19 juil. 2014

papillonner...



Le Papillon

Lorsque le sucre élaboré dans les tiges surgit au fond des fleurs, comme des tasses mal lavées, — un grand effort se produit par terre d'où les papillons tout à coup prennent leur vol

Mais comme chaque chenille eut la tête aveuglée et laissée noire, et le torse amaigri par la véritable explosion d'où les ailes symétriques flambèrent,
Dès lors le papillon erratique ne se pose plus qu'au hasard de sa course, ou tout comme.

Allumette volante, sa flamme n'est pas contagieuse. Et d'ailleurs, il arrive trop tard et ne peut que constater les fleurs écloses. N'importe : se conduisant en lampiste, il vérifie la provision d'huile de chacune. Il pose au sommet des fleurs la guenille atrophiée qu'il emporte et venge ainsi sa longue humiliation amorphe de chenille au pied des tiges.

Minuscule voilier des airs maltraité par le vent en pétale superfétatoire, il vagabonde au jardin.
Francis Ponge




Le papillon

Naître avec le printemps, mourir avec les roses,
Sur l'aile du zéphyr nager dans un ciel pur,
Balancé sur le sein des fleurs à peine écloses,
S'enivrer de parfums, de lumière et d'azur,
Secouant, jeune encor, la poudre de ses ailes,
S'envoler comme un souffle aux voûtes éternelles,
Voilà du papillon le destin enchanté!
Il ressemble au désir, qui jamais ne se pose,
Et sans se satisfaire, effleurant toute chose,
Retourne enfin au ciel chercher la volupté!
Alphonse de Lamartine


« La pauvre fleur disait au papillon céleste :
- Ne fuis pas !
Vois comme nos destins sont différents. Je reste,
Tu t'en vas ! »
(...)
« Tu fuis, puis tu reviens ; puis tu t'en vas encore
Luire ailleurs.
Aussi me trouves-tu toujours à chaque aurore
Toute en pleurs ! »
Victor Hugo,
Les Chants du crépuscule



J'ai vu ton manège
du bout des cils papillonnante
- monsieur roucoule


"Ce billet doux plié en deux cherche une adresse de fleur."
Jules Renard




Pimpanicaille, le roi des papillons,
Se faisant la barbe s'est coupé le menton
Un deux trois de bois
Quatre cinq six de buis
Sept huit neuf de bœuf
Dix onze douze de bouse
Va-t-en à Toulouse.

envoyé par Miss Yves 




Flamme oscillante
dansant dessus la plante
Papillon s'envole

Josette

Mirage volage
sous les ailes du désir
parfum éphémère

Miss Yves

L'éclat de l'émail
ferait se pâmer la fleur
Monarque au jardin

Miss Yves



« On raconte que le battement d'une aile de papillon à Honolulu suffit à causer un typhon en Californie.
Or, vous possédez un souffle plus important que celui provoqué par le battement d'une aile de papillon, n'est-ce-pas ? »
Bernard Werber 

envoyé par Simone




Fleur immobile
Belle et fragile
Attend celui qui, d'un coup d'aile,
La touchera au cœur...
Écartant un moment ses dentelles
Avant de repartir papillonner ailleurs...

La Licorne



Le grillon
Un pauvre petit grillon
Caché dans l'herbe fleurie
Regardait un papillon
Voltigeant dans la prairie.
L'insecte ailé brillait des plus vives couleurs ;
L'azur, le pourpre et l'or éclataient sur ses ailes ;
Jeune, beau, petit-maître, il court de fleurs en fleurs ;
Prenant et quittant les plus belles.
Ah ! Disait le grillon, que son sort et le mien
Sont différents ! Dame nature
Pour lui fit tout et pour moi rien.
Je n'ai point de talent, encor moins de figure ;
Nul ne prend garde à moi, l'on m'ignore ici bas :
Autant vaudrait n'exister pas.
Comme il parlait, dans la prairie
Arrive une troupe d'enfants ;
Aussitôt les voilà courants
Après ce papillon dont ils ont tous envie.
Chapeaux, mouchoirs, bonnets, servent à l'attraper.
L'insecte vainement cherche à leur échapper,
Il devient bientôt leur conquête.
L'un le saisit par l'aile, un autre par le corps ;
Un troisième survient et le prend par la tête.
Il ne fallait pas tant d'efforts
Pour déchirer la pauvre bête.
Oh ! Oh ! Dit le grillon, je ne suis plus fâché ;
Il en coûte trop cher pour briller dans le monde.
Combien je vais aimer ma retraite profonde !
Pour vivre heureux vivons caché.
Florian 

envoyé par Miss Yves




" Fais comme nous disent-ils ...Ne sois rien qu' une conscience éveillée capable de capter tout ce qui peut la nourrir .
La grosse patte du lion ne peut capturer le papillon . 
Face à la mort , aux pouvoirs , à tout ce qui enferme , sclérose ou pétrifie , sois un papillon ..."
Henri Gougaud

envoyé par Mathilde 

 

