11 nov. 2014

les bouleaux...




Les bouleaux dans l'eau
reflètent sérénité
calme en image...


Des gouttes d'argent
un leurre pour les poissons
tiens un ange passe


Seule...en pleurs
Comme saule pleure-heurt
Les yeux dans l'eau
J'ai perdu mon bouleau....
Tout devient flou
J'en suis mare-à-bout!
je vais noyer map-haine
Vite reprendre hâle-laine
Allez...il est temps

Il faut quitter l'étang....


Avec leurs longues chevelures
Les bouleaux du bord de l'étang
Ont l'air de vieux hippies pleurant
La fin de leur belle aventure

Pour ne pas sombrer
je m'accroche à la bouée
pour suivre au fil de l'eau
le reflets des bouleaux


Le bouleau

Tous les vents -
des plus terribles aux plus doux,
de la tempête au zéphir -
lui racontent leurs histoires
et toutes ses feuilles -
toutes, jusqu'à celle qui tremble à la cime,
la dernière -
frissonnent et répètent,
s'agitent et racontent en chœur.

Puis le bouleau se redresse :
il a tout oublié.
Mais d'autres vents viennent,
d'autres vents passent
et les jours, et les semaines, et les saisons.
Le bouleau, lui, ne retient pas grand-chose
des soupirs du printemps,
des lamentos de l'automne.
Etrange bouleau.
On lui raconte tout
et il ne sait presque rien.

Un jour, ses feuilles s'envolent.
Elles vont confier à la terre
mille et mille petits secrets bien mal compris,
et qui pourrissent ensemble,
au pied du bouleau,
du bouleau qui monte vers le ciel,
où vit l'éternel oubli,

l'oubli fatal qui se nuance et se colore,
et recommence et s'ennuie encore,
et se confie finalement aux nuages,
qui font toujours le même voyage.
Constant Burniaux



envoyé par Tilia


Un frisson sur l'eau
les bouleaux qui se mirent
dansent à la surface

Marine Zoup 


Calme et zénitude
poissons glissant dans les branches
reflets blancs et gris

Miss Yves


Les bouleaux en ciseaux
Sur leurs échasses d’argent
Tremblent dans les eaux
En réponse au héron dansant.
Tout est gris tendre velours
Autour de l’herbe fraîche
Une légère brume du jour
Et le silence pour une bonne pêche.

Maïté Aliénor 



"Mais, vieux, on tremble ainsi qu'à l'hiver le bouleau." ..
V Hugo
envoyé par Simone



Arbre " pilier " de civilisations, le Bouleau est généreux par essence… Il offre ce qu'il a de mieux : sève, sirop et sucre pour l'alimentation ; sève encore, feuilles et bourgeons pour la médecine ; écorce pour l'artisanat ; brindilles pour les usages domestiques, tels le balai ou la verge punitive… À tous ces atouts, il faut ajouter les chapitres botanique et écologique, si riches par leur diversité… Et dans ce domaine de l'irrationnel, le Bouleau n'est pas avare non plus. En fait, cet axe du monde accumule tant de richesses que le sujet paraît inépuisable…

résumé titre d'un livre.....
Éditeur : Editions de Terran (2007) 


47 commentaires:

  1. FIFI bonjour
    des arbres que j'aime beaucoup et j'aime beaucoup cette ambiance calme
    c'est tellement important ce calme
    Puis un endroit ou tu peux je pense te poser et pêcher aussi
    Je t'embrasse fort

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, les bouleaux sont magnifiques, avec le reflet sur l'eau, bonne journée !

    RépondreSupprimer
  3. Les bouleaux dans l'eau
    reflètent sérénité
    calme en image...

    bisou Fifi.

    Den

    RépondreSupprimer
  4. J'adore cet arbre, et ta photo aux beaux reflets!
    La petite maison a un air d'isba.
    Ton "nouvel "avatar est amusant: tu as tout d'une chasseuse d'images!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mon premier avatar, Miss, celui que je préfère finalement. C'était un talus parsemé d'ancolies et une séance photos avec une amie :-)

      Supprimer
  5. Des gouttes d'argent
    un leurre pour les poissons
    tiens un ange passe

    RépondreSupprimer
  6. Ben moi c'est la maison qui m'arrête. On doit y être pas mal!

