12 janv. 2015

l'arbre...



attend le printemps...


Parfois, un arbre humanise mieux un paysage que ne le ferait un homme."
Gilbert Cesbron - extrait de Journal sans date

envoyé par Odile


L'arbre comme un pinceau qui tire ses teintes d'un arc en ciel pour peindre le printemps de toutes les couleurs
Josette



Dessin de Jacques Faizant
envoyé par Odile



Les caricatures du Général de Gaulle à Colombey




Oui, l'eau coule et l'arbre attend.

Elle coule au creux de la terre,

Elle coule dans la chair de l'arbre

Et l'arbre attend.
Eugène Guillevic






Homme !
Je suis la chaleur de ton foyer par les froides nuits d'hiver,
L'ombrage ami lorsque brûle le soleil d'été.
Je suis la charpente de ta maison, la planche de ta table.
Je suis le lit dans lequel tu dors et le bois dont tu fis tes navires.
Je suis le manche de ta houe et la porte de ton enclos.
Je suis le bois de ton berceau et aussi de ton cercueil.
Écoute ma prière veux-tu ?
Laisse-moi vivre pour tempérer les climats et favoriser l'éclosion des fleurs.
Laisse-moi vivre pour arrêter les typhons et empêcher les vents de sable.
Laisse-moi vivre pour calmer les vents, pousser les nuages
et apporter la pluie qui véhicule la vie du monde.
Laisse-moi vivre pour empêcher les catastrophiques inondations qui tuent.
Je suis la source des ruisseaux. Je suis la vraie richesse de l'état.
Je contribue à la prospérité du plus petit village.
J'embellis ton pays par la verdure de mon manteau.
Homme, écoute ma prière
Ne me détruis pas !
Texte ancien d'un sage indochinois




Les feuilles sont de l’arbre
Les feuilles sont du vent
Quand elles disparaissent
Au creux de l’arbre
Gît leur murmure

Jonchée de feuilles au couchant
Pages de livres en mouvement

Ballet funambulesque

Venez écouter les contes étranges
Qui s’élèvent
Les soirs de brume
Du coeur des arbres…

Tandis qu'autour de son tronc dansent les lutins,
sa cime chatouille le derrière des chérubins
et ses racines écoutent le rire des diablotins.
En attendant le printemps, l'arbre s'amuse bien.

Tilia


" Dans le domaine que je régis on ne me parle pas du vent
Le rôle des sentinelles est confié aux arbres "  

Guillevic 
envoyé par Mathilde



"Au coeur de l'arbre il y a le fruit.
Au coeur du fruit il y a la graine.
Au coeur des graines il y a la vie
Et la saison prochaine

Au coeur de l'homme il y a l'amour
Au coeur de l'amour il y a la peine
Au coeur des peines il y a le jour
Que le matin ramène

Au coeur de l'arbre il y a le bois
Au coeur du bois il y a la planche
Et de deux planches on fait la croix
Qui tient Dieu dans ses branches

Au coeur de l'ombre il y a la nuit
Au coeur des nuits c'est ton absence
Si je m'endors ta lampe luit
Tu es dans le silence"
Maurice Cocagnac

 envoyée par Focales


L'homme comme l'arbre est un être où des forces confuses viennent se tenir debout.
Gaston Bachelard

envoyé par Miss Yves


"Tu peux être Dieu des chiens, Dieu des chats, Dieu des pauvres, 
il te suffit d'une laisse, d'un peu de mou, de quelque fortune, 
mais tu ne seras jamais maître de l'arbre . 
Tu ne pourras jamais que vouloir devenir arbre à ton tour. "

Georges Perec ( Un homme qui dort , p.42, Folio Plus n°44)

envoyé par Miss Yves


Au milieu d'un champ
un arbre nu attend
le printemps
passent les nuages
passent les orages
l'arbre attend
les étourneaux
les noirs corbeaux
et aussi les moineaux
s'abattent sur le champ

s’ébattent insouciants
l'arbre attend
en lui il sent
comme un frémissement
un chant d'amour qui lève
une montée de sève
un matin une alouette
au soleil a fait fête
l'arbre attend
confiant
la venue du printemps

Amichel





envoyée par Odile



Tout seul,
Que le berce l'été, que l'agite l'hiver,
Que son tronc soit givré ou son branchage vert,
Toujours, au long des jours de tendresse ou de haine,
Il impose sa vie énorme et souveraine
Aux plaines.

