13 févr. 2013

hivernal...(3)




"Vous faites une promenade dans la neige. C'est la première neige de l'année. C'est comme chaque fois la première neige de votre vie. Elle est légère comme l'esprit. Elle est claire comme l'enfance. Elle est banche, toute blanche comme l'esprit d'enfance. Elle recouvre la pensée. Elle éclaire le coeur. Elle est votre vie blanche. Elle est votre seule vie, que vous ne vivez pas. Après la promenade vous allez dans une maison de bois sur les hauteurs,où sont réunis des gens qui chantent. Et vous découvrez déjà la première vertu du chant, qui est de rendre la voix à son destin de lumière et de neige." 




Traces sur blanc satin,
Neige du matin :
Où va-t-il, ce chemin ?
Mystère et boule de neige!


Dans la nature qui avait repris son autonomie, rien ou presque ne me séparait de cette atmosphère à la Giono. Atmosphère feutrée et inquiétante d’un « roi sans divertissement »
Je m’enfonçais dans la neige en suivant la piste d’un meurtrier imaginaire.
Les pas s’entremêlaient, les motifs en relief perdaient peu à peu leur identité.
Autour, rien que des arbustes chargés et l’étendue à perte de vue ou presque sous le ciel plombé où la silhouette sombre d’un oiseau affamé se dessinait parfois. Des parcelles de brume estompaient les contours.
Dans l’effort pour me frayer un passage au travers de la poudre dense, je réduisais le pas pour reprendre mon souffle, la bouche et le nez chaudement emmitouflés derrière les mailles d’une écharpe tricotée main.

"L'hiver

C'était l'hiver sur la plaine et sur la forêt. La neige glacée couvrait partout le sol. Depuis trois semaines pourtant elle ne tombait plus, mais le gel qui l'avait cristallisée en paillettes luisantes d'une finesse merveilleuse l'avait rendue plus subtile encore et plus traîtresse. Pas un abri n'échappait à son assaut.

La lune commençait à décliner quand ce régime de froidure et de faim avait commencé et, depuis, une nouvelle lune avait montré sa corne dans les brouillards du couchant et elle avait grandi peu à peu sans que rien se fût modifié dans ce terrible état de siège que la bise, la neige et la faim, les trois alliées sinistres, avaient proclamé sur les bois."
Louis Pergaud


En forêt dans les chemins de neige
on marche en silence
méditant les mots qui s’agrègent
d'un poème en errance
haut dans un ciel de soie grège
un corbeau s'élance
et son aile comme une faux coupe
l'espace
les pas laissent sur la blanche étoupe
des traces
en forêt dans les chemins de neige
la solitude
est plénitude
qui dénude

Amichel



Si ce chemin m'emporte
jusqu'au ciel bleu
je veux bien le suivre
et plutôt deux
Qu'une fois !
Et si en chemin les copains
sont là pour chanter
Je serais la plus heureuse !
Vive la neige, les copains
et le ciel bleu!

Enitram


Hivernal
Il était la raison
De mes chemins de croire

Véronica


J'ai laissé mon chemin vert
Pour découvrir ton chemin blanc
Qui file dans la forêt
Pour s'y perdre...
Au coeur de l'hiver 

Christine


Dans le grand bois,je suis chez moi...
J'aime y faire les cent pas.
Je ne peux m'en passer.
Ici je suis sans passé.
J'avance vers l'avenir.
Au loin je te vois venir...
Par le grand bois,je vais chez toi.

Claire Fo



Hivernal
me chauffe le soleil
sur le chemin tout blanc ;

Hivernal
me chante la neige
sous mes souliers, craquante .

Hivernal
me dis-tu
simplement je viens avec toi...

27 commentaires:

  1. Je reviendrais me promener là, au beaux jours !...

    RépondreSupprimer
  2. L'Alsace est belle été comme hiver, Olivier :-)

    RépondreSupprimer
  3. Traces sur satin,
    Neige du matin :
    Où va-t-il, ce chemin ?
    Mystère et boule de neige!

    RépondreSupprimer
  4. Dans un parc québécois, pareille route aurait été accompagnée d'un petit panneau indiquant, par son symbole : «Attention! orignal devant!»

    RépondreSupprimer
  5. Jolie photo d'hiver !
    et beaux mots de Miss Yves.
    Perso j'aurais mis blanc devant satin.
    Belle journée !

    RépondreSupprimer
  6. Fifi, je t'autorise à ajouter "Blanc "devant satin, pour suivre la suggestion de Claude!

    Ce qui fera, en nombre de syllabes:
    6
    5
    6
    6 (si l'on pronon ce "boul 'de neige" , comme dans l'expression consacrée

    Why not ?

    Sympa, ce petit jeu collectif improvisé , d'images et de mots, comme le jeu du furet!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tout à fait sympa !!! Je suis toujours étonnée et ravie par l'arrivée des textes au fil des images !
      Bonne journée à toi !

      Supprimer
  7. J'ai connu des promenades dans la neige moins lumineuses :

    "Dans la nature qui avait repris son autonomie, rien ou presque ne me séparait de cette atmosphère à la Giono. Atmosphère feutrée et inquiétante d’un « roi sans divertissement »

    Je m’enfonçais dans la neige en suivant la piste d’un meurtrier imaginaire.

