jours, ces nuages qui passent, où sont-ils partis ?"
Oū Yáng Xiū

envoyé par Enitram


Bleu sur blancs moutons
tête en l'air combien sont-ils
toujours dans les nuages

Miss Yves


Le ciel s'effiloche
Nez en l'air cheveux au vent
n'y voir que du bleu

Miss Yves


Le nez en l'air
regarder et
se perdre dans mille rêves

Naline

 

 "La laine des moutons, c'est nous qui la tondaine,
La laine des moutons, c'est nous qui la filons.
Tondi, tondons, la laine des moutaines,
Fili, filons, la laine des moutons"


"Cardi-cardons ; Peigni-peignons ; Teigni-teignons ; Tissi-tissons"...
envoyé par Odile


Il file un mauvais coton, Éole
Ne suis pas le droit chemin
On dit qu'il s'aime, le vent
Pourtant il tempête!
Le nez dans les nuages
Il joue à saute-moutons
Là-haut,c'est la bataille
Quelle pagaille!!!

Claire Fo



S'il n'y a pas de traces
De charrois dans le ciel

C'est que probablement
On n'y va pas souvent,

Qu'il n'y a pas de vent
Pour y porter les gens.

Guillevic
envoyé par Tilia


Quand passe les nuages
le nez en l'air
on leur dit bon voyage
vers l'au delà des mers
avec eux ils traînent
un pesant bagage
l'aigre mélancolie
de nos rêves inassouvis
de nos départs remis
les regrets de nos vies
les défaites des jours
et les renoncements
Quand passent les nuages
icebergs dérivant
sur la banquise bleu
que le vent chasse
et loin emporte
chargés d'eau
suivant en songe
leur errance
tremble après leur passage
une larme douce amère
au fond de nos yeux
Quand passe les nuages 

Amichel


J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages.
Charles Baudelaire
envoyé par Claude


50 commentaires:

  1. Réponses
    1. Pas vraiment :-) faut pas, j'ai des invités à midi. Mais rien que pour le plaisir de voir arriver les commentaires, j'ai laissé filer mes nuages :-)

      Supprimer
  2. Même si la perspective est différente, je ne peux m'empêcher de songer à ce poème, ne serait-ce que pour son titre et celui de ton blog:


    La Fileuse
    Assise, la fileuse au bleu de la croisée
    Où le jardin mélodieux se dodeline ;
    Le rouet ancien qui ronfle l'a grisée.

    Lasse, ayant bu l'azur, de filer la câline
    Chevelure, à ses doigts si faibles évasive,
    Elle songe, et sa tête petite s'incline.

    Un arbuste et l'air pur font une source vive
    Qui, suspendue au jour, délicieuse arrose
    De ses pertes de fleurs le jardin de l'oisive.

    Une tige, où le vent vagabond se repose,
    Courbe le salut vain de sa grâce étoilée,
    Dédiant magnifique, au vieux rouet sa rose.

    Mais la dormeuse file une laine isolée ;
    Mystérieusement l'ombre frêle se tresse
    Au fil de ses doigts longs et qui dorment, filée.

    Le songe se dévide avec une paresse
    Angélique, et sans cesse, aux doux fuseaux crédule,
    La chevelure ondule au gré de la caresse...

    Derrière tant de fleurs, l'azur se dissimule,
    Fileuse de feuillage et de lumière ceinte :
    Tout le ciel vert se meurt. Le dernier arbre brûle.

    Ta sœur, la grande rose où sourit une sainte,
    Parfume ton front vague au vent de son haleine
    Innocente, et tu crois languir... Tu es éteinte

    Au bleu de la croisée où tu filais la laine.

    Paul Valery (1871 - 1945)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Miss ! Je vais déguster tout à l'heure !!

      Supprimer
  3. Un ange plane
    puis il plonge dans le bleu
    à ta rencontre

    RépondreSupprimer
  4. De temps en temps
    les nuages donnent un répit
    aux contempleurs de lune.

    Bashô

    RépondreSupprimer
  5. Comme c'est beau ! Tes mots sous tes deux photos, le tout est tellement plein ...

    Pensées or Eole et ...

    RépondreSupprimer
  6. Juste une petite parodie de complainte :

    " File la laine , filent les jours
    Carde ma peine et mon amour
    Lire nuages aux rêves lourds
    Ouvre la page à l' éternel retour.."

    le retour du printemps bien sur...
    Je te file plein de bisous...:-))

    RépondreSupprimer
  7. comme miss yves j'ai pensé à .. filer la laine surtout pour la première photo... beau!

    RépondreSupprimer
  8. Comme toi, Fifi, j'adore les nuages, lever la tête, et le regard, et se perdre làt-haut... j'adore..
    les tiens sont magnifiques, et si bien habillés par les mots des unes et des autres..
    Merci pour ce partage.
    Je te souhaite une bonne soirée.. sous la pluie maintenant.
    Bisous.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. excuses.. là-haut.. tu as corrigé !!
      Den

      Supprimer
  9. Quel magnifique ciel. Tout comme toi, Fifi, j'aime regarder le ciel et ce matin, le ciel était beau et je l'ai aussi photographié.
    Doux dimanche et gros bisous.