Il voit les mêmes champs depuis cent et cent ans
Et les mêmes labours et les mêmes semailles ;
Les yeux aujourd'hui morts, les yeux
Des aïeules et des aïeux
Ont regardé, maille après maille,
Se nouer son écorce et ses rudes rameaux.
Il présidait tranquille et fort à leurs travaux ;
Son pied velu leur ménageait un lit de mousse ;
Il abritait leur sieste à l'heure de midi
Et son ombre fut douce
A ceux de leurs enfants qui s'aimèrent jadis.
...

Emile Verhaeren.
envoyé par Maïté Aliénor 




envoyé par la Licorne

De tous nos ancêtres, les arbres sont les plus sacrés, les plus étonnants et les plus méconnus. Sais-tu qu'ils nous fournissent 80 % de nos médicaments ? De l'if, par exemple, nous vient le taxol, l'un des meilleurs anticancéreux connus. Les arbres sont des centaines à nous soigner. Et pas que nous. Nombre d'animaux forestiers, les fourmis rouges, les singes surtout, connaissent les feuillages guérisseurs et, dit Francis Hallé, botaniste et biologiste : " Quand un arbre tombe sous les tropiques, vous voyez arriver tous les chamans de la région venus cueillir les feuilles des hauteurs inaccessibles depuis le sol ". Pense simplement à la chlorophylle. Tu lui dois l'air que tu respires. Ne te contente pas de respecter les arbres. Ils sont nos vrais pères, penses-y. "

57 commentaires:

  1. Un panorama bien dégagé, un arbre robuste et droit, des nuages qui se dissipent, le printemps bientôt là : merci pour ce message d'espoir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Miss, je crois que nous en avons besoin !

      Supprimer
  2. comme moi aussi... mais c'est un bel arbre, encore dans la force de l'âge!!!!:))))))

    RépondreSupprimer
  3. Premier réflexe en regardant ton image : zoomer pour voir si cette tache sombre en second plan est un nuage sombre, à l'endroit même où on s'attendrait à voir les neiges du Kilimandjaro ou du Juji-Yama... Mais non, j'avais seulement oublié mes lunettes... :-/ en blanc les nuages, en sombre les sommets des ballons :-)
    Un chêne (= "châgne" bien de cheu nous) qui trône en maître et qui pourrait bien, aussi, être un "arbre à palabres" pour les habitants de la forêt gauloise. Sanctuaire à oiseaux, baromètre des saisons, vieux sage, solide et bien ancré au sol, les bras tendus comme un lien entre terre et ciel...
    De tous temps, l'arbre a évoqué les images et représenté les symboles les plus variés. Tout a été écrit à son sujet. L'image de "l'arbre-bibliothèque" me touche particulièrement, et, dans le contexte de l'actualité du moment, comment ne pas y voir le carnet de croquis, fournisseur de papier, en même temps que... de crayons ?

    Nous avons tous en mémoire, ce dessin de Jaques Faizant, en hommage au général de Gaulle (celui qu'on nommait... "Charlie" !) Un dessin sans parole représentant la petite Marianne à genou, coiffée d'un bonnet phrygien, pleurant la mort du Grand Arbre en novembre 1970 :
    http://bertranddelatourdauvergne.typepad.com/.a/6a014e8915975f970d0153929a5afe970b-800wi

    Tu sauras bien Fifi, mettre un lien plus convivial pour accéder aussi à ce dessin de Plantu :
    http://textarchive.ru/images/1068/2134952/m46b73225.jpg

    Ou mieux, à celui-là, relatant une expo de 2013, présentée au mémorial Charles de Gaulle de Colombey-les-Deux-Eglises
    "Vive le dessin libre" où étaient réunies de nombreuses caricatures du général de Gaulle de Faizant à Plantu... :
    http://culturebox.francetvinfo.fr/expositions/patrimoine/vive-le-dessin-libre-les-caricatures-du-general-de-gaulle-a-colombey-132491

    A plus tard pour d'autres liens...

