22 nov. 2011

changer de point de vue ...








ou se rapprocher...ou s'éloigner...


"Vignes et morceaux
La vigne est un corps dont l’homme est la tête et
Le vin l’esprit
Vous avez oublié dans l’hiver de vos mains la poigne
D’autres mains fraternelles
Vous êtes allés par chemins et sentiers désorientés,
Etrangers à vous-mêmes
La parole claire qui s’élève est un chant qui te prend
Et t’ensorcelle
La vigne est un grand corps étendu, couvert d’un drap
Bigarré au cœur de l’été
Ta peau caleuse m’écorche les mains, les doigts ensanglantés
Ne sentent plus le froid
Contre vent et marée, inondation et tempête, tu es là
Debout devant le mas, la chienne lèche tes mains
De siècle en siècle se passe entre hommes
Ce sentiment profond d’appartenance à la terre
Accord de joie et de douleur
Ce corps caressé te donnera les fruits les plus beaux
Les grains les plus mûrs, le moût le plus fort
Dans la haie, l’olivier, sauvé des broussailles et du feu
Par les mains de ton père
La terre te parle
Les paroles cependant s’éteignent
Nous restera-t-il seulement la mémoire ?"
Jean-Paul Creissac


Au creux des collines
Petite église cachée
Joli coup de zoom



23 commentaires:

  1. Et quelle chance de pouvoir aussi le faire sans bouger...
    Vive la technique ! ;)

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup la seconde photo, superbe!

    RépondreSupprimer
  3. Il y a tant de douceur dans tes photos Fifi... et ces vignes où les vendanges sont terminées sont entourées d'arbres magnifiques et le clocher veille :-)
    C'est de toute beauté!
    Mes bises chaleureuses.


    "Vignes et morceaux

    La vigne est un corps dont l’homme est la tête et
    Le vin l’esprit

    Vous avez oublié dans l’hiver de vos mains la poigne
    D’autres mains fraternelles

    Vous êtes allés par chemins et sentiers désorientés,
    Etrangers à vous-mêmes

    La parole claire qui s’élève est un chant qui te prend
    Et t’ensorcelle

    La vigne est un grand corps étendu, couvert d’un drap
    Bigarré au cœur de l’été

    Ta peau caleuse m’écorche les mains, les doigts ensanglantés
    Ne sentent plus le froid

    Contre vent et marée, inondation et tempête, tu es là
    Debout devant le mas, la chienne lèche tes mains

    De siècle en siècle se passe entre hommes
    Ce sentiment profond d’appartenance à la terre

    Accord de joie et de douleur

    Ce corps caressé te donnera les fruits les plus beaux
    Les grains les plus mûrs, le moût le plus fort

    Dans la haie, l’olivier, sauvé des broussailles et du feu
    Par les mains de ton père
    La terre te parle
    Les paroles cependant s’éteignent
    Nous restera-t-il seulement la mémoire ?"

    Jean-Paul Creissac

    RépondreSupprimer
  4. un 'zwiebelturm' se voit de loin..

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir
    J'adore tes photos et j'aime aussi les vignes tant de souvenirs en y partant pour y travailler
    Le travail était pénible sous la chaleur du SUD mais la vie se gagne je pense*
    Que de douceurs chez toi FIFI
    Merci beaucoup

    RépondreSupprimer
  6. les deux dernières dans la brume sont sublimes

    RépondreSupprimer
  7. Des images toutes en arrondis jusqu'au clocher en bulbe...

    RépondreSupprimer
  8. tes points de vue résonnent bien en moi Fifi !!

    RépondreSupprimer
  9. Au creux des collines
    Petite église cachée
    Joli coup de zoom


    Biseeeeeeeeeees de Christineeee

    RépondreSupprimer
  10. J'aime bien la troisième photo. Paysage dans une légère brume.
    Ils sont nombreux, les amoureux de la vigne.

    RépondreSupprimer
  11. Les poteaux penchés du premier plan ont une belle présence !

    RépondreSupprimer
  12. C'est ce qui s'appelle se rapprocher de Dieu.

    RépondreSupprimer
  13. Odile
    Me suis amusée à zoomer à fond à fond
    :-)

    RépondreSupprimer
  14. C'est drôle comme un changement de position ou de zoom peut changer une prise de vue.

    RépondreSupprimer
  15. belle ballade montante entre les vignes pour voir d'en haut le coeur d'en bas

    RépondreSupprimer
  16. Amichel
    C'est amusant et épatant de voir en haut se rapprocher le coeur d'en bas.
    :-)

    RépondreSupprimer
  17. Effet d'optique: dans les teintes rousses des vignes qui peu à peu vont s'éteindre, piquets et fils de fer semblent en croix et conduisent sur le chemin menant à la chapelle.
    un instant de paix et un lieu de recueillement de pleine nature.

    RépondreSupprimer
  18. très sympa, cette balade aux belles couleurs.

    RépondreSupprimer
  19. Cet exercice me fait penser à une démonstration pour la longueur de focale et les effets sur la photo.
    Mais en regardant bien, c'est curieux, on a l'impression que plus tu te rapproches et plus l'église se dissout et disparait, comme un mirage inaccessible...

    RépondreSupprimer
  20. Pourquoi qu'i sont penchés, les piquets du premier rang ?

    RépondreSupprimer
  21. Odile
    ça doit être pour une raison technique mais je suis complétement ignare, Odile. Si j'ai l'occasion de discuter avec un viticulteur je vas lui demander :-)

    RépondreSupprimer
  22. Sur un fil invisible te voilà embarquée et pour notre plus grand plaisir tu voyages au coeur du paysage , Merci du beau partage Fifi !
    Bisous rapprochés ;)

    RépondreSupprimer

Archives du blog