23 août 2014

le verger...



de mon voisin...


LE PEINTRE JARDINIER
À tous les peintres,
Vous, les artistes, vous qui pensez faire des tableaux pour la postérité, êtes persuadés que l'état de peintre se situe très au-dessus de celui du jardinier, courbé vers la terre. Vous composez votre modèle. Vous groupez sur un torchon froissé deux ou trois pommes, un pot vernissé ou une bouteille de vin. Puis vous étalez la couleur sur la toile et vous vous efforcez de représenter le sujet avec toute l'efficacité de votre talent. Ensuite vous donnez une dernière couche de vernis. Enfin, vous l'entourez d'un cadre pour le mettre en valeur. Votre "Nature morte" est achevée.
Il n'y a pas de quoi regarder de haut celui qui travaille sur la nature vivante. Votre toile, fixée à jamais, restera ce qu'elle est. Pendant ce temps, les soins attentifs du jardinier feront éclore les fleurs et s'arrondir les fruits. Ses outils ne sont ni la brosse, ni le couteau à palette, mais la bêche, l'arrosoir, le sécateur.
Lui aussi compose un tableau. La différence est que ce tableau n'est jamais figé. Il change au cours de la saison, imperceptiblement de jour en jour, les tiges s'allongent, les feuilles s'élargissent, les racines s'enfoncent. D'instant en instant, il se modifie et le jardin de l'automne n'est plus du tout celui du printemps.
Prenons l'exemple des pommes. Elles passent du bourgeon à la fleur, de la fleur au fruit, du vert au rouge, jusqu'à la cueillette. "C'est exact, me direz-vous, mais ces pommes seront mangées, il n'en restera rien !"
Eh bien, justement ! Le jardinier en acceptant qu'elles ne soient pas éternelles, ajoute à ses qualités de créateur, celles de la modestie et de l'effacement.
Marthe Seguin-Fontes
Extrait de Lettres de mon jardin
Editions du Chêne




LE JARDINIER PHILOSOPHE
à Eugène B.
L'état de jardinier conduit-il à devenir philosophe, ou bien faut-il être philosophe pour embrasser l'état de jardinier ?
En un mot, la sagesse vient-elle à ceux qui bêchent et qui plantent ? C'est bien, me semble-t-il, ce qu'il vous était advenu lorsque je vous rendis visite dans votre jardin de Saint-Paul-de-Vence, au milieu des citronniers et des bigaradiers que vous aviez plantés, de votre carré de kiwis qui étaient encore une rareté.
Comme vous paraissiez heureux et serein au cœur de ce jardin florissant ! Ce que la vie au jardin enseigne, c'est d'abord la patience. Il y a loin, de la graine au fruit ! Savoir attendre est une des vertus de la maturité, lorsque la fougue de la première jeunesse a déversé son flot impétueux.
Attendre vingt et un jours pour croquer les radis, c'est bien peu. Attendre quarante jours après la floraison des cerisiers pour cueillir les cerises, ce n'est pas trop. Mais attendre une année entière avant de savoir si la bouture a pris, si le scion est devenu un solide arbrisseau ! Ne parlons pas de plantes bisannuelles !
En second lieu, le bon jardinier a appris à envisager l'avenir avec optimisme. Espérer, toujours espérer ; des semis plus vigoureux, une plus belle floraison, une meilleure récolte.
Enfin, s'il arrive que cette dernière ne donne pas le fruit escompté, l'expérience lui a donné le courage de maîtriser sa déception, de donner à l'échec des proportions raisonnables, de mettre en équilibre ses craintes et ses espoirs.
Croyez bien que je vous sais ces trois précieuses qualités.
Marthe Seguin-Fontes
Extrait de Lettres de mon jardin
Editions du Chêne





"L'amour, ce n'est pas faire des choses extraordinaires, héroïques;
mais de faire des choses ordinaires avec tendresse."
Jean Vanier

envoyé par Aurélie


Le verger

Simone, allons au verger
Avec un panier d'osier.
Nous dirons à nos pommiers,
En entrant dans le verger :
Voici la saison des pommes.
Allons au verger, Simone,
Allons au verger.

Les pommiers sont plein de guêpes,
Car les pommes sont très mûres :
Il se fait un grand murmure
Autour du vieux doux-aux-vêpes.
Les pommiers sont pleins de pommes,
Allons au verger, Simone,
Allons au verger.

Nous cueillerons le calville,
Le pigeonnet et la reinette,
Et aussi des pommes à cidre
Dont la chair est un peu doucette.
Voici la saison des pommes,
Allons au verger, Simone,
Allons au verger.

