18 sept. 2017

"parler vache..."


Vous vous rappelez de J.B et son essaim voyageur. Fin de semaine dernière, j'ai trouvé dans ma boite mail, une nouvelle aventure relatée dans sa Gazette estivale. Cette foi-ci, les "bestioles" sont un peu plus grosses et plus intimidantes.  J.B a prit soin de garder une trace photographique de l'événement. Ci-dessous le récit de l'aventure par l'héroïne elle-même.


"Ce dimanche matin grand concert de sonnailles. C'est dimanche, soit, mais j'ai bien reconnu que ce n'était pas le clocher du village.
Je suis le concert et m'aperçois que cinq génisses sont en train de malmener l'entrée de mes gentils voisins. Elles ont trouvé devant la porte des seaux de pommes, les ont vidés goulûment, et comme elles ne veulent pas en perdre une miette, elles enfoncent leur tête tout au fond et cognent dans les portes vitrées. J'ai compris bien vite que les voisins n'étaient pas là et qu'il me revenait à moi seule de limiter les dégâts.
Donc je me mets à parler vache. Holà ! Allez! Hoooo! Elles tournent placidement leur belle tête vers moi, mais ne bougent pas. J'essaie Allez Hop! Ça marche un peu mieux. Puis je ramasse une baguette et j'arrive à les diriger sur le chemin du cimetière.
Et là, maintenant vous voyez bien les lieux, il y a des génisses des deux côtés dans les prés. Elles courent vers nous et nous escortent en meuglant, et en sonnant bien sûr. Les miennes leur donnent de gros coups de langue à travers les barbelés. C'est un concert inouï, auquel s'ajoutent mes Allez Hop!
Je laisse mon petit troupeau assez loin et reviens dans mon jardin. Il ne s'écoule pas cinq minutes avant leur retour, il est vrai que je porte un gilet rose et des bottes vertes, ça attire.
Je recommence la manœuvre. À la troisième fois je prends une décision héroïque. Je vais les mettre dans un enclos, n'importe lequel, le fermier se débrouillera pour faire le tri.Mais plutôt à droite ou à gauche? Quatre d'entre elles décident pour moi et enjambent des barbelés pour se mettre à brouter.
La cinquième ne les suit pas, elle tourne à gauche. Une jolie tête de vache l'attend au-dessus d'un muret et elle s'y dirige tout droit. Je n'insiste pas. Les génisses sont après tout des adolescentes.
Tout est calme maintenant, elles me manquent déjà." J.B



 Ici les animaux sont rois, ils sont traités
Comme des électeurs ou des enfants gâtés ;
Pour ne point échauffer le bon lait des nourrices,
On chemine au devant de leurs petits caprices,
On subit leur rancune et leurs instincts boudeurs.
Ah ! les vaches parfois ont d’étranges pudeurs !
La bringée est fantasque, on l’appelle, on la prie ;
La voilà qui s’échappe à travers la prairie ;
Il faut aller au pied d’un vieux pommier
Qui seul de son honneur est gardien coutumier.
Et quand une mamelle est à peine épuisée
Souvent elle s’échappe à travers la rosée.
La blanche est plus pudique et plus bégueule encor,
S’obstinant à garder son lait comme un trésor
Virginal en retient la fontaine secrète,
Tant qu’on ne lui met pas un voile sur la tête.



As-tu vu la vache
La vache aux yeux bleus
Panpan
Toujours à la page
Elle faisait de son mieux
Pan pan pan...

envoyé par Marine Dussarat


37 commentaires:

  1. Ah les vaches!
    " Des adolescentes" un propos vachard, malgré l'indulgence affichée, non?
    La photo est vraiment amusante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais demander à l'auteur, si oui ou non, traiter "d'adolescentes" ces génisses un peu fofolles a une quelconque connotation vacharde dans son esprit :o)

      Supprimer
  2. J'ai bien aimé ce texte! et les ados un peu fofolles ont toute mon indulgence, même si parfois l'impatience me guette!

