23 mai 2016

"le bonheur..."





Le bonheur est dans le prêt

J'ai déposé dans mon panier
Une piscine à vingt centimes
Une véranda à bout de bras
Et un caddy plein de radis

Un gros 4x4 à quatre pattes
Un écran plat tout raplapla
Une maison tout en carton

Le bonheur est dans le prêt

Un bord de mer en plein hiver
Un safari à moitié prix
Une toquante chic et clinquante
Et des lunettes de starlette

Quelques habits de ouistiti 
Des cageots remplis de gigots
Une croisière dans une rizière

Le bonheur est dans le prêt


Quelques mobiles pour le babil
Un gros réseau plein de zozos
Cent milles amis robots soumis
Un bouledogue comme psychologue

Un peu de gym un gros régime
Des hamburgers pour faire la guerre
Un char d'assaut pour être au chaud

Le bonheur est dans le prêt

Un révolving pour être in
Des intérêts à cran d'arrêt
Tout la poésie d'une saisie
Un pharmacien pour être bien

Un révolver pour prendre l'air
Un bout de corde qu'on t'accorde
Et l'enterrement sera charmant

 

28 commentaires:

  1. Bonjour Fifi !
    C'est difficile à dire, mais pour certains c'est oui. Cela aide.
    Faut simplement faire attention à ne pas vouloir avoir le bonheur plusieurs fois cumulées.
    Le bonheur d'avoir peut se transformer des fois en drame. Histoire vraie malheureusement.
    Bises

    RépondreSupprimer
  2. je prête juste une oreille attentive !

    RépondreSupprimer
  3. Douce ironie légère!
    "La Complainte du progrès " de Boris Vian , revue de façon moins caustique

    RépondreSupprimer
  4. Très jolie photographie Fifi !
    Je préfère le bonheur dans le pré que dans le prêt car trop de crédits font mal au dos (rire)
    Belle journée Fifi !

    RépondreSupprimer
  5. Il y a beaucoup de marguerites cette année au bord des fossés pour notre grand plaisir en effet !
    Gros bisous Fifi

    La marguerite en acrostiche


    Merveilleuse et gracieuse parmi les fleurs brillantes
    Avec toi nos murets ont un air virginal
    Réveillant en nos cœurs les souvenirs enfouis
    Grande par tant d’ardeur et de vigueur modeste
    Unique et si joyeuse au détour des jardins
    Et toujours si présente à l’autel de Marie
    Rituelle corolle panachant nos étés
    Inoubliable plante aux contours apaisants
    Tu me parles de jours aux lumières si belles
    Et je n’oublierai pas ces bonheurs infinis !


    © mD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marine pour ton poème en l'honneur des marguerites. J'ai essayé de l'afficher au centre comme d'habitude mais le bel agencement de l'acrostiche se décale vu les nombre de lettres différentes et MARGUERITE se retrouve en désordre. Alors je préfère le laisser simplement en commentaire où il garde toute sa prestance. Zoubis tout plein pour une belle journée !!

      Supprimer
    2. Pas de problème ma Fifi, ce n'est pas la peine de te compliquer la vie, merci pour ta gentillesse !
      Gros bisous

      Supprimer
  6. Des prêts, on nous en accorde de moins en moins quand nous arrivons à ... maturité!
    Mais nous avons appris d'autres manières d'être heureux!

    RépondreSupprimer
  7. Beauté, fraîcheur ...et simplicité !
    Magnifique cette photo !

    RépondreSupprimer
  8. Bonsoir chère Fifi, merci de ta merveilleuse photo bucolique, que ce soit pâquerettes ou marguerites, j'aime tout :-)
    Douce soirée bien amicalement et de gros bisous ♥

    RépondreSupprimer
  9. "On ne prête qu'aux riches" dit le proverbe... Alors oui, Fifi, j'accorde à ton blog tout le crédit qu'il mérite, vu sa grande richesse.

    Merci pour ces belles pâquerettes et pour la découverte de cette chanson aigre-douce, interprétée toute en finesse pétillante par le duo ViZ, dont le talent a fait le lien entre l'Alsace et Avignon.

    Bises (encore bien fraîches pour la saison !) et à bientôt, Fifi (à présent je file meubler mon grenier ;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore une fois, tu trouves des pépites qui concernent le thème du jour. Et une trouvaille qui rapproche deux régions chères à nos coeurs. Je t'embrasse, Tilia !

      Supprimer
  10. Nous sommes prêts pour le moins à le reconnaitre!

    RépondreSupprimer
  11. Boléro jaune et tutu blanc,
    Fleur d'été et fleur des champs,
    Reine des prés, grande ou petite,
    Temps heureux,
    Marguerite
    Je t'aime un peu.