Tu auras l'odeur des pommes
Sur ta robe et sur tes mains,
Et tes cheveux seront pleins
Du parfum doux de l'automne.
Les pommiers sont pleins de pommes,
Allons au verger, Simone,
Allons au verger.

Simone, tu seras mon verger
Et mon pommier de doux-aux-vêpes ;
Simone, écarte les guêpes
De ton coeur et de mon verger.
Voici la saison des guêpes,
Allons au verger, Simone,
Allons au verger.
Remy de Gourmont

envoyé par Denise 



envoyé par Tilia




LES POMMES
À Hélène P.

Après avoir récolté mes pommes, je me suis amusée à les dessiner dans leur panier. Ce sont des pommes naturelles, pas toujours bien rondes, ni de grosseur
égale, ni également mûres. Des pommes sincères en somme. Ni des pommes de peintre, ni des pommes de marchands fruitiers qui jouent si bien le jeu des apparences et ne sont là que pour être vues et pour être achetées.
Chez ces dernières, tu vois, l'esthétique a pris le pas sur tout le reste. Leur grosseur exceptionnelle et calibrée, leur forme tellement sphérique qu'elle relève plutôt de la géométrie que de la nature, leur beauté vernie, rouge ou verte, tout est là pour tenter les mille et une Eve des supermarchés.
Mais leur goût, qu'en restera-t-il lorsqu'elles les auront croquées ? Pommes de cellulose, pommes de papier, ersatz de pommes, pommes de vitrine. Je crains,
hélas, que ne se soit réduit à bien peu le nombre de ceux qui ont en mémoire le souvenir des bonnes pommes acidulées-sucrées d'autrefois.
Sans me vanter, il me semble pourtant que celles de mon jardin, toutes chétives qu'elles soient, ont gardé un reste de saveur du paradis perdu.

Marthe Séguin-Fontes


Le cosmos est en fête!
Pommes à la ronde
Comme planètes osant chair....
(plats nets aux enchères)
C'est pas de la tarte!

Claire Fo


45 commentaires:

  1. "L'amour, ce n'est pas faire des choses extraordinaires, héroïques;
    mais de faire des choses ordinaires avec tendresse."

    Jean Vanier

    RépondreSupprimer
  2. Chez notre arboriculteur il y a aussi des cosmos en nombre, c'est ravissant à l'automne jusque tard en saison et c'est vraiment une fleur facile et généreuse....
    Une belle récolte en vue. Le voisin va cueillir non ce qu'il aura semé mais ce qu'il aura bien taillé (car mon mari a tendance à pratiquer la liberté de pousser, c'est notre fils qui a taillé notre pommier en espalier et cela aurait dû être recommencé)

    RépondreSupprimer
  3. Ce post me rappelle ma grand-maman. Elle soignait ses fleurs avant tant d'amour. Et les offrait ensuite à sa famille en bouquet colorés.

    RépondreSupprimer
  4. Ta première photo est un vrai tableau, pommes et cosmos en parfaite harmonie. C'est de toute beauté. J'aime beaucoup les textes envoyés par Odile.
    Je te souhaite un tout beau samedi, Fifi.
    Bisous


    Le verger

    Simone, allons au verger
    Avec un panier d'osier.
    Nous dirons à nos pommiers,
    En entrant dans le verger :
    Voici la saison des pommes.
    Allons au verger, Simone,
    Allons au verger.

    Les pommiers sont plein de guêpes,
    Car les pommes sont très mûres :
    Il se fait un grand murmure
    Autour du vieux doux-aux-vêpes.
    Les pommiers sont pleins de pommes,
    Allons au verger, Simone,
    Allons au verger.

    Nous cueillerons le calville,
    Le pigeonnet et la reinette,
    Et aussi des pommes à cidre
    Dont la chair est un peu doucette.
    Voici la saison des pommes,
    Allons au verger, Simone,
    Allons au verger.

    Tu auras l'odeur des pommes
    Sur ta robe et sur tes mains,
    Et tes cheveux seront pleins
    Du parfum doux de l'automne.
    Les pommiers sont pleins de pommes,
    Allons au verger, Simone,
    Allons au verger.

    Simone, tu seras mon verger
    Et mon pommier de doux-aux-vêpes ;
    Simone, écarte les guêpes
    De ton coeur et de mon verger.
    Voici la saison des guêpes,
    Allons au verger, Simone,
    Allons au verger.
    Remy de Gourmont

    RépondreSupprimer
  5. De toute beauté !
    Les mots et les couleurs !!!