    RépondreSupprimer
  3. Elles me font rire ces adolescentes. Surtout celles qui se cachent sur la droite. Mais attention à ne pas trop titiller les vaches quand elles sont de mauvaise humeur, elles peuvent devenir agressives.
    Par contre, je n'ai pas réussi à cliquer sur le lien. Cela me met un message d'erreur. Merci pour le partage vache et belle semaine. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai voulu refaire le commentaire, j'ai tout supprimé par erreur :o( je recommencerai plus tard :-)

      Supprimer
  4. Mais que fait la maman vache ! elle laisse traîner ses filles à l'âge ingrat ?
    Quand les parents démissionnent il faut s'attendre à tout...
    Bon, je saute du coq à l'âne : heureusement que tu as pris le taureau par les cornes sans attendre l'arrivée des poulets, on en aurait parler dans le canard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Josette pour celle belle énumération :-))

      Supprimer
  5. Quelle belle et amusante photo :-) Courageuse comme je suis, je ne me serais pas approchée des vaches... lors de balades dans les pâturages, je fais toujours attention :-)
    Merci Fifi pour ce beau billet.
    Bisous

    RépondreSupprimer
  6. Elles n'ont pas l'air encore bien vache ces tendres génisses.
    Si les petits cochons ne les dévorent pas, elles deviendront de bonnes laitières!

    RépondreSupprimer
  7. Tes voisins ont de la chance de t'avoir. Sacrées péripéties. Merci pour cet amusant partage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas moi, c'est une amie qui me fait part de ses aventures estivales :-)

      Supprimer
  8. J'adore les histoires vaches !... oh pardon, les histoires de vaches. :-)

    RépondreSupprimer
  9. Superbe le texte de JB et ta photo l'illustre bien. je me disais bien que ces mots ne pouvaient pas être de toi car je te vois mal costumée avec gilet rose et bottes vertes ;-)
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La photo est de J.B aussi. J'ai un pull rouge et des bottes vertes ! Nananère !
      Bisous :-)

      Supprimer
  10. Il y a une quinzaine de jours je me suis retrouvée malencontreusement au milieu d'un beau troupeau de moutons qui traversait le village - moi bien à l'abri dans ma voiture - et lorsque j'ai vu s'avancer tranquillement face à moi ce que je pensais être un beau taureau, avec de puissantes cornes, j'avoue que je n'étais pas très rassurée, surtout lorsqu'il s'est mis à serrer de trop près mon véhicule, rayant légèrement ma carrosserie - c'était la fête au village, comme tous les ans... mais pas pour moi.... et je me suis mise à parler moutons dans ma tête, un peu moins taureau !...
    merci Fifi pour ce billet sympathique.
    Bonne journée à toi.
    Bisou.
    Den

    RépondreSupprimer
  11. Magnifique illustration d'une histoire qui fait plus d'une fois sourire. Heureux voisins.

    RépondreSupprimer
  12. J'aime bien le com de Josette.
    Vaut mieux une histoire de vaches qu'une histoire vache.
    Ceci me rappelle cela : quand j'étais beaucoup plus jeune, j'allais travailler à une quinzaine de km de chez mes parents. Je me rendais en Solex et le déposais chez un collègue de mon Papa et une collègue de boulot me prenait au passage. Nous étions en 2 pattes et soudain, je lui dit :'il y a une vache sur la route" ; et là elle me répond : "Non, ce sont les virages qui fait illusion". Seulement au bout de 2 courbes, et après un grand coup de frein, nous nous sommes trouvées face à une belle Marguerite qui s'était évadée de sa pâture.
    Bises

    RépondreSupprimer
  13. Ça me rappelle une aventure du même style : une vache s'était échappée de son enclos et ne voulait absolument pas retourner d'où elle venait :-)))
    Cela a pris des heures pour lui faire prendre le bon chemin :-)

    RépondreSupprimer
  14. j'adore ce genre de vécu surtout quand tout se termine bien
    PS : belle photo d'une campagne dont je ne me lasse pas

