22 mars 2015

cuvée 2015




L'anémone et l'ancolie
Ont poussé dans le jardin
Où dort la mélancolie
Entre l'amour et le dédain
Guillaume Apollinaire






Pulsatille...pulsation, pulsion
Retour des anémones impulsives
Et des photographes inventives
C'est déjà la belle saison

Au mois de mars, grêle de flashs.
Les anémones pulsatilles
Anticipent le mois d'avril.
Léger, le vent fait vibrer
Le fin duvet de leur tige
Et notre cœur qui se livre
Tandis que l'abeille s'enivre
Dans la bulle du campanile

Entonnons un faux bourdon:
C'est déjà la belle saison.

Miss Yves







Vibre l'anémone
flashs en jaune et en violet
Plongée dans l'intime
Miss Yves



" Celui qui fait fleurir la fleur travaille si simplement ..." 
Tagore 
envoyé par Mathilde



Une gerbe d'or
impulsive pulsatille
jaillit de ton cœur

Tilia


Crocus au cœur d'or
et Fifi sous le charme
éclipse la lune

Josette T 





Cœur pulsé
en ce matin de mars
or et soieries
le crocus est en transes
le vent est son archet

Marine D


Cadeau délicat
Dans son papier de soie
Étincelles de joie
Adieu le froid....

Claire Fo


Les belles fleurs sont impudiques
Dévoilant dans les plis de leur robe
Tout le charme des gynécées.
Au bal les étamines se préparent
Jaunissent de pollen, frétillent
Aux assauts du vent et cachent leur jeu
De belles séductrices au bout de leur pistil.
Serrées l’une contre l’autre, les anémones
Fredonnent et froufroutent leurs pétales
S’ouvriront-elles ou pas ? Se feront-elles désirer ?
Avanceront-elles masquées ne montrant de leur tige
Qu’un fin duvet à croquer. Parsèmeront-elles leurs atouts
En échange d’un baiser dispensé du bout des ailes ?
Au bal du printemps, les belles anémones ont rendez-vous…
Fifi voit tout. Fifi attend aussi. Les histoires de prince charmant
Et de belles au cœur d’or n’en finissent plus d’exploser.
Dans la gazette mondaine des pulsatilles il est écrit :
Dame anémone a fait son entrée : jouez violons, accordez vos fils d’or !

Maïté Aliénor


 

30 commentaires:

  1. Ta photo est une merveille, Fifi. Le coeur de cette anémone pulsatille est d'une magnifique douceur. Merci de nous l'offrir pour ce dimanche.
    Je te souhaite une toute belle journée.
    Gros bisous


    L'anémone et l'ancolie
    Ont poussé dans le jardin
    Où dort la mélancolie
    Entre l'amour et le dédain
    Guillaume Apollinaire

    RépondreSupprimer
  2. Une merveille: Denise a dit les mots justes!
    J'ai cru à un retour dans le passé en voyant mon petit texte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis allée le récupérer dans la cuvée 2014 :-)

      Supprimer
  3. Vibre l'anémone
    flashs en jaune et en violet
    Plongée dans l'intime

    RépondreSupprimer
  4. Un amour irraisonné , intime pour tes pulsatilles qui me sont chères au coeur ...
    Mais que j' aime ce feu d' artifice de vie ...si plein de promesses d' autres vies ...quelle magie ..!! :-)
    " Celui qui fait fleurir la fleur travaille si simplement ..." Tagore
    Plein de shmoutzy à partager ...je pars voter

    RépondreSupprimer
  5. Superbissime photo.
    Encore une fois, chapeau, Fifi !
    (tu vas bientôt pouvoir ouvrir une boutique ;-))

    une gerbe d'or
    impulsive pulsatille
    jaillit de ton cœur


    Merveille de la nature, la parfaite harmonie entre le jaune et le violet qui, tel un couple d'amants, s'attirent et se complètent admirablement.
    Cette photo m'enchante et ensoleille mon après-midi si gris ici
    Bisous

    RépondreSupprimer
  6. Cocus au cœur d'or
    et Fifi sous le charme
    éclipse la lune

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait cela, Josette. Je n'ai pas réussi à la garder plus longtemps pour moi :-)

      Supprimer
  7. Je me sens insecte grâce à toi Fifi...
    Me voilà au coeur de la fleur à m'enivrer de tout ce jaune et c'est une sensation très agréable!
    Je te souhaite une belle soirée.

    RépondreSupprimer
  8. Bouquet de couleurs... je m'incline devant la poésie en images et en mots sur cette page.

    RépondreSupprimer
  9. Tout l'or précieux du printemps...Superbe !!!!

    RépondreSupprimer
  10. Coeur pulsé
    en ce matin de mars
    or et soieries
    le crocus est en transes
    le vent est son archet


    Que de beauté dans cette photo

    Schmoutzoubis

    RépondreSupprimer
  11. Tes jolies photos inspirent. La première est magnifique.
    Moi avec la nuit d'enfer que je viens de passer, j'ai le ciboulot vide.
    Bises

    RépondreSupprimer
  12. Magnifique photo ! j'apprécie beaucoup les couleurs et le cadrage

    RépondreSupprimer
  13. SUPERBE, Fifi !
    Je trempe ma plume dans l'encre violette de la cuvée 2015, ce violet intense et profond que j'aime tant, pour te dire combien cette harmonie contrastée m'enivre et me régale. En même temps, je fonds devant la douceur des plus mauves, au ras des herbes, que le vent caresse en plaçant poils et duvets dans une lumière exquise pleine de rêve.

