28 mai 2011

en douceur...




grâce éphémère
la danse du coquelicot
célèbre la lumière



Les coquelicots
Taches rouges et légères
Baisers de prairies



"La nuit, en secret, épanouit les fleurs et laisse le grand jour récolter les compliments."
Rabindrannath Tagore
envoyé par Denise



J’ai descendu dans mon jardin (bis)
Pour y cueillir du romarin
Gentil coquelicot Mesdames
Gentil coquelicot nouveau
Un rossignol vint sur ma main
Il me dit 3 mots en latin
Gentil coquelicot Mesdames
Gentil coquelicot nouveau

Que les hommes ne valent rien (bis)
Et les garçons encore bien moins
Gentil coquelicot Mesdames
Gentil coquelicot nouveau

Des dames il ne me dit rien (bis)
Des demoiselles beaucoup de bien
Gentil coquelicot Mesdames
Gentil coquelicot nouveau



Entends les coquelicots :
Hourra hourra
crient leurs frèles fleurs en choeur
de tout leur cœur
en feu
hourra pour le ciel clair
et le soleil ardent
hourra pour le vent bleu
hourra pour les prés verts
compagnons des blés
et des champs oubliés
les fiers coquelicots
chantent la joie d'aimer
et en gouttes de sang
donnent vie
aux terres endormies
assoiffées craquelées
assommées de chaleur
hourra pour le bonheur
entends les coquelicots

___________

22 commentaires:

  1. grâce éphémère
    la danse du coquelicot
    célèbre la lumière

    RépondreSupprimer
  2. Tu jongles avec ta palette de coloriste, Fifi !
    C'est la liberté du peintre d'inventer ses couleurs.
    Kandinsky a écrit : "L'orangé est un rouge 'humanisé' par le jaune".
    Les coquelicots fanfarons et pompiers n'ont pas bu ce coup de rouge habituel qui les caractérise et leur fait monter le feu à la tête… ils sont devenus doux comme des abricots, l'herbe a pris un coup de gris-amande-vert-bleuté pour se mettre au diapason On est dans une tout autre ambiance que le champ de coquelicots claironnants : ambiance pastelle et harmonieuse où les capsules vibrantes rythment et ponctuent la danse des robes de mousseline légères et vaporeuses ; la baguette magique, je la vois, là, dans ce brin d'herbe coudé, et le mouvement, il est là-bas, dans la courbe de cette graminée qui joue avec la lumière.
    C'est très beau et poétique.
    Lautreje a sobrement et justement défini cette danse la lumière
    Fifi la magicienne avait besoin de repos - d'un peu de douceur, dans ce monde de brutes... - et elle a dit… : "ABRACADABRA !"
    Merci, Fifi, pour cette douceur et cette élégance.

    RépondreSupprimer
  3. Je déroule ta page, et trouve bien joli le passage du fond gris-vert-bleuté des photos précédentes avec ton champ de coquelicots. Ça glisse "en douceur"…
    Quel raffinement subtil de coquetterie ! Bravo, Maestro !

    RépondreSupprimer
  4. Tout simplement simple et si beau.Mes fleurs préférés Merci

    RépondreSupprimer
  5. Odile
    J'ai désaturé un chouilla seulement, Odile. Ce petit groupe de coquelicots avait une teinte orangé toute particulière, couleur et volume différents des autres coquelicots. Ils étaient plus petits et plus pâles et le contre jour a fait le reste. Pour la transition avec le portrait d'un oiseau c'est top, hein ! :-)
    J'en ai refait ce matin pendant la promenade du chien, d'un rouge plus vif. C'est trop tentant ces jolies tâches rouges sur fond vert ou sur fond de ciel bleu. Je vais voir le résultat tout à l'heure sur mon écran.
    Je participe à un blog commun de "coquelicoteurs" :-)
    http://regardcoquelicot.canalblog.com/
    il y a des images bien belles de nombreux participants, si tu as envie de faire un tour.
    Merci pour ton regard attentif et attentionné, Odile !

    RépondreSupprimer
  6. Une adresse de plus à rajouter sur ma page "coquelicots" !

    Les coquelicots
    Taches rouges et légères
    Baisers de prairies

    Biseeeeeeeeeees de Christineeeeee

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Fifi, que c'est beau :-) Ces magnifiques coquelicots sont d'une grande douceur.
    Le coquelicot est une fleur si belle et si délicate. Bravo pour ta merveilleuse photo. J'adore la lumière qui se dépose sur eux!
    Mes bisous amicaux :-)


    "La nuit, en secret, épanouit les fleurs et laisse le grand jour récolter les compliments."
    Rabindrannath Tagore

    RépondreSupprimer
  8. C'est toujours un plaisir d'admirer les coquelicots dans les prés. Ils sont si colorés et si fragiles... Sur ta photo on a l'impression qu'ils dansent dans le vent. C'est très poétique.
    Bon dimanche à toi Fifi !

    RépondreSupprimer
  9. Je les appellerais "Coquelicroses" tellement leur rouge est doux et délicat. Bon dimanche Fifi

    RépondreSupprimer
  10. On ne peut que se laisser emporter par cet univers pastel, on ne s'en sent que plus leger et plus amoureux de la nature.

