28 avr. 2014

"en roue libre"...




A vous attendre
j'ai amassé la mousse
ne roulant plus


La charrette à bœufs

Ces rout' à tas d' cailloux où des beaux ch'vaux d' calèches
S' rencontr' avec des ân', des perch'rons, des mulets,
Où pass' carriol', patach', tap'-culs, cabriolets
Att'lés d' bidets pansus quand c'est pas d' ross' ben sèches,

Pour moi, c'est des ch'mins d' vill', censément comm' des rues
Qui s'allong'raient sans fin et n'auraient pas d' pavés,
Et tout c' qui roul' dessus, crasseux comm' bien lavé,
De bruit, d' forme et d' couleur, m' blesse l'oreille et la vue.

Sur ces rubans d' terrain des berg', des p'tit' montagnes,
M'né par des maquignons, des laquais, des monsieurs,
Tout ça s' démèn', court, trott', craq' du r'sort et d' l'essieu,
Mais tout ça : rout', voitur', ch'vaux, gens, c'est pas campagne !

Dans l' sérieux d' nos vallons comparez donc l' passage
D' ceux ch'vaux vêtus d'harnais qu'un ch'ti fouet cingl' d'affronts
Avec nos bœufs tout nus qui n'ont que l' joug au front ?
Eux et moi que j' les mène on s' mêle au paysage !

Parlez-moi d' ma charrette entr' ses buissons d' verdure,
Montée — i' semblerait — sur deux meul' de moulin,
Couleur de terre et d'arbre, et dont l' gros moyeu s' plaint
Si douc'ment q' ça m'en berc', comme un chant d' la nature !


Viv' la voiture à bœufs qu'une aiguillad' conduit,
Dont l'herb', l'ornièr', la boue étouff', envas' le bruit,
Qui prend l' roulis câlin d' ses deux lent' bêt' camuses,

Et s'en va comm' l'eau calme et les bons nuag' s'en vont !
C'est l' vrai char de nos plain', d' nos marais, et d' nos fonds,
Tout comm' leur seul' musique est cell' des cornemuses.
Maurice Rollinat.  


Une roue antique
prise dans le lierre
à l'abandon
elle sent les foins coupés
les robes de cretonne

Marine Zoup

Prisonnière ! fini pour elle de partir en roue libre,
le lierre a posé des antivols sur ses rayons.
Un beau charron viendra-t-il un jour la délivrer ?

Tilia

Nos charretiers ont déserté
Les routes et chemins cahotants
Nous les avons craints, parfois admirés
Quand nous étions enfants.
Entre voix de stentor et jurons acharnés
Souvent armés d’un fouet
Ils étaient maîtres et ça se savait.
Je me souviens de Daniel le charretier
De sa face allumée, toute rubiconde
Et de ses bœufs qui avançaient
Jamais assez vite, l’âme vagabonde.
Ils avaient pour nom Martin et Chouan
Affichaient la démarche placide
Qui accusait le poids des ans
Malgré leur robe splendide.
Ne restent éparpillées dans la nature

Que des roues brodées par des guirlandes de lierre
Comme celle de Fifi, témoins d’une aventure
D’un passé révolu, dernières dépositaires

Maïté/Aliénor

Roule roule
sur le chemin
c'est la carriole
qui ne passera plus demain...

Enitram

Réinventer l'art...ou.....

Comme l'horloge arrêtée
Témoin d'un dur passé
En connaître un rayon...
La vie est tourbillon!
Pouvoir se reposer
Dans tes bras,,,, enlacée
Un temps pour semer
Un temps pour s'aimer....

Claire Fo


« La roue qui tourne ne rouille pas."


 "Par bonheur la roue a été inventée avant la voiture ; 
le bruit du trafic aurait été insupportable. » 
H. P. Martz 
envoyé par Simone


Sur la roue,
De la rouille...
Sur la roue
Qu'il enserre,
Sorti du lit de l'hiver,
Il erre, le lierre,
Il lie l'hier.
Et la roue relie
Pissenlits et pistils,
Pistons et rivets.
Sur la roue renaît

Le lys, le lilas...
Demain, c'est hier.

