15 mai 2014

Récup'Art Emmaüs 2014...



 "L'arbre médecin"




Supplique de l'Arbre:
Homme !Je suis la chaleur de ton foyer par les froides nuits d'hiver,
L'ombrage ami lorsque brûle le soleil d'été,
Je suis la charpente de ta maison, la planche de ta table,
Je suis le lit dans lequel tu dors et le bois dont tu fis tes navires
Je suis le manche de ta houe et la porte de ton enclos.
Je suis le bois de ton berceau et aussi de ton cercueil.
Écoute ma prière, veux-tu ?

Laisse moi vivre pour tempérer les climats et favoriser l'éclosion des fleurs,
Laisse moi vivre pour arrêter le typhons et empêcher les vents de sable,
Laisse moi vivre pour calmer les vents, pousser les nuages
et apporter la pluie qui véhicule la vie du monde.
Laisse moi vivre pour empêcher les inondations qui tuent.
Je suis la source des ruisseaux. Je suis la vraie richesse des Hommes.
Je contribue à la prospérité du moindre des villages,
J'embellis ton pays par la verdure de mon manteau
Écoute ma prière.
Ne me détruis pas.


- Poème vietnamien -




 "Mirage au Sahara"


Arbre

Tu es plus souple que le zèbre
Tu sautes mieux que l'équateur.
Sous ton écorce les vertèbres
Font un concert d'oiseaux moqueurs.
J'avertirai tous les poètes :
Il ne faut pas toucher aux fruits
C'est là que dorment les comètes,
Et l'océan s'y reconstruit.
Tu es léger comme un tropique.
Tu es plus sage qu'un poisson.
Dans chaque feuille une réplique
Est réservée pour ma chanson.
Dès qu'on t'adresse la parole,
Autour de toi s'élève un mur.
Tu bats des branches, tu t'envoles
C'est toi qui puniras l'azur.

Alain Bosquet

envoyé par Denise




 "L'Arbre bleu de l'électronicien"


Dans la prairie altier marchait un sycomore
il gardait ses moutons aux sons d'un transistor
balançant son feuillage au rythme des musiques
que jettent à tout vent les ondes téséfiques
Un agneau qui tétait engraissant ses gigots
dit : vieux voudrais-tu pas éteindre ta radio
ça fait tourner le lait de ma maman brebis
et c'est mauvais pour moi, moi qui suis son petit
Alors le sycomore prenant son transistor
l'enterre sous ses pieds que l'on nomme racines
c'est pourquoi l'on entend dans les forêts voisines
parfois au fond des bois un petit air de cor

"Le chant des bois" 

Raymond Queneau
envoyé par Tilia



"L'ami des peintres"
"l'Arbre qui inspire"


Murmures d'arbres

Les feuilles sont de l’arbre
Les feuilles sont du vent
au cœur de l’arbre
gît leur murmure


Jonchée de feuilles au couchant
pages de livres en mouvement

Ballet funambulesque

Venez écouter les contes étranges
qui s’élèvent
les soirs de brume
du coeur des arbres…


© marine D

"L'arbre à mouchoirs"





Il était une feuille

Il était une feuille avec ses lignes
Ligne de vie
Ligne de chance
Ligne de cœur

Il était une branche au bout de la feuille
Ligne fourchue signe de vie
Signe de chance
Signe de cœur.

Il était un arbre au bout de la branche
Un arbre digne de vie
Digne de chance
Digne de cœur.

Cœur gravé, percé, transpercé
Un arbre que nul jamais ne vit.


Il était des racines au bout de l'arbre.
Racines vignes de vie
Vignes de chance
Vignes de cœur.

Au bout des racines il était la terre
La terre tout court
La terre toute ronde
La terre toute seule au travers du ciel
La terre.

Robert Desnos
(Fortunes 1942)

envoyé par Josette T



31 commentaires:

  1. Toujours autant d'idées, superbement réalisées!
    Mille mercis pour ton très bel envoi, reçu ce matin!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Suis contente s'il est bien arrivé :-)

      Supprimer
  2. http://photograff.blogspot.fr/2013/08/larbre-palabres.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien-sûr "l'arbre à palabres". Une amie conteuse m'en a souvent parlé
      Nos blogs aussi sont un peu cela, des lieux de "palabres", mais c'est nettement moins poétique que d'être assis tous ensemble sous un baobab ou un autre arbre pour palabrer :-)

      Supprimer
  3. Il y a de belles trouvailles. Ma préférée est " l'arbre bleu ".

    Bel après-midi et à bientôt. Biz amicale.