    Les pas s’entremêlaient, les motifs en relief perdaient peu à peu leur identité.

    Autour, rien que des arbustes chargés et l’étendue à perte de vue ou presque sous le ciel plombé où la silhouette sombre d’un oiseau affamé se dessinait parfois. Des parcelles de brume estompaient les contours.

    Dans l’effort pour me frayer un passage au travers de la poudre dense, je réduisais le pas pour reprendre mon souffle, la bouche et le nez chaudement emmitouflés derrière les mailles d’une écharpe tricotée main."

    http://saravati.skynetblogs.be/archive/2011/01/21/les-traces-d-un-roi.html#comments

    RépondreSupprimer
  8. La photo ne serait pas la même sas ce petit coin de ciel bleu.

    RépondreSupprimer
  9. Ce joli chemin forestier donne envie d'aller voir plus loin où brille le soleil. Ce coin de ciel bleu au travers des arbres est superbe. Quelle jolie photo, Fifi :-)
    Bisous pour une belle Saint-Valentin.

    "L'hiver

    C'était l'hiver sur la plaine et sur la forêt. La neige glacée couvrait partout le sol. Depuis trois semaines pourtant elle ne tombait plus, mais le gel qui l'avait cristallisée en paillettes luisantes d'une finesse merveilleuse l'avait rendue plus subtile encore et plus traîtresse. Pas un abri n'échappait à son assaut.

    La lune commençait à décliner quand ce régime de froidure et de faim avait commencé et, depuis, une nouvelle lune avait montré sa corne dans les brouillards du couchant et elle avait grandi peu à peu sans que rien se fût modifié dans ce terrible état de siège que la bise, la neige et la faim, les trois alliées sinistres, avaient proclamé sur les bois."
    Louis Pergaud

    RépondreSupprimer
  10. En forêt dans les chemins de neige
    on marche en silence
    méditant les mots qui s’agrègent
    d'un poème en errance
    haut dans un ciel de soie grège
    un corbeau s'élance
    et son aile comme une faux coupe
    l'espace
    les pas laissent sur la blanche étoupe
    des traces
    en forêt dans les chemins de neige
    la solitude
    est plénitude
    qui dénude

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le poète a raison, "en forêt dans les chemins de neige" avec au ciel une trouée bleu, la solitude est jubilation :-)
      Merci Amichel !

      Supprimer
  11. Joie des balades d'hiver ! Merci pour cette belle photo !

    RépondreSupprimer
  12. Heureusement qu'il y a ta photo et vos écrits: je ne pourrais écrire que l'absence de neige et les premiers iris.

    RépondreSupprimer
  13. Si ce chemin m'emporte
    jusqu'au ciel bleu
    je veux bien le suivre
    et plutôt deux
    Qu'une fois !
    Et si en chemin les copains
    sont là pour chanter
    Je serais la plus heureuse !
    Vive la neige, les copains
    et le ciel bleu!

    RépondreSupprimer
  14. C'est beau mais çà ne doit plaire aux cigognes

    RépondreSupprimer
  15. Hivernal
    Il était la raison
    De mes chemins de croire

    RépondreSupprimer
  16. J'ai laissé mon chemin vert
    Pour découvrir ton chemin blanc
    Qui file dans la forêt
    Pour s'y perdre...
    Au coeur de l'hiver §

    Biseeeeeeeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
  17. On s'attend presque à voir surgir un loup.

    RépondreSupprimer
  18. Dans le grand bois,je suis chez moi...
    J'aime y faire les cent pas.
    Je ne peux m'en passer.
    Ici je suis sans passé.
    J'avance vers l'avenir.
    Au loin je te vois venir...
    Par le grand bois,je vais chez toi.

    Bonne fin de semaine Fifi.

    RépondreSupprimer
  19. Hivernal
    me chauffe le soleil
    sur le chemin tout blanc ;

    Hivernal
    me chante la neige
    sous mes souliers, craquante .

    Hivernal
    me dis-tu
    simplement je viens avec toi...

    Bizzzz Fifi

    RépondreSupprimer
  20. Un beau chemin de lumière qui laisse entrevoir un bout de ciel bleu, espoir de soleil et de doux réchauffement de notre terre malmenée par le froid et la neige. Un chemin qu'on a envie de suivre... pour voir où il mène.

    RépondreSupprimer
  21. Je prends le haut et m'écarte vite...
    Ils vont tous s'affaler sur la route, comme les baguettes d'un mikado géant.

    RépondreSupprimer
  22. Tu as raison, il s'agit d'avoir l'oeil, parfois ça penche dangereusement.
    Allez tu mets ton hélice turbo en route :-)

    RépondreSupprimer
  23. Ces troisieme et quatrieme volets sont une réelle incitation à la balade. Comme elle est belle cette forêt enneigée sous le soleil !

    RépondreSupprimer
  24. Une belle lumière d'hiver et même pas froid !

    RépondreSupprimer

Archives du blog