    RépondreSupprimer
  6. Denise a trouve le mot exact: "harmonie" pour cette premiere image. Les pommes savent tant nous recompenser par leur duree de vie, leurs couleurs, leurs varietes, leur croquant...
    Enfant leur parfum, sorti du verger de mon pere et de la cave, m'accompagnait tout au long de ma semaine de pensionnaire. Chaque dimanche soir je les alignais dans le placard derriere mon lit au dessus du lavabo et au dessous de la jupe plissee et du tablier chasuble...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce joli souvenir, Thérèse !

      Supprimer
  7. Une belle suite au potager, ce verger fleuri , avec son florilège de textes!

    RépondreSupprimer
  8. http://lyclic.fr/lyclipedia/document/Mze3BAA=:le-vieillard-et-les-trois-jeunes-hommes--fables-de-la-fontaine--document-lyclic

    RépondreSupprimer
  9. Même si ton voisin n'est pas octogénaire...(et si l'on espère au voisinage un dénouement moins triste)cette fable , pour illustrer la dose de prévoyance, de sagesse, de philosophie qu'il faut au jardinier pour donner du plaisir aux autres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. de travail aussi mais largement récompensé par le spectacle vivant des pousses qui poussent, s'épanouissent murissent au fil de la saison.
      Mon voisin n'est pas encore octogénaire mais en bonne voie d'y parvenir :-)

      Supprimer
  10. Oh ! les belles pommes !
    Sur la première photo, les cosmos ont toute leur place (tu vois que je ne n'ai rien de foncièrement contre les cosmos :D...) Ce n'est pas de la simple flatterie : c'est une fleur que j'adore ; elle donne de la légèreté, quelque chose d'aérien dans les plates-bandes.
    Sur la seconde photo, la brochette de pommes est vraiment spectaculaire. Ça devait être pas mal, aussi, à l'époque des gros bouquets de fleurs sur cette branche. Pas étonnant que tu aimes fréquenter cet endroit :-)

    J'ai eu le privilège de passer un après-midi de pur délice au "JARDIN de POMONE", un jardin classé "Remarquable", voué exclusivement aux fruitiers. Véritable Paradis Terrestre, Jardin d'Eden dédié à POMONE, déesse des fruits, ce jardin est un lieu rare, créé de toute pièce par Jean-Yves Maisonneuve, un passionné de fruits, et Catherine Girault sa compagne qui nous permettent de découvrir dans un même lieu des fruits comestibles du monde entier.
    C'était la pleine saison des figues... Ahaaah !!!... les figues que l'on déguste sur place, éclatées par le soleil, tiédies par les derniers rayons, ou crevées par le bec des pies ou des merles... C'est pur bonheur !

    C'est en Charente-Maritime, à St Denis-du-Pin près de Saint-Jean-d'Angély, au Sd Est de La Rochelle. Choisir un dimanche après-midi, pour une visite accompagnée, avec de beaux échanges entre le maître des lieux et les visiteurs. Pour la photo, il faut aller y passer une journée complète afin de saisir la lumière changeante au fil des heures. Auprès de leur belle demeure, jouxtant l'orangerie, les propriétaires ont aménagé avec beaucoup de goût un gîte de charme et plusieurs chambres d'hôtes.

    Virtuellement, c'est ici :
    www.lejardindepomone.fr/
    La Fayolle 17400 Saint Denis du Pin - tél : 05 46 32 32 38.

    Quelques lignes d'un très beau livre, comprenant textes et photos splendides, intitulé "Paroles de Fruits", de JYM lui-même, qui se définit comme... "pur jus de la campagne" :
    "On naissait autrefois dans les roses ou dans les choux. J'ai eu le privilège de naître dans une corbeille de fruits. Nous produisions des fruits sur la ferme familiale depuis de nombreuses générations et mon enfance fut marquée par les parfums des pêches de vigne, la couleur des pommes drap d'or, la douceur des fraises, l'attente et le bonheur des récoltes, les inquiétudes face aux caprices du temps."
    [...]
    "Les mots peuvent enfermer, la parole libère, fait rêver, donne un sens, évoque l'indicible. C'est cette parole que je voudrais tenter de restituer ici, afin que les fruits retrouvent la place qu'ils n'auraient jamais dû quitter : celle de meilleur ami de l'homme.
    Alors, je trempe ma plume dans le jus de l'orange sanguine pour sa gaieté, dans la pulpe de la pomme cannelle pour sa douceur, dans le jus du pitanga pour la rendre indélébile, et propose de partir à la découverte de ce qu'Olivier de Serres appelait 'les chefs d'œuvre de la Nature'
    "PAROLES DE FRUITS" - Jean-Yves Maisonneuve - éd. Parole Ouverte)

    RépondreSupprimer
  11. Pour compléter la collection des lettres de Marthe Séguin-Fontes, celle du jour :
    ---------------------------------------------------------------------------------------------------------

    LES POMMES
    À Hélène P.