    RépondreSupprimer
  15. J'ai une affection toute particulière pour les vaches et leur tendresse....
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  16. L'aventure, c'est l'aventure...et pour de vrai, en voilà une belle histoire d'héroïne, véritable Jeanne d'Arc de la campagne.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  17. quand les vaches se lâchent et se fâchent : manif entre aubépines et ifs !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est cela ! Elles sont dans la rue. Des "insoumises" ? Même quelques casseuses ! Où sont les journalistes ???
      Bisesss

      Supprimer
  18. Super histoire ! j'imagine très bien les génisses coiffées de seaux et se cognant de partout. Un vrai gag de BD :-)
    En la lisant j'ai pensé à un incident, dans le genre de celui que Den raconte, survenu lorsque j'étais gamine quand mes parents et moi revenions de nos vacances d'août en Lorraine et que notre Opel s'est retrouvée bloquée par un troupeaux de vaches traversant la route à l'entrée d'un village. À un moment donné les bêtes, plus ou moins effrayées par les cris du vacher les pressant de libérer le passage, se sont bousculées et l'une d'elles s'est appuyées d'une patte sur le capot de notre voiture ! Je ne m'en souviens plus très bien, mais je pense que l'histoire s'est terminée par un constat pour l’assurance. À moins que mon père, jugeant qu'il pourrait assez facilement redresser la carrosserie, ait laisser courir..

    Dans l'histoire de JB, la cinquième génisse avait sans doute reconnu sa mère en voyant la tête au-dessus du muret... Pas folle, la vache :D

    Ici les animaux sont rois, ils sont traités
    Comme des électeurs ou des enfants gâtés ;
    Pour ne point échauffer le bon lait des nourrices,
    On chemine au devant de leurs petits caprices,
    On subit leur rancune et leurs instincts boudeurs.
    Ah ! les vaches parfois ont d’étranges pudeurs !
    La bringée est fantasque, on l’appelle, on la prie ;
    La voilà qui s’échappe à travers la prairie ;
    Il faut aller au pied d’un vieux pommier
    Qui seul de son honneur est gardien coutumier.
    Et quand une mamelle est à peine épuisée
    Souvent elle s’échappe à travers la rosée.
    La blanche est plus pudique et plus bégueule encor,
    S’obstinant à garder son lait comme un trésor
    Virginal en retient la fontaine secrète,
    Tant qu’on ne lui met pas un voile sur la tête.


    Extrait du poème en l'honneur de Vimoutiers, composé et dit en 1884 par Gustave Le Vavasseur à l’occasion du Congrès annuel de l’Association Normande (texte complet en cliquant ici.

    Merci pour le partage, chère Fifi. Bravo à JB pour le texte et l'image.
    Beau temps sur ta contrée et bonnes bises, presqu'ensoleillées (contrairement à ces jours derniers, orageux dans mon coin)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis régalée à lire ce poème, dont je ne connaissais pas l'auteur comme d'habitude. Encore une belle découverte, Tilia ♥♥ J'ai grandi à la campagne, mes grands-parents avaient deux vaches, qu'ils ont ramenées chez nous quand ils sont venus habiter avec nous.
      J'ai une vraie affection pour ces grandes bêtes.
      Ce texte qui rend compte aussi et honneur, au travail des femmes, sonne juste à mes oreilles. C'est l'image de ma mère que j'ai revue en le lisant.

      J.B est douée pour relater des faits de son quotidien, elle le fait avec humour. Surtout que cette aventure-ci devait être un peu stressante. L'aspect drôle de l'événement a pu se révéler après coup. Des grandes bêtes comme ces génisses sont impressionnantes et surtout imprévisibles, comme tu le racontes, tout comme Den, Suzanne et Claude.
      Merci Tilia, pour tes recherches et liens toujours si joliment et justement accordés au thème.
      Bises pour un automne doux et coloré !

