4 mars 2013

en bleu majeur...(2)

















"La terre est bleue comme une orange"
P. Eluard
L'amour, la poésie  



" Les fleurs du printemps sont les rêves de l'hiver racontés, le matin, à la table des anges. "
 Khalil Gibran

"Un rien me fait chanter
Un rien me fait danser
Un rien me fait trouver belle la vie
Un rien me fait plaisir
Un rêve un désir
Un rien me fait sourire l'âme ravie
Quand le ciel est joyeux, je m' sens le coeur heureux
Et même quand il pleut j'aime la pluie
J'aime la terre les fleurs la vie et le ciel bleu
Et puis les femmes les femmes les femmes qu'ont les yeux bleus

Venez avec moi

Je cours dans les bois
Je brûle des branches pourries
Au coeur de l'hiver
Il y a du bois vert
Au printemps la neige est fleurie
Et la marmotte dit à l'écureuil :
"Depuis trois mois je n'ai pas fermé l'oeil"
(Refrain)

Marmotte vous mentez voici venir l'été
Les oiseaux vont chanter dans la nature
Aimons nos pères nos mères la vie et le Bon Dieu
Et puis les femmes les femmes les femmes qu'ont les yeux bleus

Bonjour mes amis
Le ciel a permis
Que l'on chante encore par le monde
La joie et l'amour
Reviendront un jour
Chantons tous en choeur à la ronde
Ho là ! là ! garçons et filles jolies
Dites-vous bien chaque jour chaque nuit

(Refrain)
Oui ! bleus"


Charles Trenet (clic)

envoyé par Odile



"Homère décrivant en détail la couche nuptiale de Jupiter et de Junon et cite, entre autres fleurs qui la recouvrent, le crocus, lequel est par ailleurs associé à la passion et à l'amour physique. Selon une légende, qui semble-t-il remonte au IX ème siècle avant J-C, Hermès dieu protecteur des pèlerins et des voyageurs, serait tombé amoureux d'un jeune garçon nommé Grocus et l'aurait transformé en fleur."
Le Grand Livre des fleurs Editions Chêne
envoyé par Maïté Aliénor



"Mon premier bouquet
de ce printemps
Fut de violettes odorantes
Si petit qu’en guise de
vase
Un dé à coudre eût
suffi
Ses hélices mauves
tournent en manège

Au souffle d’un ange"
Albert Strickler

envoyé par Denise



Champs de neige d'hiver
marée bleue de printemps
aujourd’hui plus que hier
le ciel sur la terre s'étend

et bien moins que demain
au défilé de la mode nouvelle
au gai soleil du frais matin
Nature porte parures belles

les crocus ouvrent leurs corolles
calices d'azur coupes de rosée
où l'abeille danse et batifole

sur ses pattes le pollen s'est posé

c'est le renouveau de la vie
la foret bruit de mille sons
saison où le bois mort revit
et notre cœur à l'unisson 

Amichel



Monsieur le printemps
Un souffle doux soudain envahit l’atmosphère
On ne voit rien d’abord c’est juste une impression
Et petit à petit viennent quelques bourgeons
Sur les branches des arbres dénudées par l’hiver.

D’abord on ne sent rien c’est juste suggéré
Pas encore de couleurs mais un simple frisson
Puis les petits oiseaux se remettent à chanter
Et la nature s’éveille de son sommeil de plomb.

Soudain dans un parterre apparaît une fleur
Juste à peine entrouverte et déjà si jolie
Et plus loin tout à coup éclatent à l’infini
D’autres corolles tendres exhalant leur odeur.

C’est monsieur le printemps qui enfin se réveille
Et d’un coup de sa baguette et pour plusieurs saisons
Renvoie bonhomme hiver vers d’autres horizons
Et rend à la nature sa parure de merveilles.

