20 mai 2015

ciel, mer, terre...




Entre le ciel et la mer
Une cicatrice
Entre l'exil et le royaume
Une terre à vivre


Le ciel est venu toucher la mer
La mer est venue toucher la terre
La terre est venue toucher le ciel
Ciel, mer, terre s’enroulent sans fin
Au rythme des allées de la marée
Qui creuse ses sillons, qui peaufine ses chemins
Qui sable ses reflets, qui satine ses basses eaux.
Le ciel sans nuages serait dénué de vie.
La mer sans tangage serait plate et fade
La terre sans son sable perdrait nos traces.
Ciel, mer, terre, un tout petit bout d’univers
Un paradis aux lignes épurées pour ses amoureux.

Maïté Aliénor











...Aussi loin que nous irons
La mer et son tumulte
Nous accompagnera
Je veux entendre sa complainte
Le bruissement de son écume
Le vacarme de ses colères
Sur les roches noires
Auprès des îles effervescentes...


"Là-bas
Tout est neuf et tout est sauvage
Libre continent sans grillage
Ici, nos rêves sont étroits
C'est pour ça que j'irai là-bas"

J.J Goldman
 envoyé par Odile






1 - Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.
2 - Or la terre était vide et vague, les ténèbres couvraient l'abîme, un vent de Dieu tournoyait sur les eaux.
3 - Dieu dit : Que la lumière soit et la lumière fut.
4 - Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière et les ténèbres.
5 - Dieu appela la lumière jour et les ténèbres nuit.
Il y eut un soir et il y eut un matin : premier jour.
6 - Dieu dit : Qu'il y ait un firmament au milieu des eaux
et qu'il sépare les eaux d'avec les eaux et il en fut ainsi.
7 - Dieu fit le firmament, qui sépara les eaux qui sont sous le firmament d'avec les eaux qui sont au-dessus du firmament,
8 - et Dieu appela le firmament ciel. Il y eut un soir et il y eut un matin : deuxième jour.
9 - Dieu dit : Que les eaux qui sont sous le ciel s'amassent en une seule masse et qu'apparaisse le continent et il en fut ainsi.
10 - Dieu appela le continent terre
et la masse des eaux mers, et Dieu vit que cela était bon.
(Genèse Chapitre 1)
 envoyé par Odile







Toi et le monde dans lequel tu vis n'êtes qu'un grain de sable sur le rivage infini d'une mer infinie. » Et dans mon rêve je leur réponds : « Je suis la mer infinie, et tous les mondes ne sont que des grains de sable sur mon rivage.
Khalil Gibran

"La mer aime le ciel : c’est mieux pour lui redire,
À l’écart, en secret, son immense tourment,
Que la fauve amoureuse, au large se retire,
Dans son lit de corail, d’ambre et de diamant.

Et la brise n’apporte à la terre jalouse,
Qu’un souffle chuchoteur, vague, délicieux :
L’âme des océans frémit comme une épouse
Sous le chaste baiser des impassibles cieux."
 Néré Beauchemin



Les quatre éléments
L'air c'est rafraîchissant
Le feu c'est dévorant
La terre c'est tournant
L'eau - c'est tout différent

L'air c'est toujours du vent
Le feu c'est toujours bougeant
La terre c'est toujours virant
L'eau - c'est tout différent

L'air c'est toujours changeant
Le feu c'est toujours mangeant
La terre c'est toujours germant
L'eau - c'est tout différent

Et combien davantage encore ces drôles d'hommes espèces de vivants
Qui ne se croient jamais dans leur vrai élément.

Claude Roy
envoyé par Miss Yves


37 commentaires:

  1. FIFI BONSOIR je me sens si bien en regardant tes photos je peux me laisser aller tout
    doucement et pour moi c'est tellement important
    se laisser aller un moment
    Merci FIFI je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  2. Quelle sensation de plénitude et d'infini, surtout dans la deuxième photo...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens d'intervertir, comme toi c'est la deuxième ma préférée,
      la première maintenant :-)

      Supprimer
  3. la mer caresse langoureusement le sable blond et les nuages au ciel lui répondent

    RépondreSupprimer
  4. Partage des eaux, partage des mots...
    Comment ne pas fredonner les mots d'Anne Sylvestre en contemplant ces deux merveilles de photos. Bravo à l'auteure !