Miss Yves



La roue tourne
un jour il arrive
qu'elle s'arrête
ronces lierres
l'enchevêtrent
ainsi la vie
est temps qui roule
amassant mousse
un jour aussi
il arrive
que les herbes folles
aussi l’enchevêtrent 

Amichel


49 commentaires:

  1. Gracieux et symbolique: le cycle des saisons, le renouveau, la roue de la Fortune et du temps qui passe...

    RépondreSupprimer
  2. Et on dira encore que si la roue se délabre c'est la faute de ce parasite de lierre !
    Une jolie reconversion, la roue de la charrette ne bouge plus d'un pouce mais elle sert de support à la nature en progrés, j'imaginerais volontiers un nid de lérot dissimulé contre un rayon, là où la "touffe" est plus dense....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (J'avoue bien aimer le coté un peu lugubre et sombre de l'image accentué par une lumière rare qui va bien au vert... Le soleil, lui, est dans le pré....)

      Supprimer
  3. Un lierre qui s'en-rou-le. C'est une très belle image. Le temps continuer de filer, la nature reprend ses droits et investit l'espace. Et tout passe.

    RépondreSupprimer
  4. A vous attendre
    j'ai amassé la mousse
    ne roulant plus

    RépondreSupprimer
  5. Une roue qui a certainement toute une belle histoire du temps qu'elle roulait et maintenant c'est le lierre qui la décore! Très jolie photo, Fifi.
    Gros bisous :-)


    La charrette à bœufs

    Ces rout' à tas d' cailloux où des beaux ch'vaux d' calèches
    S' rencontr' avec des ân', des perch'rons, des mulets,
    Où pass' carriol', patach', tap'-culs, cabriolets
    Att'lés d' bidets pansus quand c'est pas d' ross' ben sèches,

    Pour moi, c'est des ch'mins d' vill', censément comm' des rues
    Qui s'allong'raient sans fin et n'auraient pas d' pavés,
    Et tout c' qui roul' dessus, crasseux comm' bien lavé,
    De bruit, d' forme et d' couleur, m' blesse l'oreille et la vue.

    Sur ces rubans d' terrain des berg', des p'tit' montagnes,
    M'né par des maquignons, des laquais, des monsieurs,
    Tout ça s' démèn', court, trott', craq' du r'sort et d' l'essieu,
    Mais tout ça : rout', voitur', ch'vaux, gens, c'est pas campagne !

    Dans l' sérieux d' nos vallons comparez donc l' passage
    D' ceux ch'vaux vêtus d'harnais qu'un ch'ti fouet cingl' d'affronts
    Avec nos bœufs tout nus qui n'ont que l' joug au front ?
    Eux et moi que j' les mène on s' mêle au paysage !

    Parlez-moi d' ma charrette entr' ses buissons d' verdure,
    Montée — i' semblerait — sur deux meul' de moulin,
    Couleur de terre et d'arbre, et dont l' gros moyeu s' plaint
    Si douc'ment q' ça m'en berc', comme un chant d' la nature !

    Viv' la voiture à bœufs qu'une aiguillad' conduit,
    Dont l'herb', l'ornièr', la boue étouff', envas' le bruit,
    Qui prend l' roulis câlin d' ses deux lent' bêt' camuses,

    Et s'en va comm' l'eau calme et les bons nuag' s'en vont !
    C'est l' vrai char de nos plain', d' nos marais, et d' nos fonds,
    Tout comm' leur seul' musique est cell' des cornemuses.
    Maurice Rollinat.

    RépondreSupprimer
  6. On oublie facilement les effets nefastes du lierre devant une telle image et on se laisse envahir sans retenur d'autant plus que c'est pas chez nous :-)
    La roue tourne et nous avec.

    RépondreSupprimer
  7. Quand la nature reprend ses droits...

    RépondreSupprimer
  8. Comme j' aime ta photo et aussi les mots de Thérèse ... comme elle je combats le lierre...chez moi..!!
    Juchée sur le char rempli foin, pendant les vacances d' été , enfant , je croyais qu' elles grinçaient parce qu' elles avaient mal...:-)
    Mais un proverbe français m' a expliqué :
    " Du char , la plus méchante roue est celle qui crie toujours..." :-))
    Belle soirée soleil mouillé Fifi

    RépondreSupprimer
  9. Le mouvement et le temps suspendus...