Le vent chante coquin dans les cimes et les bois
Sa chanson chaude et douce et moi je l’accompagne
Dans un hymne d’amour à toute la campagne
Pour le grand renouveau le printemps de la joie.
© Marie LC, 28 mars 2006




Tapis de pétales
A nos yeux émerveillés
Douceur du printemps

Christine



Crocus
Las des villes étouffantes où nul ne peut s’entendre
Les citadins blasés partent pour se détendre
Ils partent s’oxygéner n’en pouvant plus d’attendre
Vers un Eldorado où pousse l’herbe tendre

Devenus photographes armés d’autofocus
Un œil dans le viseur ils shootent les crocus
Des peintres plus entrainés installent leur chevalet
Et commencent à saisir de la vie le reflet

Au moyen d’une palette de couleurs et de pinceaux
Ils capturent les bourgeons les tiges qui s’aèrent
La branche qui fleurit la vibration de l’air
La lumière qui danse à la surface de l’eau

Comme une nappe jetée à la surface de l’onde
Le soleil déjà haut déverse sa clarté
Pour traduire la lumière les couleurs se confondent

Les rouges se mêlent aux bleus pour créer du violet
Sur l’herbe verte encore humide de rosée
De petites touches de bleu ont été déposées
Alain HANNECART

envoyé par Enitram

42 commentaires:

  1. Un Hénorme coup de coeur pour la quatrième, Odile !
    Et pour tes deux séries !
    Merci encore !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon Jour, Fifi !
      Quel bonheur d'ouvrir la fenêtre sur un ciel bleu, pour le troisième jour consécutif !Inconsciemment, ça aide quand même à voir les choses "autrement".
      J'aime aussi l'abeille qui se roule dans le pollen, mais j'aime surtout le ciel bleu qui rejailllit sur terre. Moi, l'amoureuse du détail, je crois que c'est l'étendue bleue de la prairie qui m'a frappée. Quand les jachnthes vont sortir dans les sous-bois, on va se ré-ga-ler...
      Bonne journée en bleu !

      Supprimer
  2. WOW... MAGNIFIQUE-MAJEUR!!!!!
    le printemps est là! ces photos sont belles ..les crocus en nombre!

    RépondreSupprimer
  3. Fabuleux. C'est quoi le nom de la planète ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Pastelle
      Le nom de la planète, Pastelle ?
      LA PLANÈTE TERRE, of course, la Terre céleste, la Terre "BLEU-PASTEL"... :-)

      "La terre est bleue comme une orange"
      (Eluard - L'amour la Poésie)

      Supprimer
  4. Des couleurs comme s'il en pleuvait

    RépondreSupprimer
  5. quel bonheur et plaisir pour les yeux!!

    « Les fleurs du printemps sont les rêves de l'hiver racontés, le matin, à la table des anges. »
    de Khalil Gibran

    J'espère que maintenant il veuille bien reste...
    Gros bisous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... rêves de l'hiver racontés à la table des anges
      ET... offerts à celle des abeilles !!!... :-)

      Supprimer
  6. Superbe ce petit paradis des crocus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Philippe
      Vous avez dit le mot juste, Philippe :
      un paradis bleu aux relets changeants ! :-)

      Supprimer
  7. Les photos d'Odile sont si belles ... Je reste dans voix, crocus jusqu'au fond de l'âme et le printemps reviendra, lilas, lilas, tapis de fleurs et de couleurs

    Bisous ma chère Fifi, la bouche en neige

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Veronica
      envie de chanter avec Charles Trenet :

      "Un rien me fait chanter
      Un rien me fait danser
      Un rien me fait trouver belle la vie
      Un rien me fait plaisir
      Un rêve un désir
      Un rien me fait sourire l'âme ravie
      Quand le ciel est joyeux, je m' sens le coeur heureux
      Et même quand il pleut j'aime la pluie
      J'aime la terre les fleurs la vie et le ciel bleu
      Et puis les femmes les femmes les femmes qu'ont les yeux bleus