    Ton compagnon, le gentil coquelicot
    Chemise rouge passion en papier crépon
    Et le coeur en gilet noir,
    Duo bizarre, du coup,
    Marguerite,
    je t'aime beaucoup

    Les amoureux t'effeuillent allongés dans les champs,
    Tu as pour ami de blé les épis,
    Jaune boléro, blanc tutu,
    Rouge coquelicot et épis d'or,
    Sur les talus ou dans les champs,
    Marguerite
    je t'aime passionnément.

    S'est invitée une fleur couleur ciel d'été.
    Blanc tutu, rouge coquelicot,
    Bleu bleuet et jaune doré,
    Vous enchantez les champ et les prés
    Des couleur du Pays,
    Marguerite,
    Je t'aime à la folie.

    Puis vient le temps de la moisson
    et de la fin des beaux jours.
    Les blés sont coupés, vient le temps des labours,
    On ne te reverra qu'à la prochaine saison
    Alors, là, et surtout,
    Marguerite
    Je ne t'aime pas du tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton beau poème, Claude !!

      Supprimer
  12. Magnifiques fleurs par leur simplicité.
    Je les aime.
    Merci Fifi.
    Je t'embrasse.
    Den

    RépondreSupprimer
  13. J'ai écouté la chanson... bravo... mais le bonheur n'est vraiment que dans la pré... je crois.
    Merci Fifi pour cette découverte en chant et en choeur !
    bisou.
    Den

    RépondreSupprimer
  14. Ah cette fichue société de consommation à tout va !!!!
    J'préfère les pâquerettes dans les prés mais...
    Vers la sobriété heureuse, c'est le livre de Pierre Rabhi que je lis en ce moment...
    Ton billet remet les pendules à l'heure, l'air de tout et mine de rien !!! Merci Fifi

    RépondreSupprimer
  15. Le bonheur est dans le prêt-à-regarder....parfois si près de nous....même pas besoin de cyprès...
    Vive les prés, toujours prêt à nous conter fleurette sans compter !

    Pour la chanson....c'est extra....je ne connaissais pas....

    Câlinsss!!!

    RépondreSupprimer
  16. Toute belles dans leur simplicité !

    Bon dimanche :-)

    RépondreSupprimer
  17. Comme quoi: quelques marguerites, un coin de verdure, une belle harmonie, les doigts de pieds en éventail sous un doux soleil, quoi de plus réconfortant! Savourons et propageons.

    RépondreSupprimer
  18. che bel primo piano di pratoline, margherite stupende. Credo che siano i fiorellini più spontanei e meno preziosi. Nascono spontanei e non costano nulla. Un dono stupendo per chi ha un cuore gentile e pieno di amor gentile

    RépondreSupprimer
  19. Boa tarde, o poema é lindo, no entanto, sou apologista de que, se a felicidade aparece, esta deve de ser aproveitada e alimentada.
    Boa semana,
    AG

    RépondreSupprimer
  20. j'espère que tu vas bien...toujours d'aussi belles photos

    RépondreSupprimer
  21. Oui, voilà le bonheur : des pâquerettes à foison ! Merci pour cette belle évocation.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  22. En voyant ainsi le bonheur au ras du sol, mon esprit s'évade et revient vers les poésies d'enfance, si vraies, si fraîches, comme les pâquerettes de ta photo à qui tu as conté fleurette sans compter: elles sont si nombreuses pour notre bonheur du jour!
    ***
    Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite.
    Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite. Il va filer.
    Si tu veux le rattraper, cours-y vite, cours-y vite.
    Si tu veux le rattraper, cours-y vite. Il va filer.
    Dans l'ache et le serpolet, cours-y vite, cours-y vite,
    Dans l'ache et le serpolet, cours-y vite. Il va filer.
    Sur les cornes du bélier, cours-y vite, cours-y vite,
    Sur les cornes du bélier, cours-y vite. Il va filer.
    Sur le flot du sourcelet, cours-y vite, cours-y vite.
    Sur le flot du sourcelet, cours-y vite. Il va filer.
    De pommier en cerisier, cours-y vite, cours-y vite,
    De pommier en cerisier, cours-y vite. Il va filer.
    Saute par-dessus la haie, cours-y vite, cours-y vite,
    Saute par-dessus la haie, cours-y vite ! Il a filé !
    Paul Fort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Maïté, j'ai pu photographier au ras des pâquerettes parce qu'il y avait des marches et que j'étais à hauteur de l'herbe avec mon appareil, sans grand effort.
      Un thème presque contradictoire que le pré du poème et le prêt de la chanson. Une ironie malicieuse de la part des artistes :-)
      Merci pour le poème de Paul Fort !!
      Je t'embrasse !

      Supprimer
  23. Joliment bien joué avec la profondeur de champ.
    Et beau texte aussi...
    Le prêt ou le don. :)

    RépondreSupprimer

Archives du blog