    RépondreSupprimer
  10. ...La roue du temps a apprivoisé le lierre envahissant. qui s'entortille autour d'elle...
    Merci Fiffi.
    Bonne soirée toute de douceur, j'espère.
    Den

    RépondreSupprimer
  11. c
    Quelle jolie photo Fifi !
    Bisous du soir

    RépondreSupprimer

  12. Une roue antique
    prise dans le lierre
    à l'abandon
    elle sent les foins coupés
    les robes de cretonne


    un temps que les moins de 20 ans...

    RépondreSupprimer
  13. Prisonnière ! fini pour elle de partir en roue libre,
    le lierre a posé des antivols sur ses rayons.
    Un beau charron viendra-t-il un jour la délivrer ?

    RépondreSupprimer
  14. "pierre qui roule n'amasse pas mousse"...
    roue qui dort se vêt de lierre...

    RépondreSupprimer
  15. Une belle image de la nature qui prend la roue en voulant sans doute prendre la clé des champs.

    RépondreSupprimer
  16. Se sentant dorénavant inutile, la roue décida de s'orner.
    Elle en devint si belle...

    RépondreSupprimer
  17. Au fil du temps, le lierre a tissé ses fils et posé ses feuilles
    sur la roue qui n'est plus .
    Belle journée !

    RépondreSupprimer
  18. Nos charretiers ont déserté
    Les routes et chemins cahotants
    Nous les avons craints, parfois admirés
    Quand nous étions enfants.
    Entre voix de stentor et jurons acharnés
    Souvent armés d’un fouet
    Ils étaient maîtres et ça se savait.
    Je me souviens de Daniel le charretier
    De sa face allumée, toute rubiconde
    Et de ses bœufs qui avançaient
    Jamais assez vite, l’âme vagabonde.
    Ils avaient pour nom Martin et Chouan
    Affichaient la démarche placide
    Qui accusait le poids des ans
    Malgré leur robe splendide.
    Ne restent éparpillées dans la nature
    Que des roues brodées par des guirlandes de lierre
    Comme celle de Fifi, témoins d’une aventure
    D’un passé révolu, dernières dépositaires.

    RépondreSupprimer
  19. Si elle était encore capable de rouler, elle aurait sa place et ferait son effet dans le défilé de chars décorés pour la kermesse du village... Au moins, pour elle, l'habillage serait tout prêt : pas besoin de fleurs en papier crépon ni de rubans pour l'enjoliver. On peut faire confiance au lierre comme fond de verdure : bien accroché, il tiendrait la route. Pour l'équilibre, resterait à en trouver une deuxième, un peu en meilleur état que celle d'à côté qu'a perdu quelques rayons au combat, et une paire de beaux bœufs blancs pour l'attelage, précédés par l'accordéon... :-)

    Par cheu nous, à Carheix, on a chaque été "Les Vieilles Charrues", chez vous, ça serait : "Les Vieilles Charrettes"... :-)
    http://www.vieillescharrues.asso.fr/asso/page/presentation

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien, c'est une scène de film que tu nous décris là :-) "La paire de beaux bœufs blancs" assortis au vert sombre du lierre ça ferait un beau tableau. Sans compter l'accordéon qui ambiance... Il existe toutes sortes de fêtes dans nos villages de Lorraine et d'Alsace qui s'inspirent ainsi du temps passé et généralement elles attirent les foules. Peut être pas autant qu'à Carheix où "Les vieilles Charrues" ont pris une ampleur remarquable !!!
      Merci Odile pour "Les Vieilles Charettes" !!!

      Supprimer
  20. Voilà une roue qui ne tournera plus mais qui a su, pour vivre sa fin de vie, bien... s'entourer

    RépondreSupprimer
  21. Roule roule
    sur le chemin
    c'est la carriole
    qui ne passera plus demain...

    RépondreSupprimer
  22. Réinventer l'art...ou.....

    Comme l'horloge arrêtée
    Témoin d'un dur passé
    En connaître un rayon...
    La vie est tourbillon!
    Pouvoir se reposer
    Dans tes bras,,,, enlacée
    Un temps pour semer
    Un temps pour s'aimer....