    Bonne journée!

    RépondreSupprimer
  7. Seule...en pleurs
    Comme saule pleure-heurt
    Les yeux dans l'eau
    J'ai perdu mon bouleau....
    Tout devient flou
    J'en suis mare-à-bout!
    je vais noyer map-haine
    Vite reprendre hâle-laine
    Allez...il est temps
    Il faut quitter l'étang....

    Bonne journée Fifi!


    RépondreSupprimer
  8. Une grande sérénité se dégage de ta photo...douces couleurs, eaux paisibles.
    Merci, ça fait tant de bien!

    RépondreSupprimer
  9. Fascinante ! cette photo, Fifi,
    avec ce reflet du muret
    tel un grand totem renversé.

    Avec leurs longues chevelures
    Les bouleaux du bord de l'étang
    Ont l'air de vieux hippies pleurant
    La fin de leur belle aventure


    Bises et belle fin de journée

    RépondreSupprimer
  10. Qu'ils sont beaux les bouleaux, j'en aime les branches qui se cachent l'ete derriere des feuilles tremblotantes puis se depouillent de leur or petit a petit des l'automne.
    Ces bouleaux ici nous offre une danse silencieuse et tendre sur l'eau.

    RépondreSupprimer
  11. Les habitants ont sans doute remisé leur bateau définitivement : boue et aviron servent maintenant de décoration.

    RépondreSupprimer
  12. Pour ne pas sombrer
    je m'accroche à la bouée
    pour suivre au fil de l'eau
    le reflets des bouleaux

    RépondreSupprimer
  13. Magnifique photo, Fifi. Le reflet de ces bouleaux sont très doux et comme il doit être plaisant d'habiter dans ce joli chalet.
    Belle soirée et mes bisous.


    Le bouleau

    Tous les vents -
    des plus terribles aux plus doux,
    de la tempête au zéphir -
    lui racontent leurs histoires
    et toutes ses feuilles -
    toutes, jusqu'à celle qui tremble à la cime,
    la dernière -
    frissonnent et répètent,
    s'agitent et racontent en chœur.

    Puis le bouleau se redresse :
    il a tout oublié.
    Mais d'autres vents viennent,
    d'autres vents passent
    et les jours, et les semaines, et les saisons.
    Le bouleau, lui, ne retient pas grand-chose
    des soupirs du printemps,
    des lamentos de l'automne.
    Etrange bouleau.
    On lui raconte tout
    et il ne sait presque rien.

    Un jour, ses feuilles s'envolent.
    Elles vont confier à la terre
    mille et mille petits secrets bien mal compris,
    et qui pourrissent ensemble,
    au pied du bouleau,
    du bouleau qui monte vers le ciel,
    où vit l'éternel oubli,
    l'oubli fatal qui se nuance et se colore,
    et recommence et s'ennuie encore,
    et se confie finalement aux nuages,
    qui font toujours le même voyage.
    Constant Burniaux


    RépondreSupprimer
  14. On voit que l'automne a tardé... Joli cliché

    RépondreSupprimer
  15. Trop beau pour mon mauvais jeu de mots dans la Revue images à Scoop.it... Bonne fin de journée !

    RépondreSupprimer
  16. qu'il est beau cet endroit FIFI bisous

    RépondreSupprimer
  17. çà me rappelle la chanson "un dimanche au bord de l'eau "

    RépondreSupprimer
  18. Tu aimes vraiment les mêmes endroits que moi...C' est beau , c' est bon , c' est pur ...comme ça fait du bien quand le reflet intérieur correspond avec la réalité :-) J' admire toujours le talent de Claire- Fo ... jamais je n' y arriverai...:-))
    Bisous ma Fifi

    RépondreSupprimer

  19. Un frisson sur l'eau
    les bouleaux qui se mirent
    dansent à la surface

    Un tableau ravissant Fifi

    RépondreSupprimer
  20. Un coin délicieux pour passer des week-end à l'abri de l'agitation et au coeur de la nature. J'aime !

    RépondreSupprimer
  21. Tout est calme et sérénité dans ce beau décor naturel.

    RépondreSupprimer
  22. Merci à Denise pour ce beau poème!

