20 août 2014

le potager...


de mon voisin...

La rue
s'est emplie de tomates
midi,
été,
la lumière
se coupe
en deux
moitiés
de tomate,
dans les rues 
le jus
coule.
En décembre
la tomate
se déchaine,
envahit
les cuisines,
s'introduit dans les repas
s'assied
calmement
sur les buffets,
parmi les verres,
les beurriers,
les salières bleues.
Elle a
une lumière propre,
une majesté bénigne.
Nous devons, par malheur,
l'assassiner :
le couteau 
plonge 
 dans sa pulpe vivante,
c'est un rouge 
viscère
 un soleil
frais,
profond,
inépuisable,
elle emplit les salades
 du Chili,
elle se marie allégrement
avec le claire oignon
et pour fêter ça


on laisse 
tomber l'huile,
fille
essentielle de l'olivier,
sur ses hémisphères entrouverts, 
le poivre
ajoute
son encens
le sel son magnétisme :
ce sont les noces
du jour
le persil
plante
ses banderoles
les patates
bouillent vigoureusement,
le rôti
frappe
de son arôme
à la porte
c'est le moment,
allons !
Et sur 
la table,
à la ceinture
de l'été,
la tomate,
astre de terre
étoile
répétée
et féconde
nous montre 
ses circonvolutions,
ses canaux,
l'insigne plénitude
et l'abondance
sans noyau,
sans cuirasse,
sans écailles ni arêtes,
nous livre
le régal
de sa chaleur fougueuse
et la totalité de sa fraîcheur. 
Pablo Neruda

16 août 2014

avec son petit...





"Dors, min p'tit quinquin,
Min p'tit pouchin, min gros rojin
Te m'fras do chagrin
Si te n'dors point ch'qu'à d'main"



Je suis le plus heureux
des petits poivrons orange

grâce à ma maman !
Marine Zoup 


Surprise au jardin
dame nature en folie
ce poivron poivrot

Miss Yves



envoyé par Tilia



Cadeau de Cérès
sur la table de l'office
mignon rejeton

Miss Yves


Petit poivron deviendra grand,
Pourvu que Dieu lui prête vie.
Mais en rêver en attendant,
Je tiens pour moi que c'est folie
.....
Vous irez dans la poêle ; et vous avez beau dire,
Dès ce soir on vous fera frire.
Un tiens c'est bien, ce dit-on,
mais deux tu l'auras c'est mieux!

Claire Fo


Petit poivron deviendra-t-il gros, ça l'ombre ne le dit pas!
Mais le grand gros lisse à croquer miroite au soleil
et goutte à goutte se dit qu'il ne perd rien pour attendre!

Maïté Aliénor


13 août 2014

se mettre en marche..





Le vieux sage a dit :
"L'homme jeune marche plus vite que l'ancien.
Mais l'ancien connait la route."


au fond du jardin
deux vieux godillots troués
sont remplis de fleurs


Le facteur apporte parfois de bien jolies surprises...
Merci Miss Yves pour mes chaussures de marche préférées !!!



Quelque soit la direction prise, marcher conduit à l'essentiel.
Sylvain Tesson 

envoyé par Denise 


"Mon pied droit est jaloux de mon pied gauche. 
Quand l'un avance l'autre veut le dépasser.
Et moi, comme un imbécile, je marche"
Raymond Devos


Si tu es prêt à quitter père et mère, frère et soeur, femmes et enfants et amis pour ne plus jamais les revoir
Si tu as payé tes dettes, fait ton testament, mis tes affaires en ordre, et si tu es un homme libre, alors te voilà prêt à marcher.
Henry David Thoreau


A voir marcher quelqu'un, on connaît sa pensée.
Pétrone 

A deux reprises, j'ai donc défilé avec ma promo sur les Champs-E lysées.
Je me souviens d'avoir éprouvé une certaine gêne,
car j'avais lu la remarque d'Eintein :
Pour marcher au pas,
le cerveau est superflu, la moelle épinière suffit.
Albert Jacquard

envoyé par Simone


Prends la route de l’orient
Le soleil suit des voies immuables
Reconnais ces étranges espaces
Vers les steppes infinies
La forêt puissante et redoutable

Accueille avec frénésie
Ces éclats d’ombres et de lumière
Ce vertige d’un ailleurs te saisira
Le temps d’une image
 
Marine Lou


Ils ont tant marché
qu'en route ils ont amassé
quelques graines à jardiner.
Dans les chaussures abandonnées
elles fleurirent un beau jour d'été.
En aquarelle prolongées
les belles se souvenaient
du parfum des lieux traversés
joliment dissimulées
entre chaussettes et petits pieds.