    Gros câlinsss!!!!

    RépondreSupprimer
  23. Plus d'échappée belle pour elle...
    Bises!

    RépondreSupprimer
  24. La roue tourne et le vert dure Fifi .

    RépondreSupprimer
  25. http://chatbada.over-blog.com/article-le-lierre-meurt-ou-il-s-attache-proverbe-fran-ais-48676920.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une superbe page ! Merci pour le lien, Miss !
      Je vais continuer à dérouler ses pages pleine de poésies
      et de belles images.

      Supprimer
  26. belle photo symbolique du temps qui passe

    La roue tourne
    un jour il arrive
    qu'elle s'arrête
    ronces lierres
    l'enchevêtrent
    ainsi la vie
    est temps qui roule
    amassant mousse
    un jour aussi
    il arrive
    que les herbes folles
    aussi l’enchevêtrent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve qu'elle est touchante cette roue justement parce que la vie continue, autrement, de façon inattendue.
      Que l'arrêt du mouvement est exploité par une vie différente, par la végétation qui prospère, par le lierre coriace et beau
      La vie est étonnante même si elle triste bien souvent.
      Merci Amichel !

      Supprimer
    2. Je me fais vieille, Amichel ! Je viens de m’apercevoir que je n'ai pas affiché votre texte. Parfois je veux faire trop vite.
      Vous me pardonnerez, j'espère ? Je vais réparer mon erreur.

      Supprimer

  27. « La roue qui tourne ne rouille pas. »
    ou
    Par bonheur la roue a été inventée avant la voiture ; le bruit du trafic aurait été insupportable. » H. P. Martz


    bonne soirée ! bon premier mai

    RépondreSupprimer
  28. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur la roue,
      De la rouille...
      Sur la roue
      Qu'il enserre,
      Sorti du lit de l'hiver,
      Il erre, le lierre,
      Il lie l'hier.
      Et la roue relie
      Pissenlits et pistils,
      Pistons et rivets.
      Sur la roue renaît
      Le lys, le lilas...
      Demain, c'est hier.

      Supprimer
  29. Ton image parle et... "fait parler" ! C'est intéressant de voir les réactions et les mots qu'elle suscite. Elle inspire les poètes, les nostalgiques et les penseurs. Au fil des commentaires, de jolis mots défilent.
    Le sujet s'y prête : déclin de l'objet et prolifération du végétal... La roue qui tourne, le temps qui passe, la vie qui s'éteint ou renaît. J'aime beaucoup les mots comme :
    "le lierre qui pose ses antivols", "l'horloge arrêtée qui en connaît un rayon", "réinventer l'art"... Tellement de belles images évoquées !
    N'empêche que nos aïeux auraient sans doute plutôt dit :
    "C'est-i-pas-malheureux-d'-voir-ça !!!..."
    Quand je regarde cette roue prisonnière, je suis portée à croire qu'elle a été abandonnée là depuis longtemps et n'a sans doute pas pu rouler dans cet état : les rayons semblent avoir été "bricolés pour sa survie" (*)... Pour fonctionner correctement, une roue de charrette classique est équilibrée par un nombre pair de rayons espacés par des intervalles réguliers (16 ou 18 rayons en moyenne). En bonne rêveuse, je n'avais jamais compté précisément, mais ça me plaisait de penser qu'il y en avait 12, comme les 12 chiffres de l'horloge... :-)
    (*) => cette remarque n'enlève rien à la beauté du tableau... :-)