    Je découvre seulement, deux billets plus tôt, tes exploits dans les branches de noisetiers, pour mettre la belle en valeur Je t'y ai laissé un mot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut s'en approcher au ras du sol, pas d'autre moyen pour attraper les duvets à contre-jour. C'est un peu acrobatique mais bon. Sur la colline du Strangenberg ou du Bollenberg, tu vois presque autant de photographes que d'anémones. Je rigole mais c'est presque vrai.

      Supprimer
  14. Cadeau délicat
    Dans son papier de soie
    Étincelles de joie
    Adieu le froid....

    La cuvée 2015 s'annonce prometteuse!
    Câlinsss!!!!

    RépondreSupprimer
  15. Son coeur est d'or
    Sur son lit de parme

    Merci Fifi pour ce partage splendide.
    Bonne soirée à toi...
    Den

    RépondreSupprimer
  16. Les belles fleurs sont impudiques
    Dévoilant dans les plis de leur robe
    Tout le charme des gynécées.
    Au bal les étamines se préparent
    Jaunissent de pollen, frétillent
    Aux assauts du vent et cachent leur jeu
    De belles séductrices au bout de leur pistil.
    Serrées l’une contre l’autre, les anémones
    Fredonnent et froufroutent leurs pétales
    S’ouvriront-elles ou pas ? Se feront-elles désirer ?
    Avanceront-elles masquées ne montrant de leur tige
    Qu’un fin duvet à croquer. Parsèmeront-elles leurs atouts
    En échange d’un baiser dispensé du bout des ailes ?
    Au bal du printemps, les belles anémones ont rendez-vous…
    Fifi voit tout. Fifi attend aussi. Les histoires de prince charmant
    Et de belles au cœur d’or n’en finissent plus d’exploser.
    Dans la gazette mondaine des pulsatiles il est écrit :
    Dame anémone a fait son entrée : jouez violons, accordez vos fils d’or !

    RépondreSupprimer
  17. Un excellent titre pour une mise en valeur de toute beauté par les couleurs et le cadrage!

    RépondreSupprimer
  18. très belles photos....!! mais tu le sais....déjà !!

    RépondreSupprimer
  19. J'adore ces photos, elles sont tres belles!!! Bonjour de Montreal, Canada. :)

    RépondreSupprimer
  20. uppsala ?? nè nix alsacien... lol...
    Uppsala ville de Suède.........

    très bonne soirée à toi

    RépondreSupprimer
  21. Les anémones comme les ancolies te réussissent bien, à moins que ce soit toi qui les réussissent, elles demandent à être visitée au bon moment et que l'on s'e prosterne devant elles avec respect. J'ai epnsé à toi dans le Massif Central en 2009 pour avoir croisé des ancolies dans un talus, mais ces sauvageonnes magnifiques ne veulent pas juste être croisées, elles veulent qu'on leur tienne longue conversation en leur salon...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les ancolies sur leurs grandes tiges sont plus difficiles à photographier. Le moindre souffle d'air les fait bouger. Les pulsatilles courtes sur pied c'est un peu différent, elles demandent qu'on se prosterne, plutôt qu'on s’aplatisse devant elles :-)

      Supprimer
  22. Sur la troisième, photo on dirait que tu as trouvé le Saint Graal...

    RépondreSupprimer
  23. Les noms de lieux : "colline du Strangenberg ou du Bollenberg" sont bien sympathiques et attirants et tu as bien de la chance d'avoir cette beauté près de chez toi, chaque année. Par contre, l'idée de la meute de photographes sur les lieux... ça gâche un peu, non ?... :-/ (pour ne pas dire : "ça déflore"). J'avoue que j'aurais du mal à m'esbaudir du spectacle et contempler à mon aise dans ces conditions. Choisir alors d'y partir au petit matin, comme aux champignons... :-)
    C'est dans le Briançonnais, en vallée de La Clarée (Névache) que j'ai découvert les pulsatilles, en même temps que les marmottes. J'aime cette fleur et j'aime sa graine toute hérissée de longs poils brillants (encore des "mal coiffés" !). Celle de la variété dite "alpine" et baptisée "barbe de bouc" ou "gaillard chevelu" ou encore... "poil au cul" est spectaculaire, mais c'est un peu loin pour y grimper souvent.
    Pas de pulsatilles par cheu nous. Je me contente du jardin botanique où pas mal d'espèces ont été acclimatées. Par contre, le sous-bois derrière la maison commence à blanchir avec le tapis des petites sauvageonnes d'anémones sylvie - on a la neige qu'on peut... :-) Elles prennent le relais après les jonquilles et juste avant le tapis bleu des jacinthes. Malgré des températures complètement fantasques, le printemps s'installe. J'aime cette saison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les photographes ne sont pas très causants tu sais, c'est chacun pour soi et les pulsatilles pour tous :-)
      A moins d'aller avec les membres du club c'est plus sympa alors, on peut se consulter et bavarder. Le plus délicat c'est de s'étaler complétement par terre et lui tourner autour, avoir le beau coeur jaune mais aussi le fin duvet des gambettes et si tu n'as pas oublié les ciseaux pour dégager un peu le fouillis d'herbes autour c'est encore mieux. C'était pas le cas ici comme tu peux le voir.
      Fais toi plaisir pour attraper les petites sauvageonnes. La plupart du temps mes photos sont faites autour ou dans la maison
      Eh oui, nous aimons le printemps, la nature qui se réveille et qui refleurit est un cadeau d'énergie et de beauté chaque année.
      Bisous Odile !

      Supprimer

Archives du blog