    "Cette "ligne de partage des eaux" que l'on retrouve signalée au bord de certaines routes, m'a toujours fascinée. J'ai beaucoup rêvé sur elle. Et au bord d'un nouveau spectacle, j'ai eu envie de parler de l'eau. Depuis les eaux maternelles, en passant par les larmes, le sang, les fontaines et les fleuves, jusqu'à nos mers, nos océans si beaux, si menacés.
    Et si, comme le rappelle Hélène Pedneault dans son livre Les Carnets du lac : "Tous les humains (sont) faits de 80 % d'eau", je veux continuer d'explorer ces petits 20 % d'humanité qui m'empêchent d'être un lac, ou une rivière... Je vous invite au partage des eaux..."
    Anne Sylvestre

    "Partage des eaux"
    Si quelqu'un peut joindre une vidéo à ce chef-d'œuvre de la chanson...
    Les paroles sont là :

    http://fr.lyrics.wikia.com/wiki/Anne_Sylvestre/Partage_des_eaux

    RépondreSupprimer
  5. PS
    c'est la première fois que, pour prouver que je ne suis pas un robot, on me demande de cocher parmi un pêle-mêle d'images, celles qui comportent... une bouteille de vin !
    C'est ce qu'on appelle : "Mettre du vin dans son eau"... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me fais rire, Odile !
      Je vais afficher peu à peu toutes les belles propositions de texte...
      Heureuse de ton retour !!!

      Supprimer
    2. "Le partage des eaux" est inaccessible seul, sauf en fin de la playlist, j'ai donc affiché le début qui est également une merveilleuse chanson d'Anne Sylvestre dédiée à l'eau, plus précisément à la "source"

      Supprimer
  6. Cette photo est sublime. Elle fait rêver. Merci.

    RépondreSupprimer
  7. Deux photos superbes Kiki, j'aime beaucoup la douceur des couleurs et ces longues étendues de sable vierges de toute présence.

    RépondreSupprimer
  8. Pardon, pas Kiki mais Fifi, je suis distraite ce matin.

    RépondreSupprimer
  9. Splendide ! Merci Fifi, pour cette merveilleuse fenêtre sur l'infini !

    ...Aussi loin que nous irons
    La mer et son tumulte
    Nous accompagnera
    Je veux entendre sa complainte
    Le bruissement de son écume
    Le vacarme de ses colères
    Sur les roches noires
    Auprès des îles effervescentes...


    et la suite ici

    http://paducharme.eklablog.com/quand-le-soleil-se-couche-sur-la-mer-marine-lou-poueyou-a117653932
    Bisous et @ +
    Marine D


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai affiché le début du texte, Marine et le lien va vers le texte en entier chez Paul-André Ducharme.
      Merci à toi !!!

      Supprimer
  10. Évasion totale... Envie d'ailleurs... Partir là où il n'y a rien, le regard noyé dans l'immensité... Marcher sans fin, jusque là-bas, vers un horizon intangible, là où le ciel rejoint la mer, là où les nuages se confondent avec l'écume... S'envoler sur le dos d'un nuage, loin, encore plus loin, au bout du monde... et chanter avec Goldman :
    "Là-bas
    Tout est neuf et tout est sauvage
    Libre continent sans grillage
    Ici, nos rêves sont étroits
    C'est pour ça que j'irai là-bas"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton enthousiasme va faire plaisir à ma fifille ! Je reste de longs moments parfois devant ses images, fascinée comme toi par l'immensité et ses couleurs de sable, de ciel et d'eau...

      Supprimer
  11. Ces photos, à la fois paisibles et grandioses ont quelque chose de "biblique" : avant de nous mener au bout du monde, elles nous ramènent aux premiers matins du monde