    Plus modestement:

    Calme et zénitude
    poissons glissant dans les branches
    reflets blancs et gris

    RépondreSupprimer
  23. En notant les mots demandés par le vérificateur de mots, j'ai envie de chanter, sur l'air d'une chanson de Balavoine:"Je n'suis pas un robot"!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pensais que le vérificateur demandait essentiellement des chiffres, ce qui facilitait beaucoup la manoeuvre
      J'ai été malheureusement obligée de le mettre en place, parce que envahie de commentaires spams
      et depuis plus de spam :-) mais je sais que c'est une contrainte supplémentaire :-(

      Supprimer
    2. Je te comprends : je fais de même depuis longtemps

      Supprimer
  24. De magnifiques reflets assurément! Mais je "louche" encore davantage sur la petite maison de bois et sa terrasse.
    Un endroit qui respire la paix!

    RépondreSupprimer
  25. http://jeudannan.blogspot.fr/2014/11/limericks-people.html
    Clin d'oeil

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Figure-toi que je viens d'envoyer ce lien à mes copines d'ici.
      Nous avons dû le trouver au même endroit. :-)
      Je trouve très émouvante l'évolution des photos au fil des années...

      Supprimer
    2. Tu l'as parcouru de façon si complète?

      Supprimer
    3. Je n'ai rien vu d'autre que toi.
      Ce que je trouve émouvant, c'est la proximité qui s'installe
      et le sourire qui advient au fil des photos.

      Supprimer
    4. C'est vraiment gentil , ce que tu dis!!!!

      Supprimer
  26. Les bouleaux en ciseaux
    Sur leurs échasses d’argent
    Tremblent dans les eaux
    En réponse au héron dansant.
    Tout est gris tendre velours
    Autour de l’herbe fraîche
    Une légère brume du jour
    Et le silence pour une bonne pêche.

    RépondreSupprimer
  27. Tout doux et tout beau avec ces reflets ! :-)

    RépondreSupprimer
  28. de beaux arbres....

    "Mais, vieux, on tremble ainsi qu'à l'hiver le bouleau." ..V Hugo..........

    RépondreSupprimer
  29. Arbre " pilier " de civilisations, le Bouleau est généreux par essence… Il offre ce qu'il a de mieux : sève, sirop et sucre pour l'alimentation ; sève encore, feuilles et bourgeons pour la médecine ; écorce pour l'artisanat ; brindilles pour les usages domestiques, tels le balai ou la verge punitive… À tous ces atouts, il faut ajouter les chapitres botanique et écologique, si riches par leur diversité… Et dans ce domaine de l'irrationnel, le Bouleau n'est pas avare non plus. En fait, cet axe du monde accumule tant de richesses que le sujet paraît inépuisable…

    résumé titre d'un livre.....
    Éditeur : Editions de Terran (2007)

    RépondreSupprimer
  30. Chaque nuit, le bouleau
    Du fond de mon jardin
    Devient un long bateau
    Qui descend ou l’Escaut
    Ou la Meuse ou le Rhin.
    Il court à l’Océan
    Qu’il traverse en jouant
    Avec les albatros,
    Salue Valparaiso,
    Crie bonjour à Tokyo
    Et sourit à Formose.
    Puis, dans le matin rose
    Ayant longé le Pôle,
    Des rades et des môles,
    Lentement redevient
    Bouleau de mon jardin.


    Maurice Carême - Le bouleau

    Merci, Fifi, pour ton gentil message au grenier
    et belle journée

    RépondreSupprimer
  31. Le Bouleau de Maurice Carême, version allongée, chanté par Jacques Douai
    Une chanson découverte, grâce à ta photo, Fifi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je la découvre avec toi :-)
      Merci Tilia !

      Supprimer
  32. J'aime tous les arbres, mais c'est vrai que j'ai une affection particulière pour le bouleau : je trouve que c'est un arbre courageux, qui pousse dans des milieux parfois difficiles, mais il reste droit et ne fléchit pas.
    Bon week end.