    Après avoir récolté mes pommes, je me suis amusée à les dessiner dans leur panier. Ce sont des pommes naturelles, pas toujours bien rondes, ni de grosseur
    égale, ni également mûres. Des pommes sincères en somme. Ni des pommes de peintre, ni des pommes de marchands fruitiers qui jouent si bien le jeu des apparences et ne sont là que pour être vues et pour être achetées.
    Chez ces dernières, tu vois, l'esthétique a pris le pas sur tout le reste. Leur grosseur exceptionnelle et calibrée, leur forme tellement sphérique qu'elle relève plutôt de la géométrie que de la nature, leur beauté vernie, rouge ou verte, tout est là pour tenter les mille et une Eve des supermarchés.
    Mais leur goût, qu'en restera-t-il lorsqu'elles les auront croquées ? Pommes de cellulose, pommes de papier, ersatz de pommes, pommes de vitrine. Je crains,
    hélas, que ne se soit réduit à bien peu le nombre de ceux qui ont en mémoire le souvenir des bonnes pommes acidulées-sucrées d'autrefois.
    Sans me vanter, il me semble pourtant que celles de mon jardin, toutes chétives qu'elles soient, ont gardé un reste de saveur du paradis perdu.

    ---------------------------------------------------------------------------------------

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore une découverte, Odile ! Merci à toi !!!

      Supprimer
  12. Encore une bien jolie photo du jardin de ton voisin !
    D'emblée, j'ai vu un clin d’œil souriant dans la fleur (aux pétales blancs bordés de rose) se trouvant devant la pomme en arrière plan, ce qu'évoque un peu ce smiley ;-D

    Marthe Seguin-Fontes me parait bien piquante envers les peintres.
    Je ne pense pas que ce soit Monet qui lui ait inspiré cette diatribe :-)



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis fait la même remarque que
      Tilia dans sa conclusion

      Supprimer
    2. @Tilia et à Miss Yves
      Je pense que la "maltraitance" de l'auteur vis à vis des peintres est surtout une habileté d'écriture liée à l'opposition entre la "nature morte" en peinture et l'image de la "nature vivante" d'un jardin,
      Mais un jardinier comme un peintre peut tirer orgueil de son travail. Tout comme un peintre peut susciter un élan vital dans le coeur de celui qui regarde sa peinture.L'écriture est souvent partiale et partielle. :-)

      Supprimer
    3. “L’écriture est souvent partiale ou partielle, comme le dit Fifi”... Bien difficile, effectivement, de se faire juge et arbitre des écrits de cette épistolière qui exprime, en forme de clin d'œil, sous une forme bien à elle, tour à tour poétique, grave, souriante, enjouée, malicieuse ou taquine, sa passion pour la nature, les jardins, les fleurs, les fruits... Loin de lancer une "diatribe" délibérément et foncièrement "piquante", sa plume humoristique cherche visiblement là, une fois encore, à clamer à sa façon son admiration envers l'immense talent de l'humble et patient jardinier pour le faire sortir de l'ombre et le lettre en valeur...
      Elle a, pour sa part, illustré avec des aquarelles légères, à la manière enlevée d'un carnet de croquis, chacune des pages de son recueil de "Lettres à X". Sensible à la lumière, aux couleurs, aux vibrations, sans doute a-t-elle su elle-même, et bien avant nous, s'extasier devant l'œuvre fabuleuse du Maître peintre-jardinier ou jardinier-peintre talentueux et chevronné de Giverny... :-)

      Supprimer
    4. Nous défendons tout ce,
      et tous ceux que nous aimons.
      Et c'est formidable !
      :-)

      Supprimer
    5. Merci, Fifi, pour ton regard clair et plein de bienveillance.
      Les échanges de points de vue sont toujours positifs, dès lors qu'ils dépassent la réaction épidermique simple :-)
      Bonne soirée, Bonne semaine, Bon mois et... À plus tard, amiga mía !
      Je te suivrai de loin, au soleil, sous d'autres cieux :-)

      Supprimer
    6. Bon voyage, Odile ! Bonnes vacances et Bonnes Fotos !!!

      Supprimer
  13. Sublime c'est photos, accompagnées d'un joli poème, bon weekend.