    Roger

    RépondreSupprimer
  4. Mon frère aîné avait retrouvé un petit morceau de papier sur lequel mon père avait écrit un poème à la machine à écrire, qu'il avait modifié à la main pour l'adapter à l'Afrique où il dirigeait l'école forestière du Banco en Côte d'Ivoire. J'avais fait un message dessus malheureusement les photos ont été "avalées" parce que mon profil "p'tit loup" a été supprimé sur un malentendu. Je te donne tout de même le lien.

    http://cergipontin.blogspot.fr/2007/05/vercors-lcole-de-la-fort-des-coulmes-2.html

    Le poème le voici sur le net :
    http://fr.soc.politique.narkive.com/uVVxtjay/supplique-de-l-arbre

    Supplique de l'Arbre:

    Homme !
    Je suis la chaleur de ton foyer par les froides nuits d'hiver,
    L'ombrage ami lorsque brûle le soleil d'été,
    Je suis la charpente de ta maison, la planche de ta table,
    Je suis le lit dans lequel tu dors et le bois dont tu fis tes navires
    Je suis le manche de ta houe et la porte de ton enclos.
    Je suis le bois de ton berceau et aussi de ton cercueil.
    Écoute ma prière, veux-tu ?

    Laisse moi vivre pour tempérer les climats et favoriser l'éclosion des fleurs,
    Laisse moi vivre pour arrêter le typhons et empêcher les vents de sable,
    Laisse moi vivre pour calmer les vents, pousser les nuages
    et apporter la pluie qui véhicule la vie du monde.
    Laisse moi vivre pour empêcher les inondations qui tuent.
    Je suis la source des ruisseaux. Je suis la vraie richesse des Hommes.
    Je contribue à la prospérité du moindre des villages,
    J'embellis ton pays par la verdure de mon manteau
    Écoute ma prière.
    Ne me détruis pas.


    - Poème vietnamien -

    Je ne savais pas que c'était un poème vietnamien, je l'avais retrouvé à l'époque mais il n'était pas attribué.

    RépondreSupprimer
  5. En septembre dernier, nous sommes allés dans les Ardennes où nous avons eu la chance de passer un moment dans la scierie d'un homme autodidacte qui avait passé sa vie à récupérer des billes de toutes essences et les scier pour ne rien en perdre afin de pouvoir les vendre (après séchage et stockage) à qui en auraient l'utilité et en ferait la demande. C'était des moments uniques d'être à ses cotés, nous avions l'impression de côtoyer un trésor vivant. Des hommes ayant son savoir et sa patience, il n'y en a plus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci aussi pour cette belle rencontre !

      Supprimer
  6. Je regarde ta première image, et je me dis que l'on dit que le chat est médecin. L'arbre et le chat sont médecins, ils apaisent...

    RépondreSupprimer
  7. C'est vraiment très inventif tout ça et très bien réalisé. Chapeau aux artistes !

    RépondreSupprimer
  8. http://www.epoufest.com/Pages/default.aspx

    Le premier personnage m'a fait penser de nouveau à ce festival, où j'avais vu une fois un épouvantail en C D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://www.dailymotion.com/video/xsiwne_meyrals-24-festival-des-epouvantails_creation

      Supprimer
    2. Il y en a de superbes !!! :-)

      Supprimer
    3. Les épouvantails c'est effectivement une autre et belle occasion de "Recup' Art"
      Malheureusement, je ne peux afficher que les vidéos You tube. Dailymotion n'est pas prévu chez blogger.
      :-(

      Supprimer
    4. Peu importe!c'est pour le plaisir...

      Je me demande d'ailleurs comment tu fais....

      Supprimer
  9. Dans la Revue image (Soop.it) en attendant celle des blogs, ce soir ! Bravo pour ce beau travail et ce partage !

    RépondreSupprimer
  10. Merci Fifi, de nous offrir ces magnifiques travaux créés avec beaucoup d'imagination. C'est un régal.
    Douce soirée et mes bisous.


    Arbre

    Tu es plus souple que le zèbre
    Tu sautes mieux que l'équateur.
    Sous ton écorce les vertèbres
    Font un concert d'oiseaux moqueurs.
    J'avertirai tous les poètes :
    Il ne faut pas toucher aux fruits
    C'est là que dorment les comètes,
    Et l'océan s'y reconstruit.
    Tu es léger comme un tropique.
    Tu es plus sage qu'un poisson.
    Dans chaque feuille une réplique
    Est réservée pour ma chanson.
    Dès qu'on t'adresse la parole,
    Autour de toi s'élève un mur.
    Tu bats des branches, tu t'envoles
    C'est toi qui puniras l'azur.