      Venez avec moi
      Je cours dans les bois
      Je brûle des branches pourries
      Au coeur de l'hiver
      Il y a du bois vert
      Au printemps la neige est fleurie
      Et la marmotte dit à l'écureuil :
      "Depuis trois mois je n'ai pas fermé l'oeil"
      (Refrain)
      Marmotte vous mentez voici venir l'été
      Les oiseaux vont chanter dans la nature
      Aimons nos pères nos mères la vie et le Bon Dieu
      Et puis les femmes les femmes les femmes qu'ont les yeux bleus

      Bonjour mes amis
      Le ciel a permis
      Que l'on chante encore par le monde
      La joie et l'amour
      Reviendront un jour
      Chantons tous en choeur à la ronde
      Ho là ! là ! garçons et filles jolies
      Dites-vous bien chaque jour chaque nuit
      (Refrain)
      Oui ! bleus"

      Supprimer
  8. Quelle belle carpette !
    La macro du croicus avé l'abeille, c'est top top !

    RépondreSupprimer
  9. Incroyable travail des jardiniers du bon Dieu...!!
    Des photos qui font du bien à l' âme que cet hiver trop long a rendu un peu triste.
    Bravo Odile aux talents de fée...
    Si c'était des crocus à safran , il y aurait une fortune dans ce jardin..:-))
    Bisous à toutes les deux , vous qui savez si bien apprivoiser le soleil

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Mathilde !
      Ma curiosité "de nature" n'a pas de limites...
      Pourtant, il va falloir que j'étudie la question de l'utilisation de ce safran-là en cuisine et en pharmacopée --OvO--
      Vrai qu'il est beau et copieux, celui-là ! Mais... si je fais fortune, ça se saura, parce que les gardiens du parc
      trouveraient ça louche de me voir accroupie pendant des heures au pied des crocus, avec un p'tit panier à la main...
      Et puis, mutiler les fleurs et faire du tort aux abeilles, ce serait double amende...
      sans compter que ces dernières risqueraient bien de se liguer pour me faire déguerpir en courant... :D)

      Supprimer
  10. On se perdrait bien dans l'antichambre de l'amour comme l'abeille dans la soie et les filaments lumineux du crocus.

    "Homère décrivant en détail la couche nuptiale de Jupiter et de Junon et cite, entre autres fleurs qui la recouvrent, le crocus, lequel est par ailleurs associé à la passion et à l'amour physique. Selon une légende, qui semble-t-il remonte au IX ème siècle avant J-C, Hermès dieu protecteur des pèlerins et des voyageurs, serait tombé amoureux d'un jeune garçon nommé Grocus et l'aurait transformé en fleur."
    Pour en savoir plus sur le crocus, à la suite de cet extrait, voir le " Grand Livre Des Fleurs, Editions Chêne"
    Fifi, combien j'aimerais voir ces prairies d'après neige.
    C'est tout simplement envoûtant!
    Des photos qui m'enchantent par leur beauté!

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour Fifi et Odile ;-)
    Je m'émerveille devant tant de beauté. Ces parterres de crocus, groupées ou avec une logeuse sont de toute beauté. Vos magnifiques photos, Odile, mettent du baume au coeur en attendant le printemps.
    Merci Odile de nous offrir cette féerie :-)
    Merci à toi, Fifi, de ce partage qui fait rêver!
    Bisous à toutes les deux.



    "Mon premier bouquet
    de ce printemps
    Fut de violettes odorantes
    Si petit qu’en guise de
    vase
    Un dé à coudre eût
    suffi
    Ses hélices mauves
    tournent en manège
    Au souffle d’un ange"
    Albert Strickler

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Denise
      Ah ! Les mini-bouquets de violettes, ligaturés avec un fil !
      C'est dans un encrier d'écolier en porcelaine blanche que je les préfère ;-)

      Supprimer
    2. Bonsoir Odile, moi aussi, j'aime les violettes attachées par un fil....et j'en ai de bons souvenirs!
      Mais je pense qu'il y a confusion! Je crois bien qu'Albert Strickler parle de crocus mais de couleur violette... :-)
      Belle soirée à vous, amicalement.

