2 juil. 2019

encadré...



encadré
le pré fleuri s'échappe
en toute liberté




Toujours libre
les plantes sauvages s'évadent
- Au diable les clôtures 

Josette T




Hors cadre et hors champ
Un coin de verdure
Un cadre champêtre
Tableau bucolique
Du vert en pâture
Jaune et blanc mêlés
Semis d'herbes folles
Derrièr' les verrous
Ombelles de jour
Sans amour en cage
Ombelles de nuit
Ombre des clôtures
Salsifis ciguës
Franchir la barrière
Hors sentiers battus

Miss Yves






Dans le cadre 
mais libre de passer sous la barrière

Il suffit de passer le pont , 

c'est tout de suite l'aventure, 
laisse-moi tenir ton jupon
Marine Dussarrat 





c’est un coin de verdure
où danse un papillon
qui se joue des clôtures
où chante un grillon
un escargot à l’aventure
s’y cache des rayons

c’est un joli coin tendre
où l’herbe nous fait signe
pour venir s’y étendre
nulle ronce n’y égratigne
au loin le coucou se fait entendre
le soleil haut mûrit les vignes

c’est un beau coin sauvage
les herbes y folâtrent à l’envi
le ciel n’en prend ombrage
les mulots sont ravis
les abeilles décodent ses messages
c’est un coin insoumis 

Amichel


18 commentaires:

  1. J'ai toujours beaucoup aimé le bois et la végétation ensemble. Jolie photo. Au fait j'ai un nouveau site Montagnes sur lequel je publierai seulement le mardi, les autres jours restant consacrés à By Marie.Voici le lien : https://passionmontagnes.wordpress.com

    RépondreSupprimer
  2. Un pré fleuri qui s'échappe, c'est le symbole d'un bel été. Bises alpines un peu rafraîchies.

    RépondreSupprimer
  3. Toujours libre
    les plantes sauvages s'évadent
    - Au diable les clôtures

    RépondreSupprimer
  4. Fifi bonjour j'aime ta photo ces fleurs sauvages qui me ressemblent tant je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  5. si si Fifi, encore je vous suis… et ne fais fi de vos salsifis… disons que moi aussi je me suis échappée au pré d'ici… en self-clôture-nature !!

    fraîcheurs de vos vertes photographies : des images qui désaltèrent… humeurs lentes et légères...������

    RépondreSupprimer
  6. "Humeurs lentes et légères..."De plus en plus lentes, chère dame louve :-)
    Et quand des mots de passe oublieux se vengent c'est la cata, ce n'est plus de la lenteur mais arrêt sur image, on ne bouge plus. Mais un bon génie ou plutôt une bonne fée blogueuse m'a sorti du pétrin. Fifi a failli finir en miche bien cuite.
    Je vous retrouve avec plaisir. Nous aimons toutes les deux cette belle nature. Et ce pré ensoleillé m'a redonné des envies d'afficher des fleurettes et de l'herbe verte...sans oublier les salsifis :-)
    Je vous embrasse !
    Profitez du soleil et aussi de l'ombre quand il se fait trop insistant.

    RépondreSupprimer
  7. Hors cadre et hors champ
    Un coin de verdure
    Un cadre champêtre
    Tableau bucolique
    Du vert en pâture
    Jaune et blanc mêlés
    Semis d'herbes folles
    Derrièr' les verrous
    Ombelles de jour
    Sans amour en cage
    Ombelles de nuit
    Ombre des clôtures
    Salsifis ciguës
    Franchir la barrière
    Hors sentiers battus

    RépondreSupprimer
  8. Dans le cadre mais libre de passer sous la barrière
    Il suffit de passer le pont , c'est tout de suite l'aventure, laisse moi tenir ton jupon...

    RépondreSupprimer
  9. Jolie carré champêtre !
    Ah les herbes sauvages ! J' en maudit une, le liseron.
    Belle journée et bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah le liseron !!!!!!!!!!!!!!!!!!!
      Bises encourageantes :-)

      Supprimer
  10. Ah là là je ne suis pas forte du tout dans la reconnaissance des ombellifères. Je ne suis même pas capable de reconnaître la ciguë ! Mais je trouve que ce sont de bien jolies fleurs, aériennes, graciles. Pas étonnant qu'elles s'échappent ! Quoique je crois bien que la clôture de bois les maintient bien ici, peut être parce qu'il y a de grosses bêtes qui sont maintenues par elles ? Car on ne sait pas vraiment si une clôture est faite pour empêcher de sortir ou empêcher d'entrer. En tous les cas, les barres laissaient bel et bien passer le soleil...
    (Tu as dû voir aussi des papillons, et des orchidées !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas vu d'orchidées, l'herbe était trop haute.
      Mais un peu plus loin dans un parterre fleuri une foule de papillons :-)

      Supprimer
  11. Ravie de retrouver ton blog et tes belles images complétées par les mots de tes amies!
    A bientôt !

    RépondreSupprimer
  12. Une photo joliment cadrée avec de belles échappées !
    Douceur et fraîcheur, comme on aime ces jours-ci !

    Belle et agréable fin de semaine :-)

    RépondreSupprimer
  13. "Comme un beau cadre ajoute à la peinture..."
    écrivait Baudelaire, Fifi a su trouver comment sublimer un petit coin tout simple de nature!

    RépondreSupprimer
  14. c’est un coin de verdure
    où danse un papillon
    qui se joue des clôtures
    où chante un grillon
    un escargot à l’aventure
    s’y cache des rayons

    c’est un joli coin tendre
    où l’herbe nous fait signe
    pour venir s’y étendre
    nulle ronce n’y égratigne
    au loin le coucou se fait entendre
    le soleil haut mûrit les vignes

    c’est un beau coin sauvage
    les herbes y folâtrent à l’envi
    le ciel n’en prend ombrage
    les mulots sont ravis
    les abeilles décodent ses messages
    c’est un coin insoumis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est chouette de vous retrouver ici, Amichel !!
      C'est ce magnifique pré pleinement ensoleillé qui vous a inspiré, je vous comprends.
      "Les abeilles décodent ses messages", vous ne croyez pas si bien dire, ce magnifique pré sera à leur disposition jusqu'à fin juillet.
      Bel été à vous !!

      Supprimer
  15. Comme les akènes, les poèmes s'égrènent à tout vent !

    RépondreSupprimer

Archive du blog