    Le ciel ne raconte jamais la même histoire, les nuages travaillent sans cesse pour nous sortir de l'ennui.
    Fanny Salmeron

    RépondreSupprimer
  10. "Depuis quelques jours, ces nuages qui passent, où sont-ils partis ?"
    Oū Yáng Xiū

    RépondreSupprimer
  11. "...Car souvent, quand un jour se lève triste et gris,
    Quand on ne voit partout que de sombres images,
    Un rayon de soleil glisse entre deux nuages
    Qui nous montre là-bas un petit coin d’azur;
    Quand l’homme doute et que tout lui paraît obscur,
    Il a toujours à l’âme un rayon d’espérance;
    Car il reste toujours, même dans la souffrance,
    Au plus désespéré, par le temps le plus noir,
    Un peu d’azur au ciel, au coeur un peu d’espoir."

    Guy de Maupassant

    RépondreSupprimer
  12. Bleu sur blancs moutons
    tête en l'air combien sont-ils
    toujours dans les nuages

    RépondreSupprimer
  13. Le ciel s'effiloche
    Nez en l'air cheveux au vent
    n'y voir que du bleu




    RépondreSupprimer
  14. S'asseoir sur le tapis et faire voguer les reves.
    Delicieux les commentaires.

    RépondreSupprimer
  15. L'aile de l'oiseau
    File le bon coton
    S'en fait plumage
    Dispensé au zénith
    En longs ramages...



    Sublime ta photo Fifi

    RépondreSupprimer
  16. Une quenouille a l'ouvrage avant et apres un p'tit verre.

    RépondreSupprimer
  17. Le nez en l'air
    regarder et
    se perdre dans mille rêves

    RépondreSupprimer
  18. Les nuages dansent
    Dans l'azur immense
    Laine effilochée
    Ou ronde légère
    Le ciel a filé...
    Sa pelote d'hiver !

    RépondreSupprimer
  19. Miss Yves a fort bien vu, car c'est aussi au rouet de ma tante que j'ai pensé et à cette masse vaporeuse qui, à force de patience, se transformait en laine qu'elle pouvait ensuite tisser pour faire foulard ou manteau. Elle oubliait d'ailleurs souvent des épingles dans les vêtements qu'elle confectionnait, ce dont mon arrière-train conserve quelques souvenirs d'où ma rituelle question à mon acupunctrice : «Tu es bien certaine que tu n'as pas oublié une épingle?»

    Bonne semaine!

    RépondreSupprimer
  20. Elle file, file, file, file
    La route qui va vers toi
    Elle file, file, file, file
    Cette route-là
    Plus elle file, file, file, file
    Et plus je suis fou de joie
    Car je sais bien d'avance
    Qu'au bout de cette route
    Tu te jetteras dans mes bras.....

    très bon et beau dimanche

    RépondreSupprimer
  21. Des fils et floches comme les tiens on en redemande!

    RépondreSupprimer
  22. Dans le ciel, c'est tout aussi beau ! :-)

    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
  23. Sur la première, on dirait tout à fait le résultat de ce qui sort du filage d'un rouet. J'adore ! et la deuxième montre sans doute les cheveux d'un ange...

    RépondreSupprimer
  24. Si on les écoute bien, les nuages reprennent à tour de rôle les comptines :
    "La laine des moutons, c'est nous qui la tondaine,
    La laine des moutons, c'est nous qui la filons.
    Tondi, tondons, la laine des moutaines,
    Fili, filons, la laine des moutons"
    et ainsi de suite :
    "Cardi-cardons ; Peigni-peignons ; Teigni-teignons ; Tissi-tissons"...
    En tout cas, ces deux-là, tout effilochés, laineux ou cotonneux, droit ou en rond,
    m'ont l'air de filer un mauvais coton, et risqueraient bien de nous donner du fil à retordre... :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime comme tu sais tendre l'oreille, Odile pour écouter les nuages :-)
      T'embrasse fort pour tes jolies comptine que je ne connaissais pas !

      Supprimer
  25. Il file un mauvais coton,Éole
    Ne suis pas le droit chemin
    On dit qu'il s'aime, le vent
    Pourtant il tempête!
    Le nez dans les nuages
    Il joue à saute-moutons
    Là-haut,c'est la bataille
    Quelle pagaille!!!

    Tourbillon de câlinsss!!!

    RépondreSupprimer
  26. J'aimerai bien avoir un jardin qui se dodeline...Sacré Paul Valéry !

    RépondreSupprimer
  27. "Filer droit" si c'est dans les nuages, j'accepte!
    Douce semaine Fifi.
    Bises.