38 commentaires:

  1. A couper le souffle, ta photo!
    Les ailes de ce papillon ressemblent à un vitrail , ou à des émaux cloisonnés...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas facile à photographier, ils se déplacent très vite :-)

      Supprimer
  2. Le Papillon

    Lorsque le sucre élaboré dans les tiges surgit au fond des fleurs, comme des tasses mal lavées, — un grand effort se produit par terre d'où les papillons tout à coup prennent leur vol

    Mais comme chaque chenille eut la tête aveuglée et laissée noire, et le torse amaigri par la véritable explosion d'où les ailes symétriques flambèrent,
    Dès lors le papillon erratique ne se pose plus qu'au hasard de sa course, ou tout comme.

    Allumette volante, sa flamme n'est pas contagieuse. Et d'ailleurs, il arrive trop tard et ne peut que constater les fleurs écloses. N'importe : se conduisant en lampiste, il vérifie la provision d'huile de chacune. Il pose au sommet des fleurs la guenille atrophiée qu'il emporte et venge ainsi sa longue humiliation amorphe de chenille au pied des tiges.

    Minuscule voilier des airs maltraité par le vent en pétale superfétatoire, il vagabonde au jardin.

    Francis Ponge

    RépondreSupprimer
  3. J'en ai vu un cet après-midi en promenade.
    D'un beau bleu, mais l'aile abîmée, il gisait à terre...

    RépondreSupprimer
  4. Que c'est beau Fifi! Le premier est de toute beauté et je suis d'accord avec Miss_Yves... on dirait un vitrail. J'imagine ton temps de patience pour le photographier.
    Je te souhaite une douce soirée et un beau dimanche.
    Gros bisous


    Le papillon

    Naître avec le printemps, mourir avec les roses,
    Sur l'aile du zéphyr nager dans un ciel pur,
    Balancé sur le sein des fleurs à peine écloses,
    S'enivrer de parfums, de lumière et d'azur,
    Secouant, jeune encor, la poudre de ses ailes,
    S'envoler comme un souffle aux voûtes éternelles,
    Voilà du papillon le destin enchanté!
    Il ressemble au désir, qui jamais ne se pose,
    Et sans se satisfaire, effleurant toute chose,
    Retourne enfin au ciel chercher la volupté!
    Alphonse de Lamartine

    RépondreSupprimer
  5. Époustouflante de netteté cette photo de Monarque.
    Pas facile à photographier, dis-tu, Fifi ? Alors, chapeau pour ta patience et ta réactivité !
    Pas facile non plus à identifier dans mon atlas illustré qui les montre tous les ailes ouvertes :-)
    Pour le second, je cherche encore...

    « La pauvre fleur disait au papillon céleste :
    - Ne fuis pas !
    Vois comme nos destins sont différents. Je reste,
    Tu t'en vas ! »
    (...)
    « Tu fuis, puis tu reviens ; puis tu t'en vas encore
    Luire ailleurs.
    Aussi me trouves-tu toujours à chaque aurore
    Toute en pleurs ! »
    Victor Hugo, "Les Chants du crépuscule"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le Monarque, Tilia, pour le lien et pour Victor Hugo qui illustre si joliment mon titre !
      Je n'ai pas réussi de mettre "joliment" le lien pour Le jardin des papillons, donc :
      www.jardinsdespapillons.fr/

      Supprimer
  6. Superbes photos de ce très beau papillon
    merci pour ton gentil com Fifi


    J'ai vu ton manège
    du bout des cils papillonnante
    - monsieur roucoule

    RépondreSupprimer
  7. Quel beau mariage de couleurs, magnifique.

    RépondreSupprimer
  8. C'est superbe !!!
    Superbe...
    Les couleurs du papillon répondent à la fleur...
    Les ailes d'une netteté fascinante sont magnifiques !!!
    Composition parfaite...