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour Fifi. Il y a si longtemps que je ne suis pas venue sur tes pages que je n'avais pas encore vu ton changement de "fond". C'est très joli et cela met bien en valeur tes photos.
    J'aime beaucoup la phrase de Jean Vanier citée par Aurélie. Une de ces petites phrases que j'aime recopier pour ne pas les oublier.
    Je te souhaite un très bon dimanche :-)

    RépondreSupprimer
  15. Je ne me lasse pas d'admirer ces photos!
    La une avec pommes et fleurs est un enchantement!

    http://www.babelio.com/livres/Hagena-Le-got-des-pepins-de-pomme/136132

    J'avais moi-même fait un article pour préparer la venus de l'auteur à la médiathèque

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que je peux le trouver à ma médiathèque préférée :-)

      Supprimer
  16. Éloges de l'éphémère, de la patience, de l'émerveillement...magnifique!

    RépondreSupprimer
  17. Pomme de reinette et pomme d'api,
    Tapis, tapis rouge.
    Pomme de reinette et pomme d'api,
    Tapis, tapis gris.


    Celles de ton voisin seraient-elles des reinettes de Boskoop ?
    Boskoop ou pas, elles sont belles à croquer !

    RépondreSupprimer
  18. La première image est vraiment très belle avec ce mélange de fleurs et de fruits si bien ensoleillés.

    RépondreSupprimer
  19. bravo aux auteurs ...ma pomme est en admiration

    RépondreSupprimer
  20. oh que non Simone ne veut pas aller au verger..... mais je vois les pommiers du voisin ...terrible la quantité cette année !!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pensé à toi en voyant le poème :o)

      Supprimer
  21. Le cosmos est en fête!
    Pommes à la ronde
    Comme planètes osant chair....
    (plats nets aux enchères)
    C'est pas de la tarte!

    Becs tatins!!!!

    P.S. Toujours un plaisir d'admirer tes photos!Merci l'amie!
    R- P.S. Les cosmos sont mes fleurs préférées

    RépondreSupprimer
  22. Quel beau post !
    Jolies photos (coup de coeur pour la première)
    les textes me plaisent beaucoup.
    Un vrai régal chez toi ce matin.
    Bises

    RépondreSupprimer
  23. Tout cela me donne envie de dessiner des fruits, des fleurs et des TOMATES!

    RépondreSupprimer
  24. Toujours curieuse , juste passée dire bonjour...le temps me manque , je reviens vite ...:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Deux billets qui se suivent et qui sont si riches de tant de choses...:-)
      En achetant ce matin diverses tomates et pommes je pensais à toi et à ton talentueux voisin jardinier qui expose en son grand Palais des tableaux magiques qui ravissent les papillons de passage ...nous...?
      Comme un papillon , pour notre plus grand plaisir ...tu te poses sur les tomates , tu rêves aux pépins de pommes ...!
      Alors voilà la petite philosophie lue un jour , que toi , joli papillon tu me rappelles :
      " Fais comme nous disent-ils ...Ne sois rien qu' une conscience éveillée capable de capter tout ce qui peut la nourrir .La grosse patte du lion ne peut capturer le papillon . Face à la mort , aux pouvoirs , à tout ce qui enferme , sclérose ou pétrifie , sois un papillon ..."
      Henri Gougaud
      Continue de papillonner longtemps ici ou là pour notre plus grand plaisir...:-)
      Schmoutzy Fifi

      Supprimer
    2. Si tu le permets, je vais mettre la citation de Gougaud sous mes images de papillons :-)
      Schmoutzy aussi, Mathilde !

      Supprimer
  25. Des fleurs et des fruits, merveilleux... Et puis mon coeur... :)

    RépondreSupprimer
  26. en 1965 il chantait............
    Je vends des pommes, des poires,
    Et des scoubidoubi-ou ah...
    Pommes ?... (pommes)
    Poires ?... (poires)
    Et des Scoubidoubi-ou Ah
    Scoubidoubi-ou.

    mais où sont-ils donc tous partis ??



    RépondreSupprimer
  27. Fleurs et fruits mêlés
    Le jardin est un monde
    où je me perds
    où nous gagnons
    un peu d'éternité


    Quelle belle page Fifi, je n'osais m'aventurer !
    Bisous

    RépondreSupprimer
  28. Entre fleurs et fruits, j'aime beaucoup la compo de la 1ere. Tomates en entrée, tarte aux pommes en dessert, ne reste plus que le plat principal à trouver ;)

    RépondreSupprimer

Archives du blog