    RépondreSupprimer
  28. Au soleil d'Icare
    tracer droit fil un voyage
    sur ciel moutonnant

    .....AH! cette chanson citée par Mathilde B....Quelle merveille!

    RépondreSupprimer
  29. Je n'ai pas réussi à trouver la version chantée par Anne Sylvestre

    http://www.youtube.com/watch?v=KKmyBFWzAaQ

    RépondreSupprimer
  30. Modification:

    Au soleil d'Icare
    tracer droit fil un sillage
    sur ciel moutonnant

    RépondreSupprimer
  31. "Filer droit" c'est ce qui m'était demandé quand j'étais gamine
    "Tache de filer droit ! sinon..."
    Heureusement le temps a passé et j'ai souvent pris les chemins de traverse :-)

    Guillevic, lui, pense que :

    S'il n'y a pas de traces
    De charrois dans le ciel

    C'est que probablement
    On n'y va pas souvent,

    Qu'il n'y a pas de vent
    Pour y porter les gens.

    (dédié à à Alice Ahrweiler, dans les "Chansons" du recueil "Exécutoire"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton commentaire plein d'humour est délicieux, Tilia !
      "File droit" et toute la litanie, des : " Tiens-toi droite"... "Vite et Bien"... "En Silence !"...
      a été le lot de générations soumises aux dictats de méthodes éducatives rigoristes
      qui nous poussaient, immanquablement, comme tu le dis, à prendre "les chemins de traverse" qu'on pouvait...
      entraînant, au final, le résultat inverse de celui recherché : "Donner du fil à retordre" !... :D

      Ah ! les mots que tu cites de Guillevic sont savoureux et pleins de poésie !
      Il en avait à dire, sur la terre et les labours, les arbres, le vent et les nuages...
      "Les traces de charrois dans le ciel" : c'est vraiment très joli.

      Supprimer
    2. Merci Odile B, pour ce "fil à retordre" plein d'à propos et auquel je n'avais pas pensé :-)

      Supprimer
    3. Joliment résumée par toutes les deux l'expression "filer droit" :-) L'éducation était ainsi faite dans notre enfance, avec comme dit, des résultats variés... Comme plus tard l'éducation permissive avec des résultats tout aussi problématiques. Point trop n'en faut, probablement, de "filer droit" ou de "fais ce que tu veux". L'éducation est une science vraiment délicate :-)

      Supprimer
  32. J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages.
    BAUDELAIRE, Le Spleen de Paris.

    RépondreSupprimer
  33. Quand passe les nuages
    le nez en l'air
    on leur dit bon voyage
    vers l'au delà des mers
    avec eux ils traînent
    un pesant bagage
    l'aigre mélancolie
    de nos rêves inassouvis
    de nos départs remis
    les regrets de nos vies
    les défaites des jours
    et les renoncements
    Quand passent les nuages
    icebergs dérivant
    sur la banquise bleu
    que le vent chasse
    et loin emporte
    chargés d'eau
    suivant en songe
    leur errance
    tremble après leur passage
    une larme douce amère
    au fond de nos yeux
    Quand passe les nuages



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Quand passent les nuages" notre coeur voyage avec eux et oublie "le pesant bagage" de toutes nos tristesses.
      C'est bien pour cela qu'ils nous fascinent tant et attirent immanquablement notre regard dans leur fascinant renouvellement.
      Merci Amichel de les suivre pour nous !

      Supprimer
  34. A tous !
    Je reviens demain pour mettre ma page à jour.

    Merci pour les poèmes, chansons et commentaires, c'est toujours un bonheur à les lire, à les écouter !

    RépondreSupprimer
  35. Une ligne d'horizon dans le ciel ? Superbe.
    C'est tellement beau que cela se passe de mots pour moi, j'admire juste.
    Belle journée

    RépondreSupprimer
  36. Preciosas imagenes...un beso desde Murcia.

    RépondreSupprimer
  37. "File la laine file les jours" c'est ce qui m'est aussi venu à l'esprit car en ce moment je tricote beaucoup et cela m'occupe bien, cependant je ne tonds pas les moutons ni ne carde ni ne file ni ne teint. Et tricoter ne fait pas faire d'économie vu le prix des fils qui sont composés plus d'acrylique que de laine. Tricoter est un passe-temps utile et agréable comme de regarder le ciel d'une belle journée et regarder filer les nuages venus de l'autre coté de la montagne bleue....

    RépondreSupprimer
  38. Des nuages, de si beaux nuages que j'ai admirés en écoutant la douce voix d'Isabelle Aubret. Un réel plaisir...

    RépondreSupprimer
  39. J'ai gardé de l'enfance cette habitude de regarder les nuages et d'y lire des visages, formes ou histoires diverses. J'ai eu l'occasion de constater depuis que je n'étais pas la seule.Je partage tes visions avec plaisir :)

    RépondreSupprimer

Archives du blog