21 oct. 2014

être dans les nuages...


Avec mon petit compact Canon Ixus, j'ai réussi à l'attraper :-)




Une ombre tout là-haut dans le ciel
Libre d'aller où ses envies l'appellent
Musarde en rêvant d'une échappée nouvelle...
 La Licorne



Petite mouche des nuages majuscules
Petit homme tête d’épingle
En trompe-l’œil
Moi le géant sur terre qui te regarde
Je te cache du bout du doigt
A contre-jour tu voles
Quand je ne peux que rêver !

Maïté Aliénor


L'avion, au fond du ciel clair,
Se promène dans les étoiles,
Tout comme les barques à voile
Vont sur la mer.

C'est un moulin des anciens âges
Qui soudain a quitté le sol
Et qui, par dessus les villages
A pris son vol.

 Lucie Delarue-Mardrus - L'avion
envoyé par Tilia 



envoyé par Tilia


La belle échappée ...pour l'échapper belle....

"Un peu plus haut, un peu plus loin
Je veux aller encore plus loin
Peut-être bien qu'un peu plus haut,
Je trouverai d'autres chemins"

Ginette Reno
envoyé par Claire Fo 

 

28 sept. 2014

se poser...



pour faire une pause...


De fleurs en ailes
de gouttes en antennes,
de robe blanche en pétales bleus
tout n'est qu'effleurement, caresse butinée
et fin duvet sur fond de fragilité.

Maïté Aliénor


Il est venu boire
aux perles d'eau de la fleur
le blanc papillon
 
Tilia 


Pour l'hysope bleue
Seul Esope
Saurait nous conter
Les amours ailées
D'une fleur en bleu cotillon
Et d'un papillon
Qui l'effleure
Avec émotion

Miss Yves


Le bonheur est comme un papillon : il vole sans jamais regarder en arrière
Robert Lalonde

envoyé par Denise


un papillon aux ailes d'ange
aspire le nectar de l'hisope
belle vision qui change
des buveurs de chope

Amichel


Il a replié ses blanches misaines
Et le voici tout à l’aubaine
D’une bleutée toute sucrée
Qui lui fait auberge sacrée :
Célébration,
Sans concession,
De la vie qui lui fut donnée,
Soyeuse, bien amidonnée,
Paradoxale, non sans peine,
Et vibrante jusqu’aux antennes ! 

Amezeg


Battement d'ailes
zéphir de papillon
Symphonie en bleu

Marine Zoup


« Papillon, ce billet doux plié cherche une adresse de fleur. »
Jules Renard  

envoyé par Simone


Flirt azuréen
La belle Ysolde et le vif Gédéon,
Ce sont l'Hysope et son blanc papillon.
Noces de papier, de papier crépon
De papier de soie, de papier japon.

Elle est très fleur bleue, Ysolde
Il est virginal, Gédéon !
Il virevolte dans l'azur,
Perles de rosée,
Rosir de plaisir
Jusqu'à se pâmer

Fraîche tarlatane
Parade et pavane
Pour l'Hysope et son compagnon
Vive les noces de chiffon!

Miss Yves


Bouquet rempli de larmes
Celui de la mariée...
Le volage époux papillonne ailleurs...
C'est le bouquet!

Claire Fo

Posé sur la mauve
Butine effleure en volée
L'hysope caressée

Den


20 sept. 2014

danser...



La lumière du jour qui vient
danse au matin
Les étoiles dans la nuit
dansent aussi
les rires des aubépines en fête
dansent avec la vive alouette
les feuilles d'or qui frissonnent
dansent avec le vent d'automne
l'amour qui n'est que douceur
danse dans les cœurs
une poésie sans paroles
danse avec un corps qui s'envole

Amichel 


Dans la lumière du couchant, les fées de l'été
Expriment leur joie en dansant sur le rivage.
Pour parfaire fort à propos cette belle image,
Les vaguelettes dansent elles aussi avec gaîté.

Tilia


« Danses avec les pieds, avec les idées, avec les mots, et dois-je aussi ajouter que l'on doit être capable de danser avec la plume ? »
Friedrich Nietzsche 

envoyé par Simone





Dans l'or du soir
deux naïades endiablées
dansent la sardane

Marine Zoup


"Dansez, sinon nous sommes perdus." 
 Pina Baush


"Une danse est un poème." 

Denis Diderot

envoyé par Amichel 


Que faisiez-vous au temps chaud ?
Vous m'en-chante-titilliez par vos photos!
Que là-bond-danse soit avec vous!

Claire Fo


16 sept. 2014

la petite maison..



sur le rocher...




Au dessus du toit
Des petits nuages roses
mêlés de bleu
- la mer roucoulera longtemps
mais nous serons ailleurs


 

13 sept. 2014

le coucher du roi soleil...