Maïté Aliénor



9 août 2014

baisemain...




Personne ne le saura ,
Où tu voudras
J' aimerai ...!


Fleurette vous me contez
beau prince au chapeau rayé
j'en suis toute étourdie
quand vous voudrez
où vous voulez
à l'abri des regards indiscrets..

Marine Zoup 


"Le baisemain c'est un bon début.
ça permet de renifler la qualité de la viande!"

Vicomte Olivier de Kersauson de Pennendreff
envoyé par Simone


8 août 2014

prendre un peu le soleil...



Poupée de charme
qui dore sa frimousse
mi-soleil mi-ombre

Passe les jeux, passe le temps,
Laissant là poupons et poupées,
les grands enfants s'en sont allés,
pour devenir de vrais parents.


Enfance endormie dans des cartons...
Mais resurgit la lumière dans un regard
et l'enfance revient...

Leeloo




Ma poupée chérie

Ma poupée chérie ne veut pas dormir!
Petit ange mien, tu me fais souffrir!
Ferme tes doux yeux, tes yeux de saphir,
Dors poupée, dors, dors! ou je vais mourir!

Il faudrait, je crois, pour te rendre sage,
Un manteau de soie, de riches corsages !
Tu voudrais des roses à ton clair béguin
Des bijoux d'or fin et mille autres choses !

Ma poupée chérie ne veut pas dormir!
Petit ange mien, tu me fais souffrir!
Ferme tes doux yeux, tes yeux de saphir,
Dors poupée, dors, dors! ou je vais mourir !

Quand parrain viendra, sur son âne gris,
Il t'apportera de son grand Paris,
Un petit mari qui dira: « papa »
Et qui dormira quand on le voudra.

Ma poupée chérie vient de s'endormir !
Bercez-la bien doux, ruisseaux et zéphyrs !
Et vous chérubins, gardez-la moi bien!
Sa maman jolie, l'aime à la folie !

Paroles et musique de Déodat de Séverac ( 1872 - 1921)

envoyé par Miss Yves


5 août 2014

c'est la fête...






Street sax and sun
vibrations à l'unisson
provision de rires

Saxo désaxé
aubade pour les badauds
Noël au mois d'août

 



La fête chez Thérèse
(...)
"On entendait au loin de magiques accords ;
Et, tout en haut, sortant de la frise à mi-corps,
Pour attirer la foule aux lazzis qu'il répète,
Le blanc Pulcinella sonnait de la trompette.
Deux faunes soutenaient le manteau d'Arlequin ;
Trivelin leur riait au nez comme un faquin."
(...)
Victor Hugo

envoyé par Miss Yves


Oyez bonnes gens
le saxo est dans la rue
musique à partager
pour faire briller
les yeux des enfants..

Marine Zoup


2 août 2014

rose rouge...



Résultat d'un bouturage en automne dernier. 
J'ai eu trois roses rouges :-)


Amour et Velours... Toujours
Rojo, Flamenco y Tango...
Amor, Amor, Amor...
Si Señor !
Olé !

Odile


Je te vois, rose, livre entrebâillé,
qui contient tant de pages
de bonheur détaillé
qu'on ne lira jamais. Livre-mage,

qui s'ouvre au vent et qui peut être lu
les yeux fermés ...,
dont les papillons sortent confus
d'avoir eu les mêmes idées.

Rainer Maria Rilke

envoyé par Tilia


Bouture et couture
invitation au baiser
Jouer sur du velours

Miss Yves


Il reste toujours un peu de parfum à la main qui donne des roses.
Confucius
envoyé par Denise


On effeuille la marguerite
Pour tirer au sort nos amours
Mais la fleur que l’amour mérite
Est la rose au sang de velours

Sa vie si brève nous désarme
Et le soleil fane ses joues
Le vent lui fait verser des larmes
De sa beauté le temps se joue

Le cœur se blesse à ses épines
Et son parfum parfois rend fou
Qu’importe à celui qui devine
Que du bonheur elle est l’atout

Elle s’offre à qui la contemple
Et se donne au premier venu
Quand dans la rosée elle tremble
Au petit matin toute nue

La nuit dans un rayon de lune
Sa pourpre est caresse de soie
Au rêveur qui cherche fortune
La rose est un trésor de roi  

Amichel


Entre deux averses
Le mois des fleurs se pare
de roses magenta
aux bouquets bleus-pourprés
rendez-vous des abeilles
les rouges veloutées
repassent leurs atours
pour un final de star

Marine Zoup

le pianiste...




Et voilà qu'il en tremble
À quatre mains sur le clavier
Son âme mise à nu
Au fond de l'instrument
Distribuant l'ivresse
Redoublant d'ardeur
Il fait battre les coeurs...
C'est de la joie concert....





