18 juil. 2016

feuilles et branches...



Les feuilles sont l'espoir des racines
Les fleurs, celui des branches
Et le bourgeon, celui de la ramure
Pour nous, quelle sève à notre espoir ? 

Le ramage est l'espoir de l'oiseau
Le clapotis, celui des eaux
Le chuchotement celui des vents
Pour  nous, quel chant à notre espoir ?

La rose est l'espoir de la tige
Le bleu, celui de l'océan
Et le vert celui du printemps
Pour nous, quelle couleur à notre espoir ?
 

Le miel est l'espoir de la ruche
Le vin est celui de la vigne
Et la miche est celui du blé
Pour  nous, quelle saveur à notre espoir ?
Espérer n'est pas nécessaire pour entreprendre le futur
Réussir n'est pas nécessaire pour persévérer le présent


Il était une feuille avec ses lignes
Ligne de vie
Ligne de chance
Ligne de cœur

Il était une branche au bout de la feuille
Ligne fourchue signe de vie
Signe de chance
Signe de cœur

 
Il était un arbre au bout de la branche
Un arbre digne de vie
Digne de chance
Digne de cœur
cœur gravé, percé, transpercé
Un arbre que nul jamais ne vit

Il était des racines au bout de l'arbre
Racines vignes de vie
Vignes de chance
Vignes de cœur


Au bout des racines il était la terre
La terre tout court
La terre toute ronde
La terre toute seule au travers du ciel
La terre.

Robert Desnos


Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches
Et puis voici mon cœur qui ne bat que pour vous.
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux.



Le vent est l’ami des arbres
Il chante dans les saules
Il peut mirer dans l'eau
Sa force et sa malice
Il ploie la cime des pins
Où il redit sa plainte
Sans jamais se lasser
Parfois il est tempête
Au bord des plages désertes
L’aurait-on contrarié ?
Il joue de ses artifices
A rebrousse-feuilles
Dans la tête des chênes
Il pousse au loin les nuages
Gris, blancs ou joufflus
J’aimerais bien le suivre
Dans ses voyages fantasques
Voir ces pays lointains
Où l’amitié dit-on
Est vraie et sans détour

Un autre jour
On parlera de l’amour…

Marine D


23 commentaires:

  1. Une photo qui n'est pas de saison mais je l'aime et la chaleur ne m'encourage pas à en faire de nouvelles :-)

    RépondreSupprimer
  2. mes couleurs favorites! finalement un peu de chaud! bises :)))

    RépondreSupprimer
  3. Déjà , pourtant les feuilles d'or sur le cerisier s'annoncent discrètement
    La vie va
    Amicalement vers toi Arlette

    RépondreSupprimer
  4. Il était une feuille avec ses lignes

    Ligne de vie

    Ligne de chance

    Ligne de cœur

    Il était une branche au bout de la feuille

    Ligne fourchue signe de vie

    Signe de chance

    Signe de cœur

    Il était un arbre au bout de la branche

    Un arbre digne de vie

    Digne de chance

    Digne de cœur

    cœur gravé, percé, transpercé

    Un arbre que nul jamais ne vit

    Il était des racines au bout de l'arbre

    Racines vignes de vie

    Vignes de chance

    Vignes de cœur

    Au bout des racines il était la terre

    La terre tout court

    La terre toute ronde

    La terre toute seule au travers du ciel

    La terre.



    Robert Desnos

    RépondreSupprimer
  5. Je ne connaissais pas Jacques Lacarrière en tant que poète,- disons sur le plan de la forme-seulement en tant qu'essayiste et marcheur, il est vrai , avec un regard de poète.

    Toujours la quête de la lumière, dans tes photos et les textes qui vont avec.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de m'attaquer au dictionnaire amoureux de la Grèce Jacques Lacarrière mais j'ai de telles lacunes... sa poésie me réconcilie. Un feuillage qui inspire.