    RépondreSupprimer
  11. Légéreté et grâce pour ces jolis coquelicots ! Il nous vient de suite une chanson à fredonner :)
    Votre photographie Fifi m'a donner envie d'en savoir plus sur cette jolie fleur , symbole du souvenir dans l'histoire, je vous laisse un peu de lecture ici
    http://www.musee-somme-1916.eu/?page_id=58
    Bon dimanche Fifi !
    Je vous embrasse.

    Gentil coquelicot

    J’ai descendu dans mon jardin (bis)
    Pour y cueillir du romarin
    Gentil coquelicot Mesdames
    Gentil coquelicot nouveau
    Un rossignol vint sur ma main
    Il me dit 3 mots en latin
    Gentil coquelicot Mesdames
    Gentil coquelicot nouveau

    Que les hommes ne valent rien (bis)
    Et les garçons encore bien moins
    Gentil coquelicot Mesdames
    Gentil coquelicot nouveau

    Des dames il ne me dit rien (bis)
    Des demoiselles beaucoup de bien
    Gentil coquelicot Mesdames
    Gentil coquelicot nouveau

    RépondreSupprimer
  12. On se croirait dans un rêve éveillé....
    Les papavers sont de toutes sortes. Il en est qui sont des brigands qui ouvrent la clefs des songes et en même temps des guérisseurs qui ont l'art de soigner les douleurs.
    Et il y a ces charmants coquelicots qui poussent où et lorsqu'ils le veulent et jamais deux années de suite dans la même jachère...

    RépondreSupprimer
  13. calices diaphanes
    creuset pour la rosée

    RépondreSupprimer
  14. Entends les coquelicots :
    Hourra hourra
    crient leurs frèles fleurs en choeur
    de tout leur cœur
    en feu
    hourra pour le ciel clair
    et le soleil ardent
    hourra pour le vent bleu
    hourra pour les prés verts
    compagnons des blés
    et des champs oubliés
    les fiers coquelicots
    chantent la joie d'aimer
    et en gouttes de sang
    donnent vie
    aux terres endormies
    assoiffées craquelées
    assommées de chaleur
    hourra pour le bonheur
    entends les coquelicots

    RépondreSupprimer
  15. Amichel
    A première vue c'est la vue qui s'enchante d'un champ de coquelicots mais l'ouïe fine du poète sait discerner en premier, leur chant. Et à regarder de plus près, je vois les capsules qui rythment l'espace comme les notes d'une partition.
    Vous avez raison, Amichel, j'entends: "hourra pour les prés verts, hourra pour le vent bleu"

    Merci Amichel pour ce chant de coquelicots !

    RépondreSupprimer
  16. Je ne connaissais pas, moi non plus, le "chant" du coquelicot…
    Peut-être un chant hallucinatoire, audible seulement si l'on "consomme" à haute dose… :-)))
    Les énormes et superbes capsules de pavots, avec leur jolie calotte rayonnante bien caractéristique, vendues dans le commerce pour composer des bouquets secs, sont vidées au préalable de leur contenu par des fentes bien visibles, pratiquées manuellement sur leur pourtour, par le fournisseur, avant commercialisation (la loi l'exige).
    Pour avoir cueilli les petites capsules sèches du coquelicot, aussi décoratives que celles du pavot, je sais que les graines, minuscules, s'échappent naturellement par les petits trous en périphérie de la calotte - mieux vaut, d'ailleurs, les secouer sur le talus plutôt que les rapporter telles quelles à la maison ! - mais… je n'ai jamais entendu leur chant !!!… :-)
    Par contre, les gousses du cytise, du genêt, des pois vivaces, des haricots… une fois bien sèches sur leur tige font, en éclatant au soleil de l'été, des craquements hallucinants, propres à vous réveiller de la torpeur de votre sieste !

    RépondreSupprimer
  17. @amichel
    Vous n'êtes pas susceptible, au moins, amichel ?
    Les coquelicots chantent bien sous votre plume : je les entends, ces Hosannas, ces Alléluias qui montent depuis les champs de blé.
    Trop forts, les coquelicots, c'est pour ça (et aussi... pour le p'tit coup d'rouge qu'on les aime tant...
    Santé !... :-)

    RépondreSupprimer
  18. Odile
    Ne nous casse pas la baraque, Odile :-))) Entre un champ et un chant la frontière est mince ! Allez, encore un p'tit coup d'rouge et chantons tous en choeur: "Hossana !Hourra !et Gentil coquelicot nouveau ! :-)

    RépondreSupprimer
  19. Odile
    accompagnés bien-sûr par "les gousses du cytise, du genêt, des pois vivaces, des haricots" qui pètent la forme sur leurs tiges bien sèches :-)

    RépondreSupprimer
  20. pastellisé de féminin, voilà une scène intimiste à ambiance. Bravo pour le choix, moi mes prochains ont des coquelicots hémoglobineux :-))))

    RépondreSupprimer
  21. Magnifique ces coquelicots tout en douceur

    RépondreSupprimer
  22. Entre tes photos et celles de ta fifille que du plaisir.
    Beaucoup de retard dans mes visites.
    Amitiés Fifi.

    RépondreSupprimer

Archives du blog