    1 - Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.
    2 - Or la terre était vide et vague, les ténèbres couvraient l'abîme, un vent de Dieu tournoyait sur les eaux.
    3 - Dieu dit : Que la lumière soit et la lumière fut.
    4 - Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière et les ténèbres.
    5 - Dieu appela la lumière jour et les ténèbres nuit.
    Il y eut un soir et il y eut un matin : premier jour.
    6 - Dieu dit : Qu'il y ait un firmament au milieu des eaux
    et qu'il sépare les eaux d'avec les eaux et il en fut ainsi.
    7 - Dieu fit le firmament, qui sépara les eaux qui sont sous le firmament d'avec les eaux qui sont au-dessus du firmament,
    8 - et Dieu appela le firmament ciel. Il y eut un soir et il y eut un matin : deuxième jour.
    9 - Dieu dit : Que les eaux qui sont sous le ciel s'amassent en une seule masse et qu'apparaisse le continent et il en fut ainsi.
    10 - Dieu appela le continent terre et la masse des eaux mers, et Dieu vit que cela était bon.
    (Genèse Chapitre 1)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison de citer le magnifique poème biblique qui scande l'apparition des éléments, de la vie...

      Supprimer
  12. Une douceur infinie, un glissement vers là-bas, vers l’abandon, vers l’écoute, vers les attentes...

    P.S. Coup de coeur pour la deuxième image.

    RépondreSupprimer
  13. La troisième photo me rappelle des sensations d'enfance( mitigées, d'ailleurs) les petites ondulations du sable semblables à des ridules, un peu rugueuses sous les pieds, où l'on voyait des petits trous forés par les" vers de sable" (?) et de petits tortillons de sable rejetés par ces bestioles marines...

    RépondreSupprimer
  14. Bien que ce souvenir soit mitigé , j'aime d'autant plus la force , l'impact de cette photo

    RépondreSupprimer
  15. souvenir pour moi,des plages du Cotentin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas eu l'occasion enfant de voyager beaucoup mais l'apparition de la première étendue d'eau, celle de la Mer Méditerranée, restera dans ma mémoire.

      Supprimer
  16. Tant de douceur et de sérénité se dégagent de ces magnifiques photos. Il serait si bon de se tenir là, les pieds dans la mer en regardant l'infini et rêver.
    Merci Fifi de ce beau partage avec ta fille. Ce n'est que du bonheur.


    Toi et le monde dans lequel tu vis n'êtes qu'un grain de sable sur le rivage infini d'une mer infinie. » Et dans mon rêve je leur réponds : « Je suis la mer infinie, et tous les mondes ne sont que des grains de sable sur mon rivage.
    Khalil Gibran

    RépondreSupprimer
  17. Que c'est beau. Tiens je t'envoie quelques vers de Néré Beauchemin:

    "La mer aime le ciel : c’est mieux pour lui redire,
    À l’écart, en secret, son immense tourment,
    Que la fauve amoureuse, au large se retire,
    Dans son lit de corail, d’ambre et de diamant.

    Et la brise n’apporte à la terre jalouse,
    Qu’un souffle chuchoteur, vague, délicieux :
    L’âme des océans frémit comme une épouse
    Sous le chaste baiser des impassibles cieux."

    RépondreSupprimer
  18. Mer apaisante... Des photos qui font du bien ! Merci !

    RépondreSupprimer
  19. Quelle belle lumière ! Ni trop, ni pas assez malgré la réflexion sur l'eau.
    Ces sables qui se découvrent ou se recouvrent me rappellent le mont St Michel. Gare vaut mieux connaitre les lieux et avoir un guide... Les eaux s'écoulent ou s'infiltrent... Il y a beaucoup de mouvement, sans en avoir l'air, sur ces images...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je reviens pour te répondre / le bâtiment de l'escalier >

      http://www.menucourt.fr/-Solidarites-.html

      C'est la "maison de Menucourt", tu en vois la façade sur le lien "solidarité" de la mairie, on y devine le départ de l'escalier sur la gauche
      (Menucourt est une toute pitite ville mais il s'y passe plein de choses)

      Supprimer


  20. Les quatre éléments


    L'air c'est rafraîchissant

    Le feu c'est dévorant

    La terre c'est tournant

    L'eau - c'est tout différent



    L'air c'est toujours du vent

    Le feu c'est toujours bougeant

    La terre c'est toujours virant

    L'eau - c'est tout différent



    L'air c'est toujours changeant

    Le feu c'est toujours mangeant

    La terre c'est toujours germant

    L'eau - c'est tout différent



    Et combien davantage encore ces drôles d'hommes espèces de vivants

    Qui ne se croient jamais dans leur vrai élément.