    Bon dimanche Fifi...

    RépondreSupprimer
  9. C'est une vraie merveille, je reviens ce matin pour te le dire !

    RépondreSupprimer
  10. Il est magnifique et ta première photo une merveille !

    "Ce billet doux plié en deux cherche un adresse de fleur."
    Jules Renard

    RépondreSupprimer
  11. 2 et 3
    :quel talent!
    tu papillonnes toujours avec autant de patience , même si c'est paradoxal!

    RépondreSupprimer

  12. Pimpanicaille, le roi des papillons,
    Se faisant la barbe s'est coupé le menton
    Un deux trois de bois
    Quatre cinq six de buis
    Sept huit neuf de bœuf
    Dix onze douze de bouse
    Va-t-en à Toulouse.

    RépondreSupprimer
  13. Fflamme oscillante
    dansant dessus la plante
    Papillon s'envole

    RépondreSupprimer
  14. Élégance et raffinement !
    La bête ailée a assorti son manteau
    à la couleur de la belle visitée.

    Et l’œil poète de Fifi
    l'a immortalisée.
    Bravo !

    RépondreSupprimer
  15. Une pure merveille que ce beau Monarque migrateur ...Bravo Fifi la chanceuse ... le croiser sur son chemin est un cadeau du ciel ...:-)
    http://www.dailymotion.com/video/xbpg50_papillon-monarque_animals
    Ce très beau reportage raconte son voyage extraordinaire ...
    Plein de bisous d' un dimanche humide qui rafraîchit et cela fait du bien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'arrive pas à afficher en clair les vidéo dailymotion mais uniquement youtube.
      Merci Mathilde, c'est magnifique ce grand voyage du monarque !

      Supprimer
    2. Cette vidéo est à voir absolument. Merci Mathilde :-)
      On croise les doigts pour que la forêt qui abrite les monarque subsiste, malgré les attaques des bûcherons gangsters.
      Ce serait trop bête de détruire un tel miracle !

      Supprimer
    3. Je suis d'accord avec toi, Tilia.

      Supprimer
  16. Mirage volage
    sous les ailes du désir
    parfum éphémère

    RépondreSupprimer
  17. On en manque malheureusement cette année dans ma région de ces magnifiques petits diables colorés. J'adore les papillons ! et le Monarque est parmi les plus beaux. J'apprécie ta série Fifi

    RépondreSupprimer
  18. Lumières, couleurs, clarté, de merveilleuses images.

    RépondreSupprimer
  19. L'éclat de l'émail
    ferait se pâmer la fleur
    Monarque au jardin

    RépondreSupprimer
  20. Boa tarde,
    Lindas borboletas sempre difíceis de fotografar, as fotos estão um encanto com enorme beleza.
    Dia feliz
    AG
    http://momentosagomes-ag.blogspot.pt/

    RépondreSupprimer

  21. « Papillon, ce billet doux plié cherche une adresse de fleur. » Jules Renard

    photo superbe...

    « On raconte que le battement d'une aile de papillon à Honolulu suffit à causer un typhon en Californie.
    Or, vous possédez un souffle plus important que celui provoqué par le battement d'une aile de papillon, n'est-ce-pas ? »
    Bernard Werber

    RépondreSupprimer
  22. Bonjour Fifi

    Les papillons ont chaucun un motif unique , original et ravissant . Et d'ailleurs , tout a été engendré par la nature , c'est un miracle .
    J'aime beaucoup l'harmonie des couleurs avec des fleurs .
    Merci de cette belle série , Fifi ^.^

    Passe une bonne journée estivale
    Gros bisous depuis Hanoï
    Tomochi

    RépondreSupprimer
  23. Fleur immobile
    Belle et fragile
    Attend celui qui, d'un coup d'aile,
    La touchera au coeur...
    Ecartant un moment ses dentelles
    Avant de repartir papillonner ailleurs...

    La Licorne

    Superbes ces photos !
    Et inspirantes...

    Bises très amicales.


    RépondreSupprimer
  24. Le magnifique festival des papillons continue: de vrais tableaux...