Duo noir et blanc
Allegretto andante
frissons sur la peau


24 juil. 2014

arabesques...




"Avec le pampre de la vigne, Un bout de cotillon lui fis
Mais la belle était si petite, Qu'une seule feuille a suffi"
Georges Brassens


Vrilles dansantes
et pesanteur défiée
la vigne gracieuse



...Autrefois, ses pampres sans nombre
S'entrelaçaient autour du puits,
Père et mère goûtaient son ombre,
Enfants, oiseaux, rongeaient ses fruits...
Alphonse de Lamartine

envoyé par Denise


Autrefois, le rossignol ne chantait pas la nuit. Il avait un gentil filet de voix et s’en servait avec adresse du matin au soir, le printemps venu. Il se levait avec des camarades, dans l’aube grise et bleue, et leur éveil effarouché secouait les hannetons endormis à l’envers des feuilles de lilas.
Il se couchait sur le coup de sept heures, sept heures et demie, n’importe où, souvent dans les vignes en fleur qui sentent le réséda, et ne faisait qu’un somme jusqu’au lendemain.
Une nuit de printemps, le rossignol dormait debout sur un jeune sarment, le jabot en boule et la tête inclinée, comme avec un gracieux torticolis. Pendant son sommeil, les cornes de la vigne,  ces vrilles cassantes et tenaces, dont l’acidité d’oseille fraîche irrite et désaltère, les vrilles de la vigne poussèrent si drues, cette nuit là, que le rossignol s’éveilla ligoté, les pattes empêtrées de liens fourchus, les ailes impuissantes.
Il crut mourir, se débattit, ne s’évada qu’au prix de mille peines, et de tout le printemps se jura de ne plus dormir, tant que les vrilles de la vigne pousseraient.
Dès la nuit suivante, il chanta, pour se tenir éveillé :
Tant que la vigne pousse, pousse, pousse,
Je ne dormirai plus !                                                                            
Tant que la vigne pousse, pousse, pousse…(...)
Colette
Les vrilles de la vigne




Arabesques graciles et légères
dans le vent de l'été
dansent les vrilles de la vigne
pour célébrer
l'opulence des grappes
et la saveur du vin nouveau
qui mûrit au soleil
en attendant de couler du pressoir
dans de vieux fûts de chêne
le pampre tout entier
s'en trouve magnifié 


Ivre de lumière
le pampre trace des courbes
le vin sera bon

Miss Yves

Volutes et volupté...
Poème dit-vin
Promesses de vent-d'anges...

Claire Fo

Acte I
Vrilles en liberté
S, C et leur crochet
Les lianes batifolaient
Ne sachant où s’accrocher.

Acte II
Les grappes alourdies par l’été
Avaient tâche annoncée
Leur capital soleil à compléter
Avant d’être déclarées dorées à souhait.

Maïté Aliénor


"La Vigne" (à Jean-Yves B. autrefois calligraphe)



Mon cher Jean-Yves,
S'il m'arrive, certes, de penser à toi, j'ai aujourd’hui une raison plus particulière de Ie faire ; c'est que je suis en contrariété avec ma vigne. Eh quoi ! toujours monter vers le soleil ! Moi qui la voudrais rampante et docile à habiller ma tonnelle !

Tu ne vois pas le rapport ? C’est que, précisément, en surveillant ces vrilles indépendantes qui refusent de m'obéir, je crois voir dans l'ombre verte comme le lacis d'une belle écriture.
En voici une qui projette son arc tendu terminé en crochet. N’est-ce-pas le jambage d'un A ? Une autre se divise en fourche ; ce pourrait être un y. Dans une boucle bien serrée je reconnais la cédille d’un grand C dessiné dans l'air. Un I et un L se sont agrippés, un V se renverse. Toute une phrase en lettres majuscules parle une langue indéchiffrable. Une guirlande de mots inconnus déploie ses paraphes sur le bleu du ciel. Il y a un message dans l’entrelacement de ces vrilles et, à mon avis, il signifie : "pourvu que Jean-Yves n'ait pas laissé

retomber sa plume, et que dans le monde affairé de Paris, il trouve encore du temps pour couvrir de courbes et de boucles les pages blanches comme il savait si bien le faire".
C'est le vœu que je forme pour toi.
À bientôt j'espère.
Marthe Seguin-Fontes

"Lettres de mon Jardin"

envoyé par Odile


Courbes et volutes
exposition d'Art Nouveau
vois ce vert divin

Miss Yves

La vigne vrille
elle tortille ses crochets
s'arrime pour durer
elle sait que dans son corps
circule un trésor

Marine Zoup


19 juil. 2014

papillonner...