    Bonne-meilleure semaine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'admire chaque fois que je passe devant lui. Il est un repère dans cet espace et quand le ciel se met au bleu avec une couronne de nuages blanc...une occasion pour lui redire mon admiration. Un "arbre à palabres" cela lui irait bien; il inspire la sagesse et saurait recadrer de façon naturelle les excès de langage :-)
      Je vais consulter un à un tes liens et les afficher au fur et à mesure.
      A toi aussi bonne semaine et à vous tous !

      Supprimer
    2. Tes liens sont vraiment d'actualité.

      Pour le dessin de Plantu, (http://textarchive.ru/images/1068/2134952/m46b73225.jpg) donne moi le lien de la page où se trouve le dessin. Avec l'url de l'image je n'y ai pas accès, le moteur de recherche ne trouve rien.

      Supprimer
    3. Ralala ! Toujours ma difficulté avec les liens... :(
      Tu devrais retrouver le document ici :

      http://culturebox.francetvinfo.fr/expositions/patrimoine/de-gaulle-en-caricatures-aux-invalides-116467

      Il s'agit, en fait, d'une partie de l'affiche signée Plantu pour l'expo :
      "Vive le dessin libre, Charles de Gaulle en caricatures", présentée en 2012 au Musée de l'Armée des Invalides. Comme je te le disais, une partie de cette image se retrouve dans le lien suivant concernant l'expo sur le même sujet, présentée en 2013 à Colombey.
      Compliqué, quand deux liens se recoupent :-/
      Ça me/te/nous crée des zembrouillaminis :-//
      Sorrrififi :-///

      Supprimer
    4. J'ai trouvé l'affiche.
      Je l'afficherai demain :-))
      Bisous Odile !

      Supprimer
  4. Encore des liens...
    Pour mémoire encore, des liens vers ce texte ancien archi-connu d'un Sage Indochinois, écrit en mille et une versions :
    "Supplique de l'arbre"
    ici :
    http://beh.free.fr/cm2000/poe/p17.html
    et là :
    http://www.youtube.com/watch?v=hC4purvOo5E&feature=youtube_gdata_player

    RépondreSupprimer
  5. L'arbre comme un pinceau qui tire ses teintes d'un arc en ciel pour peindre le printemps de toutes les couleurs

    RépondreSupprimer
  6. Merci Fifi pour cette superbe et sereine photo. Cela fait tant de bien. Oui, l'arbre attend le printemps où les petits oiseaux pourront revenir s'installer dans leur nid et chanter de tout leur coeur que la vie est belle de là-haut dans l'arbre.


    Oui, l'eau coule et l'arbre attend.

    Elle coule au creux de la terre,

    Elle coule dans la chair de l'arbre

    Et l'arbre attend.
    Eugène Guillevic

    RépondreSupprimer
  7. J'adore cette photo Fifi






    Les feuilles sont de l’arbre
    Les feuilles sont du vent
    Quand elles disparaissent
    Au creux de l’arbre
    Gît leur murmure


    Jonchée de feuilles au couchant
    Pages de livres en mouvement

    Ballet funambulesque


    Venez écouter les contes étranges
    Qui s’élèvent
    Les soirs de brume
    Du coeur des arbres…

    RépondreSupprimer
  8. La beauté et la sérénité de la Nature...
    On en a bien besoin!
    Bisous Fifi

    RépondreSupprimer
  9. Merci FIFI oui il attend le belle saison et moi j'attends le calme la joie et la paix
    Un superbe tableau FIFI
    Merci nous cherchons justement ce décor gros bisous

    RépondreSupprimer
  10. Juste quelques bisous déposés là...je reviens...:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta photo si calme , si paisible , me fait penser aux mots de Guillevic tirés des Euclidiennes :
      " Dans le domaine que je régis on ne me parle pas du vent
      Le rôle des sentinelles est confié aux arbres "
      Le tien en est l'exacte image ...Ne serait-ce pas un chêne .?
      Comme tu ne le sais peut-être pas , je suis amoureuse des arbres , en particulier ceux de mes balades avec Toûne ..
      L' an dernier le plus beau , mon saule ... il se savait majestueux , il se mirait dans l' eau , il était le gardien de mon étang favori ... il s' est penché plus que d' habitude et s' y est noyé...
      À chaque fois , toujours nostalgique je contemple sa vieille souche et comme hier , je lui parle...il me manque ..:-)
      Voilà Fifi , grâce à toi , mes pensées de ce soir ...il fait si bon se ressourcer dans la nature après ce que nous venons de vivre ..
      Je te souhaite une bonne nuit en envoyant à tous les deux des bisous " baumes pour le coeur "...:-))

      Supprimer
    2. Oui, je pense que c'est un chêne. Tu parles à ton arbre, à ce qu'il en reste, je te comprends. Que serions nous sans la nature à contempler et à aimer. C'est le plus sûr endroit où nous pouvons nous pacifier, nous régénérer.
      Schmoutzy de chez nous à vous deux !