Quand le soleil se couche sur la mer
lève toi homme de peu d'envie
levons-nous et admirons
cette terre, cet horizon,
cette immensité si belle
jusqu'à quand ?
Admire et fais silence
et tais ton chagrin
tes peurs, tes regrets
tout ce qui te tourmentes
regarde intensément
ce que l'au delà nous offre
encore
et encore
réfléchis à ce monde
qui a besoin de nos soins
pour demeurer
intact
et que nos enfants aient la chance
de contempler un tel enchantement...

Mais quand le jour sur les vagues tremblantes
S'en va mourir ; quand, souriant encor,
Le vieux soleil glace de pourpre et d'or
Le vert changeant des mers étincelantes,
Dans des lointains fuyants et veloutés,
En enfonçant ma pensée et ma vue,
J'aime à créer des mondes enchantés
Baignés des eaux d'une mer inconnue.
L'ardent désir, des obstacles vainqueur,
Trouve, embellit des rives bocagères,
Des lieux de paix, des îles de bonheur,
Où, transporté par les douces chimères,
Je m'abandonne aux songes de mon coeur.
François-René de Chateaubriand 





Tel un œil flamboyant au-dessus de la mer,
Sous le voile de l'impérieuse Nuit s'abaissant,
Le roi Soleil ferme peu à peu sa paupière
Et plonge dans l'eau profonde du rêve naissant.


Les sourires, c’est de l’énergie renouvelable,
si t’as pas de pensées ensoleillées, tu vis dans le noir.
Simone 



Le cyclope ardent
Au front brûlant
Va trouver repos
Au fond des eaux....

N'oublie pas au petit matin
Cher super héros...REVIENS!!!
Claire Fo



"Elle est retrouvée.
Quoi ? - L'Eternité.
C'est la mer allée
Avec le soleil." 

 Arthur Rimbaud
envoyé par Amichel 



Le soleil s'est couché ce soir dans les nuées.

Le soleil s'est couché ce soir dans les nuées.
Demain viendra l'orage, et le soir, et la nuit ;
Puis l'aube, et ses clartés de vapeurs obstruées ;
Puis les nuits, puis les jours, pas du temps qui s'enfuit !

Tous ces jours passeront; ils passeront en foule
Sur la face des mers, sur la face des monts,
Sur les fleuves d'argent, sur les forêts où roule
Comme un hymne confus des morts que nous aimons.

Et la face des eaux, et le front des montagnes,
Ridés et non vieillis, et les bois toujours verts
S'iront rajeunissant ; le fleuve des campagnes
Prendra sans cesse aux monts le flot qu'il donne aux mers.

Mais moi, sous chaque jour courbant plus bas ma tête,
Je passe, et, refroidi sous ce soleil joyeux,
Je m'en irai bientôt, au milieu de la fête,
Sans que rien manque au monde, immense et radieux !

Victor Hugo, Les Feuilles d'automne

envoyé par Miss Yves


Lumière de l’immensité,
Tu m’enseignes l’humilité.
Ta majesté sans fard
Se donne sans égard
Au pesant de la bourse
Quand s’achève ta course,
Diurne et passagère,
Sur ce morceau de Terre
Où je gagne misère.
Puissé-je, ainsi comblé
De tes ors et tes pourpres,
Ne jamais oublier
Que la richesse vraie
Nous vient d’une lumière
À chacun partagée.
Amezeg


10 sept. 2014

Fjällbacka






Dans l'archipel de Fjällbacka
les couleurs sont des eureka
qui enivrent comme la wodka
Trois cent toits rouges
groupés autour du clocher
et du port de pêche
les barques en attente
malaxent l'eau du port

 


Le visage d'Ingrid
lèvres ourlées et sereines
offrande aux passants


8 sept. 2014

roches...




Du chaos surgis
grains de sable et grain de peau
Oh le bruit des vagues
 Miss Yves


" Quand les vagues frappent les rochers ce sont toujours les moules qui trinquent ..."
La lucidité de José Saramago

envoyé par Mathilde


Rochers vermeils
Pierres de soleil
Caressées par l'écume
D'une mer bleu-lagune
Voici l' heure enchantée
De l'éternel été...

La Licorne






Jolies rondeurs généreuses
des rochers caressés
par les vents et les flots !

Naline


Dans l’œil bleu de la pierre d’ocre rouge
Plonge le regard éternel de mes jeunes printemps.
La mer, à moi se donne sans compter,
Je me perds et me trouve sur le rivage de l’été,
Miroir, gentil miroir d’eau claire,
Dis-moi si je suis vraiment celle
Que cette image dans la pierre
Semble fugitivement refléter...
Amezeg

Archives du blog