      Supprimer
  12. Champs de neige d'hiver
    marée bleue de printemps
    aujourd’hui plus que hier
    le ciel sur la terre s'étend

    et bien moins que demain
    au défilé de la mode nouvelle
    au gai soleil du frais matin
    Nature porte parures belles

    les crocus ouvrent leurs corolles
    calices d'azur coupes de rosée
    où l'abeille danse et batifole
    sur ses pattes le pollen s'est posé

    c'est le renouveau de la vie
    la foret bruit de mille sons
    saison où le bois mort revit
    et notre cœur à l'unisson



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @michel, Cher Poète,
      "une marée bleue" : c'était tout à fait cela, sur terre comme aux cieux ! et j'aime cette image des épousailles du ciel et de la terre et l'association de "corolles" et "batifole". Mais dites-moi, charmant jouvenceau, vous aviez prévu bien tôt les langes et le trousseau, "les chaussons pour l'enfançon" :-) Cela va de soi, chacun est en émoi de voir arriver l'Enfant-Roi.

      Supprimer
  13. merveilleux.....rien à rajouter...........
    mais non je n'ai pas la flemme....
    bonne soirée

    RépondreSupprimer
  14. Très belle série, je craque tout particulièrement sur la 1 et la 4 avec cette petite butineuse qui se régale.
    Voici un petit cadeau

    Monsieur le printemps


    Un souffle doux soudain envahit l’atmosphère
    On ne voit rien d’abord c’est juste une impression
    Et petit à petit viennent quelques bourgeons
    Sur les branches des arbres dénudées par l’hiver.

    D’abord on ne sent rien c’est juste suggéré
    Pas encore de couleurs mais un simple frisson
    Puis les petits oiseaux se remettent à chanter
    Et la nature s’éveille de son sommeil de plomb.

    Soudain dans un parterre apparaît une fleur
    Juste à peine entrouverte et déjà si jolie
    Et plus loin tout à coup éclatent à l’infini
    D’autres corolles tendres exhalant leur odeur.

    C’est monsieur le printemps qui enfin se réveille
    Et d’un coup de sa baguette et pour plusieurs saisons
    Renvoie bonhomme hiver vers d’autres horizons
    Et rend à la nature sa parure de merveilles.

    Le vent chante coquin dans les cimes et les bois
    Sa chanson chaude et douce et moi je l’accompagne
    Dans un hymne d’amour à toute la campagne
    Pour le grand renouveau le printemps de la joie.

    © Marie LC, 28 mars 2006

    RépondreSupprimer
  15. Tapis de pétales
    A nos yeux émerveillés
    Douceur du printemps

    Biseeeeeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeeeeee

    PS/ Cela donne envie de s'y rouler... mais sans les écraser !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez OSÉ, Christine, vous y rouler !!!
      Je comprends, maintenant, pourquoi cette étendue de bleue a été anéantie en quelques jours !

      Supprimer
  16. Quelles merveilles ! Merci, Fifi.

    RépondreSupprimer
  17. merci odile pour "charmant jouvenceau" :>))... et le reste

    ci-joint un lien pour écouter la chanson de Trenet que vous nous avez offerte :

    https://www.youtube.com/watch?v=eUcF9Wzu29E

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @amichel
      Merci du merci, amichel, et merci pour le lien !
      De fil en aiguille, Trenet toujours, dans : "La Romance de Paris" (1941).
      www.youtube.com/watch?v=UQ4zErveEV4

      Supprimer
  18. Merci Fifi pour tes conseils judicieux concernant " les commentaires" sur la même page que les photos pour leur rédaction...
    J' ai pu faire le paramètrage pour " Les sentiers de Mathilde " ...ça marche...:-))
    Malheureusement pour " Les carnets de Mathilde " qui sont une ancienne version , cela ne marche pas ? :-((
    C' est dommage car tu as raison...
    Plein de bisous au pollen de crocus....elle est si jolie cette abeille ...!!