      Supprimer
  19. Un bel article et une émouvante photo de famille qui me fait penser à un article lu dernièrement dans la presse et qui traitait d'une pétition signée, dans un village des alpes, par une association de résidents secondaires qui se plaignaient du bruit incessant des cloches de vaches! Il est vrai que la bêtise, elle, ne fait pas de bruit!

    RépondreSupprimer
  20. Ma parole, c'est tout un pensionnat de jeunes filles fofolles et gourmandes en goguette!
    Près de chez mes parents, chaque vache avait un prénom, le fermier prétendait qu'elles le reconnaissaient!

    RépondreSupprimer
  21. Mon oncle chantait :

    As-tu vu la vache
    La vache aux yeux bleus
    Panpan
    Toujours à la page
    Elle faisait de son mieux
    Pan pan pan...

    Zoubis Fifi, elles sont épatantes !

    RépondreSupprimer
  22. mais elle est là....quand je vois un article de Mathilde...je pense à toi...
    ouf terrible....belles photos..
    bientôt elles repartiront à l'étable...les vaches......................

    RépondreSupprimer
  23. Une très belle histoire bien racontée.
    Je reconnais là la goinfrerie des vaches devant des pommes odorantes ou des champs de maïs interdits...
    Chez moi aussi les vaches avaient un nom: Jolie... Stellic. ..2 noms le sont restés.

    RépondreSupprimer
  24. Pour un temps je serai absente sur vos différents espaces et les commentaires seront modérés.
    Je vous embrasse tous très fort. A plus tard :-)

    RépondreSupprimer
  25. Coucou Fifi. J'adore les vaches et les vaches vagabondes. En ce moment, par chez moi, il y en a quelques unes qui défient les clôtures et qu'on retrouve sur la route. Je coupe le moteur, je vais leur parler mais ça ne dure jamais longtemps car arrive toujours un fou du volant qu'on dérange et qui veut passer à grands coups de klaxon.

    RépondreSupprimer
  26. "Allez Hop!" ça c'est du parler vache alsacien !
    "elles me manquent déjà." c'est de la mauvaise foi à la Stevenson lorsqu'il parle de son ânesse après l'avoir revendue... Quoique Stevenson a passé pas mal de temps avec son ânesse qui lui en a fait voir de toutes les couleurs...

    Elles sont bien curieuses ces vaches qui ne sont pas que des usines à lait (des montbéliardes) elles se reconnaissent entre elles, le fermier les reconnait entre elles. Quelle joie elles ont d'une rencontre, d'un événement extraordinaire, c'est à dire qui sortent de l'ordinaire, que ce soit les pommes ou le promeneur. En juillet dernier, nous étions sur une petite route avec des travaux, les vaches dans un champ proche regardaient avec curiosité les travaux et certaines nous regardaient comme elles auraient regardé passer un train de temps en temps à travers de leur paysage

    Profite bien de ce qui t'arrive et ce pourquoi tu es absente et qui représente une aubaine !
    Bises, Fifi !

    RépondreSupprimer
  27. Coucou Fifi.
    Je te livre un petit tuyau pour ceux de tes visiteurs qui aimeraient recevoir une newsletter. J'ai découvert il y a peu et c'est très bien. C'est en anglais mais vu qu'il n'y a que deux cases à saisir, c'est fort simple. Dans la case de gauche on saisit l'adresse du site dont on veut recevoir la newsletter, dans celle du milieu notre propre adresse mail pour la réception et dans celle de droite on valide. S'ouvre une autre page sur laquelle il n'y a qu'à confirmer la validation.
    Voici le lien : https://blogtrottr.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marie, je vais mettre en lieu sûr ce précieux renseignement pour les personnes qui désireraient ce mode d'alerte.

      Supprimer
  28. belles bêtes...
    suis passée les voir ce matin avant qu'elles ne rentrent à l'étable...
    et même des bébés...cool ...

    bonne soirée...
    Mathilde a fait un article
    donc je passe te voir...........

    RépondreSupprimer

Archives du blog