    Alain Bosquet

    RépondreSupprimer
  11. L'arbre ami des peintres est bien sûr mon préféré
    mais l'arbre mirage du Sahara et l'arbre aux mouchoirs
    me plaisent également
    Quant à l'arbre bleu de l'électronicien
    il m'a remis en mémoire cette poésie :

    Dans la prairie altier marchait un sycomore
    il gardait ses moutons aux sons d'un transistor
    balançant son feuillage au rythme des musiques
    que jettent à tout vent les ondes téséfiques
    Un agneau qui tétait engraissant ses gigots
    dit : vieux voudrais-tu pas éteindre ta radio
    ça fait tourner le lait de ma maman brebis
    et c'est mauvais pour moi, moi qui suis son petit
    Alors le sycomore prenant son transistor
    l'enterre sous ses pieds que l'on nomme racines
    c'est pourquoi l'on entend dans les forêts voisines
    parfois au fond des bois un petit air de cor

    "Le chant des bois" Raymond Queneau

    Merci, Fifi pour la séquence animée de l'arbre aux mouchoirs, c'est ravissant

    RépondreSupprimer
  12. Manger des feuilles et dormir avec une couverture en écorce...un peu rude, non ?

    RépondreSupprimer
  13. Cette collection d'arbres, quelle joli idée, je vois déjà de beaux textes !
    Ceci posté il y a longtemps déjà...


    Murmures d'arbres


    Les feuilles sont de l’arbre
    Les feuilles sont du vent
    au cœur de l’arbre
    gît leur murmure


    Jonchée de feuilles au couchant
    pages de livres en mouvement

    Ballet funambulesque

    Venez écouter les contes étranges
    qui s’élèvent
    les soirs de brume
    du coeur des arbres…

    © marine D

    http://dans-les-voiles.over-blog.com/article-murmures-d-arbres-45820066.html


    RépondreSupprimer
  14. Une préférence pour l'arbre médecin.
    Il faudrait penser à un arbre à arbres.
    Bises

    RépondreSupprimer
  15. Il était une feuille

    Il était une feuille avec ses lignes
    Ligne de vie
    Ligne de chance
    Ligne de cœur

    Il était une branche au bout de la feuille
    Ligne fourchue signe de vie
    Signe de chance
    Signe de cœur.

    Il était un arbre au bout de la branche
    Un arbre digne de vie
    Digne de chance
    Digne de cœur.

    Cœur gravé, percé, transpercé
    Un arbre que nul jamais ne vit.

    Il était des racines au bout de l'arbre.
    Racines vignes de vie
    Vignes de chance
    Vignes de cœur.

    Au bout des racines il était la terre
    La terre tout court
    La terre toute ronde
    La terre toute seule au travers du ciel
    La terre.

    Robert Desnos
    (Fortunes 1942)

    RépondreSupprimer
  16. Suis admirative devant tous ces talents ...et leur poème à chacun les habille à merveille ...:-)
    C' est vraiment une belle idée et Dame Nature doit être fière ...!
    Bisous Fifi

    RépondreSupprimer




  17. A Georges Ribemont-Dessaignes...



    En argot les hommes appellent les oreilles des feuilles

    c’est dire comme ils sentent que les arbres connaissent la musique

    mais la langue verte des arbres est un argot bien plus ancien

    Qui peut savoir ce qu’ils disent lorsqu’ils parlent des humains

    les arbres parlent arbre

    comme les enfants parlent enfant

    Quand un enfant de femme et d’homme

    adresse la parole à un arbre

    l’arbre répond

    l’enfant entend

    Plus tard l’enfant

    parle arboriculture avec ses maitres et ses parents

    Il n’entend plus la voix des arbres

    il n’entend plus leur chanson dans le vent



    Pourtant parfois une petite fille

    pousse un cri de détresse

    dans un square de ciment armé

    d’herbe morne et de terre souillée

    Est-ce… oh… est-ce

    la tristesse d’être abandonnée

    qui me fait crier au secours

    ou la crainte que vous m’oubliiez

    arbres de ma jeunesse

    ma jeunesse pour de vrai

    Dans l’oasis du souvenir

    une source vient de jaillir

    est-ce pour me faire pleurer

    J’étais si heureuse dans la foule

    la foule verte de la forêt

    avec la crainte de me perdre et la crainte de me retrouver

    N’oubliez pas votre petite amie

    arbres de ma forêt.



    Jacques Prévert, "Arbres" (Histoires)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est bien beau ce poème, je l'afficherai dans mon prochain billet de la suite "récup'art" pour ne pas trop charger celui- ci.
      Merci Miss !

      Supprimer
  18. Magnifique sujet sur l'arbre avec toutes ces inventions et ces poèmes rassemblés.
    Bon dimanche Fifi. je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  19. FIFI bonsoir et bien pour moi c'est une très belle idée
    récupérer et essayer de refaire encore et encore des objets des inventions qui seront sublimes
    comme tes photos que j'adore
    IL suffi de peu souvent pour être heureux et je vais encore le dire
    la simplicité avant tout
    pas de chichis cela ne sert à rien je pense
    restons nature et tout ira bien* j'aime aussi ces poèmes à lire encore et encore

    j'aime beaucoup l'arbre en bois , cette matière est si naturelle
    bisou FIFI je te souhaite une belle soirée

    RépondreSupprimer
  20. Que de photos emouvantes! Que de commentaires pertinents!
    Arbre de vie, longue vie a Toi!

    RépondreSupprimer

Archives du blog