8 déc. 2011

en dents de scie...



Dent-elle de scie-aile
En faim de vie
La peau sur les os
Part... chemine...
Éblouie de lumière...
En scie lance


De ta tige détachée,
Pauvre feuille desséchée,
Où vas-tu ? - Je n'en sais rien.
L'orage a brisé le chêne
Qui seul était mon soutien.
De son inconstante haleine
Le zéphyr ou l'aquilon
Depuis ce jour me promène
De la forêt à la plaine,
De la montagne au vallon.
Je vais où le vent me mène,
Sans me plaindre ou m'effrayer:
Je vais où va toute chose,
Où va la feuille de rose
Et la feuille de laurier.
Antoine Vincent Arnault (1766 - 1834)
envoyé par Claudie 


Dents de scie en danseuse
Les feuilles et le temps
S'en vont au pas
Branche dessus, branche dessous
Cannes à bourgeons en berne
échasses chassant l'automne
vermeilles nervures
l'ombre vous poinçonne.


En ombre chinoise
Sur l'écran doré des feuilles
Nature s'amuse


"Silence d'automne

C'est le silence de l'automne
Où vibre un soleil, monotone
Dans la profondeur des cieux blancs ...
Voici qu'à l'approche du givre
Les grands bois s'arrêtent de vivre
Et retiennent leurs cœurs tremblants.
Vois, le ciel vibre, monotone ;
C'est le silence de l'automne.
O forêt ! qu'ils sont loin les oiseaux d'autrefois
Et les murmures d'or des guêpes dans les bois !
Adieu, la vie immense et folle qui bourdonne !
Entends, dans cette paix qui comme toi frissonne,
Combien s'est ralenti le cœurs fougueux des bois
Et comme il bat, à coups dolents et monotones
Dans le silence de l'automne !"
Fernand Greg
h


Le soleil est bon joaillier
avec la feuille fragile
et l'or de la lumière
il orne les vignes
d' un bijou
que bien des belles
aimeraient porter
à leur cou



Scier scier scier du bois
Pour la mère, pour la mère
Scier scier scier du bois
Pour la mère Nicolas !



C'est la vie, rugueuse ou tendre
qui coule en nos veines fragiles
ruisseau paisible, torrent imprévu
c'est la vie qui nourrit, qui engendre
et cisèle nos coeurs dociles
dents de scie, orfèvre inattendu !





31 commentaires:

  1. FIFI bonjour cette feuille est splendide et l'effet de la photo aussi
    J'aime regarder et photographier aussi les feuilles
    TOI tu as pas mal de jour j'adore tout simplement
    Je t'embrassse

    RépondreSupprimer
  2. Délicates, elles s'accrochent et accrochent la lumière.
    Je découvre ici des photos qui me donnent envie de revenir. A bientôt.

    RépondreSupprimer
  3. Et le printemps est déjà là avec les bourgeons... et le rai de soleil... J'espère que tu as ramassé tes feuilles pour les mettre sur tes parterres, je ne vois pas un seul parasite par transparence, à la différence de mes feuilles de bouleau.

    RépondreSupprimer
  4. Ooooooooooooh !!!... J'adooooooore !!!...
    Petite lumière qui va me rester dans l'oeil pour la journée. J'aime bien ta signature coquette, comme une miette de feuille d'or ;-)

    J'étais venue à travers champs pour revoir les vélos et... z'étaient partis. C'étaient des VRAIS coureurs, alors ?...
    J'ai entendu au loin, en écho avec les sillons, leurs sonnettes qui faisaient "diling - diling - diliiiiiiing"...

    RépondreSupprimer
  5. Odile
    Ben oui, Odile ! C'étaient des vrais ! Tu croyais que je les avais collés au bout des sixcentssillons :-))

    RépondreSupprimer
  6. Dent-elle de scie-aile
    En faim de vie
    La peau sur les os
    Part... chemine...
    Éblouie de lumière...
    En scie lance

    Becsbecsbecs!!!