      Supprimer
  6. Encore une magnifique photo, Fifi !
    J'apprécie le texte et celui de Desnos.
    Bises

    RépondreSupprimer
  7. Qu'importe la saison, Fifi... ta photo est une merveille. Ces deux couleurs sont en si belle harmonie avec les reflets de l'eau. C'est magique!
    Gros bisous ♥

    RépondreSupprimer
  8. "feuilles et branches..." à la lecture du titre de ce billet, ces vers de Verlaine remontent du fond de ma mémoire :

    Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches
    Et puis voici mon cœur qui ne bat que pour vous.
    Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
    Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux.


    Merci, Fifi, pour cette belle image et pour le beau présent de Jacques Lacarrière qui l'accompagne.

    Bon courage pour supporter la canicule
    Bises, hélas pas très fraîches : 36° à Paris :-((

    RépondreSupprimer
  9. L'espoir a-t-il une couleur précise?
    La lumière...
    Splendides textes et photo, merci Fifi, un besito

    RépondreSupprimer
  10. Dans tout ce poème le leitmotiv de "l'espoir" s'inscrit avec force et il en faut de l'espoir en ce moment!
    L'image est merveilleuse avec ces couleurs, ce cadre, ces branches qui tendent avec grâce leur feuilles comme des doigts qui s'entremêlent en signe d'amitié.
    C'est très beau.
    Comme toujours, Fifi.
    Je t'embrasse fort.

    RépondreSupprimer
  11. Quelle merveilleuse photo pour illustrer ces poèmes... Merci Fifi. Chacun peut être l'espoir de l'autre en ce bas monde, il suffit de le vouloir, et la Nature, elle, le veut bien.
    Et je pensais au même poème de Verlaine que Tilia...
    Bisous Fifi

    RépondreSupprimer
  12. hors saison... en toute lumière... même si l'instant est au vert et, au verre : tchin dame copine !!

    RépondreSupprimer
  13. Une photographie qui inspire les amis poètes...
    Bonne fin de semaine Fifi et bon week-end !

    RépondreSupprimer
  14. Quelle belle lumière tu as capturée à travers les feuilles et sur l'eau !
    Je ne connaissais pas le texte de Lacarrière, celui de Desnos est tout simplement parfait.

    RépondreSupprimer
  15. Une douce harmonie !
    L'espoir vers la lumière :-)

    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
  16. C'est très beau ce gris plombé sous cet or aérien ! On a vite fait d'oublier les couleurs de l'automne et pourtant la sécheresse et la chaleur font parfois tourner les feuillages !
    Nous avons eu très chaud chez notre fils dans la Drôme mais depuis notre retour je dirais que le temps est paradisiaque à Cergy quoique l'été s'avance inexorablement vers sa fin... Avant un bel automne de la Saint Martin espérons le !

    RépondreSupprimer
  17. Quand le rouge et l'or se marient...en plein été...
    quelle beauté délicate !

    RépondreSupprimer


  18. Le vent est l’ami des arbres
    Il chante dans les saules
    Il peut mirer dans l'eau
    Sa force et sa malice
    Il ploie la cime des pins
    Où il redit sa plainte
    Sans jamais se lasser
    Parfois il est tempête
    Au bord des plages désertes
    L’aurait-on contrarié ?
    Il joue avec malice
    A rebrousse-feuilles
    Dans la tête des chênes
    Il pousse au loin les nuages
    Gris, blancs ou joufflus
    J’aimerais bien le suivre
    Dans ses voyages fantasques
    Voir ces pays lointains
    Où l’amitié dit-on
    Est vraie et sans détour

    Un autre jour
    On parlera de l’amour…

    RépondreSupprimer
  19. Malice deux fois, ça ne va pas ...

    Il joue de ses artifices
    A rebrousse-feuilles ...

    Ce serait mieux, mil excuse ma douce Fifi
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "malice" ou "artifices", tes mots chantent, Marine ♥
      Zoubis pour un beau week-end !!

      Supprimer
  20. Merci Fifi, c'est très gentil à toi !

    RépondreSupprimer

Archives du blog