      Supprimer
  11. Première photo, l'arbre est un être solitaire perdu dans l'immensité de la plaine et du ciel. Au contraire, sur la seconde image il fait partie du paysage tout en demeurant lui-même, impassible devant les caprices du temps.

    Tandis qu'autour de son tronc dansent les lutins,
    sa cime chatouille le derrière des chérubins
    et ses racines écoutent le rire des diablotins.
    En attendant le printemps, l'arbre s'amuse bien.


    Bises et belle semaine, Fifi

    RépondreSupprimer
  12. Les arbres... mes compagnons de balades que je ne cesse d'admirer !
    Belle semaine, Fifi !

    RépondreSupprimer
  13. Les arbres soignent de tout, il suffit de s'y adosser.
    Quelle merveille image!

    RépondreSupprimer
  14. https://www.youtube.com/watch?list=RDF8fBQR7dnmQ&v=F8fBQR7dnmQ&feature=player_detailpage

    RépondreSupprimer
  15. La vidéo est très belle.
    Je suis mal placée pour poétiser sur l'arbre, quoique si je me fendais l'esprit j'y arriverai peut-être, car
    ce sont avec des arbres de tout bois que mon Chéri a fait le bureau auquel je suis assise, la cusine dans laquelle
    je popote et le lit dans lequel nous dormons.
    Et en plus on se chauffe avec les morceaux non utilisés.
    Bises

    RépondreSupprimer
  16. Merci ma Fifi, je l'avais posté ailleurs, il y a longtemps...
    Bonne journée
    Zoupie

    RépondreSupprimer
  17. Très bel hommage à l'arbre sans qui nous ne pourrions pas vivre
    Merci

    RépondreSupprimer
  18. important aussi l'arbre sur notre terre

    RépondreSupprimer
  19. L'homme comme l'arbre est un être où des forces confuses viennent se tenir debout.
    Gaston Bachelard

    RépondreSupprimer
  20. "Tu peux être Dieu des chiens, Dieu des chats, Dieu des pauvres, il te suffit d'une laisse, d'un peu de mou, de quelque fortune, mais tu ne seras jamais maître de l'arbre . Tu ne pourras jamais que vouloir devenir arbre à ton tour. "

    Georges Perec ( Un homme qui dort , p.42, Folio Plus n°44)

    RépondreSupprimer
  21. Au milieu d'un champ
    un arbre nu attend
    le printemps
    passent les nuages
    passent les orages
    l'arbre attend
    les étourneaux
    les noirs corbeaux
    et aussi les moineaux
    s'abattent sur le champ
    s’ébattent insouciants
    l'arbre attend
    en lui il sent
    comme un frémissement
    un chant d'amour qui lève
    une montée de sève
    un matin une alouette
    au soleil a fait fête
    l'arbre attend
    confiant
    la venue du printemps

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Amichel pour votre arbre "confiant" !!!

      Supprimer
  22. Si je ne me trompe pas, Bon Anniversaire, Fifi !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne t'es pas trompée :-)
      Merci Claude !

      Supprimer
  23. "L’HOMME QUI PLANTAIT DES ARBRES" (1953).
    Une nouvelle courte de Jean Giono, où l'arbre tient, avec l'homme, la plus belle place qui soit. Un magnifique texte qui célèbre les qualités de patience et de force de travail.
    Éd.Gallimard - Folio cadet (1987)
    Résumé : "Au cours d'une de ses promenades en Haute-Provence, Jean Giono a un jour rencontré un personnage extraordinaire : Elzéard Bouffier, un berger solitaire et paisible qui plantait des arbres, des milliers d'arbres. Ainsi, au fil des ans, entre 1913 et 1947, un homme seul allait rendre vie à une contrée aride et désolée. Une merveilleuse aventure, pleine de tendresse et de générosité illustrée avec la même sensibilité."
    Un texte qui, lu par par Philippe Noiret et animé par Frederic Back, artiste peintre, illustrateur, muraliste, a reçu, dès l'année de sa sortie, en 1987, l'Oscar du Meilleur film d'animation.