    RépondreSupprimer
  19. Crocus

    Las des villes étouffantes où nul ne peut s’entendre
    Les citadins blasés partent pour se détendre
    Ils partent s’oxygéner n’en pouvant plus d’attendre
    Vers un Eldorado où pousse l’herbe tendre

    Devenus photographes armés d’autofocus
    Un œil dans le viseur ils shootent les crocus
    Des peintres plus entrainés installent leur chevalet
    Et commencent à saisir de la vie le reflet

    Au moyen d’une palette de couleurs et de pinceaux
    Ils capturent les bourgeons les tiges qui s’aèrent
    La branche qui fleurit la vibration de l’air
    La lumière qui danse à la surface de l’eau

    Comme une nappe jetée à la surface de l’onde
    Le soleil déjà haut déverse sa clarté
    Pour traduire la lumière les couleurs se confondent

    Les rouges se mêlent aux bleus pour créer du violet
    Sur l’herbe verte encore humide de rosée
    De petites touches de bleu ont été déposées
    Alain HANNECART

    Vive le printemps !!!
    Belle soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avouez, Martine, que les peintres ont la vie belle, avec leurs p'tits pinceaux, assis sur leur p'tit pliant, avec leur p'tit chapeau, devant leur chevalet !...
      Imaginez un peu la posture du photographe pour tirer le portrait du crocus... et, bien pire. encore..., celui de l'abeille au coeur du crocus !
      On y prend son pied... à genoux, accroupi, contorsionné, allongé sur le flanc, dans la rosée du matini, les genoux, le dos et les cervicales en compote...
      Que ne ferait-on pas, pour une jolie fleur ?... :D

      Supprimer
  20. J'ai beaucoup aime ce qu'a envoye Maïté Aliénor.
    L'abeille semble s'accrocher comme si elle ne croyait pas a la realite du moment! Son premier enivrement de l'annee.
    De toute beaute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Thérèse
      Il faut voir avec quelle fièvre elles passent d'une fleur à l'autre, se roulant, se brossant, remplissant leurs sacs, pour repartir bardées vers la ruche !

      Supprimer
  21. Ouah, que de safran en perspective, et donc de paella, cela me donne presque faim. De plus, c'est un véritable trésor au prix du marché !!!

    RépondreSupprimer
  22. Magnifique ! Que le printemps fait du bien !

    RépondreSupprimer
  23. Superbe symphonie en jaune et mauve, merci Odile pour ce régal des yeux !

    RépondreSupprimer
  24. Origines, modes de culture, de récolte, de traitement, vertus et propriétés médicinales, culinaires, tinctoriales, utilisations, prix, commerce... M. Google, nous permet d'en savoir plus sur "cette-épice-la-plus-chère-au-monde-qu'est-le-safran"...
    En souhaitant que ces pages ne contribuent pas à vous donner le blues ou à "déflorer" notre douce rêverie BLEUE... :D

    > "Safran (épice) wikipédia"
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Safran_(épice)

    > "Le safran, l'or rouge provençal à 30 000 euros le kilo"
    http://www.latribune.fr/regions/paca/20120726trib000711129/le-safran-or-rouge-provencal-a-30-000-euros-le-kilo.html

    > "Le prix du safran - Safran de Rodès"
    www.safran-de-rodes.fr › Le prix du safran

    > "Or rouge - Le Safran de France"
    http://www.safrandefrance.fr/safran/orrouge.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci encore, Odile, pour tes merveilleuses photos ! Tu nous as installé le printemps au coeur...malgré la pluie qui revient :-)

      La culture du safran existe aussi en Alsace:
      http://www.julienbinz.com/Herve-Barbisan-vit-sa-passion-du-safran-en-Alsace_a1018.html

      Supprimer
  25. Je découvre ton photoblog et il me plait beaucoup..;

    RépondreSupprimer

Archives du blog