    RépondreSupprimer
  25. Une fable de Florian, que j'ai découverte récemment et notée sur mon blog/Sceaux:

    Le grillon
    Un pauvre petit grillon
    Caché dans l'herbe fleurie
    Regardait un papillon
    Voltigeant dans la prairie.
    L'insecte ailé brillait des plus vives couleurs ;
    L'azur, le pourpre et l'or éclataient sur ses ailes ;
    Jeune, beau, petit-maître, il court de fleurs en fleurs ;
    Prenant et quittant les plus belles.
    Ah ! Disait le grillon, que son sort et le mien
    Sont différents ! Dame nature
    Pour lui fit tout et pour moi rien.
    Je n'ai point de talent, encor moins de figure ;
    Nul ne prend garde à moi, l'on m'ignore ici bas :
    Autant vaudrait n'exister pas.
    Comme il parlait, dans la prairie
    Arrive une troupe d'enfants ;
    Aussitôt les voilà courants
    Après ce papillon dont ils ont tous envie.
    Chapeaux, mouchoirs, bonnets, servent à l'attraper.
    L'insecte vainement cherche à leur échapper,
    Il devient bientôt leur conquête.
    L'un le saisit par l'aile, un autre par le corps ;
    Un troisième survient et le prend par la tête.
    Il ne fallait pas tant d'efforts
    Pour déchirer la pauvre bête.
    Oh ! Oh ! Dit le grillon, je ne suis plus fâché ;
    Il en coûte trop cher pour briller dans le monde.
    Combien je vais aimer ma retraite profonde !
    Pour vivre heureux vivons caché.

    Florian

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vaut mieux donc, ne pas attirer l'attention
      :-)

      Merci Miss !

      Supprimer
    2. "Il en coûte trop cher pour briller dans le monde.
      Combien je vais aimer ma retraite profonde !"

      Je vois dans ces vers les courtisans pris pour cible, comme chez la Fontaine

      Supprimer
  26. FIFI BONSOIR que de belles photos et ces papillons si délicats quel bonheur
    je ne sais pas pourquoi mais je n'en vois plus depuis un moment ici
    il fait trop chaud peut être!!!!!!!!!!! gros bisous FIFIF

    RépondreSupprimer
  27. Une collection de papillons synonyme d'absence de pollution.
    Une collection de photos synonyme de grâce, d'équilibre dans la symétrie! Dommage qe leur présence soit si éphémère!
    Chaque fleur a le sien mais je vois que le lantana est bien visité et quelle beauté partagée entre la fleur d'hibiscus et son visiteur.
    Merci Fifi.

    RépondreSupprimer
  28. Tu as bien "papillonné" pendant ta pause !... :-) Un retour en beauté avec ce butin. Superbes, tes prises de vues : excellentes en netteté, couleurs, contrastes. Une magnifique série. Merci de nous en faire profiter.
    Le "Monarque" est remarquable, et son histoire, relatée dans la vidéo citée par Mathilde, est étonnante. La BBC avait réalisé, il y a quelques années, un beau reportage sur ce papillon extraordinaire. Je ne réussis pas à en citer les coordonnées.
    PS
    Depuis que Madeline, 4 ans, au cours d'une visite de la Serre aux Papillons, en a attrapé un en cachette, ses parents la surveillent de près. Elle avait été trahie, à la sortie de la visite par son air louche et ses bras croisés... Il y avait eu des pleurs et grincements pour le relâcher... Le pauvre papillon (le plus beau, le plus grand, un "Beau-Grand-Bleu"…) avait eu quelque mal à s'envoler en quittant sa manche... :(
    Elle avait expliqué qu'elle voulait seulement voir si, "en mettant de la poudre sur son bras, elle pourrait aussi s'envoler comme les papillons"... :)
    Entre deux sanglots, elle avait demandé pardon et promis de ne plus jamais recommencer... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Notre rêve à tous : voler...Pauvre papillon, pauvre Madeline. Il s'en est tiré, pour elle le rêve a été un peu écorché. Ainsi va la vie :-)
      Des grands bleus, j'en ai vu aussi mais ils n'étaient vraiment beaux que les ailes ouvertes. Ce sont des hyperactifs pas moyen de les avoir net. Ou si, peut être en mode rafale mais je n'ai pas essayé.
      Bonne fin de semaine, Odile !

      Supprimer
  29. Tu as epinglé une tres belle série. Connais tu le nom du premier ? Il est si beau avec l'orangé de ses ailes qui rappelle celui des fleurs.

    RépondreSupprimer
  30. Un monarque m'a t-on dit. Je n'y connais pas grand chose mais je sais les admirer :-)

    RépondreSupprimer

Archives du blog