22 mai 2014

en rose...


Bonne fête à toutes les mamans !

 
Abeille au vent rose trémière. Le bonheur bourdonne à l'oreille des saisons.
Alain Boudet


" Les gitans , les chats errants et les roses trémières savent quelque chose sur l' éternel que nous ne savons plus .
Christian. Bobin  

L' homme-joie 
envoyé par Mathilde


Le soleil abaissé du soir,
Jaune et luisante renoncule,
Semble glisser, au crépuscule,
De quelque pomme d'arrosoir.
Il semble se mêler au sable,
Aux stores de paille, au gazon,
Au vitrage de la maison
Dans une ardeur inextricable.
L'air est fumant, sourd, fructueux;
L'affolement joyeux des mouches
Enflamme les suaves bouches
Des narcisses voluptueux.
Le frelon noir, plein de lumière
De cils, de soie et de velours,
Tombe d'un balancement lourd
Au cœur de la rose trémière.
Et la guêpe semble vouloir
Faire une couture dorée
A la molle étoffe azurée
Du chaud, du clair, du tendre soir.
Anna de Noailles

envoyé par Josette


"Et rose, elle a vécu, ce que vivent les roses, l'espace d'un instant "
Ronsard
envoyé par Saravati


La rose trémière
d'un doigt couleur bonbon
montre le ciel

Marine Zoup


Artémis

La Treizième revient... C'est encor la première ;
Et c'est toujours la Seule, - ou c'est le seul moment :
Car es-tu Reine, ô Toi! la première ou dernière ?
Es-tu Roi, toi le seul ou le dernier amant ? ...

Aimez qui vous aima du berceau dans la bière ;
Celle que j'aimai seul m'aime encor tendrement :
C'est la Mort - ou la Morte... Ô délice ! ô tourment !
La rose qu'elle tient, c'est la Rose trémière.

Sainte napolitaine aux mains pleines de feux,
Rose au cœur violet, fleur de sainte Gudule,
As-tu trouvé ta Croix dans le désert des cieux ?

Roses blanches, tombez ! vous insultez nos Dieux,
Tombez, fantômes blancs, de votre ciel qui brûle :
- La sainte de l'abîme est plus sainte à mes yeux !

Gérard de Nerval
envoyé par Miss Yves


La sagesse qui, chez un homme, est seulement théorique et ne devient pas pratique, ressemble à la rose pleine dont la couleur et le parfum délectent les autres, mais qui s’effeuille sans avoir porté de fruits. Pas de rose sans épines. Mais maintes épines sans rose.
Arthur Schopenhauer

envoyé par Simone


"Le portail de bois de mon jardin ne tient plus guère debout. Il faudrait le remplacer.
Je reçois maints conseils de la part des gens sensés.
'Vous devriez en mettre un en fer, c'est beaucoup plus solide, vous n'auriez plus de problèmes'...
Et si je me contentais d'une barrière de roses trémières ?
Si ce n'est pas plus solide, ce serait tellement plus agréable à l'œil.
Et puis, cette grille été redeviendrait neuve à chaque printemps."
Marthe Séguin-Fontes, 

Lettres de mon jardin - éd. du Chêne
envoyé par Odile



En balançant tous ses jupons de crépon rose,
en un corps de ballet elle se métamorphose.
Elle danse au rythme de la brise de mer,
élégante et gracieuse, la belle rose trémière.

Tilia


"On compare les fleurs aux femmes. On a tort. Il y aura toujours entre elles, cette différence que les fleurs sont belles..... et ne le savent pas."
Alphonse Karr

envoyé par Aurélie


35 commentaires:

  1. Ces roses trémières sont la douceur même et comme j'aime ce joli rose sur les délicats pétales. Ta photo est une merveille, Fifi :-) Merci.
    Gros bisous.


    Abeille au vent rose trémière. Le bonheur bourdonne à l'oreille des saisons.
    Alain Boudet

    RépondreSupprimer
  2. Je sais que tu aimes Ch.Bobin , comme moi ...alors voilà :
    " Les gitans , les chats errants et les roses trémières savent quelque chose sur l' éternel que nous ne savons plus .
    Ch. Bobin " L' homme-joie "

    Toujours dommage que leurs feuilles deviennent vite envahies par les cochenilles..:-((
    Bisous belle Fifi

    RépondreSupprimer
  3. Le soleil abaissé du soir,
    Jaune et luisante renoncule,
    Semble glisser, au crépuscule,
    De quelque pomme d'arrosoir.
    Il semble se mêler au sable,
    Aux stores de paille, au gazon,
    Au vitrage de la maison
    Dans une ardeur inextricable.
    L'air est fumant, sourd, fructueux;
    L'affolement joyeux des mouches
    Enflamme les suaves bouches
    Des narcisses voluptueux.
    Le frelon noir, plein de lumière
    De cils, de soie et de velours,
    Tombe d'un balancement lourd
    Au cœur de la rose trémière.
    Et la guêpe semble vouloir
    Faire une couture dorée
    A la molle étoffe azurée
    Du chaud, du clair, du tendre soir.