    RépondreSupprimer
  33. De bien bô bouleaux, Fifi !
    C'est joli, très joli, mais gris, gris comme le temps...
    Ta photo me donne des frissons :-(
    Nature en décalage, ici aussi : ça jaunit en douce et tombe en pluie. Des pépites au sol. Au pied, les cèpes nous offrent des omelettes gourmandes - pour peu qu'on réussisse à les voir avant les limaces :-)
    Le bois du bouleau, en plus d'être joli dans le paysage, est intéressant en déco pour la maison. Ph. avait rapporté de Pologne une belle série de boîtes gigognes garnies d'écorces finement collées.
    La statuette du bûcheron polonais, taillée dans la masse est pure merveille de créativité. Juste deux encoches pour distinguer la tête et les pieds du long corps vertical un peu voûté. La branche, choisie en sorte que l'écorce bien craquelée-crevassée tienne lieu d'elle-même, sans artifice, de toque et de manteau épais et loqueteux, alors que seuls le visage et les mains se trouvent entaillés finement dans le bois au grain très fin de l'intérieur. Un faciès étonnant, émacié, au menton barbu et aux sourcils épais avec des détails savamment mis en valeur à coups de ciseaux fins et anguleux. Les mains, qui ressortent de la houppelande, s'appuient sur un infime bâton extirpé de la masse. Des détails travaillés dans la blancheur du bois qui se détachent au milieu de l'écorce brute, craquelée, rugueuse et marron de la vieille branche. Juste un ajout : le fagot de branchettes ligotté sur les épaules du bonhomme. Magnifique !
    Les enfants avaient, d'un Noël à l'autre, confectionné avec l'aide du papa plein de menus objets en bois de bouleau pour le sapin et, bien sûr, les incontournables "sous-de-plats, sous-de-verres, porte-couteaux et petits-cadres-pour-ton-noël-Maman"... Chaque année, je ne résiste pas au plaisir de torsader les retombées de bouleau pleureur pour les couronnes ou les guirlandes. Les branches et branchettes de deux arbres élagués l'an dernier n'ont pas fait long feu dans la cheminée, mais le feu de bouleau...c'est le plus joli et joyeux feu qui soit : des flammes qui pétillent d'étincelles. Tout un spectacle !
    On imagine la petite maison au bord de l'étang habitée pour un week-end de pêche. Les occupants sont bien placés pour utiliser le bois des bouleaux à leur portée. Ils savent, en tout cas, bien tailler les arbres, et l'eau se charge de les faire miroiter polir la photo.
    Restait à "cueillir l'image"... :-)
    Bon week-end à toi, Fifi, auprès d'une flambée, peut-être ! :-)

    RépondreSupprimer
  34. Merci Odile pour ce commentaire tout à l'honneur d'un arbre que tu aimes. Et la manière dont tu décris "le bucheron polonais" il rejoint ce même amour !
    Le bouleau est un arbre que j'aime aussi, son feuillage, ses "retombées" tout en finesse, son jaune vif en automne, son écorce blanche bien-sûr....
    Figure toi que la petite maison, dans un premier temps, était une classe d'école maternelle. Quand vint le temps du bâtiment en dur, elle fût récupérée par une association de pêcheurs qui démonta et remonta la maisonnette.
    Pour te réchauffer un peu, je publierai des couleurs ensoleillées dans mon prochain billet :-)
    Bon week-end à toi également !

    RépondreSupprimer
  35. Bonsoir Fifi. J'aime le tronc blanc des bouleaux, j'aime leur feuillage qui danse dans le vent, j'aime les reflets dans l'eau... Alors tu comprendras sans mal que j'aime ton image :-)
    Bon dimanche à toi

    RépondreSupprimer
  36. Merci de nous dire tout ce bien que nous pouvons penser du bouleau, sur la roue de la bergerie il y en a plein et je les aime beaucoup, Fifi , bisous et bon dimanche

    RépondreSupprimer
  37. Magnifique....bises en passant...
    Jacques (ex Jack "sous le regard de Jack")

    RépondreSupprimer
  38. Ta photo, une maisonnette toute simple mais bien ordonnée au bord d'un étang, quelques arbres et voici une histoire qui se déroule sous nos yeux. Ce pourrait être d'un vieux garçon qui n'aime rien tant que de regarder ses oiseaux et qui espère un jour sauver une sirène de la noyade à l'aide de sa petite bouée rouge....

    RépondreSupprimer

Archives du blog