    On peut lire le texte de Giono en entier ici :
    http://fr.m.wikisource.org/wiki/L’Homme_qui_plantait_des_arbres

    On peut voir le film là :
    http://www.youtube.com/watch?v=n5RmEWp-Lsk&feature=youtube_gdata_player

    RépondreSupprimer
  24. On peut voir l'arbre, mais personnellement j'ai plutôt vu la montagne.

    RépondreSupprimer
  25. superbe photo....oui vivement le printemps..... !!! vive De Gaulle...ah s'il revenait....

    RépondreSupprimer
  26. Là, du coup, Fifi, c'est toi qui t'embrouilles dans les liens
    => Tu as remis deux fois la même vidéo !... :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de me l'avoir signalé, Odile ! Quand il y a beaucoup de textes et vidéos à afficher, parfois je m’emmêle les pédales :-)
      Je connais bien cette histoire, je l'aime beaucoup. J'ai cru pendant longtemps qu'Elzéard Bouffier avait vraiment vécu, tellement le récit lui donne vie. Son personnage "inventé" est une belle leçon de persévérance et de générosité féconde, qui peut être aussi une belle leçon de vie pour chacun..

      Supprimer
  27. Je connaissais déjà le dessin d'animation concernant l'oeuvre de Giono, un hymne d'amour à la nature qui à toute sa place parmi tous ces poèmes dédiés à la nature.

    RépondreSupprimer
  28. La remarque de Claude me fait réagir: bon anniversaire!

    RépondreSupprimer
  29. Comment choisir entre les deux photos, celle cadrée serrée et l'autre en plan large qui montre la grandeur et la solitude de l'arbre ? Je me demande si ce n'est pas un fruitier, un noyer peut-être... Un repère pour le pèlerin ou l'homme qui va à son champ ou son verger.

    RépondreSupprimer
  30. Ce texte "homme" envoyé par Odile mon père l'appelait "la prière de la forêt"... Il l'avait écrite de sa main sur un out de papier en en changeant quelques mots pour l'adapter à l'Afrique. Son origine indochinoise ne m'étonne pas car mon père a commencé sa carrière au Vietnam avant de la poursuivre en Côte d'Ivoire

    RépondreSupprimer
  31. Je ne vais pas t'apprendre que j'aime les arbres, on en voit souvent sur mon blog. Magnifique ta première photo.

    RépondreSupprimer
  32. Ta photo me fait penser spontanément à une image du film de Séraphine"... L'arbre majestueux au milieu de nulle part où l’héroïne de Martin Provost aimait se réfugier sous ses ramures comme j'aime m'installer sous mon frêne pour rêver...
    Beau week-end Fifi

    RépondreSupprimer
  33. Depuis ce jour où l'amour m'a figé, j'attends..................

    RépondreSupprimer
  34. J'adore les nuages et les arbres... merci Fifi....Joli billet...Et bon anniversaire, avec un peu de retard !! Pardonne-moi...
    Un doux dimanche.
    Je t'embrasse.
    Den

    RépondreSupprimer
  35. Lovely photo!! I like trees... lonely trees.. in the field!!
    happy new year, dear.... happy and lovely photographing for this grand new year, 2015!!!

    RépondreSupprimer
  36. beau paysage...
    et oui, vive la liberté.

    RépondreSupprimer
  37. Tout seul,
    Que le berce l'été, que l'agite l'hiver,
    Que son tronc soit givré ou son branchage vert,
    Toujours, au long des jours de tendresse ou de haine,
    Il impose sa vie énorme et souveraine
    Aux plaines.

    Il voit les mêmes champs depuis cent et cent ans
    Et les mêmes labours et les mêmes semailles ;
    Les yeux aujourd'hui morts, les yeux
    Des aïeules et des aïeux
    Ont regardé, maille après maille,
    Se nouer son écorce et ses rudes rameaux.
    Il présidait tranquille et fort à leurs travaux ;
    Son pied velu leur ménageait un lit de mousse ;
    Il abritait leur sieste à l'heure de midi
    Et son ombre fut douce
    A ceux de leurs enfants qui s'aimèrent jadis.
    ...
    Emile Veraerhen

    RépondreSupprimer
  38. Excuse-moi, Fifi, j'ai été étourdie; peux-tu corriger stp: j'ai mal écrit le nom du poète ; c'est Emile Verhaeren.
    Merci. Je te fais de gros bisous.