    RépondreSupprimer
  7. " Je suis à crocs " dit la feuille !!!

    RépondreSupprimer
  8. Ces jolies petites feuilles dentelées, "en dents de scie", Fifi, m'ont ramené à ce poème...

    La feuille

    De ta tige détachée,
    Pauvre feuille desséchée,
    Où vas-tu ? - Je n'en sais rien.
    L'orage a brisé le chêne
    Qui seul était mon soutien.
    De son inconstante haleine
    Le zéphyr ou l'aquilon
    Depuis ce jour me promène
    De la forêt à la plaine,
    De la montagne au vallon.
    Je vais où le vent me mène,
    Sans me plaindre ou m'effrayer:
    Je vais où va toute chose,
    Où va la feuille de rose
    Et la feuille de laurier.

    Antoine Vincent Arnault (1766 - 1834)

    ....et, c'est pour tout cela, dit-elle, que j'ai souvent le moral "en dents de scie"

    J'ai l'humeur à badiner....pour être dans le droit fil de Veronica!

    Bonne soirée

    Claudie

    RépondreSupprimer
  9. Claudie
    Merci pour ce beau texte d'un auteur que je ne connaissais pas. Ce qui va me permettre de faire des recherches sur le net et le connaitre un peu mieux.
    Elle est pleine de sagesse la feuille du poète et de confiance; une bonne manière de ne pas avoir le moral en dents de scie :-) mais est ce tellement facile d'être sage et confiante ? Pas tous les jours n'est ce pas...
    Je vous embrasse Claudie !

    RépondreSupprimer
  10. C'est beau d'être témoin des amitiés naissantes dit la feuille à l'assis qui l'écoutait sur l'autre feuille en face ...

    RépondreSupprimer
  11. Dents de scie en danseuse
    Les feuilles et le temps
    S'en vont au pas
    Branche dessus, branche dessous
    Cannes à bourgeons en berne
    échasses chassant l'automne
    vermeilles nervures
    l'ombre vous poinçonne.

    RépondreSupprimer
  12. En ombre chinoise
    Sur l'écran doré des feuilles
    Nature s'amuse

    Ta photo est splendide Fifi ! J'adore cette lumière ! Bravo

    RépondreSupprimer
  13. Des feuilles d'or radieuses, lumineuses et chatoyantes comme des décorations de fêtes ;) Fifi, je les trouve belles et attendrissantes! Ce qui est certain, elles nous offrirons leur nouvelles parures l'an prochain :-)

    Bisous de belle journée!


    "Silence d'automne

    C'est le silence de l'automne
    Où vibre un soleil, monotone
    Dans la profondeur des cieux blancs ...
    Voici qu'à l'approche du givre
    Les grands bois s'arrêtent de vivre
    Et retiennent leurs cœurs tremblants.
    Vois, le ciel vibre, monotone ;
    C'est le silence de l'automne.
    O forêt ! qu'ils sont loin les oiseaux d'autrefois
    Et les murmures d'or des guêpes dans les bois !
    Adieu, la vie immense et folle qui bourdonne !
    Entends, dans cette paix qui comme toi frissonne,
    Combien s'est ralenti le cœurs fougueux des bois
    Et comme il bat, à coups dolents et monotones
    Dans le silence de l'automne !"
    Fernand Gregh

    RépondreSupprimer
  14. Le soleil est bon joaillier
    avec la feuille fragile
    et l'or de la lumière
    il orne les vignes
    d' un bijou
    que bien des belles
    aimeraient porter
    à leur cou

    RépondreSupprimer
  15. Amichel
    Le soleil joue à attrape avec les feuilles. Pour peu que le vent s'y mette aussi on ne sait plus où donner de l'oeil pour attraper la petite feuille à l'honneur pour un court moment:-)
    Bonne soirée, Amichel !