    Anna de Noailles

    RépondreSupprimer
  4. Quelle fraîcheur de coloris et quelle finesse de texture !

    RépondreSupprimer
  5. Tellement belles les roses trémières, je comprends que tu ai craqué pour celles-ci

    RépondreSupprimer
  6. Merci FIFI j'adore aussi ces fleurs que je regarde lorsque je vais voir ma belle mère bisou

    RépondreSupprimer
  7. "Et rose, elle a vécu, ce que vivent les roses, l'espace d'un instant "
    Mes roses trémières ont un jour disparu sans laisser la moindre trace ...

    RépondreSupprimer
  8. Tendres pétales
    En rose bonbon !

    Biseeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
  9. Quelle douceur que le rose de ces roses trémières... J'aime beaucoup la phrase de Alain Boudet envoyée par Denise "Le bonheur bourdonne à l'oreille des saisons..." Je trouve l'expression aussi belle que poétique :-)

    RépondreSupprimer
  10. Je m'apprêtais à publier la phrase de Bobin... quand je l'ai vue sous ta magnifique photo.
    Beau week-end.

    RépondreSupprimer
  11. Aaah ! les roses trémières (que l'on appelle ici du joli nom de "passeroses")... sans elles, les ruelles, les façades de nos petits villages du littoral atlantique , les îles bretonnes, vendéennes, charentaises Groix, , Belle-Île, Houat, Hoëdic, Noirmoutier, Yeu, Aix, Ré, Oléron n'auraient pas ce charme fou. Aaah ! les impasses et "venelles" de St Martin, la Flotte, Ars-en-Ré !!!... C'est impératif : la balade, la visite ou les vacances dans ces lieux s'imposent au moment de la floraison. Elles font partie du paysage de la belle saison. Elles captent la lumière dans leurs fleurs de papier de soie, éclaboussent les murs de couleurs ou les animent de leur ombre projetée. La déclinaison des teintes et la forme simple, double ou triple de leurs coroles est pure merveille ; les abeilles s'y roulent et leurs butineries est un spectacle, elles en repartent lourdes de pollen. La hauteur de leur tige dépasse parfois la toiture et oblige à les attacher pour qu'elles gardent la tête haute et leur fière silhouette. J'ai en mémoire les abords de l'église et du cimetière fleuris de Talmont-sur-Gironde elles étaient toutes sagement ceinturées, ligotées aux murs dans l'attente du passage du jury des villages fleuris pour une nouvelle médaille...
    J'aime revenir de vacances avec des graines au fond de mes poches :-)
    La municipalité de planté des arbres d'alignement dans la rue. Ils ont mis du temps à dépasser la hauteur des trémières que j'avais semées sur le trottoir où elles se plaisent à resurgir chaque année. Elles n'ont qu'un seul défaut : celui de ne pas nous dire comment les aider à se débarrasser des points de rouille qui tachent inexorablement leurs feuilles... :-/ Les jardins bien bêchés conviennent moins à ces sauvageonnes que les endroits les plus incongrus : leur capacité à se ressemer sur le trottoir est incroyable. On les voit surgir directement au pied des murs, dans la pierre, le macadam... là où elles ont décidé.

    Ta photo rose me fait rosir de bonheur malgré la pluie :-)
    Demain, je t'adresserai un extrait des "Lettres de mon jardin" de Marthe Seguin Fontes ; elle y a écrit une bien jolie page pour ses amies les roses trémières.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celles-ci sont totalement alsaciennes, Odile et elles rosissent de plaisir à lire ton commentaire plein de tendresse pour elles ! J'en ai eu autour de la maison, leur grande taille demande souvent de l'aide pour les garder debout.
      Sur le trottoir !!! Nettement plus beau que les "mauvaises herbes" qu'il faut déloger pour faire propre :-)
      C'est une fleur que j'aime aussi et les régions que tu cites leur doivent une bonne partie de leur charme
      Merci Odile pour ton super commentaire !

      Supprimer
    2. Comme promis : la page en question

      (Quatrième de couverture : "Au fil d'une correspondance tour à tour poétique, grave ou souriante, illustrée d'aquarelles originales, Marthe Séguin- Fontes se révèle une épistolière passée maître dans l'art de faire partager sa passion des fleurs et du jardin .")

      "Le portail de bois de mon jardin ne tient plus guère debout. Il faudrait le remplacer.
      Je reçois maints conseils de la part des gens sensés.
      'Vous devriez en mettre un en fer, c'est beaucoup plus solide, vous n'auriez plus de problèmes'...
      Et si je me contentais d'une barrière de roses trémières ?
      Si ce n'est pas plus solide, ce serait tellement plus agréable à l'œil.
      Et puis, cette grille été redeviendrait neuve à chaque printemps."
      Marthe Séguin-Fontes, Lettres de mon jardin - éd. du Chêne

      Supprimer
    3. Tu t'es inspiré de l'auteur pour semer tes roses trémières sur ton trottoir :-)
      Un portail, ou une maison usée par le temps, où la nature refait alliance avec l'oeuvre de l'homme me touche infiniment plus qu'un environnement "nickel" et tout neuf.
      "Le portail de bois" qui refleurit chaque année voilà une image que j'aimerais attraper et partager.
      Merci Odile pour ta recherche !

