27 janv. 2019

"nuage..."


Un nuage m’a visité.
Et m’a laissé en s’en allant
son contour dans le vent.
 

Une ombre m’a visité.
Et m’a laissé en s’en allant
le poids d’un autre corps.
 

Une bouffée d’images m’a visité.
Et m’a laissé en s’en allant
l’irréligion du rêve.
 

Une absence m’a visité.
Et m’a laissé en s’en allant
mon image dans le temps.
 

Et moi je visite la vie.
Je lui laisserai en m’en allant
la grâce de ces restes.

 Roberto Juarroz 





 - Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis? ton père, ta mère, ta sœur ou ton frère?
- Je n'ai ni père, ni mère, ni sœur, ni frère.
- Tes amis?
-Vous vous servez là d'une parole dont le sens m'est resté jusqu'à ce jour inconnu.
- Ta patrie?
- J'ignore sous quelle latitude elle est située.
- La beauté?
- Je l'aimerais volontiers, déesse et immortelle.
- L'or?
- Je le hais comme vous haïssez Dieu.
- Eh! qu'aimes-tu donc, extraordinaire étranger?
- J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages!

Baudelaire
 Petits poèmes en prose, I (1869)


 "Je crois qu'on ne peut perdre son temps qu'en pensant à le gagner. 
 Quand je regarde filer les nuages ou que je fais des bêtises, qui pour moi n'en sont pas, 
je ne perds pas mon temps, car je le vois passer."
F. Sagan


Champ de blancs moutons
pour flirter avec l'azur
un peu d'or se glisse

Miss Yves 




Un matin le ciel décide d'être tout bleu.
Il demande à son acolyte d'envoyer
un petit coup de vent pour chasser tous les nuages.
Le lendemain, plus de nuages, sauf un, tout petit,
qui est resté dans un coin.
Le ciel décide d'envoyer
un vent un peu plus fort.
Le petit nuage est toujours là.
Alors, il envoie tour à tour tous les vents, l'Alizé,
le Mistral, la Tramontane, le Sirocco... etc...etc...
Rien à faire.
Le ciel s'énerve, il déclenche une énorme tornade,
Mais le petit nuage est toujours là.
Le ciel va le voir et lui demande :
« Qu'est-ce-que tu fais là ? »
Le petit nuage ne répond pas.
Alors, le ciel, très en colère, lui demande :
« Mais nom d'une pipe, parle :
pourquoi restes-tu planté là ?
Qu'est-ce que tu veux, à la fin ? »
Alors, le petit nuage lève les yeux vers lui
et tout timidement lui répond :
« Je voudrais une petite bise.... »  

La Licorne


HORIZON S’IRISANT

  Septembre en ciel d’argent
  Horizon s’irisant
  Pommes au pré s’empourprant

  Septembre.

  Les réveils lents et dans les cils un doux ramage
  Pépiements, feuilles, plumes, brises en émoi,
  Les jeux de l’eau pour trois nuages
  Que nul ne voit

  Septembre…

  Les feux du soir en avant froid
  Quelques chasseurs et des abois
  Un air de rire dans les bois
  Des pépites à chaque pas
  Et un goût de dernière fois.

  Septembre

marine D



 Naître
dans les
Nuages
n’être qu’un
Etre
d’
Eau
d’
Air
et de
Lumière
qui va où
le
Parfum
de la
Rose
des
Vents
embaume 


Amichel


Dans les grands prés du ciel d'azur
de petits nuages d'un blanc pur
deviennent tout roses d’excitation
en jouant à saute-mouton

Tilia


24 commentaires:

  1. Un ciel plein de chamallows qui commencent à fondre, trop joli ! ♥

    RépondreSupprimer
  2. - Qui aimes-tu le mieux, homme enigmatique, dis? ton père, ta mère, ta soeur ou ton frère?
    - Je n'ai ni père, ni mère, ni soeur, ni frère.
    - Tes amis?
    -Vous vous servez là d'une parole dont le sens m'est resté jusqu'à ce jour inconnu.
    - Ta patrie?
    - J'ignore sous quelle latitude elle est située.
    - La beauté?
    - Je l'aimerais volontiers, déesse et immortelle.
    - L'or?
    - Je le hais comme vous haïssez Dieu.
    - Eh! qu'aimes-tu donc, extraordinaire étranger?
    - J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages!

    Baudelaire: Petits poèmes en prose, I (1869)

    RépondreSupprimer
  3. "Je crois qu'on ne peut perdre son temps qu'en pensant à le gagner. Quand je regarde filer les nuages ou que je fais des bêtises, qui pour moi n'en sont pas, je ne perds pas mon temps, car je le vois passer."
    F. Sagan

    RépondreSupprimer
  4. Un ciel pommelé comme je les aime, tout en douceur et en délicatesse. Le poème est sympa

    RépondreSupprimer
  5. Oh, merci merci Fifi!!!
    Quelle jolie illustration du poème.
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  6. Coucou. J'ai aussi découvert ce poème chez Colette. Et je le relis avec un grand plaisir chez toi, en me perdant dans les nuages. Bises alpines et bon début de semaine.