    RépondreSupprimer
  39. Très bonne et heureuse année chère Fifi!
    J'ai pris un grand plaisir à me promener chez toi, comme à chaque fois que je viens te rendre visite. Merci pour tes mots et pour tes photos sublimes!
    Bisous, bisous et bonne semaine

    RépondreSupprimer
  40. Sur le m^me thème (de l'arbre), une jolie chanson traditionnelle que j'aime bien :
    "L'arbre est dans ses feuilles"

    http://youtu.be/jjj3bXK4nG8

    Bises amicales.

    RépondreSupprimer
  41. Ton image m'a fait rouvrir le petit carnet de feuilles écornées et jaunies où je consigne encore aujourd'hui tout ce qui me "branche"... Feuille à feuille, chaque fois que j'ouvre ce carnet, je prends une bouffée d'oxygène, d'élévation, de bonheur indescriptible. Je ne peux pas m'empêcher de t'en livrer ici quelques-unes. C'est en hiver que je préfère les arbres. Ils sont saisissants, épurés, dans leur plus simple appareil... Aucune autre saison ne les dessine aussi bien dans leurs traits essentiels.

    La première est faite pour le majestueux de ta photo, robuste, équilibré, impressionnant par sa présence :

    "Parfois, un arbre humanise mieux un paysage que ne le ferait un homme."
    Gilbert Cesbron - extrait de Journal sans date

    "J'aime appuyer ma main sur le tronc d'un arbre devant lequel je passe, non pour m'assurer de l'existence de l'arbre - dont je ne doute pas - mais de la mienne."
    Christian Bobin

    "Ah, comme les plus simples des hommes sont malades, stupides et confus auprès de la claire simplicité et de la toute saine existence des arbres et des plantes !"
    Fernando Pessõa

    "Quels sont les livres qui valent l'arbre de leur papier ?"
    Hubert Haddad - poète, romancier et historien d'art français

    "Lire un livre sous un arbre en double le plaisir. On ne sait plus si on tourne les pages ou si on feuillette l'arbre."
    Jean Chalon - écrivain et journaliste français - extrait de Journal d'Espagne

    "Les mots sont ces quelques feuilles qui créent l'illusion d'un arbre avec toutes ses feuilles."
    Elsa Triolet

    "Quels sont les livres qui valent l'arbre de leur papier ?"
    Hubert Haddad - poète, romancier et historien d'art français

    L'arbre est le lien entre les mondes souterrain et céleste. Arbres, éternels efforts de la terre pour parler au ciel qui l'écoute. "
    Rabindranath Tagore

    "Écouter la forêt qui pousse plutôt que l'arbre qui tombe."
    Friedrich Hegel - philosophe allemand

    "Quand il tombe, l'arbre fait deux trous. Celui dans le ciel est le plus grand."
    Félix Leclerc

    "Il en va d'une œuvre comme d'un arbre : plus les racines s'enfoncent dans la nuit dense de la terre, plus grand est le morceau de ciel que la ramure peut embrasser."
    Michel Tournier

    ===> La suite au prochain numéro...

    RépondreSupprimer
  42. ===> Suite et... FIN ( pour ce soir !...)

    "Plus vous voulez vous élever, plus il faut avoir les pieds sur terre. Chaque arbre vous le dit."
    Michel Tournier

    "Religion sans moralité : arbre sans fruit. Moralité sans religion : arbre sans racines."
    Cardinal Spellman

    "Un peuple qui ne connaît pas son passé, ses origines et sa culture ressemble à un arbre sans racines."
    Marcus Garvey - leader noir-américain

    "Le bon bois ne pousse pas dans la facilité ; plus le vent souffle fort, plus l'arbre est robuste"
    W. Marriot

    "Seul l'arbre qui a subi les assauts du vent est vraiment vigoureux, car c'est dans cette lutte que ses racines, mises à l'épreuve, se fortifient."
    Sénèque - philosophe latin

    "Le vent redresse l'arbre après l'avoir penché."
    Charles de Gaulle (arpentant les âpres étendues du Connemara...)