      Supprimer
  12. La rose trémière
    d'un doigt couleur bonbon
    montre le ciel

    Merci pour cette fleur ravissante Fifi !
    bisous




    RépondreSupprimer
  13. C'est super beau.
    Il faudrait que je m'occupe ENFIN des graines que j'ai achetées.
    Bon week-end !

    RépondreSupprimer
  14. j'adore ces fleurs c'est des roses crémières FIFI bisou

    RépondreSupprimer
  15. Douceur tendre d'un rose délicat..
    merci Fifi
    Den

    RépondreSupprimer
  16. Quelle belle mise en valeur, quelle douceur... Une image du plaisir de vivre et de regarder...

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour Fifi, quelles beautés!
    Je suis parfois un peu jalouse de voir toutes ces belles fleurs, je ne peux pas en planter entre les dalles de ma terrasse en ville.

    RépondreSupprimer
  18. Ma fleur préférée...en poésie, via mon poète de prédilection:

    Gérard de NERVAL (1808-1855)


    Artémis

    RépondreSupprimer
  19. Gérard de NERVAL (1808-1855)

    Artémis

    La Treizième revient... C'est encor la première ;
    Et c'est toujours la Seule, - ou c'est le seul moment :
    Car es-tu Reine, ô Toi! la première ou dernière ?
    Es-tu Roi, toi le seul ou le dernier amant ? ...

    Aimez qui vous aima du berceau dans la bière ;
    Celle que j'aimai seul m'aime encor tendrement :
    C'est la Mort - ou la Morte... Ô délice ! ô tourment !
    La rose qu'elle tient, c'est la Rose trémière.

    Sainte napolitaine aux mains pleines de feux,
    Rose au coeur violet, fleur de sainte Gudule,
    As-tu trouvé ta Croix dans le désert des cieux ?

    Roses blanches, tombez ! vous insultez nos Dieux,
    Tombez, fantômes blancs, de votre ciel qui brûle :
    - La sainte de l'abîme est plus sainte à mes yeux !

    RépondreSupprimer
  20. et quelle photo....superbe.......
    La sagesse qui, chez un homme, est seulement théorique et ne devient pas pratique, ressemble à la rose pleine dont la couleur et le parfum délectent les autres, mais qui s’effeuille sans avoir porté de fruits. Pas de rose sans épines. Mais maintes épines sans rose.

    Arthur Schopenhauer

    RépondreSupprimer
  21. Une mise en valeur de toute beauté !!!

    RépondreSupprimer
  22. Une haute rose trémière
    Dressait sur le toit de chardons
    Ses cloches pleines de lumière
    Où carillonnaient les bourdons.
    Victor Hugo (l'église)
    Très belle soirée !

    RépondreSupprimer
  23. Merci Fifi, pour ce concentré de féminité.

    En balançant tous ses jupons de crépon rose,
    en un corps de ballet elle se métamorphose.
    Elle danse au rythme de la brise de mer,
    élégante et gracieuse, la belle rose trémière.

    RépondreSupprimer
  24. Quelle delicatesse dans la texture!
    En jupon de "crepon" comme dit Tilia, oui de crepon.
    Merci.

    RépondreSupprimer
  25. Beauté noble et majestueuse dans le langage des fleurs.

    RépondreSupprimer
  26. Ce n'est pas une fleur que l'on trouve chez les fleuristes, il me semble du moins, mais elle raconte les étés de bonheur en famille ! Les abeilles et les bourdons adorent y mettre le nez qu'ils retirent tout poudré de blanc...
    A ma maman j'offrais surtout des glaïeuls rouges du marché pour sa fête (le 15 août) et pour la fête des mères des pivoines, du même rouge, du jardin...

    RépondreSupprimer
  27. A propos de mon message d'aujourd'hui :
    Le grand'père s'est inquiété pour le petit mâle. Le cheval de trait comtois cependant a trouvé un renouveau avec le débardage etc, il travaille de nouveau, pendant un grand moment il a été destiné à la boucherie... Même la petite femelle sera peut-être vendue pour travailler à moins que ce soit pour pouliner chez un autre éleveur ?
    Passe une bonne semaine à venir, Fifi, je pars demain dans le Rhône !
    Bises !

    RépondreSupprimer
  28. "On compare les fleurs aux femmes. On a tort. Il y aura toujours entre elles, cette différence que les fleurs sont belles..... et ne le savent pas."

    Alphonse Karr

    RépondreSupprimer

Archives du blog