    RépondreSupprimer
  7. Colette a fait une bien belle découverte pour accompagner tes nuages qui font rêver.
    Avec tes photos, on constate que le jaune, jaune orangé qui figure dans les ciels de BOUDIN n'est pas une illusion ou une fantaisie picturale., mais bel et bien une réalité.(Et pourtant, nous ne sommes pas, chez toi, au bord de la mer!)

    RépondreSupprimer
  8. Champ de blancs moutons
    pour flirter avec l'azur
    un peu d'or se glisse

    RépondreSupprimer
  9. Bom dia, as nuvens dão indicações quando correm para um lado e para outro, as fotos são lindas bem acompanhadas pelo belo poema.
    AG

    RépondreSupprimer
  10. De belles déclinaisons sur fond de nuages éclairés!

    RépondreSupprimer
  11. De beaux poèmes et textes pour accompagner ces beaux nuages.
    Ici hier après midi ils étaient gris/roses, le soir ils étaient tout noirs.
    Je les préfère blancs dans un ciel bien bleu.
    Bises

    RépondreSupprimer
  12. On ne s'en lasse pas !
    Il suffit de lever les yeux... :-)
    Et ta photo est superbe !!!

    RépondreSupprimer
  13. Ces nuages ressemblent à des flocons de neige vaporeux ou à des boules de coton pour démaquiller. Ta photo du dessus est intrigante, on se croirait dans un monde perdu...

    RépondreSupprimer
  14. Un matin le ciel décide d'être tout bleu.
    Il demande à son acolyte d'envoyer
    un petit coup de vent pour chasser tous les nuages.
    Le lendemain, plus de nuages, sauf un, tout petit,
    qui est resté dans un coin.
    Le ciel décide d'envoyer
    un vent un peu plus fort.
    Le petit nuage est toujours là.
    Alors, il envoie tour à tour tous les vents, l'Alizé,
    le Mistral, la Tramontane, le Sirocco... etc...etc...
    Rien à faire.
    Le ciel s'énerve, il déclenche une énorme tornade,
    Mais le petit nuage est toujours là.
    Le ciel va le voir et lui demande :
    « Qu'est-ce-que tu fais là ? »
    Le petit nuage ne répond pas.
    Alors, le ciel, très en colère, lui demande :
    « Mais nom d'une pipe, parle :
    pourquoi restes-tu planté là ?
    Qu'est-ce que tu veux, à la fin ? »
    Alors, le petit nuage lève les yeux vers lui
    et tout timidement lui répond :
    « Je voudrais une petite bise.... »

    RépondreSupprimer
  15. Merci La Licorne pour ton poème plein de douceur !
    Je vais partager ton idée de jeu avec mes copines :-))

    RépondreSupprimer
  16. A propos de nuages, une petite réminiscence....


           HORIZON S’IRISANT
     
      Septembre en ciel d’argent
      Horizon s’irisant
      Pommes au pré s’empourprant
     
      Septembre.
     
      Les réveils lents et dans les cils un doux ramage
      Pépiements, feuilles, plumes, brises en émoi,
      Les jeux de l’eau pour trois nuages
      Que nul ne voit
     
      Septembre…

      Les feux du soir en avant froid
      Quelques chasseurs et des abois
      Un air de rire dans les bois
      Des pépites à chaque pas
      Et un goût de dernière fois.
     
      Septembre

    marine D
       

    RépondreSupprimer
  17. Merci Fifi pour cette page très agréable et pleine de poésie...
    Ces captcha sont insupportables et donc c'était mieux avec le profil GG qui va disparaitre apparemment...

    RépondreSupprimer
  18. elle est toujours là ...me voilà rassurée...........

    RépondreSupprimer
  19. Naître
    dans les
    Nuages
    n’être qu’un
    Etre
    d’
    Eau
    d’
    Air
    et de
    Lumière
    qui va où
    le
    Parfum
    de la
    Rose
    des
    Vents
    embaume

    RépondreSupprimer
  20. Coucou Amichel :-)
    Sympa de vous retrouver !!
    Je suis souvent "dans les nuages", depuis toujours.
    Alors je suis ravie quand un poète s'invite.
    Merci !

    RépondreSupprimer
  21. Vraiment merveilleux, Fifi, ces nuages angéliques aux ailes finement ciselées. Ta première photo est d'une beauté sans pareille.

    Dans les grands prés du ciel d'azur
    de petits nuages d'un blanc pur
    deviennent tout roses d’excitation
    en jouant à saute-mouton


    Mon hibernation touche à sa fin (enfin j'espère !) et je reviens peu à peu voir mes fidèles ami(e)s.
    Belle journée, chère Fifi, je t'embrasse ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Tilia !
      Comme toi j'hiberne et je pense continuer encore quelques temps. :-)
      Merci pour ton passage amical et poétique ♥

      Supprimer
  22. Bom di, citações e poemas em sintonia com as boas fotos das nuvens, partilha linda e perfeita.
    AG

    RépondreSupprimer
  23. Ronces roses
    trouées turquoise
    dans les nuées agitées
    masses froncées
    de lumière bleu fumée
    déchirure au mercure
    ...
    Béatrice Fontanel/ ÉLoge des nuages aux éditions de la Martinière

    Le ciel source d'admiration perpétuelle! Quelle belle lumière!
    Je t'embrasse chère Fifi.

    RépondreSupprimer

Archives du blog