    "Ce qui n'est pas dans la pierre, ce qui n'est pas dans le mur de pierre et de terre, même pas dans les arbres, ce qui tremble toujours un peu, alors, c'est dans nous."
    Eugène Guillevic

    "J'avais besoin d'un poumon, m'a dit l'arbre, alors ma sève est devenue feuille, afin d'y pouvoir respirer. Puis quand j'eus respiré, ma feuille est tombée, et je n'en suis pas mort. Mon fruit contient toute ma pensée sur la vie."
    André Gide

    "La vérité tombe de l'esprit quand elle est mûre, comme le fruit de l'arbre. Elle n'est pas plus exprimable que la saveur d'une pomme.
    Il faut être bien extravagant pour s'escrimer à dire aux gens la saveur d'une pomme. "
    Henri Gougaud

    "Cette jolie idée de Saint-Pol-Roux, que les arbres échangent des oiseaux comme des paroles."
    Jules Renard

    "Légèreté de l'oiseau qui n'a pas besoin, pour chanter, de posséder la forêt, pas même un seul arbre."
    Christian Bobin

    "Si tu révèles ton secret au vent, tu ne dois pas lui reprocher de le révéler à l'arbre."
    Khalil Gibran

    "Les oiseaux sont responsables de trois, au moins, des grandes malédictions qui pèsent sur l'homme : ils lui ont donné le désir de grimper aux arbres, celui de voler, celui de chanter..."
    Boris Vian

    PS - Mon calepin à l'ancienne, bien refermé avec un élastique et doté d'un logement pour le crayon, possède, bien évidemment, quelques marque-pages glanés au cours des saisons, particulièrement en automne, ce qui lui donne un petit ventre rebondi. L'arbre m'a tout donné : le carnet, les feuilles et le crayon...
    ==> Aimer les oiseaux, les arbres et la chanson : ces derniers mots, expliquent la malédiction qui pèse sur moi... :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ose contredire Boris Vian et transformer ses "malédictions" en bénédictions :-)
      Merci Odile de nous donner un petit aperçu de ton calepin "à l'ancienne". Nous avons probablement quelques affinités toi et moi :-) et je suis sûre avec les visiteurs du "fil". Mais contrairement à toi, je ne suis pas très organisée. Les citations qui me touchent sont éparpillées sur des feuilles volantes que je retrouve dans mes livres quand je les reprend en main. Mais j'ai aussi des carnets avec élastique qui sont d'une époque, puis d'une autre...
      Une citation qui nous touche est une fenêtre ouverte sur le printemps. Elle peut être nourrissante et nous offrir la pointe de sagesse dont nous avons besoin. Elle peut être poétique et nous charmer par son rythme et les sons. Elles nous ramènent souvent à l'essentiel, à la vie nue et à sa simplicité.
      Je vais mettre Gilbert Cesbron sous l'image, comme toi je trouve que sa citation est faite pour le "majestueux" de la photo. Et puis toutes les autres vont rejoindre mon calepin actuel avec élastique mais sans crayon. :-)

      Supprimer
    2. Coup de coeur tout particulier pour :
      "Cette jolie idée de Saint-Pol-Roux, que les arbres échangent des oiseaux comme des paroles."
      Jules Renard
      "Légèreté de l'oiseau qui n'a pas besoin, pour chanter, de posséder la forêt, pas même un seul arbre."
      Christian Bobin
      "Quels sont les livres qui valent l'arbre de leur papier ?"
      Hubert Haddad
      L'arbre est le lien entre les mondes souterrain et céleste. Arbres, éternels efforts de la terre pour parler au ciel qui l'écoute. "
      Rabindranath Tagore
      "Quand il tombe, l'arbre fait deux trous. Celui dans le ciel est le plus grand."
      Félix Leclerc
      "Écouter la forêt qui pousse plutôt que l'arbre qui tombe."
      Friedrich Hegel
      A lire, à relire, à savourer.
      Merci encore Odile !

      Supprimer
  43. Si je puis me permettre Fifi... merci beaucoup à Odile b... d'avoir réouvert pour nous son petit carnet "écorné"... c'est un réel plaisir toutes ces citations....
    à conserver, je crois... bisous bisous....
    Je vous en brasse presque étoilée.
    Den

    RépondreSupprimer

Archives du blog