Le Papillon

Lorsque le sucre élaboré dans les tiges surgit au fond des fleurs, comme des tasses mal lavées, — un grand effort se produit par terre d'où les papillons tout à coup prennent leur vol

Mais comme chaque chenille eut la tête aveuglée et laissée noire, et le torse amaigri par la véritable explosion d'où les ailes symétriques flambèrent,
Dès lors le papillon erratique ne se pose plus qu'au hasard de sa course, ou tout comme.

Allumette volante, sa flamme n'est pas contagieuse. Et d'ailleurs, il arrive trop tard et ne peut que constater les fleurs écloses. N'importe : se conduisant en lampiste, il vérifie la provision d'huile de chacune. Il pose au sommet des fleurs la guenille atrophiée qu'il emporte et venge ainsi sa longue humiliation amorphe de chenille au pied des tiges.

Minuscule voilier des airs maltraité par le vent en pétale superfétatoire, il vagabonde au jardin.
Francis Ponge




Le papillon

Naître avec le printemps, mourir avec les roses,
Sur l'aile du zéphyr nager dans un ciel pur,
Balancé sur le sein des fleurs à peine écloses,
S'enivrer de parfums, de lumière et d'azur,
Secouant, jeune encor, la poudre de ses ailes,
S'envoler comme un souffle aux voûtes éternelles,
Voilà du papillon le destin enchanté!
Il ressemble au désir, qui jamais ne se pose,
Et sans se satisfaire, effleurant toute chose,
Retourne enfin au ciel chercher la volupté!
Alphonse de Lamartine


« La pauvre fleur disait au papillon céleste :
- Ne fuis pas !
Vois comme nos destins sont différents. Je reste,
Tu t'en vas ! »
(...)
« Tu fuis, puis tu reviens ; puis tu t'en vas encore
Luire ailleurs.
Aussi me trouves-tu toujours à chaque aurore
Toute en pleurs ! »
Victor Hugo,
Les Chants du crépuscule



J'ai vu ton manège
du bout des cils papillonnante
- monsieur roucoule


"Ce billet doux plié en deux cherche une adresse de fleur."
Jules Renard




Pimpanicaille, le roi des papillons,
Se faisant la barbe s'est coupé le menton
Un deux trois de bois
Quatre cinq six de buis
Sept huit neuf de bœuf
Dix onze douze de bouse
Va-t-en à Toulouse.

envoyé par Miss Yves 




Flamme oscillante
dansant dessus la plante
Papillon s'envole

Josette

Mirage volage
sous les ailes du désir
parfum éphémère

Miss Yves

L'éclat de l'émail
ferait se pâmer la fleur
Monarque au jardin

Miss Yves



« On raconte que le battement d'une aile de papillon à Honolulu suffit à causer un typhon en Californie.
Or, vous possédez un souffle plus important que celui provoqué par le battement d'une aile de papillon, n'est-ce-pas ? »
Bernard Werber 

envoyé par Simone




Fleur immobile
Belle et fragile
Attend celui qui, d'un coup d'aile,
La touchera au cœur...
Écartant un moment ses dentelles
Avant de repartir papillonner ailleurs...

La Licorne



Le grillon
Un pauvre petit grillon
Caché dans l'herbe fleurie
Regardait un papillon
Voltigeant dans la prairie.
L'insecte ailé brillait des plus vives couleurs ;
L'azur, le pourpre et l'or éclataient sur ses ailes ;
Jeune, beau, petit-maître, il court de fleurs en fleurs ;
Prenant et quittant les plus belles.
Ah ! Disait le grillon, que son sort et le mien
Sont différents ! Dame nature
Pour lui fit tout et pour moi rien.
Je n'ai point de talent, encor moins de figure ;
Nul ne prend garde à moi, l'on m'ignore ici bas :
Autant vaudrait n'exister pas.
Comme il parlait, dans la prairie
Arrive une troupe d'enfants ;
Aussitôt les voilà courants
Après ce papillon dont ils ont tous envie.
Chapeaux, mouchoirs, bonnets, servent à l'attraper.
L'insecte vainement cherche à leur échapper,
Il devient bientôt leur conquête.
L'un le saisit par l'aile, un autre par le corps ;
Un troisième survient et le prend par la tête.
Il ne fallait pas tant d'efforts
Pour déchirer la pauvre bête.
Oh ! Oh ! Dit le grillon, je ne suis plus fâché ;
Il en coûte trop cher pour briller dans le monde.
Combien je vais aimer ma retraite profonde !
Pour vivre heureux vivons caché.
Florian 

envoyé par Miss Yves





Archives du blog