    RépondreSupprimer
  16. Ce qui s'appelle jouer avec la lumière pour un très bon résultat Fifi

    RépondreSupprimer
  17. L'élagueur qui est venu l'autre jour faire du ménage dans les branches nous a appris un moyen mnémotechnique pour retenir lequel, du charme ou du hêtre, a des feuilles dentelées ou des feuilles poilues :
    "Le charme d'Adam c'est d'être à poil"
    Un mot rigolo connu des gens du métier, semble-t-il... :)
    La feuille de bouleau est plus facile à mémoriser ; celui qui a vu ta photo avec cette lumière ne peut pas l'oublier.

    RépondreSupprimer
  18. Les joailliers ne font qu'imiter la nature :
    La feuille de bouleau - comme celle de ginkgo et d'autres encore - se vend à prix d'or, dans les joailleries, montée en pendentifs ou en broche... En fait, il s'agit d'une inclusion pure et simple de la vraie feuille naturelle dans un bain doré. Le résultat est surprenant. Les asiatiques sont friands de tels bijoux réalisés à partir d'orchidées.

    PS - C'est pas une blague !
    PPS - La feuille de Fifi coûte moins cher, mais à mes yeux, elle vaut de l'or !

    RépondreSupprimer
  19. Une feuille d'automne couleur soleil, c'est génial !

    RépondreSupprimer
  20. Amusée de vous lire...Je cherche Adam et sa feuille d'or !

    RépondreSupprimer
  21. Sera-t-elle assez solide pour...

    Scier scier scier du bois
    Pour la mère, pour la mère
    Scier scier scier du bois
    Pour la mère Nicolas !

    Le tout en chantant,
    Evidemment !

    Biseeeeeeeees de Christineeeeee

    RépondreSupprimer
  22. sisixsciesscientcentsillonssixcentsixsciesscientsixcentsixsillons

    RépondreSupprimer
  23. Odile
    j'ai du retard Odile ! :-( Tu dis que le charme d'Adam c'est d'être à poil ?
    Mais alors le "charme" d'Adam nous met toute l'histoire de la feuille de vigne par terre. Mais c'est si joliment trouvé que je n'y trouve rien à redire :-) !
    Je suis ravie que ma feuille "d'or" te plaise.!!! Pour être honnête cela ne me déplairait pas non plus de pouvoir la tremper dans un bain doré. :-)
    Comme je n'ai pas de tels moyens, une bonne peinture doit faire l'affaire pour frimer un peu. Non mais sans blague, si elle est bien sèche... je vais essayer :-)

    RépondreSupprimer
  24. Joli jeu d'ombre et de lumière. C'est la fin de l'automne et l'hiver arrive gentiment, la neige tombe en tous les cas sur les hauts sommets. Il est temps d'hiberner.

    RépondreSupprimer
  25. @Fifi
    La pâte à dorer (patine) passée au doigt sur une feuille de ginkgo : c'est réellement facile et très beau et sans comparaison avec l'aérosol plus "toc" des décos de Noël.

    Quant à ce pauvre Adam... il a déjà subi les controverses entre feuille de vigne ou entre feuille de vigne ou feuille de figuier... autant lui laisser le charme de sa nudité naturelle d'être à poil :-)

    RépondreSupprimer
  26. Odile
    Géniale la recette, la pâte à dore ça s'achète dans un magasin pour bricoleur ? Je pense que cela sert pour patiner du bois, des moulures...?
    Et vive notre père à tous à poil !
    :-)))
    PS
    Qu'est ce que tu me fais dire, Odile !!!

    RépondreSupprimer
  27. Tiens je prends un peu de lumière pour ma fête, j'en ai bien besoin ; il t'en restera toujours assez, tu en as toujours plein les poches, Fifi...
    Bisous et bonne tambouille !

    RépondreSupprimer
  28. Quelle belle photo ...

    C'est la vie, rugueuse ou tendre
    qui coule en nos veines fragiles
    ruisseau paisible, torrent imprévu
    c'est la vie qui nourrit, qui engendre
    et cisèle nos coeurs dociles
    dents de scie, orfèvre inattendu !

    Bises de belle journée Fifi

    RépondreSupprimer

Archives du blog