    Étant gamine, j'ai vu le charron-forgeron du village "cercler" une roue de charrette. C'était un sacré travail et tout un art ! Une fois la partie bois (rayons et courbes périphériques) assemblée autour du moyeu central, la mise en place, autour de l'ensemble, du cercle de métal sortant rouge de la forge était un moment sérieux de haute voltige. Il fallait plusieurs hommes pour l'ajuster avec précision, le marteler rapidement pour l'adapter en force et au plus serré pendant qu'il était encore rouge, puis l'arroser enfin à grands seaux d'eau froide, afin qu'il resserre toutes les pièces de bois pour les tenir bien solidaires... Tout un spectacle ! Les curieux étaient priés de ne pas s'approcher, et les enfants devaient se tenir à l'écart... On retenait son souffle et on en prenait plein les yeux, les oreilles et les narines, avec le feu de la forge et son gros soufflet, le martelage du fer rouge sur l'enclume, et plein les narines, aussi, avec la vapeur et la fumée qui s'échappaient.
    Quand au "ferrage" des bœufs, qui revenait de temps à autre, ça se savait, ça se répétait, et les petits gamins sortaient vite, vite de l'école, le soir, pour y assister... Faire se lever et plier la patte d'un bœuf, c'était dangereux et risqué, quasiment impossible sans l'immobiliser. On plaçait alors, sous l'animal, un "travail" (ou "tramail") fait de grosses sangles et on hissait la bête en hauteur avec des poulies pour la mise en place des clous rougis au feu dans la corne des sabots. C'était très impressionnant de voir ces gros bestiaux en suspension, de les entendre meugler, parfois, et de sentir à pleines narines l'odeur de la corne brûlée. Des souvenirs impérissables.

    De nos jours, côté carriole, pour changer une roue, on appelle Speedy, et c'est bien plus rapide... :) Et si, par malheur, le pneu crève sur une petite route de campagne, sans un dépanneur à la ronde et qu'on est amené à sortir le cric, c'est tout un sport... Du coup, hélas ! y'a moins de badauds à regarder le spectacle ou donner un coup de main... Côté chaussures, on ne met plus de fers sous les semelles pour les faire durer plus longtemps...
    La roue tourne, les habitudes changent... "c'est l' progrès"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Odile pour cette belle page sur le métier de charron-forgeron ! Nous sommes nombreux je pense à garder dans notre mémoire d'enfance quelques images impressionnantes du feu de la forge et du forgeron ! Par contre je n'ai jamais assisté au ferrage d'un boeuf. La scène que tu décris a de quoi impressionner.
      L'Ecomusée d'Alsace donne encore à voir ses métiers quasiment disparus aujourd'hui. A voir ci dessous :
      Le charron

      Supprimer
    2. Merci pour ce lien vers le charron !
      Coup de chapeau, une fois encore, à ton Ecomusée Alsacien qui a vraiment l'air parfaitement structuré, organisé et bien animé. Avec 150 charrettes, dont 50 utilisées, ce n'est pas demain le chômage pour le charron salarié ! C'est beau de voir ces traditions sauvegardées et retransmises à des bénévoles. Astucieuse, l'installation de ce caniveau d'eau pour faire tremper à la verticale la roue qu'on plonge (et tourne ?) plutôt que de lui balancer des seaux d'eau à même le sol !
      De la belle ouvrage, des techniques qui nécessitaient du savoir-faire et... du temps. Pour signifier la lenteur d'un mouvement, on dit encore : "rouler comme un char à bœufs"... :-)
      La roue tourne et, "rentabilité oblige", la notion du temps n'est plus la même... ;-)

      Supprimer
    3. C'est vrai qu'il est chouette ce musée ! Merci de l'apprécier à distance. Si tu viens en Alsace, nous irons le visiter ensemble :-)

      Supprimer
  30. quanD au ferrage => quanT au ferrage

    RépondreSupprimer
  31. L'inventeur de la roue n'avait probablement pas prévu cet usage.

    RépondreSupprimer
  32. c'était à montreuil-bellay que j'ai vu une superbe charrette avec ces roues

    RépondreSupprimer
  33. Quel beau support !
    Une belle mise en valeur de la nature qui prend le dessus :-)

    RépondreSupprimer
  34. Je la trouve bien ficelée cette roue quand même....

    Bon weekend à toi

    RépondreSupprimer
  35. FIFI bonsoir
    comment ne pas craquer en la regardant
    et tu sais elle serait bien dans mon jardin
    j'ai encore de la place
    retour à l'ancienne et j'adore çà
    BISOU et bonne soirée

    RépondreSupprimer
  36. La vie tourne comme une roue trop rapide... Heureusement que parfois le lierre la freine et permet une pause bienvenue. Il est bon que la roue du temps s'arrête de temps en temps.

    RépondreSupprimer

Archives du blog