    Claude Roy

    RépondreSupprimer
  21. Le ciel est venu toucher la mer
    La mer est venue toucher la terre
    La terre est venue toucher le ciel
    Ciel, mer, terre s’enroulent sans fin
    Au rythme des allées de la marée
    Qui creuse ses sillons, qui peaufine ses chemins
    Qui sable ses reflets, qui satine ses basses eaux.
    Le ciel sans nuages serait dénué de vie.
    La mer sans tangage serait plate et fade
    La terre sans son sable perdrait nos traces.
    Ciel, mer, terre, un tout petit bout d’univers
    Un paradis aux lignes épurées pour ses amoureux.

    RépondreSupprimer
  22. Magnifique post ma chère Fifi... et que j'aime retrouver Anne Sylvestre en hommage à la source, aux fleuves .... d'amour.... quand le ciel et la mer se confondent, tant ils sont près.... "la mer aime le ciel"... merci Fifi pour la beauté des images et des mots... si poétiques.
    Un agréable week-end prolongé.... au bord du fleuve d'amour, ou ailleurs.
    Bisous.
    Den

    RépondreSupprimer
  23. Ces photos d'horizon, de ciel bleu et d'eau qui serpente au milieu du sable sont magnifiques. Elles me rappellent un lieu proche d'ici que j'affectionne beaucoup.
    A l'extrémité de la pointe nord de l'île de Ré, en bordure du célèbre "Petit Bois de Trousse-Chemise", la plage du même nom, orientée face au continent, offre des vues de ce genre, entre ciel, mer et sable. Le "Banc du Bûcheron", une langue de sable proéminente, se trouve, à chaque marée montante, encerclée par l'eau qui monte insidieusement et très rapidement tout autour avant de s'engouffrer dans la Fosse de Loix, dans un étranglement de l'île.
    Régulièrement, des promeneurs à pied sans soucis qui s'aventurent loin sur le banc, se croyant encore sur la plage, se laissent surprendre et piéger sur une île de sable, certains revenant, affolés, sur la plage en traversant avec de l'eau jusqu'à la ceinture, leur relax ou parasol sur la tête... Nombreux aussi les baigneurs qui, à marée montante, se laissent porter (et emporter !) par le courant très fort qui encercle ce qui reste le banc de sable.
    Un endroit de rêve, de sable mouillé, d'eau et de lumières magiques pour les photographes occupés à saisir les rides et ridules du sable et de l'eau, les reflets, l'horizon aux mirages multiples... et qui se retrouvent, souvent, les derniers piégés par surprise, revenant avec l'appareil photo à bout de bras, au-dessus de leur tête...
    (Parole d'avertie !!!)

    Une recherche à : "banc du bûcheron île de ré images" pour en avoir un bel aperçu. Y aller hors saison touristique et pour de vrai, c'est un lieu idyllique. A deux pas, la Réserve Naturelle de "Lilleau des Niges" carrefour migratoire, paradis des oiseaux, accessible à pied ou à vélo

    RépondreSupprimer
  24. Je suis allée voir les photos sur internet les deux lieux que tu affectionnes. Contemplation de l'immensité changeante ou de la vie "nomade" des oiseaux, c'est le bonheur assuré pour celui qui regarde et peut parfois en saisir un peu sur une image. Va falloir que tu t'équipes d'un appareil étanche pour simplifier ta vie de "chasseur d'images" qui se laisse surprendre par le spectacle :-)
    Bonne fin de semaine, Odile !!!

    RépondreSupprimer
  25. Mmmmm.... J'aurais du y aller ce weekend mais contre temps de derniere minute. J'en profite un peu quand meme grace à ta fille, merci :). Une belle serie. Je pourrais rester des heures devant la prmeeire, ma preferée

    RépondreSupprimer
  26. Superbes photos qui ont fait éclore des mots tout à propos !!!
    Un billet réussi, collectivement c'est encore mieux !!! Bravo !!!
    Je viens de rentrer de St Malo et je sens encore l'air iodé de là-bas, en admirant tes photos !
    Belle soirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "collectivement", oui Martine, tout le plaisir est là !
      :-)

      Supprimer
  27. Ciel, mer, terre... Un parfait trio pour de jolies photos :-)

    RépondreSupprimer

Archives du blog